Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Rio + 20 : les multinationales aux commandes de la planète

de : Françoise DEGERT
jeudi 19 avril 2012 - 17h40 - Signaler aux modérateurs

Au 20ème sommet de la terre, prévu à Rio du 20 au 22 juin 2012, un nouveau pouvoir supra-national, l’Organisation mondiale de l’environnement (OME), pourrait voir le jour.

On doit à Maurice Strong l’émergence d’une politique mondiale de l’environnement. Son rôle a été crucial lors de la première conférence des Nations Unies sur l’environnement, à Stockholm en 1972. Il a ensuite fait triompher la conférence de Rio en 1992 et le « Développement Durable », favorisé la multiplication d’accords multilatéraux sur l’environnement (AME). Ses vœux ont été exaucés : plus de 500 conventions et accords se sont accumulés depuis Stockholm, auxquels se sont ajoutés quelques 300 fonds financiers. Restait à peaufiner le système multilatéral.

En 2005, la France s’y est employée, poussant à la création de l’IPBES, plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques. Réunissant les États, la « société civile » (ONG, syndicats) les scientifiques et les entreprises, l’IPBES doit éclairer les politiques pour contrer le déclin de la biodiversité. En fait, elle organise la financiarisation de la biodiversité, une perspective qui a rebuté nombre de pays émergents au point qu’elle n’a toujours pas de statut. Pas découragée, la France est maintenant à l’offensive pour la création de l’Organisation mondiale de l’environnement (OME) au prochain sommet de Rio. Cette fois-ci, avec l’appui d’une centaine d’États. Les deux ministres concernés, Alain Juppé, et Nathalie Kosciusko-Morizet, ont réuni le 1er février dernier, à Paris, le Gotha Onusien, quelques ministres étrangers, des grandes ONG et le monde des affaires.

Pour faciliter les choses, le PNUE devrait se transformer en agence de l’ONU et lui transférer ses moyens financiers. L’OME serait « ouverte à tous les États » souligne la ministre. Avec tout de même une particularité de taille : sa « gouvernance » serait calquée sur celle de l’IPBES, associant d’emblée les États aux représentants des collectivités locales, aux scientifiques, à la société civile, et surtout aux entreprises. Il est vrai que l’ONU et ses instances sont déjà fortement influencées par les plus grandes compagnies de la terre qui les financent, depuis 2000, via « Le pacte mondial ». Mais cette fois-ci, les grandes compagnies seront carrément aux commandes, les États réduits à la portion congrue. Les décisions seront prises au nom de la science, par consensus.

Or, le champ d’action de l’OME couvrirait les ressources génétiques du vivant et les savoir-faire traditionnels qui y sont associés sur terre, et les ressources de la haute mer où le nombre de brevets déposés ne cesse d’exploser. Outre les sols et la désertification, l’OME couvrirait également les eaux de surface (fleuves, lacs) souvent convoitées par plusieurs pays et génératrice de conflits. L’OME édicterait également des règles « pour aider les pays en développement à mettre en œuvre les normes environnementales » selon Nathalie Kosciusko-Morizet. Les normes consacrent l’hégémonie d’une puissance sur d’autres États et couvrent tous les secteurs d’activité (agriculture, industrie, bâtiment), les comptabilités, dont celles des entreprises permettant aux investisseurs financiers de les estimer à l’instant T.

Intégrer l’environnement dans la comptabilité des entreprises, comme le prévoit le protocole de la Convention pour la diversité biologique (CDB) de Nagoya (octobre 2010), permettra d’établir des circuits de compensation monétaire contre le réchauffement climatique et les atteintes à la biodiversité. Soit la création d’un nouveau marché financier obligatoire, à l’échelle planétaire. Enfin, l’OME édictera des règles « pour diffuser et partager les meilleures solutions technologiques ». En particulier celles des multinationales de l’eau et de l’assainissement. Quant aux normes sociales prévues par l’accord de Rio de 1992, le président de la chambre de commerce internationale (CCI), Gérard Worms, ne veut pas en entendre parler. « La lutte contre la pauvreté, le marché du travail, ne relèvent pas de l’OME. L’organisation internationale du travail (OIT) est là pour ça ».

Ainsi, l’OME édictera des règles qui seront retranscrites et avalisées par les États, sans avoir de légitimité. Nathalie Kosciusko-Morizet s’en défend : « personne ne peut prétendre incarner la voix de la planète à lui seul ». La société civile ne trouve rien à y redire. Au contraire, les ONG et quelques syndicats appuient la création de l’OME. En consultant la liste des « Donors » de ces ONG, on comprend pourquoi. La balle est dans le camp de quelques pays émergents, dont l’Inde et le Vénézuela, qui refusent catégoriquement sa création.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

12492 (test 13 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite