Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Abu Ammar, une vie palestinienne
de : MICHELE GIORGIO
mercredi 10 novembre 2004 - 03h37 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

De la lutte armée de Al Fatah à l’affrontement avec les régimes arabes, des massacres de Amman et Beyrouth à l’exil, de la première Intifada au retour dans la patrie, jusqu’à la paix de Washington de 93 avec l’Israélien Rabin. De la nouvelle Intifada à l’assaut de Sharon à la Muqata. Pour l’Etat de Palestine et la paix au Moyen-Orient.

de MICHELE GIORGIO

Yasser Arafat est en train de s’éteindre - désormais sans espoir - à l’hôpital militaire de Percy où les médecins militaires français ont tenté en vain de le sauver d’une mystérieuse maladie du sang qui l’a mené d’abord au coma et enfin à la mort qu’on annonce "cérébrale". Arafat meurt donc. Un destin amer pour le président palestinien qui avait toujours exprimé de son vivant le désir de mourir sur sa terre et d’être enseveli à Haram Sherif, l’Esplanade des mosquées à Jérusalem où il n’a jamais pu se rendre en visite depuis le jour de son retour en Palestine, il y a dix ans, même pas à l’époque de l’accord d’Oslo avec Israël qui lui avait pourtant valu le prix Nobel pour la paix, partagé avec Yitzhak Rabin et Shimon Peres. Lors de ses derniers moments de lucidité avant le coma peut-être se sera-t-il consolé en pensant qu’il a au moins pu mourir en homme libre et non confiné dans son bureau de Ramallah où il est resté pendant presque trois ans sur décision du gouvernement israélien.

"Sans lui, je me sens orpheline"

"Sans Yasser Arafat je me sens orpheline", a dit hier une jeune fille de Ramallah réfléchissant sur la mort du leader. Orpheline parce que Abu Ammar, Khitiar (le Vieux), comme tous les Palestiniens appelaient affectueusement ce petit homme à la barbe hirsute, toujours prêt à sourire, que tant de gens ont admiré en Occident pour avoir aussi incarné pendant plus de 40 ans la cause d’un peuple qui a tout perdu et qui, en majorité, vit dans des camps de réfugiés dans les pays arabes et dans les Territoires occupés. Un mythe qui a grandi surtout après la ruineuse défaite arabe de la "Guerre des six jours" parmi les réfugiés qui cherchait la revanche non seulement envers Israël mais aussi à l’endroit de ce monde arabe qui continuait à trahir la cause palestinienne.

Arafat ne rompit jamais avec les régimes arabes, il ne favorisa pas ces processus révolutionnaires que son mouvement de libération faisait craindre aux leaders du Moyen-Orient, nationalistes en paroles et dans les faits liés aux Etats-Unis avec du fil double. Une politique des petits pas, d’alliances spéciales, de relations personnelles qui se soudaient et se brisaient continuellement, qui pour beaucoup a représenté un point fort et, en même temps, le talon d’Achille du leader palestinien. La vie de Arafat a été enveloppée de mystère, exactement comme sa mort. A commencer par ses lieu et date de naissance. Lui affirmait être né le 4 août 1929 à Jérusalem tandis que son certificat de naissance officiel mentionnait l’Egypte, au Caire, le 24 août 1929. Ce qui est sûr, c’est qu’il vit le jour dans une importante famille de Jérusalem, les Husseini. Son vrai nom était Mohammed Abd al-Rahman Abd al-Raouf Arafat mais son surnom de guerre était Abu Ammar.

Après avoir passé son enfance au Caire et puis à Jérusalem chez un oncle (après que sa mère était décédée quand il avait quatre ans), à peine arrivé à l’Université, il se joint au mouvement naissant de la jeunesse palestinienne, provenant de milieux à orientation islamique. En 1956, il participa à la guerre de Suez dans les rangs de l’armée égyptienne. Par la suite, il alla au Kuweit et en octobre 1959, il fonda - avec Khalil Wazir (Abu Jihad), Salah Khalaf (Abu Iyad) - Al Fatah, le mouvement de libération destiné à devenir la principale composante de l’Olp. Sorti indemne du "septembre noir" de 1970, quand le roi Hussein de Jordanie déclencha une répression sanguinaire contre les feydahin palestiniens, Arafat transféra le quartier général de l’Olp à Beyrouth. Ce fut une période d’une importance exceptionnelle pour la croissance de l’Olp qui, par ailleurs, vit Arafat ébaucher pour la première fois en public une solution de compromis avec Israël quand face à l’Assemblée des Nations Unies, il prononça le fameux discours du "rameau d’olivier et du fusil" qui offrait à l’Etat juif la possibilité de choisir le voie de la négociation avec les Palestiniens ou bien la guerre.

Beyrouth 1982, Sabra et Chatila

L’invasion israélienne du Liban en 1982, où il participa à une résistance héroïque, à côté de ses guerriers, obligea Arafat à se mettre à l’abri à Tunis (laissant sans défense les camps de réfugiés où quelques semaines plus tard la milice libanaise, alliée d’Israël, accomplirait le massacre de Sabra et Chatila). En abandonnant progressivement la lutte armée, le président palestinien commença à tisser à partir de la Tunisie une toile d’araignée de rapports avec le monde entier. En 1991, il se rangea toutefois aux côtés de l’Irak dans la première guerre du Golfe déclenchée par les Etats-Unis après l’invasion du Kuweit. Cette position se révéla être un désastre pour les Palestiniens qui furent chassés de l’émirat par centaines de milliers pendant que l’Olp se voyait couper les financements des pays arabes et resta isolée pendant plus de deux ans.

En septembre 1993, après de secrètes négociations avec Israël médiatisées par la Norvège, Arafat réussit à parvenir à la signature de la Déclaration de principes et à la poignée de mains historique avec Rabin à Washington. L’année suivante, le Nobel pour la paix lui fut attribué. Oslo était un accord faible qu’une douzaine d’organisations palestiniennes repoussèrent mais la population resta du côté de Arafat qui le 1er juillet 1994, après 27 ans d’exil, revint en Cisjordanie et à Gaza à la tête de l’Autorité nationale palestinienne, née quelques mois auparavant. Mais en 1995, le premier ministre israélien Rabin, l’interlocuteur du processus de paix, fut tué par un membre de l’extrême-droite israélienne. En 1996 (avec 87,1 % des votes), Arafat est élu officiellement président de l’Anp. Les journées de juillet 2000 resteront inscrites pour toujours dans la biographie de Arafat.

L’échec de Camp David 2

A Camp David, après des jours et des jours d’intense négociation, les entretiens sur le statut définitif des Territoires occupés avec le premier ministre israélien Ehud Barak échouent. Israël (et le président des Usa de l’époque, Bill Clinton) accusent Arafat d’avoir refusé des "offres territoriales généreuses" jamais faites auparavant aux Palestiniens par un leader de l’Etat juif et d’avoir donné, de fait, un coup de pied à la paix entre les deux peuples. Une accusation qu’Arafat a toujours repoussée, rappelant qu’il n’aurait jamais pu abandonner à leur destin 4 millions de Palestiniens et céder Jérusalem toute entière, y compris la partie arabe (Est) et ses lieux saints, au contrôle définitif d’Israël. Il confiera par la suite à ses collaborateurs n’avoir reçu aucune aide et aucun soutien du monde arabo-islamique ni de l’Occident durant les journées de Camp David et s’être retrouvé seul face à des choix qui ne concernaient pas que le peuple palestinien.

En septembre 2000, la position de leader d’Arafat est mise en discussion par Israël et par les Etats-Unis. Le début de la seconde Intifada - qui explose après la promenade provocatrice de Sharon sur l’Esplanade des mosquées à Jérusalem - serait la preuve, selon Tel-Aviv et Washington, qu’Arafat n’avait jamais abandonné la voie de la violence. Il est ouvertement accusé d’"encourager le terrorisme" alors que les formations palestiniennes les plus radicales le trouvent trop "mou" et de favoriser la corruption. Il y a, c’est sûr, l’erreur commise par Arafat de ne pas comprendre que l’Intifada de populaire qu’elle était, allait prendre, à cause aussi de la dure répression mise en oeuvre par Israël, un caractère de plus en plus violent et être détournée par les organisations islamiques, Hamas et Jihad. Le reste est de l’histoire récente : la frontière sous la menace des chars israéliens à Ramallah, la nomination (voulue par les Usa et Israël) d’un premier ministre palestinien, les luttes intestines de l’Anp, l’isolement international et enfin cette agonie finale. On écrira et on parlera beaucoup de lui, en termes favorables ou bien de condamnation. Yasser Arafat, Abu Ammar, Khitiar, restera de toute façon pour toujours un symbole du peuple palestinien et un des hommes politiques internationaux les plus importants des derniers 50 ans.

traduit de l’italien par karl & rosa de bellaciao

 http://www.ilmanifesto.it/Quotidian...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Abu Ammar, une vie palestinienne
10 novembre 2004 - 06h56

Probablement qu’on s’en souviendra, mais quel fiasco quand meme que sa politique pour le peuple palestinien.



> Abu Ammar, une vie palestinienne
10 novembre 2004 - 11h40 - Posté par

quel fiasco ?

c’est le fiasco de l’onu de ne pas imposer l’application ferme de toutes ses résolution à l’état terroriste d’israel !

c’est le fiasco des usa qui n’ont à la bouche que la "démocratie" et qui sont les premiers à aider israel dans sa purification ethnique de la palestine

la propagande israeliénne "nouvelle maniére" : les pôvres palestiniens qui ont à leur tête un homme
qui les perd !!! on croit rêver !


> Abu Ammar, une vie palestinienne
11 novembre 2004 - 13h34 - Posté par

Pas de fiasco, aujourd’hui grâce à Abou Ammar l’histoire du peuple Palestinien, sa cause, ses droits sont devenus un problème international. Abou Ammar, je devrais dire Abou Phalestine a changé les regards du monde sur les Palestiniens. Avant, pour le monde occidental ils n’étaient qu’une poignée de réfugiés attendant la charité de ce même monde. Aujourd’hui nous sommes tous conscients que ce peuple a des droits comme tous les peuples du monde... Chapeau bas, Monsieur Arafat, je devrais dire kéffié bas...
Lila


> Abu Ammar, un résistant palestinien
11 novembre 2004 - 14h06 - Posté par

En ce triste jour pour les paslestiniens, je salue cet homme qui a été jusqu’à donné sa vie pour ne pas trahir ses frères et soeurs. Son attitude me fait penser à Che Guevara. Leur noblesse aura été de ne pas trahir. J’espère que le moment de détresse dans lequel se trouve les palestiniens leur permettra de faire corps autour d’un nouveau guide.

En ce qui concerne la situation dans laquelle se trouve le peuple palestien aujourd’hui, je pense qu’il nous faut dépasser nos révoltes individuelles. Si l’on veut réellement les aider, rien ne sert de s’envoyer des anathèmes à la figure. Si l’on veut sincèrement les aider à résoudre le problême ils nous faut, avec calme et argumentation honnête, repartir de la situation de départ et suivre le cheminement des décisions qui ont amené à cette catastrophe.

Bonne réflexion. Je reviendrai un peu plus tard. A.L.


> Abu Ammar, un résistant palestinien
11 novembre 2004 - 22h53 - Posté par

JE SUIS TRISTE RIEN A DIRE


> Abu Ammar, une vie palestinienne
11 novembre 2004 - 22h53

je suis triste de la mort d’ARAFAT



> Abu Ammar, une vie palestinienne
21 décembre 2004 - 10h42 - Posté par

avec le recul tout celà sera aussi une véritable et probablement la seulle opportunité de déposer les armes de part et d’autre....La meilleur des solutions aurait été et depuis le debut de faire un seul et même territoire laïc où cohéxiste toutes les tendances religieuses avec pour capital Jérusalem...bref, la Palestine...Trop de religiosité flingue l’humain qui est en nous !
Commencez d’abord par brûler vos "bouquins" périmés et vous vous regarderez avec des yeux d’humains....

Citoyen Universel





GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Un socialiste est plus que jamais un charlatan social qui veut, à l'aide d'un tas de panacées et avec toutes sortes de rapiéçages, supprimer les misères sociales, sans faire le moindre tort au capital et au profit. Engels
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite