Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

COVID-19 : un nouveau drame du capitalisme, ils ont assassiné la santé publique !!


de : JO
vendredi 20 mars 2020 - 16h59 - Signaler aux modérateurs

Le drame social du Covid-19, le néolibéralisme et la destruction de la santé publique PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked InEmail

Source:Opinions/20 mars 2020/Réseau International par Aram Aharonian. NDLR : M.Macron , nous sommes en guerre ! Mais Jean Jaurès lui avait déjà répondu :Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage ! KARL MARX avait aussi renchéri : Il est violent par dogme, porteur de cataclysmes dont nul ne peut en imaginer les drames qu’il est capable de générer !

Le coronavirus a révélé au grand jour le drame social des années de néolibéralisme. La crise profonde du système a eu un impact sur la santé publique, détériorée par une politique d’austérité qui ne peut tout simplement pas faire face à la maladie, même dans les pays européens les plus « civilisés ».

Le monde occidental a passé des années à ne pas financer la santé publique, à accepter la coexistence du secteur privé – avec le cofinancement ou la subvention de sociétés privées nationales ou transnationales – et à transformer les hôpitaux en sociétés médicales, et la pandémie montre les résultats inévitables.

Le monde globalisé d’aujourd’hui est affecté non seulement par le coronavirus, mais aussi par de nombreuses maladies de nature économique et sociale, telles que la nature disproportionnée du « marché libre », la pauvreté à grande échelle, l’inégalité sociale croissante, le sous-développement chronique, les énormes lacunes en matière d’éducation et même les rudiments du fondamentalisme religieux ainsi que la corruption constante.

L’Organisation Internationale du Travail prévoit que l’impact de la pandémie se traduira par une augmentation des taux de pauvreté, de chômage et de sous-emploi et note que 25 millions de personnes pourraient perdre leur emploi, dépassant les chiffres de la crise financière de 2008-2009, qui a vu une augmentation de 22% du chômage. L’impact sera dévastateur pour les travailleurs qui se trouvent déjà au seuil de pauvreté ou à proximité.

Entre sanitaristes et privatistes La crise sanitaire actuelle a paradoxalement mis fin à l’interaction historique entre les travailleurs de la santé et les privatistes. La preuve en est la réalité elle-même : face à une crise sanitaire d’une telle ampleur que la crise actuelle, il n’est pas possible de répondre par des mécanismes de transactions d’offre et de demande, mais seulement par une intervention publique énergique.

Depuis les années 1980, le monde vit dans un état de crise permanent. « La crise financière permanente est par exemple utilisée pour expliquer les coupes dans les politiques sociales (santé, éducation, protection sociale) ou la détérioration des conditions salariales. Cela nous empêche de demander des comptes sur les véritables causes de la crise. Le but de la crise permanente est qu’elle ne soit pas résolue », déclare Boaventura de Souza Santos.

Les objectifs – en faveur du club des plus puissants – sont de légitimer la scandaleuse concentration des richesses et d’empêcher que des mesures efficaces soient prises pour éviter la catastrophe écologique imminente. « C’est ainsi que nous avons vécu ces 40 dernières années. Pour cette raison, la pandémie ne fait qu’aggraver une situation de crise à laquelle la population mondiale a été soumise », ajoute-t-il.

Depuis les années 1970, le néolibéralisme a concentré sa pénétration idéologique sur un discours simple mais attrayant : la « liberté de choix », c’est-à-dire une économie de marché sans restriction, détient tous les secrets de l’efficacité et de la justice distributive.

De manière complémentaire, le discours néolibéral renvoyait à une autre simplification explicative : tous les problèmes croissants des économies (chômage, marginalisation, différences, pollution, écarts de revenus, injustices, immobilisme social, surendettement…) seraient dus à la présence active de l’État dans les activités.

Toutes les activités « pourraient être mieux exécutées et avec de meilleurs résultats » par le secteur privé, sans penser à la contradiction entre son désir de plus grand profit et les résultats sociaux injustes ou déséquilibrés. La santé est l’un des domaines que les investissements privés ont fortement ciblés ces dernières années.

Le droit universel fondamental à la santé publique était la bannière des Européens et de l’Amérique Latine, mais pas des États-Unis, qui ne le reconnaissent même pas. Aujourd’hui, le coronavirus met en évidence les lacunes du système de santé américain, où 30 millions de personnes n’ont pas d’assurance maladie et 40 autres millions n’ont accès qu’à des régimes insuffisants, avec des co-paiements et des coûts d’assurance si élevés qu’ils ne peuvent être utilisés que dans des situations extrêmes.

Ils ont assassiné la santé publique

Les patients sont prêts à payer plus cher pour des chambres avec des équipements cinq étoiles La pandémie se propage, tout comme la crainte de ne pas pouvoir payer les consultations et les traitements coûteux. La dernière décennie a laissé les systèmes de santé européens, autrefois fiers joyaux de la couronne de l’État-providence, dans un état très précaire : des établissements ont été fermés, les lits d’hôpitaux, les médecins, les ressources ont été limités, des opportunités ont été manquées, la recherche et les investissements ont diminué, les bénéfices des compagnies d’assurance et des laboratoires transnationaux ont augmenté.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les lits de soins aigus et intensifs en Italie ont diminué de moitié : au cours des 25 dernières années de politiques néolibérales, ils sont passés de 575 places pour 100 000 habitants à 275 aujourd’hui.

Aujourd’hui, les États-Unis ne peuvent pas se permettre une crise imprévue. Ils en ont assez de la grippe de chaque année avec les gens qui saturent les hôpitaux à chaque saison hivernale. L’UE fait naufrage face à une crise inattendue et à l’impuissance à mener une politique sociale commune, ce qui ruinera le peu de crédit qu’il lui reste. Des millions de travailleurs indépendants et de petites entreprises se retrouveront sans rien.

La campagne systématique contre le droit d’accès aux soins médicaux garantis avait un autre côté sinistre et pervers qui n’est pas le fruit du hasard : la baisse systématique des budgets de santé et des revenus et conditions de travail des professionnels et des assistants de santé, dans le but également de démontrer que les soins de santé privés étaient meilleurs, du moins en apparence (bâtiments ressemblant plus à des hôtels qu’à des hôpitaux, campagnes publicitaires ciblées, offre de services différenciés, etc).

La crise sanitaire actuelle montre que ce n’est que par la médecine publique qu’il est possible de donner la priorité et d’investir le maximum de ressources dont dispose la société. Face à un objectif aussi fondamental que la garantie de la santé, le but et les priorités ne peuvent être le profit privé (je vends et j’achète ce dont j’ai besoin) mais plutôt les soins aux malades et la lutte contre l’épidémie. Il ne s’agit pas d’une entreprise, mais de la vie.

Le virus est-il né en Chine ? Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, l’origine du virus n’a pas encore été déterminée. Il est donc irresponsable pour les médias officiels des États-Unis de parler du « virus étranger » ou même du « coronavirus chinois », d’autant plus que ce n’est que dans les pays dotés de bons systèmes de santé publique (les États-Unis n’en font pas partie) qu’il est possible de faire des tests gratuits et de déterminer précisément les types de grippe qui sont apparus ces derniers mois.

La manière dont le récit de la pandémie a été initialement construit dans les médias hégémoniques occidentaux a mis en évidence l’intention de diaboliser la Chine, en insinuant son primitivisme (mauvaises conditions d’hygiène sur les marchés, habitudes alimentaires étranges, utilisées comme support par la presse occidentale). Subliminalement, les citoyens du monde ont été avertis du danger de la domination de la Chine sur le monde.

Ce dont nous sommes sûrs, c’est que, bien au-delà du coronavirus, il existe une guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis. Du point de vue des États-Unis, il est urgent de neutraliser le leadership de la Chine dans quatre domaines : la fabrication de téléphones portables, les télécommunications de cinquième génération (intelligence artificielle), les voitures électriques et les énergies renouvelables.

Changement radical dans la vie Mais la pandémie a exigé des changements drastiques et impossibles qui, comme par magie, sont devenus réalité : il est à nouveau possible de rester chez soi, d’avoir le temps de lire un livre ou de regarder un film, de passer plus de temps en famille, de consommer moins et, surtout, de s’évader des centres commerciaux des grandes villes.

L’imaginaire collectif imposé par l’hyper-capitalisme s’effondre et oblige à discuter des alternatives, ce qui crée beaucoup d’insécurité dans ce 1% de propriétaires mondiaux. La pandémie, tout comme la crise environnementale, montre clairement que le néolibéralisme tue.

État de nécessité et dette

Dans beaucoup d’autres pays de la région, cette énorme urgence mondiale coïncide avec un étouffement financier. Comment investir davantage de ressources publiques alors que la pression de la dette publique, très contestée, est forte ? Le mot d’ordre automatique pourrait être le non-paiement de la dette extérieure. Mais la population ne fait pas automatiquement le lien entre la dette et la crise sanitaire.

La proposition visant à parvenir à une meilleure compréhension et à une plus grande adhésion sociale doit se présenter comme l’inverse : à partir de cette urgence, la priorité absolue des dépenses publiques doit être de répondre à l’urgence sanitaire et de garantir les conditions de vie de la population, et toutes les autres dépenses – y compris, bien sûr, celles liées aux intérêts ou au remboursement de la dette publique – deviennent conditionnées à la réalisation de la première.

Comme cela s’est produit et se produit dans toute société confrontée à des catastrophes, une proposition concrète et urgente doit faire spécifiquement référence aux dépenses et aux investissements qui doivent être faits sans délai : fournitures et équipements médicaux, plus de places pour les soins intensifs dans les hôpitaux, paiement des salaires réduits à ceux qui ne peuvent pas travailler, embauche de personnel de santé, garantie d’accès à tous les médicaments, etc., déclare l’économiste et professeur Jorge Marchini.

Contrairement au manuel d’austérité avec lequel l’organisation cherche historiquement à résoudre tous les problèmes du monde, la Directrice Générale du Fonds Monétaire International, Kristalina Georgieva, a admis « qu’une relance budgétaire supplémentaire sera nécessaire pour éviter des dommages économiques durables ». Mais il semble que Georgieva ne parlait que du financement de la crise sanitaire dans les pays européens.

Inondés de notes, d’analyses et de recommandations d’experts en tout genre, de vidéos, de mèmes ; de mensonges et de vérités ; nous sommes en état d’urgence, en période de quarantaine obligatoire de deux semaines. Les frontières ont été fermées et certains droits civils ont été suspendus, tels que le droit à la libre circulation et aux rassemblements sociaux. Cela a été et reste difficile à assimiler. Avec le Covid-19, le temps est venu de renouer les liens de solidarité et d’engagement social.

Il a suffi d’une pandémie mondiale, comme celle du coronavirus, pour revalider le rôle de l’État en tant que redistributeur des ressources. Un dilemme majeur concernant les ressources financières et en devises dont nos pays ont un besoin urgent pour faire face à cette crise sanitaire, étonnamment rapide et virulente, est celui du choix entre les ajustements exigés par le FMI et les fonds financiers qui ont épuisé ces ressources… ou la santé publique.

Il y a un choix à faire.

source : El drama social del Covid19, el neoliberalismo y la destrucción de la salud pública

traduit par Réseau International



Imprimer cet article





A Lyon, la grève se durcit chez General Electric
mardi 24 - 17h36
La Commission européenne met fin aux indemnités de licenciement en Belgique avec une trouvaille juridique
mardi 24 - 09h54
de : Bruno Schmitz
Etats-Unis : Même les morts chez les Pauvres sont encore trop chers !
lundi 23 - 14h59
de : joclaude
1 commentaire
ISLAM, MUSULMAN, VOILE : Pas d’essentialisme, mais triple critique maintenue
dimanche 22 - 23h24
de : Christian Delarue
6 commentaires
Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !
dimanche 22 - 16h43
Non à l’acharnement contre Jean-Marc Rouillan
dimanche 22 - 16h36
de : CNT relations medias
Les Gilets Jaunes et la loi Sécurité Globale (Video) !
dimanche 22 - 14h49
de : joclaude
Racisme post-colonial et intégrismes religieux (I)
vendredi 20 - 22h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Appel aux autorités françaises à favoriser la paix au Haut-Karabakh
vendredi 20 - 20h47
de : Christian Delarue
La communauté internationale doit assurer l’exercice du droit à l’autodétermination du Peuple sahraoui
vendredi 20 - 20h39
de : Christian Delarue
Stop EDF Mexique refusons la transition énergétique coloniale !
vendredi 20 - 18h33
de : AMASSADA
L’EMPRISE, un concept critique de l’intégrisme
vendredi 20 - 17h19
de : Christian Delarue
2 commentaires
Communiqué de presse de la C.G.T.
jeudi 19 - 15h41
de : joclaude
Médicos cubanos - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 18 - 21h33
de : Hdm
Contrôles ciblés à Pôle emploi pendant le confinement
mercredi 18 - 19h16
LES ANGLES MORTS DE CLÉMENTINE AUTAIN
mardi 17 - 20h24
de : Christian DLR
5 commentaires
Voté au Sénat : Recul de l’âge légal de la retraite à 63 ans !
mardi 17 - 15h02
de : joclaude
2 commentaires
Marwan Muhammad, une plateforme inclusive des intégristes musulmans
lundi 16 - 20h32
de : Christian Delarue
7 commentaires
Contre la loi de "sécurité globale"
lundi 16 - 17h19
de : CNT relations médias
« La faiblesse de la croissance impose la sortie du capitalisme »
lundi 16 - 15h59
Crise du coronavirus aux États-Unis. 90 000 emplois supprimés dans le secteur aérien
lundi 16 - 15h22
de : nazairien
partage avec Edgar Morin
lundi 16 - 09h26
de : jean1
3 commentaires
MRAP :Menaces sur les droits et les libertés : la protestation monte
lundi 16 - 09h21
de : Christian Delarue (CN du MRAP)
La pudeur ou l’enfermement des religions abrahamiques
dimanche 15 - 13h59
de : Christian Delarue
1 commentaire
ICEBERG RACISTE et INTEGRISME
samedi 14 - 19h41
de : Christian Delarue
3 commentaires
Bolivie : Discours du vice président David Choquehuanca pour l’investiture du président Luis Arce
samedi 14 - 15h29
de : nazairien
Mickaël Wamen : Ce qui se passe chez Bridgestone, c’est exactement le scénario qui était écrit d’avance.
samedi 14 - 13h22
de : Mickaël Wamen
Comment l’épidémie de Covid-19 est redevenue "hors de contrôle" en Italie
vendredi 13 - 17h43
de : nazairien
5 commentaires
J.L. Mélenchon : Je veux éradiquer la pauvreté !(video)
vendredi 13 - 14h36
de : joclaude
Loi liberticide
vendredi 13 - 11h33
de : pierrot
COVID 19:Voici le lien afin de visionner le film documentaire "Hold up"
vendredi 13 - 11h32
de : joclaude
J.L.Mélenchon : son côté Humaniste ne le quitte pas !
vendredi 13 - 11h08
de : joclaude
2 commentaires
Point sur le Covid-19 : « Les aides financières aux commerces ne font que décaler les faillites »
jeudi 12 - 17h05
de : joclaude
1 commentaire
La laine de verre
jeudi 12 - 00h52
de : jy.D
L’avidité au temps du covid - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 11 - 19h38
de : Hdm
Covid-19 : l’activité partielle rétablie pour les personnes vulnérables
mercredi 11 - 15h11
MACRON MET LES LYCÉENS AU GARDE-À-VOUS
mercredi 11 - 10h40
de : joclaude
Affaire Vincenzo Vecchi : nouveau pourvoi en cassation pour extrader le militant italien, installé dans le Morbihan
mercredi 11 - 10h26
France : avec un coût salarial de 185 millions d’euros, le gouvernement Castex est le plus cher de la Vème République
mercredi 11 - 09h56
de : jean1
Amérique Latine, ce n’est pas l’empire qui gouverne !
mardi 10 - 16h44
de : joclaude
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite