Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La casse de l’hopital (Privas, Ardéche) continue, (lettre d’une jeune maman)
de : Garibaldi
lundi 9 avril 2012 - 23h18 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 22.1 ko

Madame, Monsieur ;   Je me permets aujourd’hui de vous adresser à titre d’information la lettre que j’ai envoyé à différents élus, à l’hôpital de Valence, l’hôpital de Privas ainsi qu’à l’Agence Régionale de Santé.   Notre système de santé va mal. L’hôpital public est en danger.   Mon histoire renforce encore un peu plus l’importance de la nécessité de maintenir la maternité de Privas.   Je vous demande de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour vous opposer aux fermetures en cours, prévues, envisagées, pour réclamer des fonds auprès des pouvoirs publics afin de rouvrir des lits supprimés et en créer de nouveaux, si nécessaires , pour répondre aux besoins des populations.

Je vous remercie de me rendre compte de toutes les démarches que vous aurez entreprises en ce sens.

Une usagère très très déçue mais attachée au service de l’hôpital public.       Objet : réclamation     Madame, Monsieur,   Je vous adresse aujourd’hui ce courrier pour vous faire part de mon indignation devant un service publique de santé dégradé de jour en jour !

En effet, mon mécontentement concerne l’hôpital de Valence.

Entendons nous bien sur le terme hôpital. Je parle ici d’un ensemble, pas du personnel mais de l’organisation hospitalière.

J’ai accouché le 29 Décembre dernier (29/12/2011) dans des conditions chaotiques dans cet hôpital. (Je suis suivie par le service gynécologie de Valence depuis plus de 10 ans et avait bien prévu d’y accoucher)
Je m’explique : je suis arrivée le 28/12 vers 23h pour accoucher.
La sage-femme m’a vite fait comprendre que le service été saturé.
Je suis rentrée en salle d’accouchement vers 3h pour accoucher à 5h30.
Je me suis retrouvée seule (avec mon mari (aucune blouse de protection lui a été remise)) pendant tout le travail car il y avait d’autres accouchements et que le personnel était trop peu nombreux.

 La sage-femme est arrivée pour sortir mon bébé tout en ayant un œil sur les autres monitorings des femmes accouchants elles aussi dans les autres salles. (Par un système informatisé présent à mes côtés).Bien que très compétente et humaine, elle m’a rapidement laissée avec mon bébé pour s’occuper d’autres femmes.
Mon fils est resté contre moi nu afin de faire du « peau à peau »à ma demande. Mais très vite ce « peau à peau » à duré d’interminable heure. Seule dans cette salle d’accouchement, faute de personnel je me suis résignée à enroulé mon fils dans mon écharpe.
Une sage-femme est venue me dire à 9h30 qu’il n’y avait pas de lit pour moi, qu’ils cherchaient une place. Je lui demande à cet instant de sortir de la salle d’accouchement où j’attends depuis 4heures dans une position désagréable (table d’accouchement) et demande un lit et une couverture pour mon fils que je tiens dans les bras depuis 4 heures.
Peu de temps après, vers 10h je suis transférée dans une salle de travail (où une femme est déjà, en phasse de réveil après une césarienne) le va et vient du personnel est incessant, je réclame une couverture pour moi et à nouveau un lit pour mon fils. Le personnel m’explique que le service est plein, qu’ils n’ont plus de lit pour mon bébé !!!! et qu’ils me cherchent une chambre et iront voir s’ils trouvent une couverture (frigorifiée par la climatisation, je me couvre avec ma veste). Mon fils aura un lit à 14h30 soit 9h après avoir accouché !

Ma fille (mon aîné) souhaite me voir ainsi que voir son petit frère. Le personnel refuse car je suis à l’étage des accouchements et non à la maternité. Devant mon insistance, car convaincue que cet instant est important pour moi et pour elle, on accepte que ma fille voit mon fils dans le hall de la maternité ! Cette « rencontre » intime tant importante à mes yeux restera un de mes pires souvenirs : Mon fils entre 2 courants d’airs (tel un hall de gare) ; ma fille (ainsi que les passants) me voyant couverte uniquement par une chemise de l’hôpital, épuisée sur une chaise à roulettes… expliquant à ma fille de 4 ans que je n’ai pas de chambre pour la recevoir.
A bout physiquement et nerveusement je craque et demande un transfert express à la maternité de Privas pour pouvoir être prise en charge dignement.
Je demande un traitement anti-douleur car j’ai de violentes contractions, l’on me répond que je n’y ai pas droit. ( ??!) ; ainsi que du Lovenox+bas de contentions car je suis sujette au phlébite et que c’était prévu initialement (comme pour mon premier accouchement) ma demande ne peut aboutir car ils ne retrouvent pas cette « partie » de mon dossier expliquant mes problèmes circulatoires.
Je suis enfin transférée avec mon fils ce même jour à 17h à la maternité de Privas.
Heureuse de trouver un vrai lit pour mon fils et moi ainsi que des couvertures, dans une vraie chambre. Soulagée par la douleur, et prise en charge avec de l’Eparine, j’aspire à un peu de repos et afin pouvoir « rencontrer » mon bébé.
Trois jours après mon accouchement je me plains toujours de violents maux de ventre, le personnel de Privas me fait faire des examens complémentaires (Prélèvement, analyses urines + sang) pour m’annoncer que j’ai contracté une importante infection lors de l’accouchement (echérichia coli + stréptoquoque B) qui m’a contrainte à prendre un antibiotique (Amoxiciline) qui a été résistant puis un autre (Furadantine) pendant 1 mois !
Par chance mon fils n’a pas été contaminé ! Par chance l’infection est partie, j’ai pu continuer à allaiter mon fils.
Je suis scandalisée de voir qu’en France, en 2012, dans un hôpital Public, (financé avec nos impôts) l’on puisse accoucher dans de pareilles conditions !
Vous ne me rendrez pas les premiers instants magiques que je n’ai pas eus avec mon fils (dû uniquement à un chaos hospitalier et non pour des raisons médicales).
Vous ne me rendrez pas les premières semaines perdues (d’épuisement physique qui s’en sont suivis dû à la douleur et aux traitements antibiotiques) de mon congé maternité pour materner et créer du liens avec mon fils.
Je ne mets pas en cause le personnel hospitalier (qui est contraint de travailler dans des conditions inacceptables !) je mets en cause la fermeture des maternités environnantes
Valence qui contraint les femmes à accoucher à Valence, je mets en cause le nombre trop faible de lit à la maternité pour le nombre d’accouchements, le manque d’effectifs évident.
Je reconnais l’utilité, la compétence et la nécessité de la maternité de Privas en Ardèche qui est menacée d’année en année de fermeture. Nous ne pouvons pas accepter d’être pris en charges dans des hôpitaux publics dans de telles conditions !
Doit-on aller dans des cliniques privées pour être soigné dignement ?
N’est-ce pas la santé à deux vitesses ? (Une pour les personnes aisées financièrement et l’autre pour les plus modestes ?)
Nous devons réagir ! Ne pas accepter l’inacceptable ! La santé est l’essence même de la vie ! Une société malade est une société qui va mal ! Non à la suppression des lits ! Non à la suppression de personnel ! Non à la fermeture des maternité !
Nous ne pouvons pas penser le service public hospitalier comme un service rentable où le rendant et l’esprit comptable prévaut sur la santé et la dignité humaine !
J’espère par ce courrier vous avoir interpellé et qu’ainsi vous ferrez tout ce qui est en votre pouvoir pour sauver notre service de santé.  



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La casse de l’hopital (Privas, Ardéche) continue, (lettre d’une jeune maman)
10 avril 2012 - 10h49

Il y a une vingtaine d’années mes enfants sont nés à la maternité de l’hôpital de Privas, dans de bonnes conditions, avec un personnel assez nombreux pour être disponible et efficace.

En 20 ans ceux qui nous ont gouvernés ont drastiquement abaissé la qualité du service public de santé au nom des principes libéraux.
Depuis quelques temps la fermeture de la maternité est dans les projets, mais la population fera tout pour résister !

Chico



La casse de l’hopital (Privas, Ardéche) continue, (lettre d’une jeune maman)
18 avril 2012 - 06h21 - Posté par elnino

Le pire est devant nous ... L’Ardèche dans le découpage territoriale n’apparaîtra plus sur commande des ARS ..
En effet la partie d’Annonay appartiendra au territoire de la Loire et la partie de Privas se tournera vers la Drôme .. parce que dans les communautés Hospitalières de territoire que préconise la Loi Bachelot ou Hôpital patient Santé Territoire il n’y aura qu’un Hôpital Central duquel déclinera toutes les activités périphériques avec des Centres Hospitaliers Généraux qui appartiendront à ce territoire .. A noter que dans ce découpage pour la Région Rhones Alpes l’Ardèche n’apparâitra plus ... C’est la fin de la logique Républicaine de santé qui visait qu’on soit égaux devant la santé et ce peu importe le lieu de vie, les conditions de vie ...

Ce témoignage est éloquent de ce qui se passedans la santé ... il est urgent que l’on abolisse cette loi scélérate "hôpital Patient Santé Territoire" de même qu’il est urgent qu’on revienne sur les ARS (loi Juppé) et leurs supers directeurs au super pouvoir qui décline de manière verticale leur décision et les laisse supporter par les usagers et les professionnels de santé du territoire considéré ... de même qu’il est indispensable de revenir sur la loi 2003 instaurant la tarification à l’activité ... pour revenir à des valeurs plus simples partant des besoins sanitaires sur un territoire et non pas d’intérêts privés qui veulent élargir le champ du secteur marchand ..

Debout rien n’est définitif et c’est important de réagir tant comme usager que professionnels






Marxisme-léninisme, Marx, Lénine, ML, en deux mots, c’est quoi ? (Partie 1)
mercredi 22 - 02h56
de : Lepotier
Lambert : Pitié ou Empathie.
mardi 21 - 19h11
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Conférence de presse de Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video)
mardi 21 - 13h01
CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
mardi 21 - 08h50
de : Ernest London
CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres. Denis Diderot
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite