Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Référendum sur la procréation en Italie : débat le 9 juin, à 19 heures à Paris

de : Collectif Bellaciao
lundi 6 juin 2005 - 13h37 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 80 ko

L’Italie est-elle en passe de devenir un modèle de régression sociale, politique et humaine que l’Europe laïque aurait tort de sous-estimer ?

Le 9 juin, à 19 heures, 120 rue Lafayette à Paris le Collectif Bellaciao organise un débat sur :

LE STATUT JURIDIQUE DE L’EMBRYON

Quelles prospectives s’ouvrent en Italie et en Europe, pour la recherche, les couples, les femmes et le droit à l’avortement si le 12 et 13 juin les citoyens italiens n’arriveront pas, par leur vote, à abroger certains articles d’une loi qui, de fait, reconnaît à l’ovocyte fécondé le statut d’individu et empêche aux couples avec des problèmes de fertilité d’accéder à une assistance médicale efficace ?

Le Parlement italien a adopté en décembre 2003 une loi extrêmement restrictive sur la fécondation assistée.

Deux prix Nobel de médecine, Rita Levi Montalcini et Renato Dulbecco, ainsi que des centaines de scientifiques italiens ont appelé leurs compatriotes à voter "oui" (les 12 et 13 juin prochains) lors d’un référendum proposant l’abrogation de quatre articles particulièrement restrictifs :

1. En limitant à trois le nombre d’ovocytes fécondables et en interdisant la congélation des embryons, cette loi augmente les risques sanitaires pour la mère (l’obligeant à des traitements répétés dangereux pour sa santé) et diminue, selon les scientifiques, les probabilités de succès.

2. Tout diagnostic pré-implantatoire y est proscrit, ce qui empêche les couples souffrant de maladies héréditaires de choisir parmi les embryons fécondés in vitro celui ou ceux qui sont sains.

3. La loi reconnaît le statut juridique de l’embryon (probablement un « cheval de Troie » pour une prochaine remise en cause du droit à l’avortement...) et limite la recherche scientifique dans ce domaine.

4. La loi interdit le recours à tout donneur extérieur, ce qui empêche beaucoup de couples stériles d’avoir des enfants, et ce même si l’un des deux partenaires peut être parent biologique.

Cette législation ne fait que respecter le bon vouloir de la hiérarchie vaticane, et non les droits les plus élémentaires de l’être humain !

Les opposants à cette législation ont réuni quatre millions de signatures pour organiser cette consultation populaire. Mais si la participation n’atteint pas les 50% plus une voix des électeurs, le référendum sera considéré comme nul.

Le chef de l’Eglise italienne, le cardinal Ruini, ayant appelé les catholiques et tous les citoyens à s’abstenir de voter, il nous a paru essentiel - compte tenu du prestige médiatique et culturel dont Paris jouit depuis toujours aux yeux des Italiens - d’organiser une conférence de presse de scientifiques français visant à prêter main forte à leurs homologues transalpins.

Sont invités et participerons au débat :
 Roberto Ferrario, modérateur, membre de "Rifondazione Comunista" de Paris
 Federico Giussani, biologiste et membre du "Collectif Bellaciao"
 Giacomo Losito, philosophe italien et chercheur en "Histoire des religions" à la Sorbonne
 Florence Borot, Doctorante en biologie et membre du "Mouvement Jeunes Communistes" de France

L’Italie est-elle en passe de devenir un modèle de régression sociale, politique et humaine que l’Europe laïque aurait tort de sous-estimer ?


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite