Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Lettonie : Le prisme ethnique comme outil de dépolitisation
de : Vivian Petit et Morgane Dujmovic
jeudi 6 septembre 2012 - 19h39 - Signaler aux modérateurs

MEMOIRE OFFICIELLE, MEMOIRES CONFLICTUELLES

16 mars 2011. Plus de deux mille lettons, dont plusieurs députés, manifestent en hommage à la Légion Lettone. Officielle de 1998 à 2000, cette journée célèbre la mémoire de ceux qui ont combattu l’Armée Rouge dans les deux divisions lettones de la Waffen-SS. Comme chaque année, une gerbe de fleurs est déposée au pied du Monument de la Liberté, centre névralgique de Riga auprès duquel se tenaient les rassemblements contre l’occupation soviétique dans les années 1980. En face, des contre-manifestants qui veulent « un monde sans nazisme ». Beaucoup d’entre eux font partie de la « communauté russophone », et ont servi dans l’Armée rouge. Comme chaque année, des militants antifascistes de différents pays ont été bloqués à la frontière. La forte proportion de manifestants de moins de 25 ans du côté des nationalistes s’explique par la vision de l’Histoire inculquée à l’école, où les « Légionnaires » sont présentés comme des combattants de l’indépendance lettone, et où leur rôle dans l’entreprise nazie est passé sous silence. Certains contre-manifestants brandissent des banderoles sur lesquelles on peut lire « Ethnocratie + Russophobie = Fascisme » (illustration ci-contre). Qu’importe, le discrédit frappe les « partis russes », et peu de passants sont prêts à les écouter...

9 mai 2011. Plusieurs milliers de personnes commémorent la victoire alliée aux alentours du Monument de la Victoire de l’Armée soviétique, imposante construction érigée par Gorbatchev en 1985. Des associations et des partis lettons pro-russes se sont mobilisés avec l’Ambassade de Russie pour donner à la célébration le plus grand retentissement. Le maire de Riga, leader du parti russophone de gauche « Centre de la Concorde » (1), s’y exprime pour la première fois en russe. Un feu d’artifice aux couleurs des drapeaux russes et soviétiques clôt la soirée. Sur le chemin du retour, à l’entrée de la vieille ville, quelques centaines de jeunes scandent « Rossiya ! Rossiya ! ». Des passants sont choqués : pour nombre d’entre eux, mai 1945 marque avant tout l’annexion de leur pays à l’URSS et le début de cinquante années d’occupation, transcrites dans l’imaginaire collectif comme le moment le plus noir de l’Histoire contemporaine lettone. C’est à cette période que se sont installées en Lettonie la plupart des familles russophones présentes le 9 mai au Monument de la Victoire. Dans ce groupe, si certains mettent seulement en avant la nécessité de rendre hommage aux soldats morts en combattant le nazisme, ou le refus du nationalisme dans la société lettone, il y a chez d’autres participants l’effervescence propre aux instants privilégiés. Comme si ce moment festif permettait d’évacuer les frustrations actuelles, et la nostalgie de l’URSS qui peut en découler …

Si ces deux dates n’en sont que des transpositions concrètes, le conflit sur l’Histoire lettone de la Seconde Guerre mondiale à l’indépendance de 1991 polarise la société. L’affaire Kononov, du nom du partisan russe condamné à la prison en 1998 pour avoir exécuté en 1944 des villageois qui collaboraient avec les nazis, en est une bonne illustration (2). Autre exemple éloquent : le « Musée de l’Occupation » à Riga, dont un panneau s’intitule « Nazisme : Espoir et désenchantement ».

DEPOLITISER POUR MIEUX REGNER : COMMENT LA LETTONIE A CREE SES APATRIDES.

Après l’indépendance obtenue en 1991, les frontières de l’identité nationale ont été construites sur la survivance d’une culture et d’une langue lettones ; la présence russe fut jugée trop récente pour être légitime, et trop forte pour ne pas être préoccupante. C’est sur l’exploitation de cette crainte que se fondent les programmes des années 1990, destinés à renvoyer « les non-Lettons dans leur patrie ethnique » (3). La distinction conceptuelle entre citoyenneté et nationalité – entendue comme l‘appartenance à une « ethnie » -, a favorisé une politique d’Etat distinguant les « non-Lettons » des « Lettons de souche ». Dans les premières années de l’indépendance, seules les personnes ayant eu la citoyenneté lettone avant 1940 (date de la première annexion de la Lettonie par Staline), ainsi que leurs descendants, se sont vus reconnaître la citoyenneté lettone. Ceux dont la famille s’était installée dans la République balte après 1940 ont donc été cantonnés au statut-fantôme de citoyen soviétique, jusqu’à ce que les autorités soient sommées par leurs nouveaux partenaires occidentaux de réagir. En 1995, alors que la Lituanie laisse ses habitants libres de choisir eux-mêmes leur citoyenneté, la « solution lettone » est présentée sous la forme d’une loi à l’intitulé explicite : la « Loi sur le statut des anciens citoyens de l’URSS n’ayant pas la citoyenneté lettone ni celle d’un autre Etat », qui instaure le statut de « non-citoyen ». (4)

Le discours officiel actuel, incarné par l’ex-ministre de la Culture Sarmīte Ēlerte, consiste principalement à justifier l’existence d’une telle catégorie juridique en présentant les non-citoyens comme des individus privilégiés comparés aux personnes apatrides. Si les autorités lettones délivrent aux non-citoyens un passeport permettant de voyager à la fois en Russie et dans l’Union européenne, ainsi que des permis de travail et de résidence permanente, il n’en est pas moins que ce statut exclut de la participation aux élections générales et locales, auxquelles même les ressortissants des autres pays de l’UE résidant en Lettonie participent. De plus, les non-citoyens ne peuvent prétendre à l’embauche dans la fonction publique lettone, ou à certains emplois à caractère public (notaire, avocat assermenté…). Présentés par les nationalistes comme des « occupants russes », beaucoup des non-citoyens affirment pourtant avoir soutenu l’indépendance de la Lettonie lors du referendum de 1991…Bien qu’une nouvelle loi sur la citoyenneté ait instauré en 1998 la possibilité pour les non-citoyens de se faire naturaliser, la création d’une catégorisation juridique discriminante, et les incitations constantes à apporter des preuves de loyauté envers la Lettonie, lourdes de symbole, ont amené nombre de non-citoyens à voir la naturalisation comme une étape humiliante, et à s’en détourner. Ces réticences expliquent en partie la persistance d’une proportion préoccupante de non-citoyens dans la population : plus de 326 000 personnes (soit autour de 15% de la population enregistrée) sont des « aliens », pour reprendre le terme qui apparaît sur leur passeport, dont des enfants nés en Lettonie après l’indépendance.

QUAND L’ETHNIE REMPLACE LE PROJET POLITIQUE

De la constitution d’un « corps étranger à la nation » découle une identité politique. Le simple fait d’être lecteur de la presse russophone forge le « caractère russophone », renforcé par l’utilisation récurrente du « nous » dans ces journaux (5). Le clivage droite/gauche s’est donc déplacé sur des considérations ethnico-linguistiques, où être de droite signifie être « pro-letton » et de gauche « pro-russe ». En plus d’accentuer les divisions et de justifier l’existence de deux presses séparées, l’utilisation des termes « russes » ou « russophones », invite à penser que seuls des gens de la même « ethnie » peuvent se représenter les uns les autres. Les considérations nationales sont donc utilisées à des fins de dépolitisation. A titre d’exemple, les manifestations de 2009 contre les effets de la crise, qui pouvaient faire consensus à l’intérieur de la classe des salariés, furent traitées à travers le prisme ethnique.

Les élections législatives anticipées de septembre 2011 ont vu la victoire du Centre de la Concorde, seul parti ayant fait campagne sur la nécessité de renégocier l’austérité imposée par le FMI. Bien qu’étant depuis le parti le mieux représenté au Parlement (31 sièges sur 100), il a été d’emblée écarté des tractations politiques du mois d’octobre, les « partis lettons » de centre-droit lui ayant préféré les ultra-nationalistes de VL-TB/LNNK (Tout pour la Lettonie-Pour la patrie et la liberté/Mouvement pour l’indépendance nationale de la Lettonie) pour former le gouvernement Dombrovskis III. Il est évident que l’imposition de clivages ethniques au dépend de tous les autres rend difficile la possibilité d’un mouvement social et politique qui puisse faire front à l’austérité imposée par l’Union Européenne et le Fonds Monétaire International. En revanche, une lutte remettant en cause les emplois à soixante-dix lats par mois (environ cent euros), le plafonnement du salaire minimum à 230€ ou encore les restrictions budgétaires drastiques dans l’éducation pourrait substituer des considérations sociales à l’obsession nationale ...

Notes

(1) Il existe depuis novembre 2009 un accord de coopération entre le Centre de la Concorde et le parti poutinien Russie Unie, qui prévoit des rencontres régulières, des échanges d’information et « d’autres formes de dialogue ». Voir « Malmenée par la crise, la Lettonie se tourne de plus en plus vers la Russie », Piotr Smolar, 02/10/2010 , Le Monde.

(2) Sur ce cas encore sujet à polémiques, on peut se référer à l’article de de Bruno Drweski paru le 20 mai 2011 sur www.michelcollon.info, « Quand la Cour Européenne des droits de l’homme révise l’histoire ».

(3) La notion de « retour volontaire des non-Lettons dans leur patrie ethnique » est notamment contenue dans la Loi sur le rapatriement du 24 octobre 1995. Voir Nils Muižnieks, (dir.), How Integrated is Latvian Society ? An Audit of Achievements, Failures and Challenges, Riga : University of Latvia Press (2010), http://szf.lu.lv.

(4) La loi en question est notamment disponible en anglais sur la page du Conseil de l’Europe :http://www.coe.int/t/dghl/standards...

(5) A ce titre, on peut se référer au très bon ouvrage dirigé par Maria GOLUBEVA et Robert GOULD, (dir.), Shrinking citizenship, Discursive practices that limit democratic participation in latvian politics (Rodopi, 2010).



Imprimer cet article





les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
9 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il n’y a point d’assujettissement si parfait que celui qui garde l’apparence de la liberté. J.J. Rousseau
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite