Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Répression syndicale : Arrêté pour avoir fait son travail

de : Pierre-Yves Bailet et Grégory Marin
jeudi 14 juillet 2016 - 00h01 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 55.7 ko
RASSEMBLEMENT DEVANT LE PALAIS DE JUSTICE DE PARIS, JEUDI, POUR DEMANDER LA LIBÉRATION DES SYNDICALISTES ARRÊTÉS PENDANT LES MANIFS CONTRE LA LOI TRAVAIL. Photo : Francine Bajande

Interpellé après la manifestation de mardi, Laurent, membre du service d’ordre de la CGT, assimilé à une « bande armée », est ressorti libre jeudi. Récit.

À la sortie du palais de justice, les premiers mots de Laurent, jeudi, étaient pour « les quatre toujours enfermés. L’air libre, c’est bien, mais pour tout le monde » ! lançait-il au mégaphone. Après avoir passé deux jours en garde à vue (24 heures renouvelées une fois), le syndicaliste CGT, libre, n’oublie pas la solidarité. Il peut enfin rejoindre le rassemblement initié par ses camarades, du Val-de-Marne comme lui et de toute la région parisienne, sur la place Lépine, en face du Palais de justice de Paris. Les traits tirés, barbe de trois jours mais sourire aux lèvres et poing levé. Assisté de son avocate, il vient de refuser la comparution immédiate pour avoir participé à « un attroupement en étant porteur d’une arme ». Selon l’article 431-5 du Code pénal, il risquait trois ans de prison et 45 000 euros d’amende. Un motif d’inculpation « grave et inexplicable », soulignait Pascal Joly, responsable de l’Union régionale d’Île-de-France (Urif) CGT. « Totalement hors de propos », appuyait Jean-Noël Lahoz, responsable par intérim de l’Urif FO, associée au rassemblement.

Dans l’« attroupement » en question, en fait la douzième manifestation contre la loi El Khomri, mardi, le cégétiste faisait partie du service d’ordre (SO). Laurent, dit Lolo, n’est pourtant pas « la caricature du gros bras », nous avait prévenu Guillaume Bulcourt, responsable du service « accueil-sécurité » (la dénomination officielle du service d’ordre) de la CGT du Val-de-Marne. Mais il est là « pour faire le nombre », car les missions d’un SO ont changé : « Le 14 juin, par exemple, il faisait partie de ceux chargés de dévier les militants qui passaient trop près du carré de tête. Si tu viens au SO pour te battre, tu peux faire demi-tour, ça n’arrive plus. » Pas vraiment le profil du molosse, le Lolo que nous avons rencontré. « Jovial », mais avec des « convictions solides », qui s’expriment à la CGT comme dans son activité politique au PCF.

« J’aurais dû garder le brassard du SO. Je vais me le faire tatouer »

La bombe lacrymogène retrouvée dans son sac ? « Ce sont des outils qui servent à nous défendre quand on se fait charger, comme le 12 mai dernier, par des casseurs armés de clés à molette, de lames, et qu’on est acculés », plaide Guillaume Bulcourt. Ce matériel, Laurent n’a jamais nié l’avoir eu : il l’avait dans son sac à dos personnel, à la sortie du camion du SO où il avait laissé son brassard avant de se faire contrôler. « J’aurais dû le garder. Je vais me le faire tatouer », plaisante-t-il. « Un comble qu’on lui reproche cette possession  ! » lance Pascal Joly. Un paradoxe que détaillait Jacques Girod, secrétaire adjoint FO Paris, qui a participé aux réunions entre les syndicats et le préfet : « Les autorités ont demandé au service d’ordre d’être plus impliqué dans la sécurité des manifestations et, aujourd’hui, ils sont arrêtés à cause de leur équipement. C’est se moquer du monde ! »

Laurent n’était pas le seul syndicaliste arrêté, comme lui-même le faisait remarquer. D’autres, de la CGT et de FO, ont subi la même répression. Et même si aucun n’a eu à répondre d’accusation aussi grave que celle reprochée à Laurent, il s’agit d’un mouvement répressif qui prend de l’ampleur. « Ils veulent faire un exemple pour dégoûter les autres militants non seulement de participer aux manifestations, mais aussi de les encadrer », assure Guillaume Bulcourt. Le même discours est tenu par les syndicalistes qui ont partagé le sort de Laurent, tous relâchés comme lui, hier après-midi, sous le regard vigilant de plus d’une centaine de militants CGT, FO et PCF, « rassemblés en 12 heures, ce qui montre que, dans la stratégie d’intimidation du gouvernement, il y a un os », estimait Pierre Garzon, secrétaire de section du PCF de Villejuif (Val-de-Marne). Illustration avec ce serveur d’un café voisin venu brandir une pancarte CGT lors de sa pause, et vivement applaudi…

« Justice de classe, 49-3, tout ça ne nous arrêtera pas ! » promettaient les militants face au cordon de gendarmes mobiles qui les encerclait peu à peu, provocant quelques bousculades et de vertes explications. Un gradé reconnaissait pourtant que, sur le fond, la CGT n’avait pas tort, car le service d’ordre syndical, « on en a besoin, on n’est pas là pour assurer la sécurité dans la manifestation mais autour ». Mais les ordres sont les ordres… Même le « marchandage » entre le procureur, d’un côté du bureau, Lolo et son avocate, de l’autre, trahit le malaise de la traduction judiciaire d’une volonté politique de « casser le mouvement ». Le procureur envisageait de requérir quatre mois de prison avec sursis et cinq ans d’interdiction de port d’arme « alors que le port d’arme est interdit en France, donc le SO n’en a évidemment pas… ». L’avocate et son client avaient donc refusé à la fois ce compromis et la comparution immédiate. « Ceux qui proposent le marché sont en position de faiblesse. Ils essayent de nous faire croire que ce marché est un acte de bonté. Nous ne voulons pas de bonté, nous voulons la justice », s’indignait Jean-Jacques Guignard, adjoint au maire (PCF) de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), présent place Lépine, hier.

La mésaventure judiciaire de Laurent est « une étape de plus dans la criminalisation du mouvement syndical », assène Pierre Garzon. C’est « vrai dans les entreprises (et) inscrit dans la loi El Khomri »... « En clair, celui qui relève la tête – aujourd’hui Lolo, demain n’importe qui – est visé avec tout l’arsenal du droit et de la force publique pour le faire rentrer dans le rang. »

http://www.humanite.fr/arrete-pour-...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Répression syndicale : Arrêté pour avoir fait son travail
14 juillet 2016 - 11h50

la chasse aux militants de cgt est ouverte ! valls macron hollande vous avez perdu les élections ! vivement que la peur change de camp .je trouve le temps un peu long,mais le morale reste intact ! vivement les élections qu on aillent foutre le bordel dans leur reunion !



Répression syndicale : Arrêté pour avoir fait son travail
14 juillet 2016 - 13h29 - Posté par

Ceux qui seront au pouvoir après les socialos-salauds finiront le travail pour démolir la CGT. L’UMP-PS sont uniquement les prémisses de cette histoire et ils veulent que cela se finisse comme cela. Alain 04






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
Comment fut inventé le peuple juif
dimanche 16 mai
de Shlomo Sand, Historien, professeur à l’université de Tel-Aviv
MANIFS. interdites pour soutien à la Palestine !
samedi 15 mai
de joclaude
4 commentaires
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite