Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

LE « PROJET » RACISTE DU FOOTBALL FRANÇAIS Noirs et Maghrébins, hors-jeu !

de : Mohamed TOUATI
lundi 2 mai 2011 - 01h42 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Le patron des Bleus et certains dirigeants du foot français ont suggéré un système de quotas limitant le nombre de joueurs africains et maghrébins dans les centres de formation français.

La France Black Blanc Beur c’est terminé ? Difficile d’y croire mais l’intention y est. Laurent Blanc a-t-il rejoint les thèses du Front national ? La question mérite d’être posée, car voici ce qu’il disait au cours d’une réunion officielle de la DTN qui s’est déroulée le 8 novembre 2010 au siège de la FFF : « Qu’est-ce qu’il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les Blacks (...) Je crois qu’il faut recentrer, surtout pour des garçons de 13-14 ans, 12-13 ans, avoir d’autres critères, modifiés avec notre propre culture ».

Ce sont les propos tenus par le sélectionneur français, selon une enquête menée par le site Mediapart, intitulée « Foot français : les dirigeants veulent moins de Noirs et d’Arabes ». Puis, il aurait ajouté : « Les Espagnols, ils m’ont dit : Nous, on n’a pas de problème. Nous, des Blacks, on n’en a pas ». Des propos qui peuvent choquer et que l’ex-entraîneur de Bordeaux regrette après avoir tenté de se défendre plutôt mal que bien.

« Si, pour ce qui me concerne, j’ai heurté certaines sensibilités, je m’en excuse », a déclaré samedi l’ancien libéro de l’équipe de France, sans rien retirer de ses propos, après que Médiapart soit revenu à la charge. C’est au cours d’un débat à bâtons rompus qui portait sur la limitation du nombre de jeunes d’origine maghrébine et africaine dans les centres de formation et les écoles de football de l’Hexagone que le sujet a été abordé.

« Moi j’y suis tout à fait favorable », aurait répondu Laurent Blanc. La question des quotas s’est-elle posée oui ou non ? « Oui, c’était sous la direction de Gérard Houllier. Il n’y avait pas de quotas à proprement parler, mais des réflexions sur le nombre de Blacks et de Beurs. Selon eux dont François Blaquart (l’actuel DTN suspendu Ndlr), il y en avait un trop grand nombre. Moi je ne comprenais pas pourquoi il y en avait trop par rapport à nos pauvres petits Blancs. Mais il faut se rendre à l’évidence, les meilleurs étaient ceux qui étaient en banlieue », a confié André Merelle, l’ancien directeur de Clairefontaine, jeudi soir sur RMC. Un témoignage qui confirme la déclaration du DTN. « On peut s’organiser, en non-dit, sur une espèce de quota. Mais il ne faut pas que ce soit dit », aurait déclaré François Blaquart toujours d’après l’information distillée par Médiapart.

L’entraîneur des espoirs, Erick Mombaerts a, quant à lui, proposé de limiter à 30% ce projet de quota. Le football français est dans une tourmente qui pourrait emporter son sélectionneur et certains hauts dirigeants dont son DTN suspendu de ses fonctions à titre provisoire par la ministre des Sports, Chantal Jouanno.

Une décision prise en concertation avec Fernand Duchaussoy le président de la FFF (Fédération française de football). La France est malade de ses quotas. Une indigestion...Des quotas pour réguler l’immigration clandestine, des quotas pour limiter le regroupement familial, des quotas pour limiter le nombre d’étudiants d’origine étrangère sans lesquels nombre d’universités fermeraient leur porte et maintenant, des quotas pour limiter le nombre de petits prodiges africains, algériens, marocains et tunisiens dans les écoles, de foot, françaises qui ont permis au drapeau français de flotter haut dans le ciel comme l’ont fait leurs grands et arrière-grands-parents au cours des deux grandes guerres mondiales.

Lorsqu’il s’est agi de défendre le drapeau tricolore au moment où le maréchal Pétain avait livré l’honneur de la France pieds et poings liés à l’Allemagne nazie, l’Hexagone n’a pas été très regardant sur la religion ou la couleur de la peau des jeunes Algériens, Marocains, Tunisiens ou Africains qui ont servi de chair à canon pour être libéré.

Près de 200.000 soldats seront mobilisés pour combattre au sein de l’armée française alors que près de 100.000 travailleurs algériens viendront au secours de son économie. 40.000 combattants d’origine algérienne ont laissé la vie au cours du premier conflit mondial tandis que l’on a compté près de 100.000 blessés.

« La France, de par son histoire et son passé colonial, a des milliers de gens qui sont nos cousins. Leurs enfants naissent ici et jouent au foot. De par le droit du sol, ils sont Français. La Fifa permet de jouer pour la nation de leur grand-père et même plus, sans limite... », a déclaré samedi à l’AFP, Guy Roux, l’ancien entraineur de l’AJ Auxerre.

Une belle marque de reconnaissance. Une leçon de tolérance. Une certaine manière de remettre les pendules à l’heure. Sans commentaires.

Mohamed TOUATI

http://www.lexpressiondz.com/articl...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
LE « PROJET » RACISTE DU FOOTBALL FRANÇAIS Noirs et Maghrébins, hors-jeu !
2 mai 2011 - 17h21

De ces messieurs de la FFF, je précise.

Leurs propos ne laissent aucun doute à mes yeux !!!



LE « PROJET » RACISTE DU FOOTBALL FRANÇAIS Noirs et Maghrébins, hors-jeu !
3 mai 2011 - 04h55 - Posté par Luis

Le signal d’alarme du football français

Edwy Plenel

Source : Mediapart

La Constitution d’une République est le texte qui lui donne sens et vie. Or celle de la nation française, malgré les changements de régimes et de majorités, commence par le même préambule depuis 1946, donc aussi bien sous la Quatrième que sous la Cinquième République. C’est dire l’importance de ce qui y est énoncé : non pas des dispositions institutionnelles forcément périssables, mais des principes solennels fermement inviolables.
C’est ainsi que l’article premier de ce préambule constitutionnel s’ouvre par ces mots : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. »

Il fallut deux guerres mondiales, des millions de morts, des génocides et des massacres, des crimes contre l’humanité, bref le surgissement de la barbarie au cœur de la culture et de la civilisation européennes, pour que chacun de ces mots-là soient gravés en tête de notre Constitution républicaine. Indivisible, la République accorde les mêmes droits à tous ses citoyens, les plus proches ou les plus lointains, d’Ile-de-France ou d’Outre-mer, nés en Europe ou venus d’Afrique, d’ascendance étrangère ou de vieille souche. Loin de signifier le rejet des croyances, sa laïcité signifie qu’elle les respecte dans leur diversité, y compris l’islam, fût-elle majoritairement de culture catholique. Indissociables, ses ambitions démocratique et sociale l’obligent enfin à assurer l’égalité de toutes et tous, sans faire de distinction « d’origine, de race ou de religion ».

Il suffit de ce rappel pour comprendre qu’aucune autorité de ce pays, et notamment aucun tribunal, ne pourrait admettre qu’on se livre, sous quelque prétexte que ce soit, à un tri entre Français selon leur origine étrangère, la couleur de leur peau ou la religion qu’ils pratiquent. Il suffit de l’avoir à l’esprit pour comprendre l’enjeu décisif de l’enquête menée par Mediapart au cœur du football français : elle établit que les plus hauts responsables opérationnels de ce sport national ont récemment envisagé d’organiser une discrimination dans le recrutement des joueurs fondée sur des critères d’origine, de race ou de religion.

Au prétexte qu’un jour ou l’autre, ils pourraient aller jouer sous d’autres drapeaux, des jeunes Français d’origine étrangère seraient jugés moins français que d’autres, moins fiables et moins fidèles, quelles que soient leurs aptitudes et leurs compétences (notre article ici). Au prétexte que le jeu des équipes devrait devenir moins physique et plus technique, des jeunes Français d’origine africaine seraient écartés selon des critères racialistes, identifiant la couleur noire de leur peau à un type humain déterminé. Au prétexte que les joueurs musulmans seraient des fauteurs de trouble, des jeunes Français ayant l’islam pour religion seraient exclus des sélections, leur croyance et leur culture étant ramenées aux qualificatifs « gris », « islamistes » ou « sarrasins ».

Mediapart à la disposition de la commission d’enquête

Telle est, abruptement résumée, la réalité que notre enquête a révélée. Nous ne nous appuyons pas seulement sur ce qui s’est dit lors de la réunion officielle de la Direction technique nationale (DTN) de la Fédération française de football (FFF), tenue le 8 novembre 2010 à Paris et dont nous avons publié le verbatim. Elles-mêmes choquées par cette dérive qu’elles n’arrivaient pas à empêcher, nos sources nous ont rapporté d’autres faits, d’autres anecdotes, d’autres réunions.

Notre premier article évoque ainsi, outre la réunion du 8 novembre 2010, un colloque de la DTN tenu du 18 au 21 juillet 2010 ainsi qu’un séminaire officiel réuni le 18 mars. De plus, toutes les informations venues de nos sources étaient recoupées par les déclarations publiques des responsables concernés qui habillaient d’euphémismes transparents leur projet de « blanchiment », selon l’expression du quotidien L’Equipe, du football français.

Bref, Mediapart a dévoilé publiquement ce qu’une grande part des acteurs professionnels du football savait, subodorait ou devinait. La ministre de la jeunesse et des sports, Chantal Jouanno, ne s’y est pas trompée, prenant d’emblée au sérieux notre travail et, tout autant, la mesure de la gravité de ce qui était révélé. Au lendemain de notre premier article, elle a immédiatement réclamé une enquête de la FFF, complétée par des investigations de l’Inspection de la jeunesse et des sports. Et le jour du deuxième – le fameux verbatim –, elle a obtenu la suspension immédiate du DTN, François Blaquart, suivie des excuses contrites de l’entraîneur de l’équipe de France, Laurent Blanc.

L’un et l’autre – et notamment le second – avaient en effet menti, vendredi 29 avril, en affirmant que ce que rapportait Mediapart n’était jamais venu à leurs oreilles. La publication, le lendemain, d’extraits fidèles de la discussion opérationnelle, tenue très officiellement en novembre 2010, a ruiné cette première ligne de défense.

Une deuxième ligne a alors été rapidement échafaudée, trouvant quelques relais parmi des lecteurs trop pressés (par exemple, Daniel Schneidermann d’Arrêt sur images). Mediapart instruirait à l’encontre des dirigeants du football français un procès détestable de racisme – mot que nous n’avons pourtant pas utilisé, lui préférant ceux plus précis et plus concrets de discrimination ou de ségrégation. Alors qu’en vérité, il ne s’agirait que de régler des problèmes de concurrence économique – l’exode des binationaux – et de technique de jeu – le profil des joueurs.

Aussi pédagogique qu’informé, notre dernier article a montré combien il s’agissait là de faux prétextes, de l’habillage en somme de cette discrimination qu’il fallait, selon les propos tenus en novembre 2010, tenir secrète : « On peut baliser, en non-dit, sur une espèce de quota, expliquait alors le DTN. Mais il ne faut pas que ce soit dit. Ça reste vraiment que de l’action propre. Bon voilà, on fait attention. On a les listes, à un moment donné... » Non seulement aucun de ces deux arguments ne tient factuellement, mais de plus ils illustrent le sujet même de nos révélations : comment, auprès d’esprits informés, gagne l’insensibilité aux discriminations et l’oubli de nos valeurs.

Quand des photos d’une vingtaine d’équipes de jeunes de 15 ans sont projetées lors d’une réunion de la DTN, le 18 mars dernier, pour illustrer l’objectif à atteindre, on ne parle évidemment pas de nationalité, mais d’apparence. C’est la proportion importante de joueurs de types noirs ou arabes qui est soulignée, à un âge où ils rêvent tous de faire carrière sous le drapeau tricolore et où la question d’une nationalité de rechange ne se pose évidemment pas pour eux, et ne se posera pour la plupart jamais.

De plus, répétons-le, tout Français a le droit de bouger, d’évoluer, de changer et d’arpenter le monde. Et cette réussite de nos talents à l’étranger n’est-elle pas l’une de nos fiertés nationales, illustrant notre envie d’ailleurs et notre goût des autres ? Qui s’étonnerait des ingénieurs, des médecins, des informaticiens, des avocats, des banquiers, etc., qui s’en vont travailler dans d’autres pays et, parfois, en prennent la nationalité ?

Jusqu’au dérapage incompréhensible d’un sociologue respectable évoquant un « morphotype
africain » (voir la réponse de Michel Wieviorka à Stéphane Beaud), c’est le miroir que nous tend cette histoire qui est détestable, et non pas les révélations de Mediapart qui, espérons-le, serviront utilement à le briser. Ce n’est pas la République française qui est ici portraiturée mais son contraire même : un pays qui, au cœur de son sport le plus populaire, accepte de faire un tri, dès le jeune âge, parmi ses nationaux, au prétexte caché de leur origine étrangère, de leur peau noire ou de leur religion musulmane.

Les dirigeants du football qui ont mis en marche cette machine infernale ne se pensent pas
racistes, et nous ne les avons jamais accusés de l’être. Mais, par ignorance ou inconscience, ils font le jeu des racistes en cédant à un air du temps lui-même détestable, celui qui hiérarchise les Français selon leur origine, leur apparence ou leur croyance.

Dans cette affaire, Mediapart n’a qu’un but, outre la vérité de ses informations : que l’on siffle au plus vite la fin de ce jeu malsain. Et que l’on se saisisse de cette occasion pour relever notre nation, ici tombée bien bas, en faisant la pédagogie de ses valeurs républicaines et de ses principes constitutionnels. Notre enquête collective s’appuie sur des preuves et sur des témoins. Nous sommes à la disposition de la commission d’enquête désignée par la FFF et confiée au député Patrick Braouezec pour l’aider dans sa mission. Et, ainsi, sortir la France de ce mauvais cauchemar.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite