Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Projection Rencontre avec Francesca Solari et Oreste Scalzone jeudi 22 novembre 2007 20h au Latina

lundi 19 novembre 2007 - Contacter l'auteur

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir présente
le jeudi 22 novembre 2007 à 20 h au cinéma Le Latina
20, rue du Temple Paris 4
Métro Hôtel de Ville

« ADDIO LUGANO BELLA »
de Francesca Solari
avec Giorgio Bellini et Oreste Scalzone
Allemagne, Suisse, 2000, 70 min
vo italienne-française sous-titrée en français

(Una produzione Ventura film, in coproduzione con ZDF
Sceneggiatura : Francesca Solari, con la collaborazione di Michel Loulergue, Pierre Loizeau, Ilaria Bussoni, Philippe Blancher
Fotografia : Renato Berta, Eric Turpin
Suono presa diretta : Remo Belli, Ives Szlotnicka
Montaggio : Dominique Pâris
Montaggio suono : Dominique Pâris, Jean Marc Schick
Arrangiamento : Ivano Torre
Produttori : Elda Guidinetti, Andres Pfaeffli)

Le film sera présenté par la réalisatrice Francesca Solari et Oreste Scalzone

Le film

Une femme se raconte : l’arrestation de l’homme qu’elle aime, l’explosion des souvenirs du passé révolutionnaire, la solidarité généreuse du vieil ami et leader de cette époque révolue, les accusations gravissimes démenties enfin. L’erreur judiciaire est à l’origine d’un voyage intérieur, nourri du dialogue avec le père, peu avant sa mort inattendue.

Entre récit autobiographique et regard sur le monde, souci de soi et souci de l’autre, la réalisatrice cherche le fil de sa propre histoire en contrepoint de l’image masculine. Giorgio Bellini, figure emblématique des révoltes des années ’70 à Zurich, Oreste Scalzone chef mythique du ’68 à Roma, interprètent leur propre rôle à la frontière entre documentaire et récit scénarisé.

Una donna si racconta : l’arresto dell’compagno che sta appena iniziando ad amare, l’esplosione di ricordi del passato rivoluzionario, la solidarietà generosa del vecchio amico e leader di quell’epoca passata, le accuse gravissime smentite alla fine. L’errore giudiziario è all’origine di un viaggio interiore alimentato dal dialogo con il padre, appena prima della sua morte inattesa.

Tra racconto autobiografico e sguardo sul mondo, cura di sé e cura dell’altro, la regista cerca il filo della sua storia in contrasppunto con l’immagine maschile. Giorgio Bellini, figura emblematica delle rivolte degli anni ’70 a Zurigo. Oreste Scalzone, mito del ‘68 romano, interpretano se stessi alla frontiera tra documentario e racconto sceneggiato.

La réalisatrice Francesca Solari

Née en 1950 à Locarno, Francesca Solari, s’engage dès ’68 au Lycée de Lugano et pendant toutes les années ‘70 dans les mouvements antagonistes et féministes, en Suisse et puis en Italie. Elle étudie la philosophie et la sociologie de l’art à Naples.

Après la naissance de sa fille en 80, elle s’installe à Paris. Elle travaille pour la télévision suisse comme journaliste et réalisatrice. Dans une trentaine de documentaires à l’approche anthropologique, elle sillonne les différences ethniques et sociales. Depuis 93 elle complète sa formation de cinéaste.

Avec Addio Lugano bella - 2000 - sélectionné pour le prix du cinéma suisse - elle explore les frontières entre les genres. Tenir ensemble cinéma, médecines holistiques, architecture, événements culturels… devient pour elle le pari du nouveau millénaire.

Nata a Locarno nel 1950, dal 68 al Liceo di Lugano e per tutti gli anni 70 si impegna nei movimenti antagonisti radicali e femminista in Svizzera e poi in Italia. Consegue a Napoli la Laurea in Filosofia e Sociologia dell’arte.
Dopo la nascita della figlia nell’80 si trasferisce a Parigi. Lavora come giornalista e regista per la radio e televisione svizzera. Con documentari dall’approccio antropologico indaga le differenze sociali e etniche. Dal 93 perfeziona la sua formazione di regista.
Con Addio Lugano bella 2000 – nominato per il premio del cinema svizzero – esplora le frontiera dei generi. Tenere assieme cinema, medicine olistiche, architettura, eventi culturali… diventa per lei la scommessa del nuovo millennio.

Oreste Scalzone

Né en 1947 à Terni, il est le cofondateur avec Toni Negri de Potere Operaio.En 1981, condamné à 12 ans de prison en Italie pour constitution de bande armée, il fuit en France, où il se consacre corps et âme au soutien inconditionnel pour tous les militants d’extrême gauche en fuite. Le 4 février 2007, une fois les faits prescrits, il entame des voyages en Italie en qualité de “subversif itinérant”.

Oreste Scalzone , nato nel 1947 a Terni. Ferito negli scontri durante il 68 a Roma ne diventa un’icona. Con Toni Negri tra i fondatori di Potere Operaio e più tardi alla testa della movenza dell’Autonomia. Nell’81 ripara in Francia per sfuggire a una condanna a 12 anni in Italia. Si deidica anima e corpo a soccorrere incondizionatamente tuuti i rifigiati dell’estrema sinistra italiana. Nel febbraio 2007, con la prescrizione della pena, intraprende frequenti viaggi in Italia, da “sovversivo itinerante”

Festivals

Festival Internazionale del Film Locarno 2000, Cineasti del Presente, Roma Film Festival, 2000, Nomination Prix du cinéma suisse alle Giornate del cinema svizzero di Soletta, 2001, Festival del Film Alpe Adria, Trieste 2001, Festival International de films de femmes de Creteil, 2001, Internationales Documentarfilm Festival München, 2001, 23esimo Incontro internazionale di film di donne, Firenze, 2001, Le réel en scène - les écrans documentaires, Paris - Gentilly, 2001
Addio Lugano bella - Memoria ribelle – Napoli - rassegna di arte cinema e parola, attorno agli anni 70, aperta e ispirata dal film Addio Lugano bella

Un grand merci à Silvia Balea
et Maria de Medeiros, notre marraine.

Organisé par le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir
au Cinéma Le Latina , cinéma des pays latins, sous les auspices de l’Union latine
20 Rue du temple 75004 Paris
Métro Hotel de Ville ou Rambuteau

www.centre-simone-de-beauvoir.com

Mots clés : Cinéma-vidéo / Extraditions - Exil / FR - Ile de France (01) / Oreste Scalzone / Rencontres-débats /
Derniers articles sur Bellaciao :