Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le Département d’État a mentionné aujourd’hui qu’il considère « sérieusement » classifier le Venezuela comme un « État terroriste » (video)

de : Eva Golinger
vendredi 1er juillet 2011 - 09h47 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 31.3 ko

Au cours d’une audience, aujourd’hui, le Comité des relations extérieures de la Chambre des représentants du Congrès des Etats-Unis portant sur « les activités pouvant être sanctionné du Venezuela », les congressistes démocrates et républicains ont demandé au gouvernement de Barack Obama de prendre des décisions plus agressives contre le gouvernement d’Hugo Chavez au Venezuela. Le chef du Sous-comité des relations extérieures pour l’hémisphère Est, Connie Mack, républicain de la Floride, a décrit le gouvernement vénézuélien de « terroriste » en déclarant que « il est l’heure d’agir pour endiguer l’influence dangereuse d’Hugo Chavez et ses relations avec l’Iran. »

Mack est connu pour sa position anti-chaviste. De plus, le congressiste républicain a un grand poids dans la prise de décisions au sein du corps législatif en raison de son haut poste dans le Comité des relations extérieures. Ses efforts, jointes aux celles de la chef du Comité des relations extérieures, la républicaine Ileana Ros-lehtinen, ont réussi à convaincre la Maison blanche d’imposer des sanctions contre l’entreprise pétrolière étatique du Venezuela, Petroleos de Venezuela S.A. (PDVSA) le 24 mai dernier. Mack a déclaré que son unique mission était « d’aller pour Chavez. »

L’audience d’aujourd’hui, dédié entièrement au Venezuela, comptait la présence d’hauts fonctionnaires du Département d’État, du Département du Trésor et du Bureau de contrôle des biens étrangers. Faisant des déclarations devant le comité, l’assistant du sous-secrétaire d’État pour l’Amérique latine, Kevin Whitake, a révélé que l’administration de Barak Obama « considère sérieusement » classifier le Venezuela comme un « État terroriste. » « Il n’y a aucune option hors de la table, et le Département d’État continuera d’étudier toute action additionnelle étant nécessaire dans le future » signala Whitaker.

Les sanctions imposées contre PDVSA le 24 mai dernier ont glissé sous une loi sanctionnant l’Iran (Iran Sanctions Act) des Etats-Unis et inclut la prohibition de l’octroie de contrats étasuniens, l’usage de la banque des importations et exportations des Etats-Unis et l’approbation de certaines licences technologiques. Cette action hostile de Washington envers le Venezuela n’a pas eu un impact économique majeur contre le pays sud-américain et son entreprise pétrolière du au fait qu’elle n’avait plus de contrats avec le gouvernement étasunien ni de crédit dans ses banques. Les sanctions n’ont pas affecté l’important envoie de pétrole du Venezuela aux Etats-Unis ni l’entreprise vénézuelienne en territoire nord-américain, CITGO.

Toutefois, les sanctions ont eu un impact diplomatique entre Caracas et Washington, même si antérieurement les relations étaient déjà en train de se détériorer. Suite à ces dernières agressions, le gouvernement vénézuélien a déclaré comme « congelée » la relation avec les Etats-Unis.

Il est dangereux de faire des affaires avec PDVSA

Selon le département d’État, les sanctions contre PDVSA, n’ont pas d’impact sur le pays économiquement, « elles donnent un messages au monde qu’il est dangereux de faire des affaires avec le Venezuela et PDVSA », indiquant ainsi que dans un futur proche, Wahsington pourrait agir contre ceux qui entrent en contact ou ont des contrats avec les entreprises vénézuéliennes.

Des sanctions contre CONVIASA

Les congressistes ont également exigés au Département d’État d’imposer des sanctions contre la ligne aérienne du Venezuela CONVIASA, du au faire qu’il considère cela comme « un appui au terrorisme » car elle maintient des vols entre Caracas, la Syrie et l’Iran. Sans présenter une solide preuve, les congressistes ont dit que ce vol, qui ne fonctionne d’ailleurs déjà plus, « transporte du matériel radio-actif, des armes, des drogues et des terroristes connus du Hezbollah et de l’Iran. » Afin d’appuyer cette « accusation » dangereuse, les congressistes ont cité le journal allemand, Die Welt, qui avait mentionné quelques jours avant que le Venezuela et l’Iran était en train de construire une base de missiles sur la côte-est du Venezuela pour « attaquer les Etats-Unis ». Face à cette fausse information, le président Hugo Chavez a montré des images de l’endroit où les sources du journal avaient trouvé une base militaire iranienne fictive, il y avait en fait des moulins à vent.

Plus de sanctions

Le congrès a également demandé au Département d’État de considérer l’application de plus de sanctions contre le Venezuela, incluant « la prohibition des importations des Etats-Unis » et les « transactions en dollars. » Les représentants de la Maison blanche ont dit que même s’ils considèrent plus de sanctions contre le gouvernement de Chavez, considéré comme un gouvernement « ennemi », il doivent prendre en compte les importants approvisionnements en pétrole vénézuélien, soit 1% des importations étasuniennes. Il y a quelques jours, le président Barack Obama a autorisé l’exportation pétrolière dans l’État de l’Alaska, une zone protégée pour ses richesses naturelles, en indiquant que Washington cherche à sécuriser ses besoins énergétiques avant de rompre ses relations avec le Venezuela.

Des sanctions jusqu’à aujourd’hui

En plus des sanctions imposées contre PDVSA le 24 mai dernier, Washington avait déjà pris des décisions encore plus agressives à l’égard du gouvernement vénézuélien. En juin 2006, ils ont classifié le Venezuela comme étant un pays « qui ne coopère pas suffisamment avec la lutte contre le terrorisme » et ont imposé des sanctions prohibant la vente d’armes des Etats-Unis au Venezuela ou de n’importe quelle autre entreprise dans le monde qui utilise des technologies étasuniennes.

Depuis 2005, Washington a également classifié le Venezuela comme étant un pays « qui ne coopère pas Néanmoins, puisque le Venezuela ne reçoit pas de fonds des Etats-Unis, l’unique aide qui pourrait être coupé serait les millions de dollars octroyés annuellement aux groupes anti-chavistes dans le pays caribéen qui travaillent tous les jours à destituer le gouvernement de Chavez. Ils ont même inclus une exception mentionnant que « les sanctions n’affecteront pas les appuies économiques des Etats-Unis envers les organisations démocratiques de la société civile », assurant ainsi d’une continuité aux groupes voulant déstabiliser du Venezuela.

En 2007, le Département du trésor des Etats-Unis a sanctionné trois hauts fonctionnaires du gouvernement vénézuélien, en les accusant d’avoir des liens avec le terrorisme et le narcotrafic, sans présenter de preuves. Les fonctionnaires étaient le directeur de la Direction de l’intelligentsia militaire, le général Hugo Carvajal, le directeur actuel des Services de l’intelligentsia bolivarienne (SEBIN), le général Henry Rangel et le ministre de l’intérieur et de la justice Ramon Rodriguez Chacin.

L’année suivante, le Département du trésor a désigné les deux Vénézuéliens, d’origine syrienne, Fawsi Kan’an et Ghzi Nasr al Din comme « terroristes » pour avoir des liens avec le Hezbollah, un groupe considéré terroriste par les Etats-Unis.

Tout indique que Washington va continuer à augmenter ses agressions contre le Venezuela avec des sanctions et des actions menant à son isolement.

Source : http://www.chavezcode.com/2011/06/w...

http://www.michelcollon.info/Washin...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
CHAVEZ son pétrole et ses (missiles)
1er juillet 2011 - 16h26 - Posté par wasselin

je connais au moins deux états terroristes avec à leurs tétes deux grands terroristes OBAMA et notre SARKONAZI ce dernier vient encore de livrer des armes aux rebelles libyens,faisant fit de la résolu tion de l’O N U et avec la com plicitée de l’EUROPE et le silence de nos médias carpettes
le pays de CHAVEZ posséde beaucoup de pétrole dont profite largement le peuple venezuelien ce qui en fait un exemple pour les habitants des pays pétroliers qui voient l’argent de leurs richesses nationales remplirent les poches de leurs affameurs fw



(video) Le Département d’État a mentionné aujourd’hui qu’il considère « sérieusement » classifier le Venezuela comme un « État terroriste »
1er juillet 2011 - 16h29

Pouah, encore du pétrole ! Miséricorde. Ces prédateurs moraleux ne s’arrêteront donc jamais ?







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite