Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs

de : jean1
dimanche 18 avril 2021 - 17h01 - Signaler aux modérateurs

Cela va rappeler à la bachelot le rôle abject qu’elle a joué, à partir de2007, contre le professeur belpomme.


En Martinique, les militant·es se mobilisent sans relâche pour obtenir réparation face aux conséquences sanitaires et environnementales dévastatrices du chlordécone. Ils et elles font face à la répression.

Le 27 février des milliers de manifestant·es martiniquais protestaient à Fort-de-France pour réclamer justice et réparation vis-à-vis de l’empoisonnement de leurs terres et de leurs corps au chlordécone. Cet insecticide, classé cancérigène probable dès 1977, n’a été interdit en France qu’en 1990. Des centaines de tonnes en ont pourtant été répandues dans les bananeraies antillaises jusqu’en 1993. Trois années supplémentaires ont en effet été accordées via dérogation ministérielle aux propriétaires terriens, les békés, descendants blancs des grands propriétaires d’esclaves.

Cet empoisonnement délibéré et prolongé illustre la situation néo-coloniale des Antilles  [1]. Persistant toujours aujourd’hui dans les sols et les eaux, le chlordécone continue d’empoisonner la population et ne disparaîtra que dans plusieurs siècles.

En 2019, une étude de Santé publique France établit enfin les conséquences de ce scandale sanitaire et environnemental  : plus de 92 % de la population adulte de Guadeloupe et de Martinique est contaminée par ce perturbateur endocrinien. Le taux de cancer de la prostate y est le plus élevé au monde. La même année, une commission d’enquête parlementaire conclut que l’État français «  est le premier responsable  » et «  a fait subir des risques inconsidérés, au vu des connaissances scientifiques de l’époque, aux populations et territoires de Guadeloupe et de Martinique   ». Malgré cela les nombreuses plaintes déposées depuis des années n’ont donné suite à aucune réparation, les responsables n’ayant même pas été inquiétés.

Dernier affront en date, le 20 janvier 2021, sept associations martiniquaises et guadeloupéennes ont appris que leur plainte pour «  mise en danger de la vie d’autrui   », déposée en 2006, risque le non-lieu pour cause de prescription. L’instruction de l’affaire traîne dans les tribunaux depuis quinze ans, aucune mise en examen n’a été lancée, et à présent des preuves auraient «  disparu  » du dossier. Supermarchés bloqués

Les syndicats ont alors appelé à la mobilisation générale le 27 février puis le 27 mars. Mais la colère et l’indignation prennent aussi racine dans la répression violente et l’acharnement judiciaire que subissent les militants anticolonialistes et antichlordécone. Excédé·es, ils et elles avaient lancé en 2019 une phase d’action de désobéissance civile, bloquant les supermarchés appartenant aux familles de békés. Suite à des affrontements avec la police, trois d’entre-eux ont été condamnés le 28 août 2020 à 4 500 euros d’amende et sept à douze mois de prison. Venu les soutenir le 16 juillet, Keziah Nussier, 22 ans, militant antichlordécone, est passé à tabac, insulté et menacé par les forces de l’ordre. Pourtant c’est lui qui est à présent accusé  ! Son procès, plusieurs fois repoussé, est finalement dépaysé à Paris, à une date inconnue, dans l’espoir sans doute d’empêcher toute manifestation de soutien et la possibilité d’en faire une tribune politique.

Face à cette justice coloniale à deux vitesses, apportons notre soutien à Keziah et visibilisons le combat des militants antichlordécone pour la justice sociale et écologique  [2].

Mélissa (Commission écologie)

 https://www.unioncommunistelibertai...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite