Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

maltraitance dans les maisons de retraite par manque de moyens !

mardi 4 novembre 2014, par MARTINE LOZANO - 4 coms

maltraitance dans les maisons de retraite par manque de moyens !

9 maisons de retraite sur 10 ne peuvent recevoir les personnes âgées dans de bonnes condition
tel est le constat de l’ association des directeurs au service des personnes âgées
la maltraitance par manque de moyens explose,un cas serait signalé par jour !
selon un article sur RTL "on apprend que pour une personne âgée en bonne santé son cas peut se dégrader en un mois"
cela est très grave !
les personnes sont attachées toute la journée à un fauteuil !

le personnel est débordé !le personnel est en souffrance !

Maltraitance ordinaire générée par le manque de moyens !

« Toilettes bâclées, repas expédiés » « Les pieds ne sont plus lavés qu’une fois par semaine » , » neuf minutes à consacrer à la toilette de chaque pensionnaire » , « ajournement des douches hebdomadaires » ; « repas administrés en une dizaine de minutes » « avec le risque que cela comporte » :« Certains sont victimes de fausses routes parfois génératrices de complications pulmonaires. D’autres n’ont pas le temps de terminer leurs repas. » nous disait le journal la DEPECHE du midi.
Sans compter que l’on trouve des agents de services pour les travaux d’entretien qui administrent des repas aux pensionnaires et prennent en charge les toilettes des personnes âgées.
C’est pourquoi le personnel s’etait mis en grève : une grève des personnels des maisons de retraite du CCAS de Toulouse pour constater les mauvaises conditions de travail et d’hébergement dans ces établissements et le sous- effectif chronique en juillet 2014.

Souffrance du personnel
les 36 heures consécutives de repos hebdomadaires prévus par les textes sont parfois réduites à seulement 24 heures, et il arrive que les plannings de travail réalisés en fonction des effectifs disponibles ne soient communiqués que la veille pour le lendemain, burnout chez le personnel soignant, stress ,fatigue, maladie musculo squelettique, suicides ! Si on interroge le personnel hospitalier, ces employés se déclarent » vidés « La souffrance du personnel se répercute sur l’organisation du travail et le fonctionnement de l’hôpital par de l’absentéisme et turn-over ainsi que des accidents du travail et de la dégradation du climat social ! On voit même des infirmières fuyant leur travail !car la charge de travail ayant été augmenté, le travail s’effectue comme un robot et le côté humain disparait. Le stress est particulièrement présent chez les soignantes, pour des raisons de surcharge de fatigue, Le secteur de la santé n’est pas épargné PAR LE harcèlement moral, FORME DE MANAGEMENT !

la SOUFFRANCE se banalise chez les personnes âgées !
Les personnes âgées dans certaines maisons de retraite : 50 % des personnes âgées hospitalisées et 30 % des résidents des maisons de retraite sont mal nourris. En effet, à la source on trouve une accumulation d’inattentions s’apparentant à des maltraitances : préjugés alimentaires qui conduisent à la prescription de régimes trop sévères, horaires inadaptés (repas parfois servi à 17h30), effet anorexigène de la distribution des médicaments. Des patients handicapés ont des difficultés pour mastiquer, ce qui conduit à un effet buccal déplorable. Des dentistes pourraient pourtant facilement intervenir en amont. Quand on rentre dans la peau d’une personne âgée, « on perd ses repères, S’asseoir dans un fauteuil pour nouer ses chaussures, descendre un escalier, ouvrir une boite de médicament, décapsuler un comprimé, se coiffer, tous ces gestes simples deviennent difficiles voire impossibles. »
Si le degré de civilisation d’une société se mesure à ses engagements envers les plus vulnérables, il est plus que temps de s’intéresser à ce problème pour le résoudre le plus rapidement possible. Les maisons de retraite : maltraitance, sous-effectifs – et gros profits !

"Pascal Champvert, représentant de l’AD-PA explique que "c’est de l’ordre d’une maltraitance sociale, mais que l’on n’accuse pas l’aide-soignante, l’infirmière ou le directeur parce que le problème est celui des pouvoirs publics qui empêchent aux directeurs de recruter davantage". Les maisons de retraite demandent en urgence 100.000 créations de postes, ainsi qu’une aide de 3,5 milliards d’euros."

MARTINE LOZANO MILITANTE ASSOCIATIVE

Messages

  • Je pense surtout que les maisons de retraite devraient être totalement redéfinies...
    TOUTES LES MESURES SEGREGATIVES, même si elles prétendent légitimement avoir un but d’assistance, doivent être critiquées et ABOLIES...
    Et qu’on ne me dise pas qu’il n’y a pas d’alternative...

    NB : où sont passés les médecins et psychiatres DESALIENISTES ? où sont passés les infirmiers intelligents type AERLIP ? Je crois que ces gens essaye de survivre et de limiter les dégâts...
    HONTE et DESHONNEUR aux SAINTS-DICATS collabo qui aiment coller des autocollants d’interdiction et à la GAUCHE CAVIAR qui "aime l’entreprise"... et déteste les "dépenses sociales"...

  • Demandez à l’ignoble platini président de l’uefa qui en france en 2016 lors de la coupe européenne de foot sera exonéré d’impôts.

  • Ce gouvernement qui n’a de socialiste que le nom et dont le président s’est fait élire (élections pièges à cons) sur un énorme mensonge ("le monde de la finance est mon ennemi") a fait un choix de société pour favoriser ses maîtres capitalistes (les grands patrons des entreprises du cac 40,de l’énergie,de l’armement ...etc.) 40 milliards de cadeau distribués à ces derniers sans contre partie ce n’est pas rien .A voir leurs réactions après le décès de Rémi on se rend bien compte que ce meurtre d’état n’est pour eux qu’un détail et ne les affecte en rien.Une société,un état qui gaze,matraque,grenade,énuclée,assassine sa jeunesse se fout complètement du sort des vieux dans les maisons de retraite et fait tout pour ouvrir définitivement le marché de la dépendance aux assurances privées.A bas l’état français assassin et ses laquais !Vivement l’anarchie où tous ensembles débarrassés de toute notion de profit et de pouvoir nous déciderons de notre présent et de notre avenir

  • Merci. Je soulève une vraie contradiction ici :
    - "Gros profits"
    - "Les pouvoirs publics empêchent de recruter davantage"

    Puisque qu’il y a de "gros profits" qui courent, pourquoi ne pas les utiliser pour embaucher, sans demander à l’État (toujours lui) de mettre la main à la poche. L’État, "c’est nous" tous, c’est à dire nos impôts. Et là, il y a des limites aussi. Certains sont bien habiles pour détourner la loi à leur profit : la loi stipule "une aide soignante et une infirmière pour tant de GIR1", c’est le minimum règlementaire. Tout le monde s’en tient à ce minimum, qui n’avait pas pour objectif de devenir un absolu ... Un minimum est toujours trop court, il en faut bien un. Si on dit à un gosse, il faut 10/20 pour passer de classe, on ne lui dit pas "bravo ! tout est bien" ni d’en rester là. Je ne suis pas sûre que les rallonges de l’État provoqueront beaucoup de recrutement, à moins qu’on ne touche à ce "minimum" de façon coercitive.

Derniers articles sur Bellaciao :