Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Le drame du textile chinois ou la faillite d’un modèle libéral européen aujourd’hui constitutionnalisé !

mardi 26 avril 2005 - 7 coms

"Ce n’est pas en constitutionnalisant des règles qui prouvent aujourd’hui leur inefficacité et leur perversité qu’on redressera l’Europe !"

La fédération CGT textile, habillement et cuir estime que le boom des importations de produits chinois va entraîner une perte d’au moins 2.000 emplois par mois dans la branche en France, soit environ 24.000 en 2005, et a demandé à Bruxelles des mesures d’urgence.

Et pourtant, Bruxelles ne fait rien. Quatre mois après l’ouverture des marchés que la Commission a elle-même négocié, elle se contente de demander une enquête sur une "dizaine de produits" dont les conclusions seront connues dans deux mois et qui pourrait éventuellement avoir quelques effets concrets en septembre... Il sera déjà bien trop tard et c’est nettement insuffisant ! La situation est absolument catastrophique, et nous ne pouvons nous permettre de perdre autant de temps dans l’inaction !

Pourquoi l’Europe ne fait rien ?

Tout simplement parce que c’est elle qui a décidé la brutale ouverture des frontières au textile chinois le 1er janvier 2005 ! Par dogmatisme idéologique, sans aucun souci du marché de l’emploi dans nos pays, la Commission européenne a accepté sans mot dire il y a dix ans dans le cadre de l’OMC la suppression des quotas à l’importation de textile chinois en Europe. Depuis des années, les professionnels du secteur, les syndicats, les employeurs ont eu beau prévenir la Commission des dangers de cette brutale ouverture des frontières, rien n’y a fait, celle-ci est restée arc-boutée sur sa décision et n’a rien anticipé ! On voit aujourd’hui le résultat de cet entêtement qui se poursuit puisque l’Europe refuse d’agir !

Cette terrible affaire ne nous étonnera pas. L’Europe est contaminée depuis des années par le virus libéral au point de se vouloir plus libérale que les libéraux (et oui, les Etats-Unis ont su pour leur part réagir rapidement face à l’invasion du textile chinois !). La Constitution qu’on nous demande de voter est un condensé absolument effrayant de tous ces dogmes libéraux dévastateurs pour nos économies et pour l’emploi : la « concurrence libre et non faussée » désormais érigée en « objectif » de l’Union (art 3), l’interdiction des aides d’Etat rappelée il y a quelques semaines par la Commission et gravée dans le marbre de la Constitution (art 279), la libéralisation à tout va (art 137 sur les services).

Un cas unique au monde !

Nous vendre la Constitution européenne comme un rempart contre les effets de la mondialisation est donc une jolie farce ! Ce n’est pas en constitutionnalisant des règles qui prouvent aujourd’hui leur inefficacité et leur perversité qu’on redressera l’Europe !

Nous devons pouvoir retrouver une capacité de réaction face aux défis et menaces de la mondialisation. Pour cela, nous devons donc absolument rejeter un traité constitutionnel qui nous condamne à l’impuissance par dogmatisme idéologique, d’autant que nous en « prendrons pour 30 ans » comme nous le rappelle volontiers Valéry Giscard d’Estaing !

Le textile chinois n’est qu’un début. Demain, d’autres secteurs seront mis à genoux si nous ne réagissons pas rapidement et si nous acceptons de faire de la concurrence libre et non faussée l’alpha et l’oméga de notre action. En nous extirpant du carcan libéral, nous retrouverons des marges de manœuvre.

Nous pourrons ensemble agir efficacement. Pour cela, remettons l’Europe à l’endroit, ne rééditons pas les erreurs du passé, disons NON le 29 mai ! Un NON de mouvement et de bon sens !

http://cettefoiscestnon.over-blog.com/article-298065.html

Messages

  • Est-ce que je me trompe ?


    LE PROBLEME* DU TEXTILE :
    1 000 000 d’emplois menacés à travers l’UE d’ici la fin de l’année, 200 000 d’ici juin.

    Si la constitution était adoptée, comment la commission pourrait laisser entendre*** revoir les limitations à l’importation des textiles, récemment** supprimées, en provenance de la Chine et autres « Pays Tiers ». (révision de constitution… pas facile !…) Qu’en pensez-vous ?

    * De 70% à plus de 800% d’augmentation d’importation de textiles depuis l’année dernière, dans l’UE, 500% pour les tee-shirts, 800% pour les textiles de lin. ( 1 000 000 d’emplois menacés à travers l’UE d’ici la fin de l’année. 200 000 d’ici juin.) (LCI le 25/04/05 à 9h00)

    ** Accords signés avec le l’OMC (G.A.T.T), il y a 10 ans. Signés par l’UE et nos représentants, en notre nom, et maintenant INTRODUIT dans le TCE (art 151,153,154,155), soumis au Référendum !

    *** En fait l’OMC nous donnerait l’autorisation (clause de sauvegarde) de remettre des cotas pendant 1 an, à voir)

    Note+ : Le Maroc, 1er exportateur vers l’UE de textile, se trouve maintenant 30% plus chers que les Chinois (France inter le 25/04/05 vers 7h00). A Madagascar, des entreprises de textile ferment. Si des pays en cours de développement ne peuvent lutter, comment le pourrions nous ! Combien de sacrifices encore !


    ARTICLE III-151

    2. Le paragraphe 4 et la sous-section 3 relative à L’INTERDICTION DE RESTRICTIONS QUANTITATIVES S’APPLIQUENT aux produits qui sont originaires des États membres, AINSI QU’AUX PRODUITS EN PROVENANCE DE PAYS TIERS qui se trouvent en libre pratique dans les États membres.

    - NOTE perso :
    A PARTIR DE Là, POUR LE PARAGRAPHE 4 AINSI QUE POUR LA SOUS SECTION 3, QUAND IL EST ECRIT « ÉTATS MEMBRES » IL FAUT COMPRENDRE « ÉTATS MEMBRES + PAYS TIERS »

    3. Sont considérés comme étant en libre pratique dans un État membre les produits en provenance de pays tiers pour lesquels les formalités d’importation ont été accomplies et les droits de douane et taxes d’effet équivalent exigibles ont été perçus dans cet État membre, et qui n’ont pas bénéficié d’une ristourne totale ou partielle de ces droits et taxes.

    4. Les droits de douane à l’importation et à l’exportation ou taxes d’effet équivalent sont interdits entre les États membres. Cette interdiction s’applique également aux droits de douane à caractère fiscal.

    Sous-section 3
    Interdiction de restrictions quantitatives

    ARTICLE III-153 :
    LES RESTRICTIONS QUANTITATIVES TANT A L’IMPORTATION QU’A L’EXPORTATION, AINSI QUE TOUTES MESURES D’EFFET EQUIVALENT, SONT INTERDITES ENTRE LES ÉTATS MEMBRES.

    ARTICLE III-154
    L’article III-153 ne fait pas obstacle aux interdictions ou restrictions d’importation, d’exportation ou de transit, justifiées par des raisons de moralité publique, d’ordre public, de sécurité publique, de protection de la santé et de la vie des personnes et des animaux ou de préservation des végétaux, de protection des trésors nationaux ayant une valeur artistique, historique ou archéologique, ou de protection de la propriété industrielle et commerciale. Toutefois, ces interdictions ou restrictions ne doivent constituer ni un moyen de discrimination arbitraire ni une restriction déguisée dans le commerce entre les États membres.

    ARTICLE III-155
    1. Les États membres aménagent les monopoles nationaux présentant un caractère commercial, de telle façon que soit assurée, dans les conditions d’approvisionnement et de débouchés, l’exclusion de toute discrimination entre les ressortissants des États membres. Le présent article s’applique à tout organisme par lequel un État membre, de jure ou de facto, contrôle, dirige ou influence sensiblement, directement ou indirectement, les importations ou les exportations entre les États membres. Il s’applique également aux monopoles d’État délégués.

    2. Les États membres s’abstiennent de toute mesure nouvelle contraire aux principes visés au paragraphe 1 ou qui restreint la portée des articles relatifs à l’interdiction des droits de douane et des restrictions quantitatives entre les États membres.

    3. Dans le cas d’un monopole à caractère commercial comportant une réglementation destinée à faciliter l’écoulement ou la valorisation de produits agricoles, il convient d’assurer, dans l’application du présent article, des garanties équivalentes pour l’emploi et le niveau de vie des producteurs intéressés.

    J-V V

  • Extrait d’une entrevue avec pascal lamy(18-10-2004)

    Le 1er janvier 2005 verra la disparition des quotas qui protégeaient l’industrie du textile de certains pays. La Chine va-t-elle dévorer l’industrie occidentale ?

    Relativisons ! Cette échéance est programmée depuis dix ans et nous l’avons préparée en réduisant progressivement les quotas. Nous avons aussi mis sur pied une zone euroméditerranéenne en matière de textile et d’habillement, qui permet de redistribuer nos avantages comparatifs ; l’Europe pourra mettre en avant sa créativité et son innovation, alors que les pays du pourtour méditerranéen joueront de leurs coûts salariaux. Cette zone ainsi maillée sera assez forte pour affronter la concurrence asiatique. D’ailleurs, l’Union européenne reste le premier exportateur mondial de textile. Le problème est différent pour des pays comme le Bangladesh, qui vont probablement souffrir bien plus que nous. Ou pour les Etats-Unis, où la compétitivité de l’industrie du textile-habillement est loin du niveau européen.

    • Et quand on pense que ce Pascal Lamy est sur la liste des prétendants à la direction de l’OMC !

      Horreur avec de tels diagnostics. Pas plus tard que ce matin (noctambule, je regarde la bonne télé après 1h du matin), il y avait un documentaire sur le coton avec tous les problèmes liés à la déréglementation. On pouvait entendre que l’Afrique (principal exportateur de coton de qualité) allait certainement payer la facture de ce marché de dupes. Par contre, contrairement aux propos de notre cher expert européen, tu parles... les USA ont concocté une loi protectionniste interdisant toute entrée de produits dont la quantité de coton américain serait inférieure à 80%. Ce qui oblige les chinois à acheter le coton américain. Il fallait le faire. A quand le 80% de pièces Boeing dans nos Airbus ? C’est vrai que l’on peut jouer sur la motorisation, les appareils électroniques... Mince, c’est peut-être déjà fait !

      Vraiment, ce Lamy nous lamine !!! et ce n’est pas le mien (l’).

      Recours aux spécialistes :

      Messieurs,

      Pourrions-nous ouvrir un grand débat sur toutes les personnes qui occupent des fonctions de pouvoir et qui sont méconnues du grand public ? Que cela soit dans la fonction publique ou dans le privé. Ils sont nommés, restent en place, malgré les changements de gouvernements etc. Et souvent, ils détiennent les vraies manettes. Quels sont leurs rôles, leur émargement etc. Il faut une grande transparence aujourd’hui et dénoncer les nominations de petits copains, fils de...

      Notre pouvoir est entre leurs mains, je ne leur fait plus confiance, ça suffit.

      Merci.

    • Quand on pense que pascal Lamy est toujours membre et responsable national du nureau national du ps plus rien ne nous étonne avec les soces dems pas étonnant non plus que la clique des hollande , dsk , et autres parait - il " socialistes " mais vrais blairiste cogestionaires et collabos du néo libéralisme appellent a voter Oui a la constitution libérale des giscard baroso bolkestein

      Ont - t’ils oubliés le mot socialiste dans leur parti

      hélas comme les verdatres aussi Oui

    • Dans le reportage sur le textile en Chine, j’avais oublié de préciser que depuis une vingtaine d’années, ils se sont équipés des meilleures machines, et que maintenant, la filière compte au bas mot 80.000.000 à 100.000.000 de personnes. Au prix d’un quart à un demi roumain par mois, débarquée de leur campagne, entassées 8 à 12 par dortoir... la caserne quoi. Jusqu’à quand ? Les chantages vont être difficiles maintenant.

  • " La Chine avait averti Bruxelles, la semaine dernière, que pour acheter un Airbus, elle devait vendre 20 millions de chemises. On comprend le message…"

Derniers articles sur Bellaciao :