Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Michel Houellebecq, la possibilité de la poésie
de : Alina Reyes
mercredi 26 octobre 2005 - 13h18 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 36.1 ko

de Alina Reyes

"Toute marche, irrésistible et mystérieuse, vers un destin" est pour Lovecraft un "élément horrifiant fondamental", note Michel Houellebecq dans son premier livre "H.P. Lovecraft Contre le monde, contre la vie". "Ses héros", dit-il aussi, "marchent comme dans un rêve vers un destin catastrophique."

Le héros de "La possibilité d’une île" s’appelle Daniel. Le livre de Daniel, dans l’Ancien Testament, se termine sur des visions apocalyptiques et l’annonce du "moment de la fin".

"En ce temps-là paraîtra Michel, le chef des anges, le protecteur de ton peuple. Ce sera un temps d’angoisse comme il n’y en aura jamais eu depuis qu’une nation existe et jusqu’à ce moment-là. Alors seront sauvés tous ceux de ton peuple dont le nom sera inscrit dans le livre de vie".

Michel H., lui, mi-ange mi-démon peut-être, donne à Daniel la vie éternelle par réincarnations successives, à partir du moment où il confie son ADN à la secte des éléhomites - geste qu’il ne paraît pas abusif d’interpréter comme une inscription au "livre de vie".

"Beaucoup de gens qui dorment au fond de la tombe se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte, pour l’horreur éternelle" (Daniel, 12-2).

C’est ce qui arrive aussi aux personnages de M.H., à la différence que chacun reçoit tout à la fois la vie, la honte et l’horreur éternelles. Du moins en est-il ainsi pour Daniel et ses vingt-cinq clones successifs, sous le regard aimant, fidèle et éternellement recommencé de son chien Fox - la marche vers son « destin catastrophique » ne pouvant plus être accompagnée que par cet animal.

On sait que l’auteur lui-même vit désormais dans la seule compagnie de son chien. À dix-huit - vingt ans, alors que je vivais tranquillement désespérée et absolument isolée au bord de l’océan, j’eus aussi une chienne, que j’appelai Moïra, du nom de la figure grecque du Destin. Et plus qu’à l’animal qui a donné son nom aux Cyniques, dont Daniel 1, « cynique » comique à succès, se réclame, invoquant Diogène, Fox me fait penser à cette présence rassurante, pour ne pas dire vitale, ce petit bout de paradis perdu sur pattes qui accompagne les malheureux tout en manifestant la chiennerie irréductible de leur vie.

M.H., qui évoque à plusieurs reprises dans ce roman Schopenhauer (lequel vécut d’ailleurs seul avec sa chienne) s’inscrit décidément bien dans la logique de la « poussée aveugle » décrite par le philosophe. Mais le destin, chez lui, bégaie. Deux mille ans après (après 2000 ans après Jésus Christ, donc), Daniel n’en finit pas de revivre la vie indéfinie, atrophiée et limbique des néo-humains.

Ce destin à valeur de déterminisme cosmique, comme dans la moïra, réside dans la promesse, esquissée puis affirmée, toujours renouvelée, jamais tenue. La vie est une suite de souffrances sans fin, dues, ainsi que chez Schopenhauer, à la torture des désirs, aussitôt satisfaits aussitôt renouvelés, reconduits, dans un mécanisme infernal d’impossible assouvissement.

Pourtant Daniel 1 atteindra son île, fugacement, avec son deuxième amour : « ... ces quelques heures justifiaient ma vie Je n’exagérais pas, et j’avais conscience de ne pas exagérer : nous étions à présent dans l’absolue simplicité des choses (...) j’écrivis un poème ». Petit animal sexuel et vivace, Esther lui offre son moment de grande joie, son instant d’éternité. Et le mène à l’accomplissement de sa destruction. La femme fatale fait son œuvre, telle une chambre noire où se trame la révélation d’un visage capté dans un éclair de lumière. De même que la Terre se verra bientôt ravagée par des catastrophes climatiques et nucléaires, de même sera défiguré, dépeuplé, dévitalisé le cynique, riche et médiatique comique - tellement représentatif du monde dans lequel il vit (nous vivons). Star de one man show qui a viré cinéaste en continuant d’exploiter habilement les goûts les moins ragoûtants du jour, exploitation diaboliquement contrôlée des haines racistes et misogynes et plus généralement pratique intensive de la dévaluation grossière des valeurs, ce Daniel 1, dessiné par M.H. en (auto-)portrait sans pitié, est aussi lucide que désemparé.

Ses rapports avec les femmes, définies comme « du gras autour d’un trou », révèlent un si grand besoin d’amour qu’il s’en trouve racheté aux yeux du lecteur, ou du moins de la lectrice que je suis. Michel Onfray a écrit quelque part que la sexualité de ce personnage était minable. Certes M.H. s’emploie depuis des années à exalter en quelque sorte la misère sexuelle de ses contemporains à travers celle de ses personnages. On ne peut dire qu’il la déplore ni qu’il la dénonce, il en fait des livres à succès qui la mettent à la mode, l’imposent quasiment comme modèle.

Or cette misère sexuelle dont tout le monde désormais se délecte morosement n’est en réalité qu’un point de vue sur la sexualité. La formule en elle-même est un jugement moralisant, comme l’était naguère le terme de péché. L’onanisme et la luxure, péchés de nos parents et grand-parents, sont aujourd’hui notre misère sexuelle. Quoique vous fassiez, et maintenant même si vous êtes chaste ou fidèle, c’est le même éternel problème, vous faites mal. Courbez l’échine, misérables, il y aura toujours quelqu’un ou quelque institution pour vous rappeler que vous n’êtes qu’un tas de misère, et vous approuverez, puisque votre misère vous dédouane d’exercer votre liberté.

Sexualité minable de ce Daniel, juge donc notre philosophe-en-vogue, prouvant encore par là que de quelque bord qu’on se trouve, la dénonciation sexuelle est un instinct parfaitement partagé. Or, qu’y a-t-il de misérable dans l’attitude de Daniel lorsque, le désir s’étant éteint dans son premier couple après de longues années de mariage, pendant deux ans son corps renonce de lui-même à toute sexualité, même solitaire ? La réaction d’un jouisseur militant tel Monsieur Onfray, qui consisterait sans doute à s’empresser d’aller voir ailleurs - à y aller de toute façon, avec ou sans manque - serait-elle plus glorieuse ?

Et qu’y a-t-il de misérable, plus tard, dans sa relation passionnée et ardente avec Esther ? Voilà un homme que l’amour rend à l’état d’enfance, qui s’émerveille de gestes érotiques simples et ne se lasse pas, avec celle qu’il aime et seulement avec elle, de sexe, de tendresse, de caresses. Qu’y a-t-il là de minable ?

Pour cruel qu’il soit, le regard de M.H. sur la sexualité de ses personnages est étonnament simpliste. C’est un petit garçon qui entend du bruit dans la chambre de ses parents et ne veut surtout pas regarder par le trou de la serrure. Pour lui les vieux et les femmes de plus de quarante ans ne peuvent éprouver du désir ou de l’amour sans qu’ils leur soient une torture insoutenable. Pour lui un homme jusqu’à la fin de sa vie ne peut avoir d’autres désirs que ses désirs d’adolescent, d’autre goût que pour les adolescentes ou les très jeunes femmes. S’il dénonce à juste titre le jeunisme de notre société, c’est sans doute lui accorder beaucoup trop de pouvoir que de la croire capable d’interdire toute vie sexuelle, voire toute vie, au-delà d’une trentaine d’années. L’interdit est dans la tête de celui qui, même sans le savoir, croit aux mots « péché » ou « misère sexuelle ».

Ces considérations psycho-sociologiques sont en tout cas loin de constituer l’intérêt essentiel de cet étrange roman. Pour la première fois en lisant Houellebecq, il m’a sauté aux yeux que cet homme était un poète. Ce roman est un poème.

« Craignez ma parole », dit-il dès le début. Il y a là de la roublardise bien sûr, mais aussi la vérité profonde d’un esprit qui se sait traversé par une parole poétique. « Il n’est pas bon que tout le monde lise les pages qui vont suivre », prévenait Lautréamont au premier de ses Chants aux « émanations mortelles ». Et de fait il m’est rapidement apparu une parenté formidable entre les deux auteurs. « La possibilité d’une île » est un roman métaphysique. La secte éléhomite qui occupe un grand (trop grand ?) centre du texte est d’une nullité spirituelle crasse, mais elle va conquérir ce monde finissant parce que c’est justement ce à quoi il aspire. Le vieux rêve d’immortalité continue de hanter même l’homme le plus rationnel, comme Daniel. S’il s’accroche à sa raison, au-dehors la folie furieuse se déchaîne et le contamine malgré lui. L’énorme supercherie et le crime dont il est témoin ne peuvent pas le troubler plus d’un instant. Puisque le monde, ou ce qu’on n’appelle plus Dieu, n’est qu’un gros farceur, un metteur en scène de pantalonnades.

Le début du roman, ponctué de name-dropping à la Bret Easton Ellis, donne lieu à mainte pique assassine contre tel ou tel personnage connu, Fogiel par exemple ou... Onfray. L’évocation d’une soirée réunissant des super VIP est pleine de scènes drôlatiques, notamment celle où Karl Lagerfeld, « sauvage véritable » s’empiffre avec une gloutonnerie barbare sous les yeux effarés de la fausse sauvage Björk.

Le début du récit de vie de Daniel 1, tant à travers les formules reprises de ses sketches que dans son regard quotidien sur le monde, est d’une cruauté barbare justement. M.H. a toujours manié l’humour et l’ironie, notamment dans les premières pages de ses romans, mais cette fois nous avons droit à un festival de bouffonnerie débridée, d’images atroces et incongrues qui rappellent les grotesqueries de Maldoror. Ici c’est « une polyphonie de brebis pyrénéennes samplées sur de la techno hardcore », là en écoutant une conversation d’humains « les vaches hochaient la tête », ailleurs « le M.E.N. (Mouvement d’Extermination des Nains) [les nains sont les enfants] prônait la disparition de la race humaine, irrémédiablement funeste à l’équilibre de la biosphère, et son remplacement par une espèce d’ours supérieurement intelligents - des recherches avaient été menées parallèlement en laboratoire afin de développer l’intelligence des ours, et notamment de leur permettre d’accéder au langage (je songeais à Gérard Depardieu dans le rôle du chef des ours) ».

Ce bestiaire impromptu anthropomorphise moins les animaux qu’il ne bêtifie les hommes, rendus chimères par de monstrueux accouplements poétiques. La cruauté ducassienne se déchaîne, notamment à l’encontre de l’enfant, « sorte de nain vicieux » qu’il faut éradiquer de la planète et de la vie humaine - le programme finira par être accompli grâce aux travaux du savant fou de la secte. « L’utilisation du vocabulaire scientifique peut constituer un extraordianire stimulant pour l’imagination poétique », remarquait déjà M.H. dans son livre sur Lovecraft, notant le recours de Lautréamont à cette technique.

Déréliction particulière et collective, l’ensemble du cirque recouvre, au sein secret de l’arène, une douleur sans nom, qui se laisse apercevoir par de petites failles dans le texte, des notations fugitives mais irrémédiables, telles que « la parole détruit, elle sépare » ou encore « déchiré de rire ». D’un bout à l’autre le roman ressemble à ce petit poème :

« Une vieille femme désespérée,
Au nez crochu
Dans son manteau de pluie
Traverse la place Saint-Pierre. »

Tout est consommé, et pourtant tout continuera à se consommer, comme s’il ne pouvait y avoir nul répit aux souffrances de l’homme, aucun espoir de grâce. Certes les néo-humains, débarrassés du désir, de l’ennui et de tout affect, souffrent moins spectaculairement - mais leur conscience de ne pouvoir atteindre malgré cela ni le bonheur ni même la paix, et leur réduction à l’état de machines pensantes et communicantes fait planer sur leur existence de faux immortels, leur existence en forme de sinistre éternel retour, une tristesse inqualifiable. Quant aux sauvages, vrais humains rescapés des catastrophes, ils sont retournés à un état d’immonde barbarie, telle qu’elle n’a jamais existé en réalité dans aucun groupe humain : pas la moindre trace d’art ou d’intelligence chez eux, seulement la saleté repoussante et le combat extrêmement brutal et meurtrier pour le pouvoir et la possession de la vulve des femelles.

Le fameux non-style de M.H. prend ici, au début et surtout à la fin du livre, valeur d’une esthétique de l’épure. Les derniers tableaux sont si beaux à voir intérieurement qu’on regrette d’avance leur prochaine retranscription au cinéma. Je referme le livre et malgré ces centaines de pages désespérées je suis heureuse, parce que je sais qu’existe encore la possibilité de la poésie.

http://amainsnues.hautetfort.com/ar...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Michel Houellebecq, la possibilité de la poésie
26 octobre 2005 - 15h13

Me suis rendu il y a quelques jours à la FNAC de la ville voisine pour y acheter quelques livres. Très vite une chose m’a frappé. J’ai interrogé une vendeuse qui passait : "Le dernier livre de Houellebecq ne figure ni sur le présentoir des best-sellers à l’entrée, ni même sur les tables de nouveautés. Il est en rupture" "Non, , m’a-t-elle répondu, nous l’avons enlevé. Ça n’a été qu’un feu de paille."
Ah bon, où était-il l’"évènement" de la rentrée littéraire lancé avec grand tapage ? Où était-il ce chef-d’oeuvre promis au prix Goncourt par Philippe Sollers et consorts ? Disparu alors que le prix en question n’était pas encore décerné.
Quant à la poésie de son auteur racheté à coups de millions par un marchand de canon, ses précédents textes m’en ont découragé. je crains pour ma part qu’elle ne soit que fumée médiatique un peu ridicule.
Le Yéti



> Michel Houellebecq, la possibilité de la poésie
26 octobre 2005 - 21h52 - Posté par

C’est bien dommage. Je n’ai acheté ce livre qu’assez tard parce que la médiatisation m’ennuyait moi aussi, mais la curiosité a fini par l’emporter, ou plutôt c’est lui qui m’a emportée, après l’avoir feuilleté deux secondes il n’a pas voulu me laisser sortir de la librairie sans lui. Eh bien c’est de loin le meilleur roman de M.H. Plusieurs semaines après l’avoir lu maintenant, il me laisse encore une profonde impression. Il ne ressemble à aucun autre livre et c’est sans doute pourquoi il peut déconcerter, aussi.
Il faudrait pouvoir le lire comme si l’on avait déniché un trésor méconnu au fin fond d’une petite librairie. C’est un trésor, mais caché par le tapage !
Alina


Le journaliste parisien qui fait trembler Obama
23 avril 2009 - 14h00 - Posté par

Au charlot du dessus

Le communisme est une maladie honteuse et transmise de père en fils et de mère en fille.


> Michel Houellebecq, l’impossibilité de la littérature
27 octobre 2005 - 01h34

Houellebecq ? De la science-ficcion à deux sous, l’exploitation habile des peurs des classes moyennes, une écriture moins que mediocre, de la provoc bien manié qui fait jaser pour mieux vendre. Pour lui - comme pour son éditeur - il n’y a que le fric qui compte, écrire n’est qu’un moyen de s’enrichir.

Oublions vite tous ces ineptes marchands de papier, les Sollers, les Houellebecq et tous les goncoursables ultramediatisés. Revenons à la vraie littérature, aux classiques, à Thomas Mann, à Saramago, à Harold Pinter, à tant d’autres. La vie est trop courte pour perdre son temps avec Houellebecq.

Karl.



A ceux qui n’aiment pas le romancier Houellebecq
27 octobre 2005 - 11h33 - Posté par

Vous pouvez lire son essai sur Lovecraft, non dénué de qualités.

Tellmarch


> A ceux qui n’aiment pas le romancier Houellebecq
27 octobre 2005 - 20h19 - Posté par

Houellebecq...J’avais bien aimé ’Les particules élémentaires" mais là, son livre m’est tombé des mains. Pour le coup le lecteur s’ennuie autant que l’écrivain. La platitude de son écriture, ses vers de mirlitons en font le degré zéro de la littérature. Tout au plus peut-on ressentir une certaine compassion pour cet homme et sa "pensée opératoire", qui scotche au réel et dont l’utilisation même de la "science-fiction" n’arrive pas à l’en faire décoller. Mais de cela, bien sûr, il est totalement conscient. N’est pas Bartleby qui veut !





GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si tu vis dans l’ombre, tu n’approcheras jamais le soleil. Jacques Mesrine.
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite