Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Les mémoires de Juan Garcia Oliver en Français

de : Sévy
samedi 6 décembre 2014 - 10h33 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Enfin ! Les mémoires de celui qui mit au point la "gymnastique révolutionnaire" et prôna "ir a por el todos" (le tout pour le tout) suite à victoire des anarcho-syndicalistes dans Barcelone le 19 juillet 1936 sont parues en français. On attendait depuis 1978, date de la sortie du livre en espagnol, cette traduction.
C’est désormais chose faite avec ce très beau travail des éditions toulousaines du Coquelicot. Le livre peut être commander directement aux éditions : http://lecoquelicot.info ou chez son libraire...

(…) Les événements (…) prouveront que, comme méthode pratique, la “ gymnastique révolutionnaire ” a certainement contribué à faire de la CNT la première force ouvrière d’Espagne et rendu possible la résistance victorieuse au coup d’État militaire de 1936. Pour García Oliver, elle répondait à une analyse politique globale de l’état des forces en présence. Transcrivant une conversation de 1931 avec Ascaso et Durruti, il écrit : « Sans les saccades que provoquent la droite et la gauche, la République finira par trouver son point d’équilibre, par se consolider et par incarner la paix. Un semblant de paix, car il s’agira d’une République défendant les mêmes intérêts que ceux de la monarchie. L’Espagne a besoin de faire sa révolution et elle la fera. Moi, je préfère que cette révolution soit anarcho-syndicaliste, ne serait-ce que, parce qu’éloignée de tout modèle historique, elle sera marquée du sceau de l’originalité. »

Tel fut le fil conducteur de l’action de García Oliver. Il n’en démordit jamais, au risque de devoir s’opposer à ses propres amis. (…) Ce court extrait de la préface de J. Martinez à l’édition espagnol de L’Echo de los Pasos en 1978 met en évidence ce qui constituait la colonne vertébrale idéologique de Juan Garcia Oliver : L’anarcho-syndicalisme. Le titrage des 4 parties de ce livre/épopée en témoigne : L’anarcho-syndicalisme dans la rue, L’anarcho-syndicalisme au Comité des milices, L’anarcho-syndicalisme au gouvernement, L’anarcho-syndicalisme dans l’exil.

L’écho des pas est resté jusqu’à ce jour inédit en français. A sa parution originale en espagnol en 1978, « le pavé de Garcia Oliver -650 pages- y produisit quelques effets, dont l’irritation ne fut pas le moindre. C’est que le bonhomme avait l’avantage d’exaspérer d’abord les siens, et ce depuis longtemps » comme l’écrit Freddy Gomez qui signe la préface de cette édition française.
Quand il proposa au plenum du 23 juillet 1936 que la CNT prenne tout le pouvoir en Catalogne, Garcia Oliver ne fut pas suivi. Seul le canton du Bas Llobregat vota pour sa proposition. C’est le ralliement à l’idéologie de front républicain qui prévalut...

Pour Garcia Oliver, tout s’est joué ce 23 juillet. « Je n’en revenais pas. C’était le Plénum de fédérations locales et cantonales le plus insolite. Des délégués convoqués dans l’urgence et ignorant ce dont on allait parler dans cette assemblée, venaient d’adopter des positions qui jetaient par terre tous les accords fondamentaux de la CNT ignorant les aspects les plus élémentaires de son histoire d’organisation fortement influencée par le radicalisme anarchiste (...) écrit -il .

Le témoignage de celui qui fut depuis 1919, un des hommes clé de la CNT, tour à tour, garçon de café, organisateur de syndicats, homme d’action revolver au poing et... ministre de la justice, est incontournable.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Les mémoires de Juan Garcia Oliver en Français
7 décembre 2014 - 17h26 - Posté par Joel

Encore un témoignage qui devrait être intéressant sur une histoire de la CNT et sur quelques unes de ses pratiques rigides…



Les mémoires de Juan Garcia Oliver en Français
8 décembre 2014 - 00h24 - Posté par guillaume

on sent là le post-stal’ énervé que seule l’histoire libertaire espagnole dans tous ses paradoxes et avec une véritable volonté de se confronter à ses erreurs n’ait "pignon sur librairie" en France comme en Espagne d’ailleurs...

Mais, plutôt que de râler ou d’ironiser, allez-y les gars, on l’attend l’histoire fabuleuse du PCE ! A moins, à moins qu’elle ne soit un peu trop crade pour que vous la regardiez en face sans trop être déstabilisés dans vos fondamentaux ? A moins, à moins que les reniements passés et présents de tous les PC ne soient des couleuvres trop grosses pour vos gorges de gourmets ?
J’enrage encore de voir sur mes murs toulousains des affiches bleu-blanc-rouge / Liberté-égalité-fraternité siglées PCF !!! Surtout quant il y a trois semaines, votre service d’ordre s’est positionné à l’issue d’une manif, face à nous histoire de protéger une ligne de CRS casqués, matossés, cagoulés !

80 ans nous séparent des meurtres de Nin ou de Berneri mais c’est la CNT qui est rigide !
Ouarf ouarf, ouarf, va terminer de bouffer ton clown et apprend à lire, ça te servira pour potasser l’histoire...


Les mémoires de Juan Garcia Oliver en Français
9 décembre 2014 - 18h45 - Posté par Joel

par "pratiques rigides", il faut aussi lire et s’informer sur le passage … :

tout s’est joué ce 23 juillet. « Je n’en revenais pas. C’était le Plénum de fédérations locales et cantonales le plus insolite. Des délégués convoqués dans l’urgence et ignorant ce dont on allait parler dans cette assemblée, venaient d’adopter des positions qui jetaient par terre tous les accords fondamentaux de la CNT ignorant les aspects les plus élémentaires de son histoire d’organisation fortement influencée par le radicalisme anarchiste (...) écrit -il

… avant de sortir les armes et crier aux Stals !!! Et s’informer comment, encore récemment ce genre de "pratique" était en vigueur à la CNT.

Quant au :

80 ans nous séparent des meurtres de Nin ou de Berneri mais c’est la CNT qui est rigide !
Ouarf ouarf, ouarf, va terminer de bouffer ton clown et apprend à lire, ça te servira pour potasser l’histoire...

… et à l’invitation à la lecture, relire les mémoires de Cipriano Mera (avant ou après le diner).






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite
France : menace claire de coup d’État militaire imminent
lundi 26 avril
de Roberto Ferrario
Ainsi se termine la déclaration d’un groupe des militaires des Force des Armées françaises : “Par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national. On le voit, il n’est plus temps de (...)
Lire la suite