Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Manuel Valls défend Jack Lang et se réjouirait de voir DSK au FMI

dimanche 15 juillet 2007 - Contacter l'auteur - 9 coms

On se souvient de la Valls hésitation lors du referendum sur le projet de TCE : NON puis NON mais, N…oui et finalement OUI et participation militante au Oui pour le TCE.

En août 2006, Monsieur Valls nous enjoignait avec conviction de promouvoir la candidature de Lionel Jospin à la désignation en vue des présidentielles :
"Notre pays, j’en ai la conviction, a besoin d’un homme d’Etat - expérimenté, solide et cohérent – capable de porter une vision, de redonner du sens à la fonction suprême, pouvant tracer de vraies perspectives pour le pays, pour l’Europe, et pour le monde. Seul Lionel JOSPIN est capable d’offrir cet avenir, caractérisé par la réinvention de l’idéal républicain."
Le moins qu’on puisse dire est qu’il aura cédé bien aisément aux charmes de Ségolène Royal à qui il a tôt fait de faire allégeance.

A l’automne 2006 Monsieur Valls accusait Nicolas Sarkozy de mettre le désordre dans les banlieues. Il s’interdit aujourd’hui de "diaboliser" le chef de l’Etat avec qui il dit apprécier de pouvoir s’entretenir. Il comprend Jack Lang prêt à faire bénéficier le gouvernement de son expérience. Il se réjouit de voir DSK bientôt accéder à la tête du FMI grâce à l’entremise de Nicolas Sarkozy.

Tout cela est fort bien ! Les glissements progressifs du plaisir conduisent apparemment Manuel Valls dans ces zones étranges où l’on ne sait plus distinguer entre les charmes et les pièges du pouvoir.

Puisque Manuel Valls entend modifier l’intitulé du parti socialiste, qu’il pense donc à intégrer à sa réflexion la pente que suit ledit parti depuis des années et dont il participe activement à l’accélération. Nul doute qu’il saura trouver la sémantique adéquate !

Mots clés : Muncerus / Partis politiques /

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :