Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Retour sur Exhibit B de Brett Bailey
de : Jean Scorza
samedi 27 décembre 2014 - 13h38 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Source : http://www.ccr4.org/Retour-sur-Exhi...

On censure allègrement, en France, ces derniers temps. En octobre, c’est Tree, de Paul McCarthy, qui était vandalisé par l’extrême droite. Deux semaines plus tard, la photo « Mère et fille », de Diane Ducruet, était retirée du Mois de la photo, le cliché, où l’on voit une mère « mordre » le visage de sa fille ayant été vu, par certains, comme une incitation à la pédophilie. Dans le cas de la pièce-installation du sud-africain Brett Bailey, « Exhibit B », qui brosse une fresque poignante du racisme anti-Noirs, depuis les temps de l’esclavage, ce sont des « anti-racistes » qui ont voulu la déprogrammer du programme du Théatre Gérard Philippe de St-Denis et du 104 à Paris. Sale temps pour les artistes.

Présentée en Avignon en 2013, puis à Glasgow, l’installation de Bailey avait suscité l’enthousiasme du public. C’est à la suite d’un article du Guardian que les malentendus se sont multipliés, en dépit des déclarations du metteur en scène. Sur sa « gauche », on a voulu voir dans la performance du « racisme déguisé » ou du « paternalisme antiraciste ». En Angleterre, donc, une pétition ayant réuni 23.000 signataires suivie de manifestations d’une centaine « d’antiracistes » devant le Barbican Centre ont abouti à l’annulation du spectacle en septembre. C’est ce qui a failli arriver, à nouveau, à Paris, en novembre.

Douze scènes pour dénoncer le racisme d’hier et d’aujourd’hui

Exhibit B ? De quoi s’agit-il exactement ? Une fois entré dans l’installation, le spectateur comprend vite qu’il ne s’agit pas d’un « zoo humain » mais de douze tableaux du racisme. Le premier serait un « zoo humain » détourné. On y retrouve deux performeurs en Pygmées entourés de têtes d’animaux empaillés et présentés comme des « trophées ramenés en Europe du Congo français ». Les autres sont des mises en scène des crimes racistes, de l’époque coloniale jusqu’à nos jours. L’installation n’en reste pas en effet à l’évocation d’un racisme historiquement daté, car les crimes contemporains du colonialisme sont également montrés, crûment. On songera à ces immigré-e-s d’origine africaine présenté-e-s dans des tableaux intitulés « Objet trouvé », accompagné-e-s d’informations que tout immigré est obligé de fournir en préfecture pour le renouvellement de ses papiers.

Aucune complaisance dans cette évocation du colonialisme. C’est ce que l’on voit clairement dans le contenu de la performance elle-même et dans son para-texte qui accompagne chacun des douze tableaux. Comme le disait déjà Eric Fassin lors du premier passage d’Exhibit B en France, la pièce « pose des continuités historiques : c’est dans les camps de concentration de l’Afrique australe que le docteur Eugen Fischer a élaboré les théories sur l’hygiène racialequ’il appliquera aux Juifs sous le IIIeReich. Elle traite d’un passé récent : il y a quarante ans, la Vénus hottentote était encore exposée au Musée de l’homme, pour n’être restituée à l’Afrique du Sud qu’en 2002. Il ne s’agit pourtant pas de « repentance » passéiste, car des« objets trouvés »nous ramènent au présent : un réfugié congolais, un migrant érythréen, à côté d’un Somalien mort pendant son expulsion brutale. »

Le dispositif dans lequel est introduit le spectateur est conçu par Bailey comme une contrainte qui empêche toute forme de voyeurisme dépolitisant. Comme le dit Guillaume Mivekannin, performeur à Exhibit B, « le voyeur n’est pas celui que l’on pense ». En effet, le spectateur « joue » dans chaque tableau, que ce soit dans le jeu de regards avec le performant, qui le fixe et le dévisage, ou dans le fait d’être inscrit dans la liste des matériaux de chaque tableau. Chaque personne est appelée par une femme Noire, d’une voix forte, à entrer dans l’installation à partir d’un numéro attribué au hasard. Elle interdit de parler pendant la performance, de revenir en arrière et d’être en groupe.Ces contraintes, qui cherchent à priver le public de sa liberté de mouvement, celle-là même qui était confisquée aux esclaves, sont une autre différence majeure entre la position d’un spectateur d’un « zoo humain » à l’Exposition coloniale de 1931 et celui d’Exhibit B.D’ailleurs,la plupart des spectateurs, à l’issue du parcours, sonttrès fortement ébranlés.

Corps noirs, artiste blanc ?

Les opposants à l’oeuvre l’ont caractérisée comme "scandaleuse" et "révoltante". Mais ce qui est scandaleux et révoltantc’estla réalité exposée de manière cruedans le contenu des tableaux eux-mêmes : la véritable « provocation » d’Exhibit B, scandaleuse et révoltante, c’est, précisément, cette évocation des crimes du colonialisme d’hier et d’aujourd’hui, depuis ces mains coupées des esclaves noirs, quand ils n’atteignaient pas les quotas dans les plantations de caoutchouc au Congo, jusqu’à la figure des sans-papiers, morts asphyxiés par la police des frontières à l’aéroport Charles-de-Gaulle.

A la fin de l’installation toute ambiguïté sur le « racisme » de Exhibit B est levée. On se demande d’ailleurs si ses opposants ont pris le soin de demander aux performeurs eux-mêmes quel est leur rapport à l’œuvre. Au moins, Brett Bailey l’a fait. La dernière salle est consacrée à des morceaux d’interviews avec les performeurs où chacun explicite son rapport au spectacle, offrant une vision, très personnelle, de l’anti-racisme. On est loin de l’image qu’on a voulu donnerd’eux comme des simples « Noirs en cage » montrés pour le plaisir des Blancs. « Exhibit B » est tout l’inverse de « l’exhibition ». C’est une pièce à conviction. C’est une charge contre ce racisme multiforme et congénital de l’impérialisme européen, et c’est en ce sens là que les manifestations contre la performance relèvent soit de la méprise de gens qui n’ont même pas participé à l’installation, soit d’une instrumentalisation politique réactionnaire : sur quelle légitimité s’appuie tel ou tel mouvement antiraciste ou antinégrophobie pour caractériser un spectacle, et ce contre le discours de son metteur en scène, de raciste, pour demander à ce qu’il soit censuré, si ce n’est pour se poser en seul(s) détenteur(s) de la représentation et du discours sur/des Noirs en France ?

Tant Exhibit B que les manifestations qui se sont opposées à la tenue du spectacle posent la double question de la stratégie qui devrait être la nôtre dans la lutte contre les oppressions et de qui sont nos alliés. Si le contenu et le dispositif de la performance écartent tout soupçon de racisme, le principal argument qui reste aux opposants est que Brett Bailey serait Blanc et qu’en tant que tel il n’aurait pas de légitimité pour dénoncer le colonialisme. C’est une manière essentialiste de poser la question, qui interdit de penser que l’art de Brett Bailey, de ses acteurs et actrices, par la force des mises en scènes de la barbarie coloniale et de la sauvagerie des politiques d’immigration, souligne l’hypocrisie du « liberté-fraternité-égalité » formel dans cette République au racisme institutionnalisé. En espérant, donc, que Bailey poursuive, et pour longtemps encore, à explorer cette même veine.

14/12/14



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Retour sur Exhibit B de Brett Bailey
28 décembre 2014 - 01h36 - Posté par fidel
Retour sur Exhibit B de Brett Bailey
28 décembre 2014 - 08h46 - Posté par

Un autre point de vue qui a le mérite de dépasser les précédents et poser une bonne question :

« En France, la question de la blanchité est quasiment absente du débat. C’est pourtant un concept nécessaire pour penser un pendant de l’exclusion des noirs qu’est le racisme : la norme qui lui fait face. »

http://www.slate.fr/story/95643/ant...


Retour sur Exhibit B de Brett Bailey
28 décembre 2014 - 10h37 - Posté par

n’ayant pas vu l’œuvre,je ne peux donner aucun avis.
Cependant cet argument ::
A la fin de l’installation toute ambiguïté sur le « racisme » de Exhibit B est levée. On se demande d’ailleurs si ses opposants ont pris le soin de demander aux performeurs eux-mêmes quel est leur rapport à l’œuvre. "
"
est plus que douteux.

Depuis quand le subjectif d’un artiste sur son oeuvre est la preuve de la vérite ?Suffit il de demander aux performeurs (notion assez lamentable en art) si leur rapport à l’oeuvre est raciste pour affirmer que celle ci ne l’est pas s’ils l’affirment ?

avec cet argument toute critique est nulle et non avenue.





Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je n'ai qu'une passion, celle de la lumière, au nom de l'humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Emile Zola
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite