Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Où sont passés tous les soldats ?
de : Daniel Patrick Welch
mercredi 7 septembre 2005 - 19h39 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 52.8 ko
"Vous connaissez l’année 1900-c’était il y a 60 ans
quand la mort surgit en hurlant de l’océan
la mort appelle, faut que j’y aille, c’est le moment"
Tom Rush, Wasn’t it a Mighty Storm

par Daniel Patrick Welch traduit par Fabrice Brunon

"Galveston avait une digue, simplement pour maintenir les eaux. Mais la marée monta et la ville fut engloutie sous les flots." L’ouragan le plus meurtrier de l’histoire des Etats-Unis fut responsable de la mort par noyade de près de 6000 personnes à Galveston au Texas, il y a un peu plus de cent ans ; une tragédie humaine immortalisée en 1960, dans la ballade mélancolique de Tom Rush.

Cependant, cet évènement ne fut pas seulement transmis de génération en génération par le folklore, il fut conservé religieusement sous la forme de chartes à travers le pays. Á cette époque, la tragédie en question tira la sonnette d’alarme et le gouvernement réalisa qu’une organisation à grande échelle pourrait bien être d’une aide précieuse en période de crise. Le gouvernement n’était pas simplement là pour mettre de l’huile dans les rouages du « progrès » afin que les Robber Barrons continuent à s’en mettre plein les poches. Le gouvernement serait éventuellement en mesure d’aider la population.

J’imagine que tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Un siècle de progrès plus tard et la ballade est malheureusement toujours d’actualité. "Les trains à la gare étaient bondés/Une foule de gens quittant la ville/Les chevalets cédèrent devant la marée/Les trains ont tous déraillé." Tout en lisant ces lignes, imaginez-vous l’image de milliers de malheureux, coincés, nulle part où aller et sans moyen de locomotion, attendant le salut dans le Superdome, pendant que les eaux autour d’eux ne cessaient de monter ; certains, vieillards et infirmes, périssant à cause du manque de nourriture, d’eau, de soins médicaux et d’hygiène.

"La Mort, vos mains sont glaciales comme le fer/Je ne peux rien faire/Vous avez emmené ma mère/Et moi, qu’attendez-vous pour me faire taire ?" J’entends Tom Rush fredonner pendant que j’écris ces mots, mais le chagrin que je ressens à l’égard d’Harvey Jackson alors que la main de sa femme glissa loin de la sienne, n’est nullement soulagé par la mélodie. Comment se fait-il qu’après plus d’un siècle d’enseignement, tant de richesse et d’organisation ne soient pas en mesure d’atténuer la violence d’une telle tragédie ? Pour Harvey Jackson et ses enfants, personne n’aurait pu faire quoi que ce soit et les derniers mots de sa femme, de "prendre soin des enfants" n’en sont pas moins déchirants.

Ceci-dit, les officiels fédéraux furent abondamment critiqués pour la façon dont ils gérèrent le lendemain de la catastrophe et ils le méritent bien. Un de mes plus anciens souvenirs de la Garde Nationale est celui du blizzard de 1978, lorsqu’un détachement fut affecté au bout de notre rue afin d’empêcher la population d’emprunter les routes. On s’en moquait, on n’était même pas encore au lycée et en plus, où qu’on aille, on y allait à pied. Mais aujourd’hui, vu que les forces de la Garde Nationale sont en train de se battre en Iraq pour Bush, le même scénario est impensable. Cela fait deux ans que des rumeurs circulent sur des gouverneurs en colère, se hérissant devant l’effronterie des autorités fédérales, s’appropriant elles-mêmes le commandement des Gardes Nationaux de leur état. Le gouverneur du Connecticut fit appel à la justice pour stopper le redéploiement des avions de la Garde Nationale de son état. Les cyniques et les bellicistes ne voyaient vraiment pas l’usage qu’un gouverneur pouvait avoir d’un équipement si lourd. Pourquoi laisser pourrir ces avions au sol alors qu’ils sont tellement utiles à Bagdad ?

En effet, pourquoi ? La réponse déboula en force dimanche dans la matinée, rasant sur son passage, une grande partie des côtes de l’Alabama, du Mississipi et de Louisiane. Alors que les inondations commencèrent à remplir la cuvette qu’est la Nouvelle Orléans, des histoires émergèrent sur les coupes budgétaires des préparations en cas de catastrophe, sur les avertissements décrivant exactement ce scénario, émis il y a près de cinq ans et enfin, sur les membres de la Garde Nationale, dans l’incapacité de venir aider les sauveteurs, tout simplement parce qu’ils ont été renvoyés en Iraq.

Demandez à Robert Buras, le propriétaire de l’épicerie, Royal Street Grocery, cité dans le journal Times-Picayune : "Il faut que je rationne tout. Les gars de la Garde Nationale qui savent comment gérer les catastrophes comme les ouragans sont tous en Iraq. La vache, je veux qu’on me rende mes soldats !" Maintenant, quelques jours plus tard, trop tard pour sauver Dieu sait combien de personnes, les cyniques gravitant autour de Karl Rove remuent ciel et terre dans le but d’obtenir une aide militaire... et médiatique. Dieu merci, le président vient d’interrompre ses vacances ! Et voilà maintenant que la Garde Nationale jaillit de partout dans la ville submergée ; les fédéraux ont tenu une conférence de presse grincheuse et sur la défensive, afin de rassurer un public blasé : ils font de leur mieux. Bien sûr, il est tout à fait possible qu’ils disent la vérité, vu qu’une grande partie de ce qu’ils peuvent accomplir a été dilapidé dans la débâcle d’un quart de milliard de dollars qui s’appelle l’Iraq.

C’était drôle, quand même - enfin ça l’aurait été si ce n’était pas si exaspérant - de regarder ces voyous essayer de se défendre contre les critiques selon lesquelles, peut-être, le siphonnement illégal de ces milliards rend la gestion des catastrophes ici, au pays, un tantinet plus difficile. Michael Chertoff a regardé la caméra avec sincérité et a dit à la population que, "nous comprenons ce que vous êtes en train de vivre", si vous êtes coincés sur un toit, attendant de l’aide. Quelle connerie ! Ma tête se met à vibrer à l’écoute de ces dissonances cognitives et je me sens obligé d’éructer : "S’ils sont sur un toit à la Nouvelle Orléans, ils ne peuvent sûrement pas te regarder à la télé, pauvre crétin !" Bien sûr, je comprends que ce n’était qu’un stratagème : c’est à moi qu’il parlait, à nous tous, bien conscient que la colère générale est en train de monter, lentement mais sûrement, comme les inondations, les eaux d’égout et le nombre de morts. C’est une astuce vieille comme le monde, avoir l’impression d’éprouver de la sympathie pour ceux qui ne peuvent pas vous entendre, dans le but de gagner la sympathie de ceux qui le peuvent. Toutes ces campagnes de pub risibles, montrant des politiciens républicains en train de serrer des noirs dans leurs bras ? Ils savent parfaitement qu’il gèlera en enfer avant qu’ils obtiennent leurs votes, mais ils font en sorte de rassurer les petites bourgeoises de banlieue pour qu’elles puissent embarquer sur leur croisade politique raciste et cul béni ; tous ces dollars dépensés en conseils de relation publique s’avèrent être un bon placement ! Et ce n’est pas pour rien, n’importe qui ayant vu les séquences filmées sur les côtes ne manquera pas de remarquer que les victimes sont toutes bronzées.

Pendant ce temps là, le grand Manitou de la torture, Alberto Gonzalez, qui se fait également appelé Ministre de la Justice, divague sur le fait qu’il faut faire très attention aux organismes de charité frauduleux, sans parler des gens qui volent des couches et de la nourriture. Je m’attendais à ce qu’il dise que toute personne prise dehors après le couvre-feu serait forcée de se tenir sur une boite pendant deux jours, cagoulée et les partie génitales attachées avec du fil barbelé. Au plan suivant, on passe sur le maire de San Antonio qui propose l’aide de sa ville. Putain, c’est quoi ce délire ? Qu’est ce que le maire de San Antonio fout à la télé, en train de parler de l’Armée du Salut et de la Croix Rouge ? C’est très gentil de sa part de vouloir aider, mais est-ce parce que nous avons le budget fédéral le plus lourd de l’histoire, que les villes en ruine, dont les systèmes d’irrigation, les routes et les ponts sont littéralement en train de crouler sous le poids de la négligence fédérale, peuvent faire le boulot du gouvernement fédéral ? S’il y a un objectif (bien sûr, je ne dis pas qu’il y en a un) à avoir un budget militaire si monstrueux et une armée si immense, n’est-ce pas pour ceci, justement ?

Mais, bien sûr, c’est le programme néoconservateur qui marche à merveille. En affamant la bête, comme on dit, on peut laisser l’inefficace gouvernement fédéral se ratatiner et mourir. Bien sûr, l’infecte hypocrisie de cette idée est révélée par le gavage simultané du Pentagone, devenant obèse, à l’instar du foie malade des oies, élevées pour le foie gras. Aucun problème à ce niveau : c’est du tout bon, si vous pouvez anéantir la bureaucratie peu rentable (sauf le Pentagone) et remplir les poches de vos amis en même temps. La notion de "gâchis" n’est valable que pour les programmes qui n’enrichissent pas ces gens - déjà pourris de fric et qui contribuent généreusement aux campagnes électorales - comme les programmes dont le but est d’aider les populations.

Il y a une autre chanson qui me trotte dans la tête, une qui se lamente sur l’intransigeance fédérale durant l’époque précédent Hoover. "Président Coolidge est arrivé en train/accompagné d’un petit gros, un carnet à la main/Mr le Président a dit : petit gros, c’est pas fou/ce que la rivière a fait à ces pauvres bougres sans le sous." De toute façon, ce sont principalement les gens dans la pauvreté, qui meurent dans les désastres naturels. Mais le vrai petit gros (je n’arrive pas à croire que Karl Rove était bébé quand Randy Newman a couché ces mots sur le papier) est bien conscient que le président ne peut pas donner cette impression de sans cœur. Cependant, les actes (ainsi que les budgets et les priorités) en disent plus long que les mots. Cent ans plus tard, les deux guerres mondiales et le nombre incalculable de tragédies auraient pu nous enseigner des leçons différentes de celles que nous avons apparemment apprises. Un siècle à construire sur des marécages, pendant que les promoteurs se moquaient des écolos. Combien de vies, ces marécages, agissant comme amortisseurs naturels, auraient-ils pu sauver cette semaine ? Au lieu de cela, nous sommes revenus au temps où le rôle du gouvernement était de faciliter le transfert des richesses dans les mains des riches. Et le refrain de la chanson de Newman constitue une coda, sinistre mais parfaitement appropriée à l’introduction de Tom Rush : "Louisiane. Louisiane. On essaye de nous faire disparaître/on essaye de nous faire disparaître.."



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Où sont passés tous les soldats ?
8 septembre 2005 - 23h36

je suis en france, au pays de camargue, à lunel, près de montpellier. J’ai pu rouler cet après-midi en centre ville et j’ai vu des maisons menacées par les inondations, avec des planches, des coussins de fortune, et des regards de gosses. encore ceux qui déjà souffrent, puis-je leur parler de ce qui s passe aux états unis où on laisse des gens mourir ; simplement parcequ’ils ne sont pas utiles dans l’économie de bush ? j’ai mal au coeur. pour les jeunes soldats qui ne se sentent plus utiles en irak, et pour ceux qui crient en attendant la mort..






GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La paix n'est pas l'absence de guerre, c'est une vertu, un état d'esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice. Baruch Spinoza
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite