Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

PCF : la fronde continue contre la candidature de Pierre Laurent en Ile-de-France

jeudi 17 décembre 2009 - Contacter l'auteur - 13 coms

La décision du PCF de présenter Pierre Laurent comme tête de liste aux élections régionales en Ile-de-France, confirmée lundi 14 décembre par une conférence régionale, provoque de nouveaux remous. Jacques Perreux, vice-président du conseil général du Val-de-Marne, a annoncé, mardi 15 décembre, qu’il quitte le parti et rejoint la liste Europe Ecologie. Il sera numéro deux de Cécile Duflot dans le Val-de-Marne. C’est une nouvelle défection après celle de Stéphane Gatignon, maire de Sevran qui sera, tête de liste dans le 93.

Le même jour, Daniel Brunel, vice-président du conseil régional, a quant à lui décidé de ne pas mener la liste du Front de gauche – alliance du PCF, du Parti de gauche et de la Gauche unitaire – en Seine-et-Marne.

Jacques Perreux, c’était un peu le "Monsieur écologie" parmi les élus communistes. Il avait été un des rares représentants de son parti à se rendre aux rassemblements altermondialistes du Larzac en 1999 et 2003. En charge des dossiers de l’eau, du développement durable et des énergies alternatives au conseil général du Val-de-Marne, il s’est longtemps battu, y compris contre son parti, pour une gestion publique de l’eau. En 2007, lors de l’élection présidentielle, il fut directeur de campagne de José Bové.

"FUITE EN AVANT RÉITÉRÉE DANS LE SECTARISME"

La décision de barrer la candidature, comme tête de liste en Ile-de-France, de Patrick Braouezec – à ses yeux "la seule capable de rassembler largement" – a été la goutte d’eau : "En proposant son futur secrétaire national, [le PCF] se trompe d’enjeu et casse l’éventuelle dynamique qui aurait pu s’instaurer. Ce n’est même pas un retour en arrière, mais une fuite en avant réitérée dans le sectarisme. C’est un nouveau gâchis", écrit M. Perreux dans la lettre qu’il a adressée à ses camarades.

Il y annonce qu’il quitte le PCF. Pour lui, "le PCF n’est plus ce qu’il a été et depuis longtemps. Les jeunes, les intellectuels, qu’il avait massivement rassemblés, l’ont déserté. La classe ouvrière ne lui fait plus confiance".

Mais c’est surtout la politique d’alliance du parti qu’il critique, depuis l’échec de la candidature unique de la gauche radicale à la présidentielle de 2007. "Après avoir empêché une candidature unitaire des antilibéraux aux dernières élections présidentielles, explique-t-il, le PCF s’entête à nouveau à ce que le rassemblement se fasse autour de lui pour les élections régionales."

Cette fois-ci encore, déplore-t-il, au lieu de "tenter de se réoxygéner par une politique de rassemblement avec d’autres forces", Marie-George Buffet impose le candidat de l’appareil.

Jacques Perreux quitte donc le PCF mais dit rester communiste. Il ne cherche pas un nouveau parti, n’adhère pas aux Verts mais rejoint Cécile Duflot parce qu’il a "une démarche ouverte".

"LA SAUVEGARDE D’UN APPAREIL"

C’est cette même fermeture du PCF qui a poussé Daniel Brunel a refuser de conduire la liste départementale du Front de gauche. Lui aussi soutenait Patrick Braouezec, convaincu que la candidature du député de Seine-Saint-Denis était la meilleure en Ile-de-France. "Je crains que l’engagement pour la candidature de Pierre Laurent soit un signe pour toutes celles et tous ceux qui prônent un repli identitaire", écrit-il dans un courrier à sa secrétaire départementale.

L’élu régional critique fortement la manière dont la décision a été prise : sans consulter les adhérents ni les partenaires alliés, comme le réclamait M. Braouezec.

"Lorsque l’appareil tranche ainsi, en sacrifiant au passage une opinion très majoritaire des élus, celle d’un nombre plus important de communistes qu’on ne croit et celle de nos partenaires actuels et potentiels, c’est bien que la sauvegarde d’un appareil paraît bien plus importante que les résultats électoraux et l’intérêt de nos concitoyens. Je ne pense pas que la majorité des communistes veuillent cela", conclut-il.

L’hémorragie dans les rangs du PCF ne semble pas terminée.

Sylvia Zappi

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/12/16/pcf-la-fronde-continue-en-ile-de-france_1281299_823448.html

Mots clés : FR - Ile de France (01) / Partis politiques / Régionales 2010 / Sylvia Zappi /

Messages

  • Je constate que, malheureusement, les défections au PC se font plutôt vers la droite.
    Rejoindre EE, c’est rejoindre le camp du libéralisme.
    Ils veulent conserver leurs élus, et comme le PC ne leur garantit pas ce poste, ils vont voir ailleurs.
    triste époque !

    • tout à fait d’accord

      le glissement à droite continue ....

      triste époque, fin d’un cycle , celui des lumières qui a vu les peuples et les sans grades s’immiscer dans les affaires publics.

      2 siècles auront suffis pour que la maillonnaise retombe.

      on préfère se tourner vers ce que l’on "connait" même si cela mène dans le mur.

      la peur de l’inconnu est puissante et c’est un travail immense qui nous attend pour offrir à nos enfants un avenir meilleur

      triste époque .......

    • Pour une fois que zappi ne tape pas sur le npa ! Il apparait qu elle roule plutôt pour le senateur melenchon ! Le pc a des problemes car il a fait semblant de ne pas trancher entre 2 orientations unite anticapitaliste et antiliberal et gauche plurielle relookee !En fait il a choisi c est pour cela qu il a tout fait pour ecarter le npa des listes unitaires ! en attendant soutenez le npa et sa campagne anticapitaliste !

    • Le PC n’est plus vraiment ant-capitaliste. D’ailleurs on trouve de moins un moins se terme dans leurs déclarations. Je viens de recevoir une déclaration du PC de Vendée qui dénonce la gestion des socialistes en proposant presque la même chose mais en disant qu’il fallait aller outre la concurence, en quelque sorte un aménagement du capitalisme. Cette déclaration est malheureusement d’une nullité consternante, pourtant je l’ai relut plusieurs fois pour en comprendre le sens en espérant découvrir un sursaut vraiment anti-capitaliste, mais ce n’est que particulièrement creux. On a comme l’impression qu’il n’y a plus de véritable idéologie marxiste dans ce parti, c’est dommage...

      Si, il y avait la défenses d’une sorte de productivisme à la mode de l’ancienne URSS, j’espère qu’ils ne vont pas aller jusqu’à repondre des plans quinquennaux. Ca me désespère, si ça continu, il y aura des élus communistes de part les magouilles électorales, mais il n’y aura plus de parti, ou du moins, presque plus de votants vraiment communistes.

    • Quand j’entendais les responsables d’Europe écologie pendant les dernières européennes je les trouvait plus à gauche et plus intéressant que mélenchon qui anonait sans fin Lisbonne et Dublin, ayant pour seule programme de demander à l’Europe de protéger le voter des ultra droitiers réac qui ont fait gagner le non en irlande. Entendre Mélenchon défendre les anti avortements m’a filé la gerbe.
      J’ai voté non, mais une fois défait il fallait proposer quelque chose d’un peu plus constructif.

    • Réponse à Jeans - 217.***.196.*** Comment être capitaliste et écolo ( ?!)
      C’est une question qui hante, comment affirmer sans rire que l’on veut sauver la planète et voter pour un texte (le Traité Constitutionnel Européen) qui propose "d’accroître la productivité de l’agriculture" (article III-227), qui soumet tout projet de régulation des transports à l’unanimité des 25 Etats et interdit toute taxation sur les activités polluantes (art. III.234). Comment dire oui à un texte où il est précisé que : « Sauf dispositions contraires des articles III-227 à III-232, les règles prévues pour l’établissement ou le fonctionnement du marché intérieur sont applicables aux produits agricoles » (art. III-226 §2). Si le marché est le fondement, la souveraineté alimentaire passe à la trappe ! Comment peut-on être capitaliste et écolo ? Et le dernier vote européen d’Europe Ecologie sur une relance du nucléaire en Europe.

    • Je constate que, malheureusement, les défections au PC se font plutôt vers la droite.

      le glissement à droite c’est aussi de part de la direction du PCF, en réalité une "guerre des places" entre "neo-sociaux-démocrates"...

      RF

  • La dérive à droite continue dans ce parti comme à la Cgt .

    Ca sent le sapin pour nos amis cocos .

  • En fait il y a une vraie fracture entre les militants de base et certains élus qui considèrent que c’est d’eux seuls que doivent émaner les choix Le refux de Patrick Braouezec de soumettre sa candidatures aux suffrages de ses camarades est d’ailleurs significative d’une attitude qui pose plus que des questions. Je peux comprendre des approches différentes mais quand je vois certains positionnements. Je considère que certains sont beaucoup plus préoccupé par leur carrière qu’autre chose - En fait les militants de base du PCF sont entrés dans une phase de reconquête de leur organisation et là il peut y avoir une nomenklatura qui se rebelle. Le pouvoir corrompt certainement mais comment organiser la rotation des fonctions et là c’est plus facile à dire qu’à faire. Pour rappel Braouezec est co fondateur avec le maire PS de Clermont-Ferrand et un membre du MEDEF d’une association sur les (Partenariats, Publics, Privés) PPP et là je me demande où certains veulent nous conduirent.

  • c’est aux militants du PC de faire le menage ,et de reorienter ce parti a gauche.

    • Bon débarras pour le PCF que ses élus bifteckarts quitte l’organisation révolutionnaire . Braouzec , Perreux ,Gatignon ,Brunel etc qui ont vécu aux frais du PCF depuis des dizaines d’années préparent leur retraite politique après en avoir bien profité . Ils ont oublié d’où ils viennent et leur mépris des camarades de la base est depuis longtemps connu .

      L’histoire les marquera au fer rouge vis à vis des nouvelles générations avides de pureté révolutionnaire . L’argent pervertit et continuera de pervertir malgré nous cette belle idée Communiste de partage ,de solidarité et d’amitié .

      Mais continuons le combat pour la vertu révolutionnaire auprès de masses populaires qui recherchent une autre socièté que la société capitaliste .

      le Père Castro , dans ses discours et ses écrits , a toujours disqualifié ce genre d’attitude politique antithèse d’un véritable comportement révolutionnaire .

      Mais les directions du PCF à tous les niveaux portent tout de même une responsabilité dans cette imposture de certains camarades "carrièristes" qui veulent éviter à tout prix le retour au boulot qu’ils n’auraient jamais dû quitter .

      Le renouveau amorcé depuis le dernier congrès doit se poursuivre et s’amplifier , nourri par la lutte sociale contre les capitalistes et leurs valets que nous vivons actuellement . La recherche de postes électoraux par certains d’entre nous n’est qu’un épiphénomène dans la longue lutte de la classe ouvrière pour sa libération .

      Bernard SARTON,section d’Aubagne

    • je ne veux pas être désobligeant mais quand même Jacques Perreux qui critique l’appareil du PCF , c’est un gag ! Il en est un pur produit , jamais il n’a bossé dans le privé, toujours permanent ou presque depuis les JC, LVJ etc.. , je me marre !

    • Chacun a le droit d’évoluer et de changer d’opinion. Néanmoins lorsqu’on ’est élu sur une liste, en l’occurrence le PCF ; On ne change pas de parti...simplement par respect pour les électeurs qui ont voté pour lui et lui on fait confiance. J. Perreux aurait dû refuser l’investiture du PCF, avant les dernières cantonales et continuer sur la logique politique qui était déjà la sienne à cette époque. En attendant il s’assure des indemnités de CG jusqu’en 2014...triste individu.

Derniers articles sur Bellaciao :