Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Siné Hebdo en rupture de stocks, malgré un tirage de 140.000 exemplaires

jeudi 11 septembre 2008

Gros succès pour le premier numéro de Siné Hebdo

Le nouvel hebdomadaire satirique du dessinateur Siné, lancé ce mercredi, était en effet en rupture de stocks dans de nombreux points de vente dès la fin de matinée, malgré un tirage de 140.000 exemplaires.

Le nouvel hebdomadaire satirique Siné Hebdo, lancé mercredi 10 septembre par le dessinateur Siné, licencié de Charlie Hebdo après une chronique sur une supposée conversion au judaïsme de Jean Sarkozy, était, selon la lettre spécialisée Press News, "en rupture de stocks dans de très nombreux points de vente dès la fin de matinée, malgré un tirage de 140.000 exemplaires".

L’imprimeur du journal, Gilbert Caron, patron de Rotos franciliennes, a même précisé qu’un stock supplémentaire de 5.000 exemplaires a été également utilisé. Ce tirage était initialement prévu pour la Fête de L’Humanité, toujours selon Presse News.

Face à l’ampleur de la demande, 15.000 exemplaires de plus ont été tirés et devraient être livrés jeudi.

En conséquence, le nombre de tirages du deuxième numéro de Siné Hebdo, qui devait être de 80.000, pourrait être revu à la hausse, à 140.000 exemplaires.

"Ce sera (...) ce qu’aurait dû être Charlie"

"Ce sera un journal d’humour, libertaire, ce qu’aurait dû être Charlie s’il était resté dans la tradition initiale", avait déclaré le caricaturiste à l’occasion du lancement de son hebdomadaire.

Sur son blog, Siné définit son nouveau journal comme "un canard qui ne respectera rien, n’aura aucun tabou, chiera tranquillement dans la colle et les bégonias sans se soucier des foudres et des inimitiés de tous les emmerdeurs".

Siné a réuni une "quarantaine de collaborateurs" — dessinateurs, journalistes, auteurs... — qui ne seront pas forcément réguliers, a-t-il précisé.

Siné, directeur

Siné en est le directeur et le gérant, tandis que sa femme, Catherine Sinet, sera rédactrice en chef.

L’hebdomadaire est vendu au prix de 2 euros et ne comportera pas de publicité, a indiqué le caricaturiste, qui a lancé un appel aux dons sur son blog pour soutenir ce lancement.

Dans une chronique publiée le 2 juillet par Charlie Hebdo, Siné ironisait sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy, fils du président de la République, avant son mariage annoncé par la presse avec la fille du fondateur des magasins Darty. Taxé d’antisémitisme, ce qu’il a réfuté, il avait ensuite été licencié de l’hebdomadaire satirique.

"Dieu n’existe pas"

De son côté, Charlie Hebdo consacre son numéro de cette semaine à la venue de Benoît XVI en France. On peut voir en couverture une caricature de Benoît XVI intitulée "Dieu n’existe pas", et le pape de répondre "Le fumier ! Je m’en doutais !". Outre huit pages de dessin, plusieurs textes commentent la prochaine venue de Benoît XVI, qui doit arriver vendredi en France. Ainsi, dans son édito, Philippe Val l’assimile au "vainqueur de la ’Vatican Academy’" . Par ailleurs, la journaliste Caroline Fourest rappelle "le droit à l’irrévérence" estimant que si Charlie Hebdo avait perdu le procès intenté par des organisations musulmanes contre le numéro sur les caricatures de Mahomet, un tel journal consacré satiriquement au patron de l’Eglise n’aurait pu voir le jour.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...

Messages

    • "Pareil que Miguel"- vraie déception en ce qui me concerne , à part Warschawski, Baillargeon sur l’anarchisme, un ou deux dessins, et une mention spéciale à Filoche, car cette idée de chronique est une bonne chose. Ca m’a fait plutôt "Bof".

      Sinon c’est quand même très très consensuel , mou ( que fiche Isabelle Alonso dans ce papier ?), Bedos est émoussé comme une vieille lame de canif, Arthur est imbittable, Berroyer surnage, et ça ne parvient pas à être "méchant" , "iconoclaste" ni "drôle"...

      Je m’interroge en outre... Où est "la jeunesse" ? la "Nouvelle garde" ??? Plutôt absente...

      J’ajouterai que personnellement je trouve ça dommage que Siné commence par cracher à la gueule des communistes (dans son édito, quand il parle de ce qu’est "la vraie gauche" selon lui, il ne nous mentionne pas ...)

      Et qu’ils se soient crus obligé de nous infliger comme première tribune d’Onfray un bon laïus anti communiste sur les "marxistes-léninistes" comme "abrutis utiles" ça m’a un peu pété les ouaches... A deux euros c’est un peu cher le sentiment de se faire vomir dessus.

      Signé : Une communiste qui a soutenu Siné (et qui ne le regrette pas une seconde, mais qui finit vraiment par avoir les boules, par contre, que les soi disant gens "de gauche" fassent le boulot des gens de droite et s’avèrent incapables, par fainéantise, facilité ou bêtise, de distinguer un stalinien d’un communiste...)....

      LL

      PS Question à ... 2 euros pour Siné : si je reprends son edito, dans "la vraie gauche" il cite expressément "les trotskistes"...il ne les appelle pas non plus "communistes " (les militants de la LCR apprécieront, Lev Bronstein également) - n’est ce pas un réflexe d’ancien stal ? :-)

    • ouais, les "communistes" en prennent pour leur grade dans plusieurs articles... pourtant il n’était pas porteur de valises pour le FLN ?

    • J’en sais rien...

      Mais en tout cas, moi, j’en ai ma claque. Un "anticommuniste" ne peut PAS être "de gôôôôôche".

      C’est pas possible - ça ne veut pas dire que il faut forcément nous aimer , nous comprendre, d’ailleurs on s’en fout - mais juste arrêter de nous traiter comme des fachos Y EN A MARRE BORDEL.

      Je suis communiste, pas trotskiste ni stalinienne ni maoïste ni que sais je. Communiste, en tout cas, j’essaie, je m’efforce, comme bcp d’entre nous de trouver la voie vers une autre société , a priori meilleure. Je ne vois pas pourquoi je mérite en permanence et les miens avec moi, une telle volée de bois vert, tant de mépris, et d’insultes, même à peine effleurées.

      D’un mec de droite oui je pige bien ; d’un soi disant mec de gauche, libertaire ou anarchiste (ou les 3) alors là ça me gave.

      La Louve

    • Beaucoup d’anar’ crachent sur les communistes, souvent par bêtise, trop souvent par habitude, très régulièrement par mimétisme des générations d’anar’ précédentes, du coup ça ne m’étonne pas.

      (k)G.B.

    • Slt cher (k) GB

      Les vrais anar qui crachent sur les communistes, franchement, je ne connais pas - qui prennent un peu ça à la rigolade oui, que ça crispe un peu, oui. Qui nient, qui méprisent, non... Quand tu penses à Kropotkine, franchement comment tu peux être anarchiste et anticommuniste ?!

      Par contre, je connais bien des anars qui crachent sur le PCF, comme ils le firent sur le PCE (et avec quelles raisons, par exemple dès qu’on aborde le sujet de la guerre d’Espagne, et là franchement, et entre autre, je comprends) - mais je refuse de considérer comme "anarchiste" un mec (une nana) qui caricature, qui refuse de faire la différence entre communiste et stalinien, qui fait pas la nuance entre pisser sur l’Eglise, les partis, et pisser sur ses propres grolles... je me répète ok mais vraiment, j’en ai marre.

      Compte tenu de l’exigence intellectuelle que se donnent les quelques rares vrai-e-s anarchistes qui existent encore, ils savent parfaitement faire la différence et d’ailleurs, ils la font, entre communistes, stalinien ou membre du PCF/PCE etc.

      Donc, je ne prête aucune excuse à ces gens là ( en général, les mêmes, qui font preuve d’un conservatisme en matière musicale hallucinant) - juste qu’ils sont anarchistes comme moi je suis bonne sœur. Et je prends acte de leur bêtise. C’est tout.

      Je ne peux plus supporter les vaniteux intellos qui t’expliquent, en reprenant en partie, les mots et concepts de Arendt ( pas vraiment une "femme de gauche" hein) que, en gros, "le communisme est totalitaire par essence" - ça me saoule. De mon point de vue ce sont des ânes.

      Ce qui rend éventuellement les velléités, les désirs communistes dangereux (et demandent donc une participation active de tous les communistes à leur propre "contrôle" ) c’est notamment qu’ils s’expriment dans un monde impérialiste et coincés dans des cadres bourgeois.

      C’est pour ça que tout ce qui consiste à rappeler opportunément aux communistes qu’il faut respecter la liberté des siens, de la majorité (anarchistes, communistes trotskistes...) est précieux et doit être sauvegardé. De mon point de vue ce n’est pas le cas de ce nouvel Hebdo - mais je ne vais non plus passer mon temps à les démolir.

      La Louve

    • Tout est dit dès la première phrase :

      Les vrais anar qui crachent sur les communistes, franchement, je ne connais pas

      En effet, les vrais ne le font pas. Mais combien de prétendus anarchistes le sont vraiment ?

      (k)G.B.

    • hi hi hi ...

      ...comme les communistes mon frère :-)

      C’est au pied du mur qu’on voit le maçon - et pas l’inverse.

      Bon, tu viens à la fête ou bien ?

      LL

    • J’y serai Samedi avec quelques autres personnes, nous jouons d’ailleurs un petit spectacle de rue qui cherche à montrer aux français comment ça se passe aux checkpoints en Palestine. ;)

      (k)G.B.

    • ...pourtant , La Louve ,tu devrais y être habituée ,depuis le temps.
      Fraternellement
      cidrolin.

    • Ce commentaire me paraît stupide : les porteurs de valise du FLN n’étaient pas tous communistes, pas plus que les résistants de la guerre de 40. Ne mélangeons pas tout !!!

  • Au vu de finalement toute la pub qui avait été faite, je craignais d’être déçu.
    Et bien non. Vraiment décapant. réellement irrévérencieux. Le seul canard qui m’a fait sourire depuis bien longtemps

  • Personnellement assez déçu, je ne comprend pas leur premier numéro, au lieu de "fédéré" et garde "l’unité" que la solidarité a pu crée le licenciement abusif de Siné...

    Presque tous a été fait pour cogne sur les cocos, a partir même de l’éditoriale, comme si c’est le "ennemi numéro un" a éliminé sur cet terre, aucun effort pour constate que les "communistes" sont pas obligatoirement qui suive aveuglement le PCF mais sont qui refuse tous référence a l’expérience du "socialisme réelle" du "moustachu soviétique", et que son capable de faire une nette différence entre "la gauche social-démocratique-libero-capitaliste" et la "gauche communiste" et que font un énorme effort contre tous les "pense unique" compris cel de "gauche"...

    Et oui Michel ces communistes la ne sont pas encore mort et sont loin de etre "Des crétin utiles" comme tu a ecrit sur ton article, en plus venons de toi "grand philosophe" incapable de faire une analyse correct... certainement tu te "auto proclame" d’être en bonne foi, c’est çà non ?

    C’est pour ca que pour respecte la "rigidité" anarco-libertaire et pour etre "décapent" on a fait même écrire des socialiste sur cet premier apparition...!???

    Bref on peut que "imaginer" que le "tire" soit corrige par la suite...

    Très amusante la "virginité" de Michel Onfray que avant la sortie de "Siné-Hebdo" choisi qui va l’interviewé...

    Un notoire hebdomadaire, certainement gauchisant, tendance trotsko-libertaire-anar comme lui même aime définir "ces amis" le celebre "L’Express", papier imprimé pour "Fédérer une gauche qui ne soit pas une gauche de droite, dominante aujourd’hui dans la presse", comme lui même défini ce propre projet...

    Et bien... Lui a bien choisie un digne représentant "alternative" a la "presse dominant" que en realite "Fédère une droite qui ne soit pas une droite de gauche, dominante aujourd’hui dans la presse" ...

    ciao

    Dr Furioso


    Michel Onfray : "Je serai attentif au contenu de chaque numéro de Siné-Hebdo"

    de Thierry Dupont

    Le premier numéro de Siné-Hebdo sort ce mercredi dans les kiosques. Le philosophe Michel Onfray, qui participe à l’aventure, revient pour LEXPRESS.fr sur ce qu’il attend de ce nouveau journal satirique mais aussi sur les accusations d’antismétisme qui ont valu à son dessinateur fondateur d’être viré cet été de Charlie-Hebdo.

    Pourquoi participez-vous à cette aventure ?

    Ma motivation repose sur quatre points :

    1) Défendre la liberté de la presse. On peut faire des gorges chaudes de la liberté de la presse, mais lorsqu’on a l’occasion de contribuer à la diversité d’expression, il ne faut pas hésiter.

    2) Fédérer une gauche qui ne soit pas une gauche de droite, dominante aujourd’hui dans la presse. Libération est devenu ségoléniste et bayroutiste, Charlie-Hebdo trouve formidables Bernard-Henri Levy et Dominique Strauss-Kahn... Il y a de la place pour une gauche libertaire et anarchiste qui pense que le marché ne doit pas faire la loi.

    3) Défendre le droit à l’athéisme. Aujourd’hui, on se couche trop facilement devant les croyances et les religions. Critiquez l’islam ou le judaïsme et vous êtes islamophobe ou antisémite. Bien sûr, vous pouvez critiquer le christianisme, mais vous tirez sur une ambulance. Si vous dites qu’ouvrir la mer en deux ou marcher sur l’eau, ce sont des fables, vous êtes une personne qui blasphème, qui insulte.

    4) Rétablir le droit à l’humour. Le droit à la caricature et à la satire ont disparu car vous êtes aussitôt jugé insultant ou offensant. Siné, c’est vrai, tutoie parfois la ligne jaune mais le droit à la satire se paie de ce prix-là.

    Mais c’est un acte fort de participer, comme vous le faites, au capital du journal...

    Soyons précis, ma participation est modeste. Mais je crois qu’il faut disposer d’une autonomie financière pour ne pas avoir de comptes à rendre sur les contenus.

    Qu’avez-vous pensé de la façon dont Siné a été licencié de Charlie Hebdo et des accusations d’antisémitisme qui ont été proférés à cette occasion ?

    Philippe Val pourrait tout aussi bien être qualifié d’antisémite car, je vous le rappelle, il a laissé paraître ce fameux article qualifié d’antisémite. Dès lors, soit il démissionne pour faute car il n’aurait pas vu, bien que directeur de ce journal, que ce texte était antisémite, soit il explique pourquoi il a laissé paraître un texte antisémite.

    Dernière possibilité, Siné n’est pas l’antisémite que Val dit, ce que je pense. Ce qu’a écrit Siné n’est pas une généralité, il n’a pas écrit "Les juifs aiment l’argent", ce qui serait effectivement antisémite. Mais il a expliqué que, factuellement, la supposée conversion de Jean Sarkozy au judaïsme ne procédait pas d’une démarche spirituelle mais d’un simple opportunisme, tout comme il aurait pu se convertir à l’islam pour épouser une riche princesse du Golfe. Il ne s’agit donc pas d’un avis général mais du commentaire d’un cas particulier, car il s’agit de Jean Sarkozy, de Siné et de Charlie-Hebdo qui est un journal qui franchit sans arrêt les limites et qui fait bien. Je remarque que Libération, qui est le journal qui a diffusé l’information sur la conversion de Jean Sarkozy, n’est pas traité de journal antisémite.

    Pour vous, Siné n’est donc pas antisémite...

    Je ne suivrais pas une seconde un antisémite dans cette aventure. Je n’ai pas la même opinion que Siné sur le conflit israélo-palestien. Je suis sioniste : je défends la cause palestinienne aussi bien que la cause juive. Je serai donc attentif au contenu de chaque numéro pour savoir si je continue. Mais je défends le droit à la satire, d’autant plus que j’en ai moi-même fait les frais dans Charlie-Hebdo où Polac et Charb m’ont maltraité, Polac allant jusqu’à écrire que mon travail se résumait à : "Y en a marre des rescapés des camps de la mort". Val a aussi qualifié les électeurs ayant voté non au référendum de "nationaux et socialistes". Arrêtons donc de prendre en otage la Shoah pour éviter de penser en insultant l’adversaire...

    Vous croyez au succès de Siné-Hebdo ?

    Ce succès ne pourra être que populaire. Comme il n’y aura pas de pub dedans, Siné-Hebdo ne vivra que si les lecteurs veulent qu’il existe.

    http://www.lexpress.fr/actualite/me...

    • Si SINE HEBDO reste bon
      dans ses dessins et irrévérencieux pour tout ceux qui se prennent trop au sérieux ou qui se croient le nombril du monde
      populaire et intelligent il restera
      si il reste une sorte de référence dans le dessin caricatural, dans les humours de tous poils ,dans l’ouverture d’ esprit
      alors bien sur ,bien des esprits avisés, érudits,
      se sentiront visés parce qu’ils veulent bie nqu’on fustige le voisin mais pas notre pré carré
      alors soyons bons enfants et conciliants , Siné Hebdo nous aidera à nous moquer de nosu même ça nous donnera de la fraicheur
      je suis communiste j’assume et j’assume aussi les critiques envers les communistes parce uqe y vraiment de quoi dire
      et ça ne veut pas dire que Siné est anticommuniste
      anaret communistes unissons nous pour partager sans ériger des murs
      de nos idées tagons nos murs et ceux des autres
      LIBERTE TOLERANCE FRATERNITE et RIGOLADES a tout va
      vai Siné vai

    • réponse à cette question d’une pertinence douteuse :

      dans "droit à l’humour", vous noterez, juste après le mot "droit", le mot "humour"

      la caricature danoise ayant fait la une de Chienlit hebdo après celle d’un torchon d’extrême-droite danois n’a rien d’humoristique ; vous pouvez l’aimer, vous en réjouir, la placarder dans vos toilettes, mais ne dites pas qu’elle vous fait rire

      c’est la différence entre une provocation gratuite (haineuse, stupide, vulgaire) et une provocation à l’intelligence (humoristique)

      c’est la différence entre les lignes haineuses antisémites de "Je suis partout" et les blagues sur les juifs de desproges

      "l’affaire des caricatures" était un jalon parmi d’autres de la lente mais certaine normalisation de chienlit hebdo, puisqu’elle reposait sur du "sérieux" et pas sur des documents irrévérencieux au sens noble du terme, pas de dérision, pas d’humour, c’était mauvais

  • Cette fois-ci, c’est certain, Siné ne risque pas d’être taxé d’antisémitisme. On y a cru, avec tout ce ramdam, à Siné-Hebdo, on l’a attendu, on s’est précipité, on l’a acheté à la première heure : c’était l’anti-Charlie Hebdo, qu’ils disaient ! On n’allait pas rater ça !

    On a ouvert le journal, enthousiastes, et là... et là, une drôle d’odeur de merde nous est montée au nez.

    Dès la page 3, une caricature de Rachida Dati (seule véritable bouc-émissaire de cette première livraison - sur 6 caricatures de personnalités identifiables, 4 lui sont consacrées !) annonce : "Rachida Dati rattrapée par son passé" avec un commentaire de la ministre : "le père ? quel père ? j’ai été victime d’une tournante dans une cave".

    Cela voudrait-il dire que les tournantes sont une spécialité arabe ? Il fallait prévenir, on ne savait pas que c’était aussi simple !

    Page 5, article de Michel Onfray (lui-même) :

    "...le crétin utile qui, sur le même principe psychologique que son ancêtre, défend cette fois-ci le libéralisme comme le taliban son dieu..."

    Ouais, les talibans, ouais ! allez zou, butons-les tous !!

    Page 5, article de Raoul Vaneigem :

    "S’insurger contre le totalitarisme musulman passe pour du racisme. Ceux qui dénoncent le sexisme et la ségrégation des femmes recommandées par l’Islam sont accusées de xénophobie"

    Encore les arabes ? Mais ça tourne à l’obsession !!

    un peu plus loin :

    "Laisserons-nous l’obscurantisme oecuménique, qui tolère l’égorgement et la lapidation islamiques, réinventer le crime de blasphème et renouer avec les pratiques de l’Inquisition ?"

    Guy Debord, à l’inverse de Vaneigem, a eu la courtoisie de mourir avant d’écrire de telles conneries.

    A partir de la page 10, on baisse les bras, parce que tout se mélange.

    Le truc c’est : on attaque toutes les religions, donc l’Islam. Mais en fait, à la lecture, on devine le raisonnement de la rédaction des vieux et des jeunes cons qui se la jouent révolutionnaires, à savoir : "si on veut attaquer l’Islam, il faut qu’on attaque aussi les autres religions pour se couvrir".

    Bref, la technique habituelle, chère à Philippe Val : on met les discriminants et les discriminés dans le même panier, et on frappe en vrac : je tape sur tout le monde, donc sur les forts, donc sur les faibles... Sauf que pour trouver un dessin ou une chronique qui tape sur les forts, eh bien... on attendra le numéro deux.

    On nous avait annoncé l’anti-Charlie Hebdo, et on a un Charlie Hebdo au carré : car en tapant sur tout le monde sans la moindre finesse, sans tenir compte d’aucun contexte, c’est encore une fois les plus opprimés, les plus stigmatisés, et les plus discriminés à qui les coups feront (comme d’habitude) le plus mal.

    Reste le point positif : l’absence des éditos de Philippe Val. Sauf que... des éditos "à la Philippe Val" (genre pseudo-philosophiques) il y en a quasiment un à chaque page : Guy Bedos + Michel Onfray + Raoul Vaneigem + Jackie Berroyer + Arthur + André Langaney + Normand Baillargeon + Christophe Alévêque + Bernard Gasco = 9 Val pour le prix d’1 ! Ils auraient pu demander une chronique à Clémentine Autain ou à Alain Rémond pour arrondir à 10...

    Et cerise sur le gâteau, on apprend ce soir par Bakchich que Siné a viré de son hebdo un des fondateurs, trop "pro-palestinien" afin de ménager... Guy Bedos !

    Allez les gars, encore un effort : recrutez Pierre Palmade et Murielle Robin, et vous l’aurez, votre journal révolutionnaire qui chie dans la colle et les bégonias.

    Mais ce sera sans nous !

    Publié par El Burlador ! à l’adresse 15:35

    http://www.burlador.net/2008/09/sin-hebdo-vaste-fumisterie.html

  • Hébé !...Ca donne pas bcp envie de lire le Siné nouveau...

    Concernant l’anti-communisme, n’oublions pas certaines choses.

    Les idées, les stéréotypes ont la vie dure. Parfois c’est bien : heureusement que la France a une histoire de soubressauts, de révoltes et de révolution. Notre histoire combat en nous contre les fanatiques du capitalisme déchainé.

    D’un autre côté, ça fait vingt ans que l’URSS est décédée, Staline n’est plus qu’un tas d’os depuis plus de cinquante ans, la guerre d’Espagne est achevée ca fait soixante-dix. Mais le ressentissement contre les avatars et les exactions se réclamant du communisme perdure de la même façon, au fond des consciences.

    Sanc compter que les élites ont surligné le trait depuis aussi longtemps. Ne parlons pas des patrons...Quel est l’homme politique qui ne cultive pas une distance vis-à-vis du communisme, quand ce n’est pas un anti-communisme banal, naturalisé ?..Quel canard commente une action, une idée communiste sans mettre une pince sur le nez ?..Pas un, à mon avis, à part évidemment l’Humanité.

    Ca fait beaucoup de monde et beaucoup de poids.

    Soleil Sombre

  • http://bellaciao.org/fr/spip.php?article71004

    Viré vireur : Siné fout à la porte de son hebdo un ami des palestiniens

    de JM Bourget

    Quand Siné est débarqué par l’excellent Philippe Val, le plus indigné des indignés est son ami Christophe Oberlin, professeur de médecine, l’un des meilleurs spécialistes au monde de la chirurgie de la main. Oberlin est un saint laïc qui, plutôt que de faire du fric et d’accumuler les kilomètres aux volants de BMW, préfère bricoler des mains à des africains dont les doigts ont été mangés par la lèpre. Puis Oberlin découvre le sort fait aux palestiniens. L’état des lieux l’indigne. Comme ce type calme et bien élevé ne fait rien à moitié, il décide de passer 10 jours tous les deux mois à Gaza pour y réparer des chairs encore réparables, pour y former des élèves. Il fait la même chose en Algérie. Le tout pour pas un kopek, bien sûr.

    De fil en aiguille (à suturer), en 2004 Oberlin se retrouve sur la liste Euro-Palestine pour les élections européennes. Pour compagnons de route, il a Siné et Dieudonné. Nous nous situons là à une époque ou l’amuseur black n’a pas encore été victime de la sortie de route qui le conduira à faire baptiser son gosse avec Le Pen pour parrain et autres délires. Oberlin fait peur puisque dans certaine banlieue il obtient des scores surprenant. C’est donc un type dont il faut se méfier.

    Si Dieudonné, poussé vers les poubelles de l’histoire est renié, « Bob » Siné reste un ami d’Oberlin. D’où l’indignation du professeur quand Val fait la valise de l’amateur de chats. Oberlin est le premier à pousser à la naissance d’un « Siné Hebdo ». Il tanne ses amis (parfois bien septiques) pour les mobiliser sur ce projet… Mais comme le chirurgien n’est pas du genre à ne faire du bruit qu’avec sa langue, il se met en position pour faire du tapage avec un futur « Siné Hebdo ». Il trouve un peu de fric, met sa maison, son frigo, sa cave, ses ordinateurs et son pote informaticien à la disposition de Siné et de son hebdo signe un protocole d’accord. Puis Oberlin part en vacances.

    Dans les Alpes, le coup de téléphone d’un ami le rattrape : « Christophe, je crois que tu es cocu. La bande à Siné est chez toi pour faire un journal sans toi… ». Quand le professeur rentre chez lui, il y trouve les cogiteurs d’hebdo bien en place. Comme le docteur n’est pas un facho et qu’il ne veut pas virer les amis de son vieux pote dessinateur à coups de pied dans le cul. Il convoque d’autres amis, des vrais, qui remplissent sa maison et jouent du tambour. Siné comprend enfinqu’il n’a plus qu’à se barrer ailleurs.

    Mais, c’est bien connu depuis Gutemberg, les ordinateurs ont une mémoire. Sur les siens, le chirurgien suit à la trace un série de mails dont la philosophie est la suivante : « Si Oberlin, trop marqué aux côtés des palestiniens, reste dans le projet, nous perdons l’aide financière, morale et publicitaire de Guy Bedos… ». Alors Siné a fait comme Val, il a donné la priorité à l’intérêt de ses amis. Personne n’a encore osé dire à Oberlin qu’il est « antisémite ». Mais ça devrait venir.

    Brillant échange de mails avec Catherine Siné "Rédactrice en chef" et moi, modeste créature de la DGSE.

    Comme vous le savez, la lecture se fait de bas en haut :

    Des leçons de journalisme, il est toujours bon d’en prendre à tout êge. Mais, on a aussi le droit de choisir ses professeurs.

    Original Message ----- From : "Redaction SINE HEBDO" To : "Jacques Bourget" Sent : Thursday, September 11, 2008 9:08 AM

    Je viens de lire ton "article"sur Oberlin, intéressant mais pas tout à fait exact ! Chacun sa vérité ! Tu as écrit comme journaliste ou comme pote d’Oberlin ?? Comme pote pas de problème, comme journaliste ça laisse à désirer.

    Catherine Sinet

    Merci encore pour le CFJ, et je constate que l’on peut apprendre le journalisme à tout age. C’est un fait que quand j’ai publié "La DGSE a fait couler le Rainbow Warrior", je n’ai téléphoné ni à l’Elysée ni aux barbouzes. C’est ma vie.

    JMB

    Original Message ----- From : "Redaction SINE HEBDO" To : "Jacques-Marie Bourget" Sent : Thursday, September 11, 2008 12:47 PM Subject : Re : Re :

    http://www.bakchich.info/article4986.html

  • La mauvaise conscience se cache toujours derrière des leçons de déontologie ou de morale. Ainsi, selon Catherine Siné, quand j’écris des vérités sur le comportement de sa troupe, elle ne répond pas sur les faits, elle me parle technologie je veux dire des règles du métier de journaliste, celles que j’ignore.

    Je vais donc en rester aux faits. Le professeur Christophe Oberlin, un honnête homme, a été le premier a réconforter "Bob" Siné après son virage par Val. Le premier a lui dire "tu vas rebondir et créer un Siné Hebdo". Et, comme ce garçon ignore qu’il peut exister une distance entre l’acte et la parole, il a rencontré un imprimeur, trouvé un peu de fric, mobilisé un informaticien de ses amis, installé l’équipe naissante de l’Hebdo dans sa maison. Un document, celui de la constitution d’une société commune, a été signé sous l’objectif de la caméra d’un vidéaste aussi amateur et rigolard, des projets de rubriques ont été imaginés en commun. Et Oberlin est parti en vacances.

    Quinze jours plus tard un ami l’a alerté pour lui révéler que la bande à Siné le laissait tomber, et créait en douce une autre société. Ce qui n’empêchait pas l’équipe d’humoristes de s’incruster chez Oberlin. J’ai sous les yeux le script authentique d’un coup de téléphone de Siné à Oberlin :

    "Christophe tu as été, restes et seras un type formidable … bla, bla, bla, bla, bla. Mais, tu comprends, pour approcher un homme comme Bedos, c’est difficile avec toi dans l’équipe. Tu comprends, cette affaire d’Euro-Palestine, ça colle dur. Tu comprends. C’est tous des cons. Mais cette histoire m’emmerde vraiment…" Emmerdé, ça se sent. On a l’impression d’un type qui roule sans 4X4 dans un océan de boue. Donc l’ami Oberlin est jeté pour avoir été candidat aux élections européennes sur la liste Euro-Palestine. Personne ne dit que ce fait aussi démocratique que banal soit un vrai problème pour Bedos. Et peut-être que ce garçon porte un chapeau en ignorant l’adresse du chapelier…

    Toujours est-il que c’est au nom de Bedos qu’Oberlin a été viré. C’est la vraie histoire et elle n’est pas jolie.

    En ce qui me concerne, j’ai écrit trois papiers pour défendre Siné : deux dans Bakchich et un dans le mensuel Afrique-Asie. Et comme j’aime bien le papier imprimé, tel Caroline Fourest, je souhaite longue vie à "Siné Hebdo". J’aurai préféré qu’il ne soit pas né sur la trahison d’un homme qui n’a rien mérité de tel.

    (pour gagner du temps et faire simple, si vous contactez Catherine Siné elle vous expliquera sans doute pourqoi Oberlin sent le soufre et comment je suis un agent de la DGSE…)

    Source : Bakchich.info

  • Siné Hebdo sur orbite

    Lancement mieux que réussi pour Siné Hebdo : il n’a pas géré son réassort mais a trouvé son public. Bien des exemplaires de Charlie Hebdo sont restés sur les présentoirs.

    Siné Hebdo sur orbiteEn province, difficile, comme l’indique le "posteur" FatigueMorale, car parfois impossible, mercredi soir 10 septembre 2008, de trouver le premier numéro lancé par Catherine Sinet et le dessinateur Siné. Toujours sur Le Post, Nalou reprenait les informations du site du Nouvel Obs’ selon lequel les 140 000 exemplaires étaient tous vendus dès la fin de matinée.

    Sur BellaCiao, divers commentaires regrettaient de n’avoir pas pu se procurer le nouvel hebdo, et les avis étaient partagés sur les contenus . Ainsi Hurloucreve était content, tandis que Roberto Ferrario et d’autres étaient plus tièdes et regrettaient que Siné s’en soit pris au Parti Communiste (en fait, par omission, Siné considérant que le Parti Socialiste ne représente plus la vraie gauche mais s’abstenant de citer le PC parmi les représentants de sa "vraie" gauche).

    Sur Paris Surface, terme de messageries de presse, on trouvait encore de rares exemplaires de Siné Hebdo à la fermeture des principaux kiosques. Pour mon compte, j’imagine que les régleurs (enfin, régler à partir de rien est abusif : on se fie aux messageries, et c’est au bout de trois numéros que le réglage de la distribution tente de corriger la répartition) ont plus ou moins calqué le routage sur celui de Charlie Hebdo. C’était très certainement timoré. Je me suis livré à un radio-trottoir de proximité sur les Grands Boulevards de Paris pour le tronçon de Strasbourg-Saint-Denis à Bonne-Nouvelle. L’un des kiosquiers me signalait qu’un confrère parisien, hors cette zone, avait été en rupture dès huit heures… du matin. En fait, j’ai trouvé à huit heures du soir un rescapé. Malheureusement, le lendemain matin, jeudi, toujours pas de Siné Hebdo. Ce n’est que vendredi (demain, donc) qu’un retirage sera réparti.

    En revanche, ces kiosques qui avaient reçu une vingtaine ou une trentaine d’exemplaires alignaient encore une dizaine de Charlie chacun.
    C’est significatif. Certains kiosquiers pensaient même que Charlie ne redresserait pas la barre. Rien n’est moins sûr. Ce qui est certain, c’est qu’un phénomène de double vente (voire de triple vente, car le lectorat de Charlie et celui du Canard enchaîné se recoupait) risque de s’étioler au fil des semaines. Siné Hebdo a toutefois, s’il s’appuie sur un réseau de correspondants, de contacts, de bonnes chances non seulement de survivre mais de l’emporter.

    Sur le fond, je digère. Péché de nouveau-né, ce numéro fort attendu a joué la carte du rameutage des signatures. L’ours (les mentions légales) m’ont fait retrouver Bruno Langlois, d’autres, et découvrir que Maud Sinet était de la partie. En revanche, j’ai eu le plaisir de retrouver de vieilles et moins vieilles connaissances dans le bandeau de la Une. Heureux de retrouver, sans surprise, Denis Robert, Rémi Malingrëy, ou Delfeil de Ton, très agréablement surpris des présences de Raoul Vaneigem ou de…

    http://www.lepost.fr/article/2008/0...