Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Violences policières : 104 manifestants saisissent le Défenseur des droits

de : Sara Ghibaudo
samedi 17 septembre 2016 - 18h29 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 21.5 ko
Arthur aux urgences le 9 avril 2016, après la manifestation contre la loi Travail

Parmi les témoignages rassemblés par le collectif "Stop violences policières", celui d’Arthur, un lycéen parisien. Le 9 avril, il a eu le nez cassé par un tir de flashball.

Sur le visage, il n’en garde qu’une petite cicatrice. Ce 9 avril en fin d’après-midi, Arthur, 16 ans, n’est pourtant pas beau à voir quand il arrive aux urgences. Le nez fracturé, probablement par un tir de flashball, dont il a plus ressenti le choc que la douleur :

"A un moment, j’ai senti une partie de mon visage comme anesthésiée, j’étais en sang, la tête gonflée, je ne ressemblais plus à rien. J’étais pas loin des policiers, mais j’étais là en manifestant pacifiste."

Arthur, très engagé dans le mouvement lycéen contre la loi Travail, était venu manifester ce samedi avec sa mère, Frédérique, 45 ans, et sa petite soeur de 15 ans. Il assure qu’il n’a pas pris part aux affrontements survenus en fin de défilé. Sa mère se dit très choquée par le comportement des policiers :

"C’était une des premières manifs nationales auxquelles j’ai participé avec mes deux enfants, et j’ai constaté que tout le long du cortège c’était hyper tendu, avec des provocations des forces de l’ordre qui ont fini par donner lieu à un affrontement en règle à l’arrivée place de la Nation, où on s’est retrouvés un peu bloqués, avec des gaz lacrymo dans tous les sens."

Arthur n’a pas voulu saisir la justice. Porter plainte contre la police, à quoi bon se dit-il. Mais quand le collectif Stop violences policières a lancé un appel à témoignage pour saisir le Défenseur des droits, il n’a pas hésité :

"Participer à une plainte collective auprès du Défenseur des droits, ça permet plus de montrer aux gens les agissements des forces de l’ordre, et ce qui se passe vraiment dans les manifestations".

Une démarche que Frédérique, sa mère, prend aussi très à cœur :

"J’ai eu le sentiment qu’il y a eu un usage complètement disproportionné de la force de la part des forces de l’ordre, et j’ai été très choquée. Vu mon âge j’ai déjà vu des manifs avant, j’ai participé à quelques unes, et l’ambiance bon enfant des manifs a complètement disparu. Pour moi des gamins qui se font taper dessus à 15 ans alors qu’ils font leurs premières manifs je trouve pas ça normal et on les conduit à se révolter et à pas respecter les forces de l’ordre et la justice française et je trouve cela grave."

Le collectif a transmis le 19 juillet au Défenseur des droits 104 témoignages, une quarantaine anonymes et 68 manifestants de manière nominative. La plupart sont parisiens, certains viennent de Rennes, Nantes, Lille ou Marseille. Un cameraman de 57 ans a eu le tibia fracturé par un tir de grenade lacrymogène, une militante de 40 ans a récolté un coup de matraque et quatre points de suture, une autre proteste contre le fait d’avoir été retenue pendant trois heures place de la Concorde par le cordon de CRS, avant d’être copieusement aspergée de gaz lacrymogène... Tous racontent à leur manière ces quatre mois de contestation sous haute tension, au cour desquels plus de 550 policiers et gendarmes ont aussi été blessés. Le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve assurait pour sa part le 19 juin dans un communiqué :

"des consignes claires et constantes sont données aux forces de l’ordre par le ministre de l’Intérieur et relayées par les préfets : usage proportionné de la force publique pour assurer la sécurité des manifestants et des riverains et faire respecter le droit de manifester, et fermeté absolue à l’égard des casseurs".

Le dossier est à l’étude chez le Défenseur des droits, Jacques Toubon, qui est compétent pour les questions de déontologie des forces de sécurité. Une autorité que ces manifestants ont choisi pour son indépendance et pour engager une nouvelle réflexion sur le maintien de l’ordre comme l’explique Ainoha Pascual, l’une des avocates du collectif :

"Certaines personnes qui nous ont contacté avaient des appréhensions vis-à-vis de l’IGPN, la police des polices, qui a parfois refusé de prendre leur plainte. Devant le défenseur des droits, elles peuvent témoigner de manière anonyme pour celles qui le souhaitent, et elles ont l’assurance d’une autorité indépendante. L’intérêt c’est aussi que le Défenseur des droits peut proposer l’interdiction d’une arme ou réfléchir à un autre mode de maintien de l’ordre".

Quelques semaines après son nez cassé, Arthur a été interpellé place de la République en marge d’un rassemblement de Nuit Debout et placé en garde à vue, accusé d’avoir jeté des bouteilles sur des policiers, ce qu’il conteste ("je ne bois pas et le signalement fait par le policier ne me correspond pas"). Il attend la décision du juge des enfants. Il a repris les cours en terminale ES, veut préparer l’examen d’entrée à Sciences Po, et retournera manifester demain contre la loi Travail.

https://www.franceinter.fr/justice/...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite