Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

"Il faut fleurir là où l’on est"
de : ROUGE MIDI
jeudi 25 mars 2010 - 19h20 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 37.7 ko

de Charles HOAREAU

Ainsi donc ce que nous pressentons et voyons s’accélérer depuis 10 ans déjà s’est une nouvelle fois vérifié ce week-end.

Refus de vote massif et, pour celles et ceux qui se déplacent encore, vote sans grand enthousiasme pour une « gôche » qui ne convainc guère, voilà les grands enseignements des régionales.

Dans ce contexte la raclée électorale que se prend la droite, si elle peut satisfaire, n’est pas pour autant très rassurante, surtout si on ajoute le score du Front National. Ce n’est d’ailleurs qu’à sa présence au 2ème tour et donc à la division de la droite, que la « gôche » doit de garder un certain nombre de régions.

Un élément intéressant ce sont les listes de rassemblement à gauche, (sans guillemet cette fois) qui ont montré, en particulier en Languedoc, Limousin, Nord/Pas de Calais, qu’il y avait des forces capables de s’unir, de proposer sans se renier entre deux tours, distinguant la nécessité de battre la droite et celle de participer au brouillage politique ambiant dans des gestions de compromis.

Pourtant la lucidité oblige à voir que partout, toutes les forces en présence font moins de voix qu’aux dernières régionales et que le refus de vote est particulièrement fort dans les quartiers les plus populaires même dans les trois régions citées.

Un refus de vote qui vient de loin.

Pour les générations qui ont connu 1981 et l’avènement historique de la gauche au pouvoir le désenchantement a commencé là.
Tant d’espoir soulevé par cette victoire historique qui avait largement mobilisé le pays à une époque où les débats politiques étaient des débats de société, où était clairement posée quelle alternative au capitalisme,
tant d’espoir qui 2 ans plus tard devait se briser sur ce que l’on a appelé « le tournant de la rigueur », expression employée pour désigner le fait que le pouvoir élu renonçait à s’attaquer au capitalisme et aux promesses de réforme qu’il l’avaient fait élire et dont le peuple avait tant besoin.
Blocage des salaires, arrêt du processus de nationalisation, refus de s’affronter au grand patronat et même aux directions des entreprises publiques qui gardaient des critères de gestion de droite. Les renoncements furent nombreux et allaient entraîner le pays dans une spirale d’acceptation croissante des exigences du capital.
Sur le plan du logement la gauche avait promis dans son programme commun d’abroger la loi Barre que la droite avait voté 4 ans plus tôt, loi qui avait sonné la mort du logement social en France et au-delà de la construction de logements pour simplement répondre aux besoins du pays dans sa diversité. La gauche ne tint jamais sa promesse et depuis cette date la situation de millions d’habitants des quartiers populaires n’a cessé de se dégrader, sans que les emplâtres appelés successivement politique de la ville ou plans quartiers sensibles (sic !) ne puissent rien changer…

Depuis ces années-là le pays a vu alternativement se succéder au pouvoir le PS seul, puis la droite, puis « la gauche » dite « plurielle », puis re-la droite sans que les alternances n’ouvrent une quelconque perspective politique.

Pire quand le peuple n’a pas voté « comme il faut » en particulier en 2005 contre la constitution européenne, il a d’abord vu se reconstituer au soir même du 29 mai, une alliance encore inconcevable la veille entre la « gauche » du OUI (comme si cela pouvait exister) et celle du NON, ce qui niait le choix pourtant bien réel de société que le référendum supposait et la ligne de fracture entre partisans du NON et partisans du OUI et, quelques mois plus tard, grâce à un artifice nommé congrès, digne des dictatures étrangères que notre pays des droits de l’homme donneur de leçon devant le monde entier ne cesse de stigmatiser, une remise en cause totale de son expression démocratique pourtant bien massive.

Comment dans ces conditions voulez-vous que tous ces gens qui depuis tant d’années voient mois après mois se détériorer leur conditions de vie, assistent à la négation de leur vote et en plus subissent des discours d’un « personnel politique » de moins en moins à leur image, comment voulez-vous que tous ces gens aillent voter ?

Combien de métallos, de chômeurs, de surexploités du nettoyage ou de la sécurité, d’habitants des quartiers populaires sont-ils dirigeants de partis, élus députés, maires ou sénateurs ? Les rares qui surgissent, telles des marionnettes, ne sont là que pour jouer le rôle du pauvre de service quand ils n’apparaissent pas comme l’alibi d’une diversité ou mieux d’une « discrimination positive » que l’on présente comme la dernière des tartes à la crème…

Ce n’est pas le peuple qui a perdu le sens politique c’est la politique qui a perdu le sens du peuple.

Assumons nos responsabilités

Bien sûr ce constat fait, nous ne souhaitons pas en rester là.
Nous ne nous battons pas depuis des années pour baisser les bras devant une situation pareille et accepter comme une fatalité l’évolution de la situation.

De même nous ne pensons pas que certains peuples sont condamnés à un « choix » Sarkozy - Villepin – Aubry - Strauss-Kahn alors que d’autres auraient droit à Chavez ou Morales.

Ce qui se passe en Grèce où le KKE et le PAME secouent le cocotier de la « gôche » au pouvoir et du syndicalisme de renoncement n’est pas un modèle à reproduire in extenso ici, mais avouons que cela donne des idées.

Les salarié-e-s de Fralib pour les salaires, ceux de la chimie pour l’emploi et la nationalisation de l’outil de production, celles et ceux des hôpitaux ou de la SNCF pour un service du public et… tant d’autres, mènent des luttes, sur lesquelles le mouvement politique peut s’appuyer pour rouvrir une perspective et rendre crédible un changement de société. En ce sens le 23 mars est une bonne réponse aux autruches qui ne veulent rien changer à leur action politique.

La conscience politique n’est ni réservée à une élite, ni à une nation. Elle est à construire, à développer, à entretenir.

Rouge Vif se veut seulement un élément de cette reconstruction non pas autour de lui mais avec toutes celles et ceux qui désirent le faire, à partir du peuple et en premier de celles et ceux qui souffrent le plus des méfaits du capitalisme.
Cela dépend donc de chacun de nous, de notre engagement, de notre volonté de reconstruire, du temps que l’on passera à cette tâche.

Comme le dit le dicton : « Il faut fleurir là où l’on est ! »

Ami-e-s lectrices ou lecteurs qui année après année êtes toujours plus nombreux à nous lire, que vous souhaiter d’autre, en ce début de printemps, que de prendre part à la floraison collective ?

Ensemble, comme nous le lançons il y a 10 ans, là où nous sommes, assumons nos responsabilités

http://www.rougemidi.org/spip.php?a...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
"Il faut fleurir là où l’on est"
28 mars 2010 - 18h21 - Posté par momo11

Ce n’est pas le peuple qui a perdu le sens politique c’est la politique qui a perdu le sens du peuple.

Par cette phrase tu as tout résumé,charles.Que les esprits chagrin se posent donc cette question:Pourquoi le peuple déteste la classe politique ?momo11



"Il faut fleurir là où l’on est"
31 mars 2010 - 22h03

Pour le moins Charles c’est quelqu’un qui dit ce qu’il fait et qui fait et fera ce qu’il dit.

Avec d’autres camarades et amis aussi motivés et désintéressés que lui et qui possèdent une énorme capacité de rassemblement.

Mais c’est pas suffisant car ceux comme lui sont rares ou ne sont pas soutenus comme il se devrait par la Direction du Parti qui semble ne pas apprécier l’ombre qu’il leur porte

G.L..






Revue de la semaine #93 – Spéciale européennes : 26 mai, campagne, vote, attaques médiatiques (video)
jeudi 23 - 12h04
de : Jean-Luc Mélenchon
"J’ai honte de ce gouvernement" : le scénariste de la BD "Les Vieux fourneaux" refuse la médaille des Arts et les Lettre
jeudi 23 - 11h21
de : Wilfrid Lupano
Manon Aubry invitée de RTL du 23 mai 2019 (video)
jeudi 23 - 10h59
de : La France Insoumise
Valentine Oberti révèle avoir été convoquée par la DGSI comme 7 autres journalistes (video)
jeudi 23 - 09h04
L’inquiétante convocation d’une journaliste du « Monde » pour des articles sur l’affaire Benalla
jeudi 23 - 08h53
de : Luc Bronnel
CLIP OFFICIEL DE LA FRANCE INSOUMISE POUR LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES (video)
jeudi 23 - 08h09
de : La France insoumise
DGSI et journalistes : la récidive !
jeudi 23 - 08h04
de : Syndicat National des journalistes
Brésil : « la résistance, après avoir été glacée par le résultat de l’élection, est en train de reprendre des forces »
jeudi 23 - 07h43
Glières ; Résister encore et encore face à l’ oppression qui mène à l’Holocauste de la Terre
mercredi 22 - 22h33
de : CRHA via jyp
Meeting de Toulouse avec M. Aubry, JL. Mélenchon et M. Bompard (video)
mercredi 22 - 07h55
de : La France Insoumise
1 commentaire
Marxisme-léninisme, Marx, Lénine, ML, en deux mots, c’est quoi ? (Partie 1)
mercredi 22 - 02h56
de : Lepotier
16 commentaires
Lambert : Pitié ou Empathie.
mardi 21 - 19h11
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Conférence de presse de Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video)
mardi 21 - 13h01
CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
mardi 21 - 08h50
de : Ernest London
CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires. Pierre Dac
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite