Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Referendum en Italie, Vendola : "la victoire de Pyrrhus du cardinal Ruini"
de : ANDREA COLOMBO
lundi 20 juin 2005 - 11h52 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 9.8 ko

Le président de la Région Pouilles : "Toute ingérence de l’Eglise dans la temporalité s’achève ponctuellement par une défaite, parce qu’ainsi l’Eglise s’éloigne de l’ombre de la croix"

di ANDREA COLOMBO traduit de l’italien par karl&rosa

Il y a quelques semaines, les Pouilles ont élu, de manière surprenante, Niki Vendola à la présidence de la région. Maintenant les mêmes Pouilles, comme d’ailleurs tout le Sud, enregistre un triomphe de l’abstention sensiblement supérieur à celui des régions du Nord et du Centre de l’Italie. Il est donc inévitable de demander justement à Vendola une interprétation de cet écart entre le vote du Mezzogiorno et celui du reste de l’Italie.

Vendola, comment t’expliques-tu le niveau atteint par l’abstention dans le Mezzogiorno et spécialement dans tes Pouilles ?

Je crois que le niveau de désinformation a été colossal. Il y a eu un débat raréfié et limité à la dimension urbaine. Un débat qui a été perçu au Sud surtout comme le reflet d’une querelle entre les états-majors des rassemblements politiques, interne au personnel du Palais.

Donc, à ton avis, c’est une erreur de faire une comparaison entre ce référendum et ceux, beaucoup plus parlants, sur le divorce et sur l’avortement...

Je ne vois aucune comparaison possible entre ce référendum et les deux autres. Ces batailles avaient été précédées par une longue narration populaire qui avait anticipé le débat politique. Au Sud, il y avait une forte demande de sortir du Moyen age du délit d’honneur et du divorce à l’italienne, d’une vision de la famille propre au 19ème siècle. La nécessité de dépasser cette dimension était vécue comme une épopée populaire. Et en effet le peuple catholique se divisa.

Qu’entends-tu pour "narration populaire" ?

Pense à l’avortement. Le bouleversement de cette pratique d’hypocrisie qui entourait l’avortement passa aussi à travers le récit des tables de marbre, des faiseuses d’anges, des cuillères d’or, de toute la subordination du corps féminin de la part d’un ordre patriarcal.

En ce qui concerne le rapport avec l’Eglise, vois-tu des différences entre cette campagne référendaire et les précédentes ?

Dans les cas du divorce et de l’avortement, le signe de l’envahissement de la vie privée par la morale catholique fut visible. Un certain magistère vaticane essaya de se proposer comme précepteur, également d’un point de vue juridique, des coutumes affectives et sexuelles des Italiens. Et ainsi, un pays dont le peuple n’avait jamais été anticlérical exprima une joyeuse envie de se libérer de cette emprise cléricale.

Cela dans le passé. Mais qu’est ce que c’est qui n’a pas marché dans cette campagne référendaire ?

A mon avis, ce n’a pas été une campagne très engagée. Mais ce n’est pas ça la question et je ne veux pas faire de polémiques. Le problème est que la campagne électorale n’a pas été précédée par un récit liant toutes les questions concernant la fécondation assistée. Un débat collectif sur ce que signifie générer la vie, ou sur ce que signifie aujourd’hui être parent a manqué. Ces thèmes nous les avons subis quand ils sont sortis, d’une façon plutôt "sensationnaliste", des évènements comme celui de l’embryon implanté dans l’utérus de la grand-mère. Et ce sensationnalisme provoquait des anxiétés légitimes et pas seulement dans le peuple de Dieu.

Mais il était clai, surtout dans la dernière tranche de campagne électorale, que l’enjeu n’était pas que les objets matériels du référendum, mais aussi le principe de la laïcité de l’Etat. Toutefois cela n’a pas influencé les comportements électoraux...

Je crois que nous sommes tous des orphelins de la laïcité de l’Etat, et cela depuis des années, depuis la crise de la Démocratie chrétienne. Le parti qui représentait l’unité politique des catholiques garantissait aussi qu’on donne à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. Une fois l’unité des catholiques disparue, dans le paradigme de cette course au centre, qui comprend aussi le centre sublime d’au-delà du Tibre, a été écrite, une renonciation après l’autre, la longue histoire du sacrifice progressif de pans entiers de laïcité de l’Etat.

Il me semble qu’il y a peu de doutes sur le fait que l’issue du référendum ne signale pas qu’une crise de la laïcité de l’Etat, mais aussi du laïcisme en général...

Oui, aussi parce que la pensée laïque ne s’est pas régénérée par rapport à la modernisation et aux défis de la modernité. Et donc est passée une sorte d’équation illicite, selon laquelle la laïcité est égale à la marchandisation. Ce n’est pas ainsi. Je suis laïc mais ma laïcité, je le dis avec tout le respect, n’est pas la même que celle du ministre Martino. Lui, il est laïc parce qu’il est libéral, moi, je le suis parce que je suis anti-libéral. Nous devons reconnaître qu’il y a eu une pauvreté de parcours théoriques et de nouvelles réflexions. La laïcité ne peut pas être toujours égale à elle-même et c’est pourquoi nous devons nous demander que signifie être laïc dans un monde où il y a l’offensive théo-conservatrice, mais où l’on évoque aussi une primauté de la technique qu’on est loin de partager.

C’est à cela que l’on doit, selon toi, la distance entre la capacité offensive, sur le plan de la propagande aussi, du front abstentionniste et notre faiblesse ?

On la doit au fait que ceux-là n’ont pas honte de proposer de grandes narrations, tandis que nous nous embourbons dans de micro histoires. Ceux-là ne subissent pas la crise des idéologies, tandis que pour nous la crise des idéologies est devenue une idéologie. Mais cette asymétrie est probablement aussi le fruit d’une de nos faiblesses : la conservation de quelques mythes positivistes, une sorte d’apologie scientiste. L’autre front, au contraire, te sert les grands interrogatifs sur les limites de la manipulation de la vie. Ainsi, en conclusion, cela paraît un affrontement entre ceux qui défendent un marché et ceux qui, au contraire, défendent une éthique.

Et une fois arrivés là ?

Une fois arrivés là, nous devons recommencer sans trop se désespérer. La victoire de Ruini (évêque vicaire de Rome, NdT) a été une victoire de Pyrrhus.

Pourquoi ?

D’abord parce qu’à chaque fois que l’Eglise dérape sur le plan de l’ingérence temporelle elle perd fatalement, parce qu’elle s’éloigne de l’ombre de la croix. Mais, dans ce cas particulier, aussi parce que la loi 40 n’abolit en rien la fécondation assistée. Ella la déplace à l’étranger, ou sur le marché clandestin.

Tu parlais de recommencer. Par où ?

Par le débat sur la vie. Est-il possible que l’on doive avoir une vision aussi misérablement biologique, comme celle qui lie un enfant à la vérification de la semence ? Et puis par la nature de la parentalité, par le fait qu’elle soit constituée surtout d’amour. Voilà un défi qui peut être relevé aussi par le monde catholique.

Quelle sera, selon toi, l’influence du résultat du référendum sur le plan politique ?

Ce que je peux dire est que s’il y en a, au-delà du Tibre, qui pensent se mettre en travers sur le terrain des droits civils et s’éloigner du pénible parcours de la médiation en affirmant que ce n’est plus le moment des médiations, il doivent savoir qu’ils se trouveront face à une Italie bien différente de celle distraite du référendum.

Et en ce qui concerne les tentations néo-centristes présentes dans l’un et dans l’autre pôle ?

Le référendum peut sûrement consolider des velléités d’une telle nature. Mais il s’agit justement de velléités. Il n’est pas possible de rembobiner en arrière le ruban de notre histoire des trente dernières années.

Dernière question : toi, comment as-tu voté ?

Quatre oui, évidemment. En tant que laïc et catholique.

http://bellaciao.org/it/article.php...



Imprimer cet article





CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La mort, ce n’est pas plus communiquer, c’est ne plus être compris. Pier Paolo Pasolini
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite