Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

SUD EDUCATION : LA CRIMINALISATION DU MOUVEMENT LYCEEN EST INACEPTABLE !

samedi 23 avril 2005 - Contacter l'auteur - 3 coms

LES VIOLENCES POLICIERES DOIVENT ETRE SANCTIONNEES !

de SUD Education Paris

Le vendredi 22 avril 2005, huit lycéens et un enseignant, adhérent de Sud éducation, ont été mis en examen, à la suite de l’occupation d’une annexe du ministère de l’éducation nationale le 20 avril. Notre syndicat, qui était présent tout l’après-midi du 22 avril au Palais de Justice de Paris, leur exprime son soutien et sa solidarité sans faille.

SUD Education exige l’abandon de toute poursuite à l’encontre de celles et ceux qui n’ont fait que manifester leurs revendications contre une loi Fillon rejetée unanimement (y compris, sur des chapitres essentiels, par le Conseil constitutionnel).

Au lieu de riposter par la matraque, le ministre et le gouvernement devraient entendre et répondre à l’exigence d’une école démocratique. Devant les manquements graves de ces derniers jours aux droits fondamentaux des personnes, nous exigeons que toute la lumière soit faite : · Sur les conditions d’arrestation (une jeune fille a été blessée à la tempe d’un coup de matraque, et a du être hospitalisée). · Sur les conditions de la garde à vue.

De nombreux témoignages font état, dans certains commissariats parisiens plus particulièrement, de coups et de mauvais traitements, d’humiliations, d’atteintes à la pudeur, de manquements aux règles régissant les gardes à vue, d’autant plus graves que les lycéens et lycéennes étaient pratiquement tous mineurs. ·

Sur la réalité des bases matérielles et les témoignages à partir desquels ont été proférées les accusations SUD Education Paris appelle l’ensemble des organisations syndicales, associatives et de défense des Droits de l’Homme et des Droits de l’Enfant à unir leurs forces contre la répression engagée et pour le respect des libertés. D’ores et déjà, des procès sont programmés à l’encontre de lycéens et de ceux qui les soutiennent.

Une très grande mobilisation devra se mettre en œuvre pour obtenir la relaxe de tous.

Mots clés : Ecole-Université / Police - Répression / Syndicats /

Messages

  • Bien sûr qu’il faut une mobilisation générale : GREVE GENERALE RECONDUCTIBLE !

    MAiS,

    - les syndcats jaunes SGEN et UNSA n’appelleront pas à la grève à moins d’un miracle...

    - que va faire la FSU ?
    va -t-elle expliquer aux enseignants, comme en 2003, qu’il vaux mieux préparer le bac afin de ne pas se mettre "l’opinion à dos" ?

  • Votons NON le 29 mai à cette constitution de merde et déclarons la grêve générale et immédiate dès les résultats. On prend d’assault les télés (TF1 et France Télévision), Radio France et Le Monde, Libération et le Figaro, .... Ce sera la nuit la plus longue et on dialoguera avec tous les peuples d’Europe (les 25 et ceux qui rentreront un jour ou l’autre). On expliquera que l’on est pour une Europe anti-Kapitaliste, pour le moins anti - libérale pour celles et ceux que cela gênent aux entournures, mais nécessairement solidaire et fraternelle et que l’on convoquera des Assemblées dans toute l’Europe pour construire cette nouvelle Europe que nous attendons touTEs. Cela va prendre beaucoup de temps mais pendant ce temps là, on arrêtera de faire des conneries et l’on pensera à des choses très sérieuses sans se prendre pour autant le "chou".
    On signifiera à Raffi et à toute sa clique qu’ils sont licenciés sans indemnité, avec interdiction de retourner dans les services de l’Etat qui, de toute façon est amené à disparaître rapidement. Il faudra imaginer, bien évidemment, à la période transitoire entre son existence et sa disparition programmée.
    On convoquera immédiatement le Préfet de police de la ville de Paris et les principaux chefs de la police en France, pour qu’ils s’expliquent sur les dérapages des forces de police durant les manifs contre la loi Fillion. Bien entendu, il faudra leur faire comprendre qu’ils risquent très sérieusement de perdre leur job ainsi qu’aux "flics" républicains que la République ce n’est pas du tout cela.
    Bon, il nous reste un peu plus d’un mois pour imaginer ce que sera demain, la France et l’Europe et surtout, pour se montrer solidaire des lycéenNEs qui en prennent plein la tête par l’appareil répressif.

Derniers articles sur Bellaciao :