Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

« Moratoire sur l’aéroport » : une farce qui ne nous fait pas rire

vendredi 8 juin 2012 - 11h04 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

Quelques analyses au sujet de l’accord du 8 mai 2012 après la grève de la faim

On a beaucoup entendu parler ces derniers temps de l’accord obtenu le 8 mai 2012 à la suite d’une grève de la faim de 28 jours menée par des agriculteurs/trices en lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Certain⋅e⋅s fantasment cet accord comme un « moratoire sur l’aéroport » (Anne-Sophie Mercier : Moratoire sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes dans Le Monde du 9 mai 2012) et beaucoup crient victoire.

De notre côté, nous éprouvons le besoin de préciser ce que cet accord change vraiment et surtout ce qu’il ne change pas. Nous tentons quelques pistes d’analyse de la situation dont il provient et de celle qu’il fait naître.

Commençons par des faits. Les responsables des collectivités locales PS s’engagent à ce qu’il n’y ait pas d’expulsions pour les onze exploitants agricoles installés sur la zone concernée et qui ont refusé l’accord amiable avec Vinci. Ils s’y engagent jusqu’au rendu des recours déposés avant le 4 mai 2012 auprès des juridictions françaises (Conseil d’État et Cour de Cassassion). Après un coup de gueule du comité de soutien aux grévistes de la faim, les responsables concernés répondent sur une feuille volante, sans signature (et donc sans valeur officielle), que l’accord concerne aussi « les habitants de la zone de la DUP [Déclaration d’Utilité Publique] installés sur la zone avant le déclaration d’utilité publique, ayant refusé à ce jour [du 4 mai] les procédures amiables ». Il ne précise pas de durée de gel des expulsions pour ces habitant⋅e⋅s. L’accord ne concerne pas les recours déposés par les opposant⋅e⋅s devant le tribunal administratif ni ceux devant les juridictions européennes. Il n’arrête pas les procédures d’expropriations des propriétaires : la machine est en marche et les élus PS ne donnent qu’un sursis d’exécution. L’accord ne concerne pas les occupants sans droit ni titre. Au final, cet accord s’appliquerait uniquement à environ un tiers des habitant⋅e⋅s de la zone. Selon la version optimiste, portée par les grévistes de la faim et leurs soutiens, la suspension de ces expulsions vaudrait jusqu’en 2014.

Pour le comité de soutien aux grévistes de la faim, c’est « notre première victoire » et « une immense victoire idéologique et médiatique » (Geneviève : Face aux erreurs et à l’intox : ce qui a été obtenu par les 28 jours de grève de la faim et de mobilisation du comité de soutien, blog des soutiens de grève de la faim, http://parolesdecampagne.blogspot.fr/). Pour l’autre partie, les pontes PS locaux : « nous avons fait un geste réel concernant le traitement humain de l’étape délicate des expulsions, étape ultime des expropriations légales. Mais passés les quelques recours engagés, la construction de l’aéroport se poursuivra » (Jacques Auxiette, président de région Pays de la Loire et signataire de l’accord, dans Presse Océan du 12 mars 2012). Ils précisent en outre que « les procédures à l’encontre des occupants très récents, – je pense aux squatteurs –, ne seront pas ralenties. »

Il nous semble que par cet accord, le pouvoir concède un « geste » uniquement symbolique. C’est bien sûr un répit appréciable pour certain⋅e⋅s. Mais suspendre les expulsions des exploitant⋅e⋅s agricoles et des habitant⋅e⋅s légaux sur la zone concernée par la DUP même jusqu’en 2014 ne gène en rien les prévisions de l’État et d’AGO. D’après le planning en notre possession, les seuls gros travaux prévus avant cette date concernent les échangeurs du barreau routier, qui ne sont pas situés sur ce périmètre. Les travaux prévus sur la zone de la DUP consistent en forages, fouilles archéologiques, études environnementales, etc. Bref, les mêmes « travaux préliminaires » qu’ils font depuis des années, malgré la présence des habitant⋅e⋅s qui ne constitue pas un obstacle puisqu’à grand renfort de gendarmerie mobile ils ne se privent pas pour envahir la zone ou ravager les terres. Somme toute un accord qui ne remet en cause ni les gros travaux, ni les études préliminaires, ni les expropriations qui continuent à être menées, ni la majorité des expulsions.

Par contre il nous semble que cet accord sert les intérêts du PS. Il peut ainsi se montrer à l’écoute du peuple qui l’a élu sans pour autant se fâcher avec ses petits amis patrons, que ce soient ceux de Vinci (concessionnaire de l’aéroport) ou ceux des nombreuses entreprises qui voient dans ce projet une source de profit. Mais surtout, il nous semble qu’il s’agit d’une manœuvre pour tenter d’intégrer la contestation pour mieux la museler. Reprenant sa stratégie habituelle, la gauche au pouvoir tente d’intégrer les éléments « raisonnables » de la contestation pour les identifier comme des « partenaires sociaux ». En faisant cela, elle cherche à établir la différence entre les « bon⋅ne⋅s opposant⋅e⋅s », celles et ceux avec qui on peut discuter puisqu’on fait semblant de les entendre, et les « mauvais-es », celles et ceux qu’on peut réprimer allègrement parce qu’on les a dépeint aux yeux de tout⋅e⋅s comme des éléments perturbateurs. Le but est clair : briser une solidarité des opposant⋅e⋅s, afin de ne plus risquer de se trouver face à un bloc uni par un intérêt commun. Cet accord n’est pas une concession mais une manœuvre politique : alors que la droite se place généralement dans l’affrontement direct et clame haut et fort qu’elle ne cédera rien, il est de bon ton à gauche de montrer que l’on fait des « efforts » de compréhension, qu’on entend le petit peuple dans ses revendications et qu’on est prêt à s’asseoir autour de la table pour en parler, entre gens respectables. À nos yeux, il s’agit uniquement d’une manière pour le pouvoir de reprendre la contrôle de la situation : « si vous êtes bien gentil⋅les⋅s et que vous ne faites pas de vagues, peut être pourrons nous concéder quelques miettes ».

Nous conclurons en criant que la farce ne nous fait pas rire. Il est certain que cet accord tombe à pic pour le PS : commencer un mandat par une grève de la faim, de surcroît dans le fief du premier ministre, c’est mauvais pour l’image de marque. Malgré le sursis accordé à certain⋅e⋅s, nous restons dans la même situation de tension qu’auparavant face à ce projet imposé par la gauche. Si le PS s’est retiré cette épine du pied, celle qui est dans le notre est encore bien plantée.

Hors pistes

un groupe en luttes contre l’aéroport et son monde né dans le mouvement d’occupations

Juin 2012


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
« Moratoire sur l’aéroport » : une farce qui ne nous fait pas rire
8 juin 2012 - 17h42

Rien de nouveau sous le soleil, la droite fermes ta gueule et la gauche causes toujours sont en fait parfaitement d’accord sur le fond et la pseudo démocratie participative je vous enfume n’y changera rien Dans un autre registre à Grenoble, lieu du discours de la crapule éjectée le 6 mai, les soces maîtres de la ville expulsent des Roms à tour de bras depuis la victoire de Flamby. Alors qu’ils rejetaient la responsabilité du traitement des Roms et demandeurs d’asile, avec le courage qui les caractérise, sur le préfet et l’état pour ne rien faire que vont-ils bien pouvoir inventer aujourd’hui ? C’est qui la racaille ?



« Moratoire sur l’aéroport » : une farce qui ne nous fait pas rire
8 juin 2012 - 18h52 - Posté par jaja

je m’étonne d’une chose : la grève de la faim n’est pas assez radicale pour tous les "radicaux" qui participent à la lutte s’y emploient.

il est vrai que les radicaux, ils ont des C ..... ; eux leur truc c’est le face à face avec l’état et sa police avec le résultat que l’on a toujours vu.



« Moratoire sur l’aéroport » : une farce qui ne nous fait pas rire
8 juin 2012 - 18h55 - Posté par jaja

donc messieurs les radicaux, on vous attend !

lancez vous dans une grève de la faim

bobby sands et ses camarades avaient une autre envergure que les occupants de la ZAD ......................


« Moratoire sur l’aéroport » : une farce qui ne nous fait pas rire
8 juin 2012 - 19h10 - Posté par

jaja tu te trompes. Pourquoi encore une fois opposé radicaux et citoyennistes ?
Il est aussi important d’occuper la zone que des faire des recours juridiques.

L’opposition radicale c’est pas aller se fritter avec les keufs (ça peut quand c’est nécessaire et ça le sera si ça continue comme ça), c’est être là où ça emmerde le pouvoir. Certains le sont de façon illégal, d’autres toléré (un peu + longtemps grâce à la grève de la faim).

Le texte ne fait que rappeler que cette victoire n’est qu’un répit appréciable pour certain⋅e⋅s. Mais il ne change rien sur le fond. Le PS manœuvre tout simplement.

Tout le monde reconnait le courage qu’il a fallu à Mr Tarin et les autres de tenir la grève de la faim tous ce temps. Pas de polémique stérile en opposant inutilement des gens qui luttent pour la même cause. Vinci, le PS et la presse locale le font déjà tellement si bien.


« Moratoire sur l’aéroport » : une farce qui ne nous fait pas rire
8 juin 2012 - 23h04 - Posté par jaja

L’opposition radicale c’est pas aller se fritter avec les keufs (ça peut quand c’est nécessaire et ça le sera si ça continue comme ça),

donc tu envisages donc la violence contre l’état ....... au cas où

mais bon dieu ils n’attendent que ça ; la violence est l’arme étatique par excellence car l’état est le seul possesseur légitime de la violence actuellement. et c’est vécu par le peuple comme tel.

nous ne sommes pas dans une période révolutionnaire que je sache ; le contexte de la lutte contre l’ayarult_porc ne sera jamais une contexte de violence ; vous inversez la logique !

c’est parce que les "radicaux" n’arrivent pas à gagner la lutte politique qu’ils pensent que le passage par la violence peut être nécessaire !

Imagine des dizaines de radicaux ( c’est eux qui se le disent ) faisant la grève de la faim : cela mettrai en lumière la violence étatique SANS utilisation de la violence contre l’état.

aucune lutte ne peut être gagné par un rapport de force pure vis à vis de l’état : dans un tel cas , il aura toujours le dessus.

la tactique du judoca devrait être mieux perçue par les "radicaux"


« Moratoire sur l’aéroport » : une farce qui ne nous fait pas rire
9 juin 2012 - 10h40 - Posté par

Donc quand tu as refusé de vendre ton terrain, utiliser tous les recours juridiques,... et que tu vois les machines déboulés dans ton jardin tu baisses les bras. Après tant d’effort !
Il reste quoi quand l’Etat passe en force malgré une enquête publique bidonné, une DUP qui repose sur une étude complètement faussé,... Qu’on te harcèle toute la semaine de contrôle parce qu’il faut intimider les derniers habitants histoire de vider le territoire ? fatiguer les récalcitrants par de multiples coup de fil de la part d’AGO Vinci...

Il reste la lutte sur le terrain, et elle passe par une opposition physique en dernier ressort. C’est pas un truc de radicaux, y’a des gens parmi l’ACIPA qui iront opposé leurs corps aux machines si y’a pas d’autres choix.

A Plogoff, les gendarmes mobiles étaient accueilli par des jets de pierre tout les matins, et y avaient les enfants qui accompagnaient leurs parents avant de les emmener à l’école.

Quoi qu’on dise à Notre Dame des Landes, y’a pas de violence inutile. Un peu de sabotage parfois histoire de ralentir les travaux, des salariés qui reculent parce que ce jour là ils y avaient pas assez de flics en escorte.
Des petites victoires, en tout cas ça les emmerde bien dans le déroulement des travaux. Même si comme tu le dis, on ne peut renversé le rapport de force. Ils enverront juste plus de flics.
En tout cas les gens essaient et c’est le principal. Parce que la victoire là bas est la condition d’autres ailleurs.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite