Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple


de : Gaël De Santis via FR
mardi 20 février 2018 - 11h12 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 59.8 ko
Giorgio Cremaschi, ancien dirigeant du syndicat CGIL, en campagne pour la liste Potere al popolo à Arzano, près de Naples, le 28 janvier. Salvatore Esposito/Pacific Press/Zuma/REA

Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars .

La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous la bannière dynamique de Pouvoir au peuple (PAP). Pour faire son retour à la Chambre des députés et au Sénat, à l’occasion des élections législatives du dimanche 4 mars, la gauche anti-austéritaire devra franchir les 3 %, dans un contexte où elle a disparu des médias.«  Nous voulons redonner sa centralité au travail, à la lutte contre les inégalités, à la défense de l’environnement  », explique à l’Humanité Viola Carofalo, porte-parole de Potere al popolo. Rétablissement des droits des salariés mis à mal par le Jobs Act de Matteo Renzi, reconversion écologique de l’économie, développement des services publics sont au cœur des ambitions affichées dans un programme volontairement à rebours de la doxa libérale. «  Là où il y avait un non, nous ferons un oui  », clame le manifeste, qui se veut être, plus qu’un programme de gouvernement, un programme de luttes, au vu des scores attendus.

Si les propositions avancées ne sont pas originales, comparées aux élections précédentes, la démarche, elle, l’est. En 2008, les communistes et les Verts se présentaient dans un cartel nommé Gauche arc-en-ciel. Sans succès. En 2013, plusieurs organisations s’étaient réfugiées sous la bannière Révolution civile, dont le leader était Antonio Ingroia, un magistrat anticorruption. Sans plus de réussite. En Italie plus qu’ailleurs, l’unité de la gauche est un combat. De l’avoir perdu, elle n’a pas su se relever au cours de la dernière décennie.Cette année, c’est un attelage plus large qui se présente aux électeurs. On y trouve de tout  : les militants communistes, et un nouveau monde, celui des défenseurs de l’environnement, celui des adeptes d’un «  syndicalisme de base  » radical, les membres d’associations de soutien aux migrants, et les activistes des centres sociaux, dont certains n’ont jamais voté.

On compte de nombreux communistes parmi les candidats

Face à une gauche politique inaudible, ce sont d’ailleurs les militants d’un squat autogéré napolitain qui ont relevé le gant en lançant un appel à une liste de gauche, en novembre dernier. Les centres sociaux sont désormais l’une des colonnes vertébrales de Pouvoir au peuple. En Italie, ils représentent un mouvement original, enraciné, qui fait de la politique tout en dispensant une action sociale. Le squat «  Je so’ pazzo  » (je suis fou), initiateur de la démarche, est en soi un exemple de la vitalité de l’activité des centres sociaux, l’un des principaux courants politiques de la gauche radicale de la péninsule. En mars 2015, à Naples, «  avec cinquante militants, engagés dans la bataille pour l’école ou auprès des précaires, ou encore des syndicalistes, nous avons occupé une ancienne prison désaffectée  », se rappelle Salvatore Prinzi, l’un des militants. À côté de l’activité politique à proprement parler, c’est toute une palette d’activités qui est offerte aux habitants du quartier Materdei  : sport, théâtre, distribution de nourriture, mais aussi aide juridique pour les salariés et migrants. Je so’ pazzo abrite même un centre médical à destination des familles populaires. «  On ne peut remplacer les services publics, mais on peut montrer qu’on peut faire quelque chose là où les institutions bourgeoises ne savent répondre aux besoins des gens  », avance Salvatore Prinzi. Ce centre social est fréquenté par un millier de personnes à Naples. Incontournable, Je so’ pazzo a noué de bonnes relations avec la municipalité dirigée par Luigi De Magistris.

La deuxième colonne vertébrale du rassemblement est constituée par les deux formations communistes, le Parti de la refondation communiste (PRC) et le Parti communiste italien (PCI, ex-PdCI). «  Nous avons toujours travaillé à l’agrégation des formations de la gauche radicale, en dehors du centre gauche, représenté par le Parti démocrate, très centriste  », explique Maurizio Acerbo, secrétaire du PRC. «  L’expérience Pouvoir au peuple est en train de remotiver de nombreux citoyens et nos militants  », se réjouit-il. On compte de nombreux communistes parmi les candidats.

Cette liste permettra-t-elle de faire mieux qu’en 2008 et 2013  ? Impossible de le dire pour l’heure. Pouvoir au peuple commence seulement à être connu. Et il doit faire face à deux écueils. Le premier est celui d’une liste concurrente d’une gauche plus institutionnelle, Libres et égaux (voir encadré). Le refus assumé des alliances avec les autres forces de gauche, le choix de l’opposition à l’heure où resurgit Silvio Berlusconi pourraient isoler la nouvelle formation. Le deuxième écueil est le Mouvement cinq étoiles (M5S). Cette formation démagogique, lancée par Beppe Grillo, créditée de plus de 25 % des intentions de vote incarne désormais la révolte, mais la dévoie. «  Pour nous, la question d’un emploi non précaire et d’une démocratie sur les lieux de travail est centrale  », explique Viola Carofalo. Ce n’est pas le cas pour le M5S, qui cherche à se rapprocher, avec son nouveau leader, Luigi Di Maio, des entrepreneurs. Et c’est sans compter la dérive droitière du M5S sur les questions des migrants. «  Nous devons reconquérir une partie de l’électorat M5S  », prévient la porte-parole de PAP. Une tâche immense.

Libres et égaux, l’autre liste de gauche

Outre Pouvoir au peuple, une autre liste concourt, à gauche du Parti démocrate (PD, centre), aux suffrages des Italiens. Libres et égaux dispose déjà de députés. Ils proviennent pour une part de Gauche italienne (SI, ex-Gauche écologie et liberté, composée pour beaucoup de membres et dirigeants sortis du Parti de la refondation communiste en 2009). SI est une formation de gauche antilibérale et anti-austéritaire qui a un temps été au Parti socialiste européen. Elle avait dû ses élus, en 2013, à une alliance avec le Parti démocrate. L’autre partie des parlementaires de Libres et égaux provient d’une nouvelle formation, le Mouvement des progressistes. Elle est composée essentiellement d’anciens du Parti communiste italien au sein du Parti démocrate, à savoir ceux qui se reconnaissaient en Massimo D’Alema, ex-premier ministre, et Pier Luigi Bersani. Ceux-ci ont été acteurs convaincus du virage blairiste et néolibéral du centre gauche italien dans les années 2000. Ils ne se reconnaissent pas dans la dérive droitière actuelle de Matteo Renzi à la tête du PD.

https://humanite.fr/italie-ils-veul...



Imprimer cet article





PRIX NOBEL POUR LA PAIX : La candidature de Cuba enregistrée !
lundi 28 - 22h53
de : joclaude
COVID19 : video avec le Professeur TOUSSAINT
lundi 28 - 22h42
de : joclaude
Quand l’Etat espagnol se retourne contre…le gouvernement !
lundi 28 - 18h56
de : Antoine (Montpellier)
Rage et désespoir au rassemblement en hommage à Doona à Montpellier
lundi 28 - 17h49
L’autre « police des moeurs »
lundi 28 - 13h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Bielorussie : réponse pertinante de Loukachenko !
lundi 28 - 11h08
de : joclaude
4 commentaires
Justice sociale et climatique : « sans mouvements sociaux, il ne se passera rien »
lundi 28 - 09h15
Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
dimanche 27 - 18h32
de : client mystere
2 commentaires
RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! VENDREDI 02/10/2020 à 18h00, place de Ménilmontant - Paris
dimanche 27 - 12h32
de : Jean Clément
Pedo - Stan Maillaud lanceur d’alerte condamné
dimanche 27 - 11h15
de : marcel
Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
1 commentaire
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
7 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite