Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

UN ÉCLAIRCISSEMENT HONNÊTE

de : Fidel Castro Ruz
dimanche 3 juin 2012 - 19h09 - Signaler aux modérateurs

Le violent combat de l’Uvero a été commémoré voilà quelques jours, le 28 mai, avec toutes les références qu’il mérite. Un devoir élémentaire m’oblige à éclaircir les faits.

À cette époque-là, Manuel Piñeiro, dit Barberousse, toujours égal à lui-même, avait envoyé à Santiago de Cuba un camion d’armes que le Directoire révolutionnaire avait utilisées durant son attaque du Palais présidentiel et qui avaient abouti pour une raison ou une autre dans ses mains. Frank País, responsable d’action nationale de notre Mouvement du 26-Juillet, en avait fait parvenir une part importante à la difficile zone de la Sierra Maestra où notre jeune Armée rebelle renaissait de ses cendres.

L’apprentissage avait été extrêmement dur. Nous avions remporté peu à peu les premières victoires qui nous avaient permis d’accroître nos forces en hommes et en armes, sans essuyer aucune perte. Nous avions dû aussi contrecarrer la dangereuse trahison d’Eutimio Guerra, un paysan rebelle qui avait été jusque-là notre guide et qui avait cédé aux offres généreuses de l’ennemi. Grâce au soutien en hommes et en moyens que nous envoyait Frank, nous avions constitué malgré les obstacles notre premier détachement guérillero : l’avant-garde aux ordres de Camilo [Cienfuegos] ; l’arrière-garde conduite par Efigenio Ameijeiras ; le centre formé de petits pelotons ; et le commandement général. Il existait donc un groupe de combattants déjà chevronnés et bien adaptés au terrain quand nous reçûmes, bien camouflé dans des bidons de graisse, un bon lot des armes récupérées par Barberousse.

Fut-il correct, du point de vue militaire et révolutionnaire, d’attaquer la garnison bien armée installée au bord de mer, près d’un embarcadère d’où partait le bois coupé dans cette zone ? Pourquoi l’avons-nous fait ?

Il se trouve que l’expédition du Corynthia venait juste de débarquer aux ordres de Calixto Sánchez White. Et c’est un puissant sentiment de solidarité qui nous poussa à attaquer la garnison de l’Uvero.

Je tiens à signaler en toute honnêteté que cette décision, hormis la solidarité qu’elle impliquait, ne fut pas tout à fait correcte, car elle ne concordait pas avec notre rôle, auquel se subordonnait tout autre objectif – comme ce fut le cas durant toute notre vie révolutionnaire.

Je me rappelle avoir ouvert le feu – j’utilisais alors un fusil à lunette – contre l’appareil de radio de la garnison ; des dizaines d’autres balles s’abattirent ensuite sur son poste de commandement. Ce qui explique pourquoi l’ennemi ne sut pas que sa garnison était attaquée et que nous pûmes disposer d’au moins trois heures avant que ses bombes et sa mitraille ne tombent sur nous, ce qui arrivait invariablement une vingtaine de minutes après le début de n’importe quel combat. Sans ces facteurs, il est très probable que notre décision d’attaquer, inspirée de la seule solidarité, aurait abouti à une réduction de notre force composée alors de presque une centaine de combattants déjà formés et qu’il aurait fallu, au mieux, recommencer avec beaucoup de mal à la reconstituer.

C’est là que Juan Almeida fut touché à la poitrine et qu’il fut protégé d’une blessure plus grave, d’après ses souvenirs, grâce à un objet de métal qu’il avait dans sa poche ; que Guillermo García, portant un casque obtenu au premier combat, engagea un duel serré avec le défenseur d’un fortin fait de gros troncs d’arbre ; que le Che, équipé d’un pistolet-mitrailleur qui n’arrêtait pas de s’enrayer, s’écarta de son poste pour soutenir un combat avec ceux qui combattaient contre Almeida ; et que Raúl avança avec son petit peloton sur les soldats retranchés derrière les piles de troncs prêts à l’embarquement. Tout ceci, avant l’apparition des chasseurs-bombardiers. Julio Díaz, un combattant courageux qui maniait une mitrailleuse à trépied, ne put avancer : il gisait à côté de moi, mortellement frappé d’une balle en plein front.

Comprend-on ce qui arriva ce 28 mai 1957, voilà cinquante-cinq ans ?

http://www.cuba.cu/gobierno/reflexi...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite