Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Qui sont les Grecs indépendants, ce parti de droite nationaliste, partenaire de SYRIZA ?
vendredi 30 janvier 2015 - 11h11 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

Il a osé. Pas sectaire pour un sou, Tsipras élargit sa Coalitiond de gauche jusqu’à sa droite. Coup de génie tactique ? A voir. Coup préparé de longue date ? Assurément. Cela change radicalement la tournure du projet SYRIZA et de ses admirateurs en Europe.

UKIP, Front national, Ligue du nord, la droite extrême qui avance en Europe a salué la victoire de SYRIZA en Europe. Tout comme Podemos en Espagne, 5 étoiles en Italie, avec leur positionnement ambigu « ni droite, ni gauche ». Idem pour le PS français, le PD italien, pensant au projet de « New Deal » européen, du bond fédéral, partagé par Renzi, Hollande, Tsipras.

Quant aux marchés financiers, ils ne semblent pas avoir été pris de panique à l’annonce de la victoire de SYRIZA… c’est leur pacte avec la droite nationaliste qui crée le plus d’inquiétude.

L’alliance apparemment contre-nature avec la droite nationaliste – une scission de droite de la « Nouvelle démocratie », comparable toutes choses égales par ailleurs à UKIP en Grande-Bretagne – a pu sembler une surprise de dernière minute. Elle était préparée de longue date.

Aux origines du pacte SYRIZA/Grecs indépendants

« Si nous avons besoin de 5 voix de la part de M.Kammenos, des Grecs indépendants, et si il vient vers nous et nous donne un signe d’ouverture et de soutien, nous ne le jetterons pas. Nous ne dirons pas que nous ne voulons pas de lui ».

Va Kammenos, je ne te hais point !Ainsi parlait Alexis Tsipras, en avril 2012, quelques semaines après l’annonce de la scission de droite de la Nouvelle Démocratie. Depuis, les contacts se sont multipliés, un « Front commun » s’est matérialisé en 2013 sur la question des banques chypriotes.

En octobre 2014, c’est le pacte entre Tsipras et Kammenos qui a scellé le sort du gouvernement :Tsipras soutenant la formation de droite sur un projet portant sur les prêts aux PME, Kammenos refusant le soutien à tout candidat présentiel, précipitant les élections anticipées.

Tsipras avait alors déclaré :« Il y a besoin de forces différentes, qui voit les choses depuis des points de vue différents, qui se rassemblent afin de mettre un terme aux politiques désastreuses du mémorandum, maintenant, pour ensuite reconstruire l’économie ».

Kammenos avait précisé après sa rencontre avec le leader de SYRIZA :« Nous pouvons trouver un terrain commun, chacun gardant ses lignes rouges, on peut aller de l’avant ».

La formation des Grecs indépendants était peu connue jusqu’à hier en France. Sur quoi se fonde son identité ? Elle est née en février 2012 comme scission du parti de droite conservateur Nouvelle Démocratie sur la base du rejet des plans d’austérité.

Un parti nationaliste intégral, mais pas anti-UE ni anti-euro !

Son idéologie est intégralement nationaliste. Elle ne rejette pas l’Union européenne en soi mais désire maintenir non-négociables « l’indépendance, la fierté, la souveraineté nationales », pour citer le premier point de sa Déclaration fondatrice, le 24 février 2012.

Elle désire une Europe réforméedans le sens de la coopération inter-étatique, non sa dissolution, ni celle de la zone euro. Toujours dans sa Déclaration fondatrice : « Nous croyons en une Europe unie de la solidarité et de la coopération, où les Etats membres seraient égaux ».

Ce qu’elle dénonce dans l’Union européenne, avec véhémence, c’est la « domination allemande »contre laquelle Kammenos a multiplié ces derniers temps les déclarations sous diverses variantes, plus ou moins injurieuses ou belliqueuses, selon laquelle la Grèce « ne se mettrait pas à genoux devant l’Allemagne », cette dernière étant gouvernée par « des néo-nazis, dans un IV ème Reich », alors que « Merkel et Schuable sont persona non-grata à Athènes ».

Le parti est déjà prêt à partir en croisade pour obtenir la réparation des dommages de guerre causés par l’Allemagne nazie pendant la Seconde guerre mondiale.

Elle dénonce aussi l’entrée potentielle de la Turquie et d’autres pays des Balkans comme l’Albanie ou la Macédoine dans l’Europe. Un type de position incompatible avec la sortie de la Grèce de l’UE.

Aux fondements de son identité, on retrouve une sainte trinité :

Le parti clérical : famille, religion, ordre

1 – Défense de l’Eglise, de sa place privilégiée dans la société, des valeurs conservatrices traditionnelles : c’était une des « lignes rouges » fixées par Kammenos au pacte avec SYRIZA. Pas de laicité, pas de séparation de l’Eglise avec l’Etat, pas de remise en cause des priviléges fiscaux de l’institution ecclésiastique.

Cela explique de façon très claire les ultimes rencontres de Tsipras avec les moines du mont Athos, les hauts dignitaires de la hiérarchie orthodoxe, pour les rassurer sur leurs privilèges.

Dans la Déclaration fondatrice, une des proclamations centrales est : « Nous croyons dans les valeurs et le caractère éternel de la religion orthodoxe ». En 2013, les Grecs indépendants ont opposé leur veto catégorique à tout abandon de l’enseignement religieux à l’école.

Le parti avait alors affirmé que c’est « sous prétexte de multi-culturalisme et de lutte contre la xénophobie et le racisme »que les cours de religion étaient remis en cause alors que « la culture orthodoxe, ses sacrements, les valeurs et vertus chrétiennes est au cœur des traditions grecques »et que « dans la société libertaire que certains veulent créer, la vie humaine ne vaudra rien ».

Dans ses valeurs traditionnelles, la famille, la religion, la patrie jouent un rôle central. Les Grecs indépendants prônent ainsi une restriction drastique de l’immigration, dont la population devrait être limitée à 2,5 % de la population résidente, à des niveaux « soutenables pour le pays ».

Face à un projet de loi supposé favoriser l’ « intégration des étrangers » en avril 2014,le parti avait alors dénoncé le mythe du multi-culturalisme, en échec partout, affirmant l’impossibilité d’une intégration et assimilation de masse des étrangers et immigrés en période de crise.

Sur la famille, le Parti – et surtout certains de ses leaders comme le député Nikos Nikopoulos – a fermement rejeté toute tentative d’instaurer un mariage homosexuel en Grèce.

Nikopoulos s’est fendu l’an dernier en déclarations homophobes, ironisant sur l’enthousiasme du Premier ministre luxembourgeois avec un tweet polémique : « Nouvelles de l’Europe : les pédales s’accouplent ! Le premier ministre luxembourgeois va se marier avec sa chérie ».

On peut rappeler aussi les déclarations du leader Kammenos contre le Premier ministre de droite Samaras dans l’hypothèse d’une remise en cause partielle des privilèges de l’Eglise :

« Tout ce que le gouvernement fait va contre l’Eglise de Grèce : crémation, mariage gay, taxation de la religion orthodoxe.Les Bouddhistes, les Juifs, les Musulmans ne sont pas taxés, les Orthodoxes oui, et il y a même un risque qu’on perde le patrimoine monastérial ».

Le parti de l’Armée : une Grèce forte au service de l’OTAN

2 – Défense de l’Armée, et d’une politique étrangère indépendante et agressive.C’était la deuxième « ligne rouge » de Kammenos pour un pacte avec SYRIZA : obtenir le Ministère de la Défense, et l’engagement du maintien dans l’OTAN, d’une sanctuarisation du budget colossal de l’Armée.

Les Grecs indépendants représentent une frange si ce n’est cléricale et militariste de l’appareil d’État, en tout cas fortement lié à l’Eglise et l’Armée, convaincus de leur rôle de pilier dans l’ordre social grec.

Ainsi dans le programme de gouvernement élaboré en 2014 par les Grecs indépendants, y sont réaffirmés le rôle central de l’OTAN dans la politique étrangère grecque ainsi que la nécessité d’adopter une posture ferme sur les questions internationales : sur les ZEE, sur Chypre, sur les frontières avec la Macédoine, sur les projets de Grande Albanie.

La Turquie est la première visée hors de l’UE, ce en quoi la Grèce a besoin de ses partenaires dans l’OTAN et l’UE. Tout comme l’Allemagne est désignée comme l’adversaire dans l’UE, pour la « nation prolétaire » grecque.

On comprend plus aisément les déclarations de ces derniers mois de Tsipras avec les hauts responsables de l’armée grecque, sa rencontre avec les responsables de l’OTANil y a un an, visant à les assurer sur son maintien dans l’OTAN.

Un capitalisme national d’Etat, mieux inséré dans l’UE et la mondialisation

3 – Défense d’un capitalisme national compétitif dans la mondialisation. Les Grecs indépendants concentrent toute leur énergie sur l’abandon des mémorandums avec la BCE, le FMI et l’UE qu’ils voient comme un « complot international » contre la Grèce.

Ils s’inscrivent dans la stratégie d’une fraction du capitalisme grec décidée à entrer en conflit avec le capital allemanden particulier pour obtenir un maximum de concessions comme un allégement de la dette et des plans d’austérité, afin de relancer l’économie locale.

Dans sa Déclaration fondatrice, il affirmait clairement croire en un « développement basé sur le capitalisme, avec une répartition équitable des richesses », qui ne soit pas perverti par les « requins de la finance, les spéculateurs et les usuriers ».

Dans son programme de 2014, on retrouve 8 mesures clés qu’on peut résumer ainsi : (1) le rejet de la « dette illégitime » ; (2) l’abrogation des mémorandums, accords de prêt et lois liés à ces accords ; (3) politique de guerre économique avec réparations de guerre allemandes et lutte pour les ZEE et les ressources off-shore ; (4) nationalisation de la Banque de Grèce et relance de l’économie.

La relance de l’économie, telle que les Grecs indépendants, la conçoivent est une relance inscrite dans une logique d’un capitalisme national encadré, facilité, soutenu par l’État dans le but d’affronter la compétition internationale.

Ainsi dans son Programme de gouvernement – destiné à un « Front patriotique et démocratique », dixit le parti – le parti de droite insiste sur un Plan de Reconstruction et de développement national comprenant :

la réduction de l’impôt sur les sociétés pour supporter la compétition internationale, ainsi qu’un allégement des dettes consécutives aux prêts contractés par les PME ;

un « soutien au fonctionnement du capital grec, un soutien à l’attraction des IDE » qui serait facilité par une Banque de Grèce nationalisée qui emprunterait directement à la BCE pour financer ensuite les entreprises nationales ;

le « renforcement de la Marine » pour peser dans la lutte pour les ZEE et leurs ressources off-shore, perçues comme capitales pour relancer l’économie ;

le développement de « Pôles régionaux d’innovation », sur la base de Partenariats publics-privés (PPP), facilités par une « aide publique à l’internationalisation » ;

Convergences entre la dite « gauche radicale » et la vraie « droite réac »

L’annonce du pacte de gouvernement a suscité une interrogation : des partis venant d’horizons si différents peuvent-ils former une coalition durable, stable et unie face à l’épreuve de force qui s’annonce, notamment avec la Troika, après le « Quantitative easing » de Draghi ?

La réponse est incertaine mais Tsipras a remarquablement préparé le terrains : il a verrouillé les « lignes rouges » de la droite dure sur l’Eglise, l’Armée, voire l’immigration et le mariage gay. Il a obtenu leur soutien sur le « Programme de Salonique », un plan limité mais réel de soutien aux ménages les plus modestes pour soulager la misère galopante.

Mais sur le fond, les convergences existent entre les deux forces : maintien dans l’OTAN, dans une UE réformée ; rapport de force institutionnel pour obtenir des concessions de l’UE, de l’Allemagne sur la dette, les mémorandums ; vision partagée d’un capitalisme keynésien basée sur des réformes structurelles, une intervention accrue de l’État au service des entreprises.

L’avenir nous en dira plus sur la solidité de cette alliance, et surtout ses répercussions en Grèce et en Europe. Le spectacle peut commencer. Plein d’incertitudes et de périls à l’horizon. En France, le FN attend son tour. Et jubile du nouveau tour de la tragédie grecque.

http://www.solidarite-international...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Qui sont les Grecs indépendants, ce parti de droite nationaliste, partenaire de SYRIZA ?
30 janvier 2015 - 20h00 - Posté par NOCTURNE

Certain vont pas tarder a déchanter, en Grece , ici,et ailleurs .

Je voudrais tellement me tromper.



Qui sont les Grecs indépendants, ce parti de droite nationaliste, partenaire de SYRIZA ?
30 janvier 2015 - 21h34 - Posté par LeChatNoir

Attend un peu il y adeux jours tu disais que syriza avait rassuré les banques alros que le jour meme elles perdent 25% voir 50% pour la banque du pirée

Patience t aura tout le loisir de les critiquer mais commence pas avant, tombe pa dans le proces d"intention.je sais ta envie que ca foire et t attend que ca pour nous pondre un truc du genre "je l avais dit blabla"

Et syriza se plante tu pourra commenter la prise de pouvoir d aube dorée qui je rappel est la 3eme force politique en grece


Qui sont les Grecs indépendants, ce parti de droite nationaliste, partenaire de SYRIZA ?
30 janvier 2015 - 21h37 - Posté par LeChatNoir

Et puis si ta mieux à proposer comme choix que Syriza au peuple grec qui n’en peux plus et qui vivent la vraie austérité, hesite pas y seront ravit


Qui sont les Grecs indépendants, ce parti de droite nationaliste, partenaire de SYRIZA ?
31 janvier 2015 - 16h21 - Posté par chb

Le fait est que Syriza n’a pas voulu une coalition avec les députés communistes grecs, qui de leur côté militent pour une sortie de la monnaie unique et des institutions néfastes.
Hollande va recevoir Tsipras en lui jouant "mon ennemi c’est la finance" ?



Qui sont les Grecs indépendants, ce parti de droite nationaliste, partenaire de SYRIZA ?
31 janvier 2015 - 19h10 - Posté par LeChatNoir

heu...c est les communistes qui ont refusé de rencontrer tsipras (ancien membre)pas l inverse





Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07
Le Président du Mexique Andrés Manuel Lopez Obrador reçoit des menaces !
jeudi 4 - 15h12
de : JO
L’Eau, c’est la vie : la "guerre de l’eaué a telle commencé, NESTLÉ : l’escroquerie du commerce de l’eau (vidéo)
mercredi 3 - 23h10
de : nazairien
2 commentaires
"Américan Dream" Peste bubonique à Los Angeles : la Californie sur le point de devenir un État du tiers-monde
mercredi 3 - 12h32
de : nazairien
2 commentaires
Amazon : plusieurs sites bloqués par des Gilets Jaunes et des écolos
mardi 2 - 11h06
de : nazairien
1 commentaire
Vilain Villani la suite à Grenoble chez Mandrin
lundi 1er - 23h19
de : PMO viaJYP
Collège République de Bobigny : Sud-éducation dénonce un article à charge de Libération
lundi 1er - 16h17
Accidents du travail : silence des ouvriers meurent :
lundi 1er - 08h43
de : jean 1
« NOUS, LE PEUPLE DES ÉTATS-UNIS… »
lundi 1er - 06h54
de : Ernest London
Le "Tube de l’été" : "CON à voter Macron" Chanson Inédite (vidéo)
lundi 1er - 00h01
de : nazairien
2 commentaires
Acte 33, A Paris, le mouvement, qui s’essouffle, a émoussé, la "vista" de la flicaille (vidéo)
dimanche 30 - 19h09
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Aucune carte du monde n'est digne d'un regard si le pays de l'utopie n'y figure pas. Oscar Wilde
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite