Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

La "parole confisquée" et le "peuple ignoré" aux grilles du château

mercredi 6 février 2008 - Contacter l'auteur - 6 coms

Animateur du site Internet Bellaciao, Roberto Ferrario craint que ce "hold-up démocratique" n’aggrave "la fracture entre le peuple et une classe politique qui se comporte en caste"...

de Rosa Moussaoui

À Versailles, les opposants à la ratification du traité, qui réclament un référendum, jugeaient durement les prises de position des parlementaires.

Il fallait voir la tête des Versaillaises incrédules, hier, aux abords du marché aux fleurs. Des manifestants, coiffés de bonnets phrygiens, entonnaient de joyeux "Ah ! Ça ira !" dans la cité royale. En marge du Congrès du Parlement, près de 1 500 personnes dénonçaient le "déni de démocratie" que constitue, à leurs yeux, le choix de la voie parlementaire pour ratifier le traité de Lisbonne, copié-collé du projet de Constitution européenne rejeté en mai 2005. Banderoles et pancartes en main, syndicalistes, militants communistes, écologistes, altermondialistes ou socialistes demandent aux parlementaires de ne pas "désavouer le choix du peuple".

Sylvie, de la CGT cheminots de Lille, disait être là pour « la défense du service public », remplacé, dans le traité, par la notion de « service d’intérêt économique général ». « La logique de libéralisation à laquelle nous sommes confrontés à la SNCF reste intacte dans ce traité », explique-t-elle. Trop jeunes pour avoir participé au référendum de 2005, une dizaine d’étudiants de Montpellier, les yeux embués de fatigue après une nuit de car, se sentent « floués ». « L’affaire a été étouffée par les médias », accuse une jeune femme, relatant des séances de lecture du traité de Lisbonne organisées dans son université. Simon, trentenaire toulousain, a appris l’initiative par Internet. Il brandit une pancarte : « Parole confisquée, peuple ignoré ». « J’ai dit « non » en 2005. Ce choix majoritaire est aujourd’hui piétiné. C’est gravissime, on touche à ce qui fait l’essence de la démocratie. D’autant que, comme le projet de Constitution, ce traité fige les politiques libérales : les majorités vont se succéder, sans changements substantiels. »

Au-delà du mépris affiché, nombreux sont ceux qui contestent les logiques qui président à la construction européenne. Michel Tavet est élu communiste de Neuilly-sur-Marne, où le « non » a recueilli 58,2 % des voix en dépit de l’activisme du maire socialiste en faveur du « oui ». Ceint de son écharpe tricolore, il dénonce « une Europe ultralibérale qui sacrifie les services publics et les droits fondamentaux (culture, éducation, santé) sur l’autel de la marchandisation ». Hervé Bramy, président PCF du conseil général de Seine-Saint-Denis, département qui a voté « non » à plus de 60 %, veut dire l’attachement du département « au respect d’un choix démocratique », mais aussi à « la construction d’une Europe qui réponde aux attentes des citoyens ». Ratification ou pas, le combat se poursuivra. « L’Europe était libérale avant le traité de Lisbonne, elle le restera après, constate Pierre Khalfa, de l’Union syndicale Solidaires. Nous devons prolonger ce combat par des mobilisations sociales et citoyennes pour peser sur les décisions. »

Dans la foule, la décision du Parti socialiste de s’abstenir est vivement critiquée. « La position du PS est intenable, analyse Christelle, chercheuse au CNRS. Je ne comprends pas l’incapacité de ce parti à tirer les leçons de ses échecs successifs. » Animateur du site Internet Bellaciao, Roberto Ferrario craint que ce « hold-up démocratique » n’aggrave « la fracture entre le peuple et une classe politique qui se comporte en caste ». Le sénateur socialiste Jean-Luc Mélenchon est interpellé par des manifestants pour qui « le Parti socialiste, en cautionnant ce déni de démocratie, n’est plus de gauche ». « Comme vous, je suis malheureux de ce choix », répond-il. Vers 14 heures, le cortège se met en branle, vers le château de Versailles. Non loin de l’entrée, la mobilisation des forces de l’ordre, derrière les barrières et les grilles antiémeute, est impressionnante. Aux chants et slogans des manifestants pacifiques, les gardes mobiles répondent… par le jet de gaz lacrymogènes. Drôle de « démocratie ».

http://www.humanite.fr/2008-02-05_P...

Mots clés : Archives articles de Bellaciao France - 2002-2021 / Dazibao / Gouvernements / Manifs-actions / Roberto Ferrario / Rosa Moussaoui / TCE - (EUROPE) /

Messages

  • Drôle de « démocratie ».

    Oui, c’est la bonne formule.

    En 1940, il y avait "Drôle de guerre".

    Impossible de ne pas être dégouté, mais impossible également de réagir dans être en dehors de la légalité.

    Drôle de « démocratie ».

    jyd.

    • Le pouvoir nous veut triste et résigné !
      La seule manière de leur faire payer cette forfaiture, c’est la conscience !
      La conscience politique, le faite que nous disposons d’outil les organisations politiques, et syndicales !
      Biensur qu’il nous faut les purger de cette caste indigne, reprendre notre place à nous.
      C’est une leçon, celle que si tout peut se déléguer, la vigilance elle on ne la délègue pas !!!
      SAd

    • Je présuppose que vous attendiez qu’ils dérogent à l’idéal capitaliste pour satisfaire les
      exigences de la raison du peuple et bien encore une fois vous avez été grugé par les apparences
      trompeuses de certains politiques qui vous prennent pour des moutons de panurge : en italien je crois
      que l’on dit ( branco di pècore comme le disait ma grand-mère).

      J’ose espérer qu’a l’avenir vous saurez déjouer les ilusions sophiste et je vous conseille de relire le
      mythe de la caverne qui a été écrit par platon environ 300 ans AVJ et vous comprendrez que nous ne
      pouvons avancer le dos tourné vers la lumière.

      Alain 04

  • Pire qu’une royauté !

    Louis XIV s’est barré et s’est planqué... l’autre imbécile heureux il reste et se pavane.

  • Comme vous,je suis attristé par ce déni(e) versaillais de démocratie .Cependant,vous le dites-vous-mêmes,le libéralisme existait bien avant cette ratification honteuse.Piètre consolation !Le problème à mes yeux est le suivant:le peuple attend trop encore que des leaders démocrates théoriques viennent lui donner l’autorisation de défendre ses intérêts violés,baffoués,méprisés,piétinés avec la rage haineuse si caractéristique des bourgeois bcbg du PS,du MODEM,de l’UMP sachant si bien,eux,défendre leurs intérêts de classe autoprivilégiée- car rien ne justifie leurs privilèges aristocratiques dans un régime officiellement démocratique,soyons clairs et bien d’accord !-Alors,quand et comment le droit du Peuple peut-il l’emporter ?Des occasions sont soumises régulièrement aux citoyens lors de grèves sur les retraite,la fonction publique,le pouvoir d’achat,les délocalisations scandaleuse des entreprises dirigées par les trop fameux patrons-voyous,le stockage des déchets nucléaires,la crédibilité des OGM,j’en passe car la liste est longue.On constate que bien peu,en tout cas pas assez de citoyens se mobilisent lors de ces manifestations collectives cherchant à montrer aux élus et responsables ce qu’une démocratie attend d’eux.Certains citoyens sont "assignés",réquisitionnés" sur leur lieu de travail (les foncionnaires en contact direct avec du public notamment) et ne peuvent y aller ;mais les autres ?pEUR DU PATRON et donc peur de perdre son boulot si durement trouvé ?Certainement !Mais la peur ne justifie pas tout !Je pense hélas à une vaste indifférence ORCHESTREE par d ’habiles médias étatiques plus soucieux de conditionner le peuple à ne pas faire de vagues qu’à l ’informer sur ses droits à se défendre lorsque les nouveaux aristocrates,parlementaires libéraux en tête,se permettent d’humilier le peuple de France au nom-ironie vicieuse !-des soit disant intérêts du peuple de France ! Alors voilà:Versailles 2008 ratifie surtout la trahisondes responsables démocrates envers la démocratie,révélant ainsi bon gré mal gré eux,leurs tendances naturelles à préférer l’Ancien Régime sous formes certes modernes,mais ancien car adorant l’Inégalitédes classes,des revenus,des applications de lois trop prévues en faveur des riches-souvent incultes de la noblesse qu’est la démocratie !-et adorant également réduire la Liberté à des portions congrues canalisées seulement dans les couloirs d’une consommation aveugle,déchainée,suicidaire,polluante et avillissante pour la dignité de l’être humain forcé par cette mauvaise utilisation de sa liberté à une solitude de plus en plus banalisée et de plus en plus sinistre.Que faire,donc ?Un appel à l’insurrection peut paraître puéril ou désuet ou trop précoce ?Pour beaucoup de "militants",certainement ;mais c’est là le "hic".Voyez le traité de Lisbonne ratifié à Versailles:très peu de manifestants,trop de forces policières:tout est dit:le jour où l’inverse se met en place sera l’expression directe d’une nouvelle mentalité chez les militants concernant l’action politique et donc,en amont,son organisation NATIONALE !Comment se fait-il que si peu de gens aient été mis au courant et aient pu se libérer pour SEULEMENT gueuler dans la rue des idées desapprouvant cette trahison démocratique ?Doit-on en conclure que des magouilles intersyndicales et de partis dits de"gauche" ont empêché une organisation responsable telle qu’on est en DROIT de l’attendre de la part de "responsables" nationaux qui AGISSENT en ce cas de façon aussi responsable qu’un bûcheron savoyard envers des moutons écossais !J’espère me tromper et que bien d’autres et regrettables paramètres ont empêché une vaste manisfestation nationale bien organisée !De toute façon,plus on fuit ses responsabilités démocratiques,plus on fait le jeu des Oligarques et autres Ducs en tout genre !Et plus la démocratie est ignorée/oubliée ,plus l’aveu d’un Alzheimer culturel démocratique est patent !Après tout,ne mérite-t-on pas ce qu’on subit puisqu’on accepte de pratiquement tout subir au nom des arguments économiques libéraux servant de seules références à des citoyens timorés et manipulés ?Ou bien la lâcheté est-elle devenue vertu en notre beau pays de France ? Et combien de réferendums ont été oubliés,hormis ce dernier "oubli" de Versailles:nucléaire,peine de mort,défends nationale,indépendance des domtom,obligation de soumettre les dépenses publiques à des comités nationaux de contrôle,inspecteurs du travail ayant pouvoirs pénaux accrus envers les patrons manifestement anti-citoyens dans leurs pratiques négrières banalisées,etc...jE VOUS QUITTE ,LA RAGE AU COEUR,mais malgré tout plein d’espoir encore pour que demain soit mieux qu’aujourd’hui:on ne doit pas laisser une poubelle tyrannique à nos enfants si on prétend les aimer ! SENTIMENTS FRATERNELS aux vrais démocrates que vous êtes tous sur Bella ciao§

Derniers articles sur Bellaciao :