Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Allemagne : "Si vous n’acceptez pas de vous prostituer, nous supprimerons vos allocations"

de : Berlin
mercredi 23 février 2005 - 17h23 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

Par Clare Chapman

Une serveuse de 25 ans qui avait refusé un emploi qui consistait à fournir des "services sexuels" dans un bordel de Berlin pourrait se voir refuser le versement de ses allocations chômage en application de lois votées cette année.

La prostitution a été légalisée en Allemagne il y a un peu plus de deux ans, et les propriétaires de bordels ­ qui doivent payer des impôts et des assurances maladies à leurs employées ­ ont été autorisés à consulter les bases de données officielles de demandeurs d’emplois. La serveuse, une professionnelle des technologies de l’information sans emploi, avait mentionné qu’elle était prête à travailler dans un bar de nuit et qu’elle avait déjà travaillé dans un café.

Elle a reçu une lettre de l’agence pour l’emploi lui disant qu’un employeur potentiel était intéressé par son "profil" et qu’elle devrait le contacter. Ce n’est que lorsque cette femme ­ dont l’identité n’a pas été révélée pour des raisons légales ­ a appelé l’employeur en question qu’elle a réalisé qu’elle avait un directeur de bordel au bout du fil.

Depuis les réformes sociales en Allemagne, une femme de moins de 55 ans qui a été sans emploi depuis plus d’un an peut être forcée à prendre un poste vacant ­ y compris dans l’industrie du sexe ­ sous peine de perdre ses allocations chômage. Le taux de chômage dans ce pays est en augmentation depuis onze mois et a atteint la barre des 4.5 millions le mois dernier, amenant le nombre de chômeuses et de chômeurs à son apogée depuis la réunification en 1990.

Le gouvernement avait envisagé de placer les bordels en dehors des employeurs potentiels sur la base de considérations morales, mais a finalement décidé qu’il serait trop difficile de les distinguer des bars. En conséquence, les agences pour l’emploi doivent traiter les employeurs à la recherche d’une prostituée de la même manière que ceux cherchant une infirmière dentaire.

Quand la serveuse a entamé une procédure judiciaire à l’encontre de l’agence pour l’emploi, elle s’est rendue compte que celle-ci n’avait pas enfreint la loi. Une agence qui ne pénalise pas les personnes qui refusent un emploi en leur supprimant leurs allocations peut faire face à des procès de la part de l’employeur potentiel.

"Il n’y a rien dans la loi qui empêche les femmes d’être envoyées dans l’industrie du sexe" nous dit Merchthild Garweg, une avocate de Hambourg spécialisée dans de telles affaires. "Le nouveau règlement établit que désormais il n’est plus immoral de travailler dans l’industrie du sexe, et en conséquence on ne peut plus refuser aucune offre sans prendre le risque de se voir supprimer ses allocations."

Mme Garweg explique que des femmes ayant travaillé auparavant dans des centres d’appels se sont vues proposer des postes pour des téléphones "roses". Dans une agence de la ville de Gotha, on a dit à une femme de 23 ans qu’elle devait se présenter à un entretien d’embauche pour "poser nue" et devrait ensuite revenir à l’agence pour faire un compte rendu de cet entretien. Les employeurs de l’industrie du sexe peuvent aussi poser leurs propres annonces dans les agences, une nouveauté entrée en vigueur ce mois-ci. Une agence qui refuse d’accepter l’annonce peut être poursuivie.

Tatiana Ulyanova, qui possède un bordel dans le centre de Berlin, a consulté la base de données de son agence locale afin de trouver de nouvelles recrues.

"Pourquoi ne pourrais-je pas chercher de nouvelles employées dans une agence pour l’emploi alors que je paye des impôts comme tout le monde ?" demande Mme Ulyanova.

Ulrich Kueperkoch voulait ouvrir un bordel à Goerlitz, dans l’ex-Allemagne de l’Est, mais l’agence locale retira son annonce demandant douze prostituées en affirmant qu’il lui serait impossible de les trouver.

M. Kueperkoch répondit alors qu’il était sûr de la demande pour un tel établissement dans la région, et qu’il envisageait de demander compensation auprès des plus hautes autorités. La prostitution a été légalisée en Allemagne en 2002 par le gouvernement qui pensait ainsi mieux combattre le trafic de femmes et couper les liens avec les organisations criminelles.

Mme Garweg estime que les pressions sur les agences pour l’emploi afin qu’elles fournissent des "employées" auront bientôt pour effet de les pousser à supprimer les allocations de celles qui refuseront de se prostituer.

"Elles sont déjà préparées à orienter des femmes vers des emplois liés aux services sexuels, mais qui ne sont pas considérés comme de la prostitution" nous dit Mme Garweg.

"Maintenant que la prostitution n’est plus considérée par la loi comme immorale, il n’y a plus que la bonne volonté des agences qui peut les empêcher d’orienter les femmes vers des emplois qu’elles ne veulent pas prendre"

http://www.portal.telegraph.co.uk/n...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Allemagne : "Si vous n’acceptez pas de vous prostituer, nous supprimerons vos allocations"
24 février 2005 - 17h03

Le SPD (parti de gôôôche) au pouvoir est une bénédiction pour les intégristes de tous bords...



> Allemagne : "Si vous n’acceptez pas de vous prostituer, nous supprimerons vos allocations"
24 février 2005 - 17h10

Les chômeurs sont bien plus nombreux que 4 millions et demi !

http://bellaciao.org/fr/forum.php3?...



> Allemagne : "Si vous n’acceptez pas de vous prostituer, nous supprimerons vos allocations"
24 février 2005 - 18h27

eh ben oui, c’est ca le liberalisme



> Allemagne : "Si vous n’acceptez pas de vous prostituer, nous supprimerons vos allocations"
24 février 2005 - 20h58 - Posté par

Ceci n’est tant lié au libéralisme (doctrine économique née à une époque où ce genre de chantage n’était pas concevable, en tout cas pas de cette manière), qu’au système capitaliste, qui a atteint un niveau de sénilité avancée.


> Allemagne : "Si vous n’acceptez pas de vous prostituer, nous supprimerons vos allocations"
26 février 2005 - 15h17

L’article est issu d’un journal en ligne britannique ( www.portal.telegraph.co.uk ) et assez pourri, "the first online daily UK newspaper in the UK" , en fait la version internet du Daily Telegraph. Lit bien ce qu’en dit le Courrier International :

" Fondé en 1855, c’est le grand journal conservateur de référence de la presse de qualité. Sa maquette a été entièrement renouvelée en 2003. C’est sa pugnacité et ses partis pris qui font son succès, à droite de l’échiquier politique.

Son agenda est très prisé, en raison notamment du Court Circular qui présente tous les jours les activités de la famille royale. Un autre rendez-vous très attendu est le petit dessin de Matt, toujours élégant et drôle, publié en première page du journal. Détenu jusqu’au début 2004 par le magnat de la presse Conrad Black, le Daily Telegraph fait l’objet depuis d’une bataille d’actionnaires autour de son rachat. Très atlantiste, il est surtout très opposé à l’adoption de l’euro par le Royaume-Uni.

Site web : http://www.telegraph.co.uk

The Daily Telegraph est le premier quotidien britannique à avoir ouvert un site en 1994, lequel est, de l’avis général, l’un des plus complets du monde anglo-saxon. Très interactif, il met en ligne l’ensemble du contenu du quotidien et, à la fin de chaque article, il propose des renvois vers d’autres liens."

...Bref, c’est non seulement de la provoc, mais de la provoc non issue du camp féministe ou de l’extrême-gauche mais bien du camp à l’extrême opposé (!) ...Un coup monté par un camp comme on le sait allergique à tout ce qui concerne ce sujet de la légalisation prostitution ou ce qui tourne autour (droits sociaux, etc). De plus venant d’un pays qui, tout comme la France, est à la pointe de l’hypocrisie/criminalisation et de la violence policière à l’encontre des prostitué(e)s.

On se demande en plus pourquoi il a été traduit en français et répandu ainsi ...pour finir dans les mains des antisexistes du monde entier ( je viens d’atterir sur un arcticle en ligne canadien ) !!!

Et je ne crois pas du tout que la légalisation de la prostitution en Allemagne pourrait aboutir à truc comme ça aussi absurde. Ce qui est imaginé dans cet article est tout bonnement absurde, impensable et de mauvaise foi caractérisée.

( J’habite personnellement à Berlib / Allemagne )

Mehdi



> Allemagne : "Si vous n’acceptez pas de vous prostituer, nous supprimerons vos allocations"
26 février 2005 - 15h20 - Posté par

Encore Mehdi de Berlin :

Avant de crier haut les dieux sur les méfaits ( sinon très réels ) du libéralisme ou autre, vérifiez vos sources et soyez critiques, m... !!!


> Allemagne : "Si vous n’acceptez pas de vous prostituer, nous supprimerons vos allocations"
28 février 2005 - 18h45 - Posté par

1. En Allemagne, la prostitution est un métier comme un autre.
2. Les prostitué(e)s peuvent donc être recruté(e)s comme les autres salarié(e)s.
3. En France, des ANPE ont DEJA proposé des emplois d’"hôtesses" ou de téléphone rose.
4. En Allemagne, les chômeurs sont privés d’allocations au bout d’un an.
5. Les pressions sur les chômeurs pour accepter n’importe quel emploi se développent.

Si l’on prend en compte tous ces points, et même en considérant que le texte est un faux, on ne peut que trouver Mehdi bien optimiste...






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite