Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

M. Seillière,Un vent de réforme souffle,mais pas assez fort

de : Le Monde
mercredi 2 juillet 2003 - 02h00 - Signaler aux modérateurs

M. Seillière : "Un vent de réforme souffle, mais pas assez fort"

Satisfait du projet sur les retraites, le président du Medef estime, dans un entretien au Monde, que la France est devenue un pays "réformable" où "le gouvernement, l’administration et une partie de l’opinion s’enhardissent". Mais selon lui, M. Raffarin aurait dû aller "plus vite".

L’Assemblée nationale achève l’examen du projet de loi sur les retraites. Que pensez-vous de la méthode employée par le gouvernement ? La nécessité de réformer les grands systèmes sociaux, le premier d’entre eux étant la retraite, s’est imposée. Le gouvernement a donc avancé, selon sa méthode. Il a cerné les contours de sa réforme au terme d’une période qu’il a voulue longue (concertation, consultation, négociation), ce qui a déclenché des réactions sociales fortes. Il a tenu tranquillement sa position, jusqu’à ce que la réaction s’apaise et que le Parlement donne au projet sa forme législative. Pour la première fois depuis des décennies, la volonté de réforme d’un gouvernement l’emporte sur la somme des réactions négatives, corporatistes, extrémistes, de refus et de blocage. Dans l’histoire économique et sociale de notre pays, c’est une page qui se tourne. Nos idées, lancées avec la refondation sociale en 2000, ont porté.

Vous jugiez la société française difficile à réformer. Elle l’est donc aujourd’hui... Ce qui s’est passé sur les retraites montre que l’opinion est prête, aujourd’hui, à des évolutions. Oui, nous sommes dans un pays réformable, qui reconnaît que l’organisation sociale "modèle 1945" doit évoluer.

La méthode du gouvernement peut-elle s’appliquer à d’autres dossiers ? A la faveur de cette première réforme, le gouvernement, l’administration et une partie de l’opinion s’enhardissent. A l’opposé, la méthode du blocage assortie de grèves et de manifestations se dévalorise. Ce mouvement prend place dans un contexte européen : réforme de la politique agricole commune, réforme des institutions, réforme en Allemagne. Et l’accord modifiant le régime des intermittents du spectacle, signé avec la CFDT, la CFTC, et la CFE-CGC, montre qu’un vent de réforme souffle, même s’il n’est pas encore assez fort.

Pourtant, le gouvernement ne semble pas vouloir choisir entre ceux qui "s’enhardissent" et ceux qui "bloquent". M. Raffarin souhaite même "l’apaisement social"... Le gouvernement a sa méthode, son style, son calendrier. A l’évidence, il a choisi la voie de la réforme, alors que le gouvernement de Lionel Jospin s’y opposait, même si le Medef regrette qu’il ne se soit pas engagé plus tôt et qu’il n’y soit pas allé plus fort et plus vite.

Le plan Fillon n’est financé que pour un tiers à l’horizon 2020. Faudra-t-il augmenter les cotisations retraite ou allonger encore leur durée ? La réforme ne traite qu’une partie du problème. En 2008, nous retrouverons les syndicats, le gouvernement et l’opinion pour décider de la suite. Le gouvernement fait confiance à la croissance et à la démographie française pour alléger la charge des indemnités chômage et faciliter ainsi le financement des retraites. Nous jugeons cette perspective aléatoire.

Dans quel état d’esprit abordez-vous les négociations sur l’emploi des seniors, la pénibilité du travail et la formation ? Nous avons proposé, avec quatre syndicats sur cinq, une réforme profonde des voies et des moyens de la négociation sociale, qui prévoit un encouragement fort à la négociation sociale dans l’entreprise, quelle que soit sa taille. Nous souhaitons qu’elle se déroule aussi bien avec des délégués du personnel que des mandatés syndicaux, et que celle-ci puisse être dérogatoire à l’accord de branche ou interprofessionnel. A condition qu’elle corresponde à une volonté majoritaire dans l’entreprise et qu’elle n’aille pas contre la loi.

Le Medef est-il prêt à faire des concessions aux syndicats sur la formation professionnelle ? Il y a, en France, un déficit de formation. Elle est surtout développée dans les grandes sociétés et bénéficie aux salariés qualifiés. On doit installer l’obligation de formation dans toutes les entreprises. Elle est aussi nécessaire que l’investissement pour assurer la productivité. Nous devons donc développer un droit individuel à la formation offrant un certain nombre d’heures à chaque salarié. Pour que ce droit concerne l’ensemble des entreprises, il faut inciter les salariés à le mettre en œuvre en dehors du temps de travail déjà limité par les 35 heures. C’est ainsi que l’on généralisera la formation.

Ne faut-il pas réformer d’urgence l’assurance-maladie ? Si, mais le système de santé n’est pas de la responsabilité des entrepreneurs. C’est un problème national. Son financement est assis sur des cotisations, mais aussi sur une contribution fiscale. Le Medef prendra la part que la révision des relations entre l’Etat et les caisses définira, mais quand il connaîtra clairement les axes d’une réforme conduisant à un système efficace et compatible avec les équilibres financiers.

Faut-il légiférer sur le service minimum ? Le modèle "grève des services publics, blocage de la vie économique" empêche la France de construire sa croissance. Réglementer le droit de grève dans le service public est aujourd’hui souhaité par une partie croissante de la population. Le droit de grève est fondamental, mais il est réglementé dans tous les pays du monde. La continuité du service public est une question d’intérêt général sur laquelle doit se concentrer la volonté du législateur et des partenaires sociaux.

Après la réforme des retraites, quels enseignements tirez-vous sur l’évolution des syndicats ? Nous avons un syndicalisme réformateur sur le modèle européen, qui accepte d’entrer en négociation, analyse et reconnaît la situation, identifie le domaine du possible et contribue à la réforme. Dans un paysage syndical français en forte évolution, trois organisations sont sur cette ligne : la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC. Force ouvrière, dont c’est pourtant l’histoire, en est pour l’heure absente. Quant à la CGT, elle mène un travail interne de réflexion et de réforme. Sur les retraites, elle a cherché sa voie, entre une volonté de résistance, de refus et une relative reconnaissance de la fatalité de la réforme.

Partagez-vous le relatif optimisme de M. Raffarin sur une reprise de la croissance ? Le patinage artistique des prévisionnistes officiels est un vrai spectacle : 2,5 %, 1,3 %, 0,8 %... Nous, nous sommes constants dans nos estimations. La croissance sera faible cette année : nous retenons actuellement une hypothèse se situant entre 0,5 % et 0,8 %. Il vaut mieux dire au pays que la croissance est quasiment inexistante, que la reprise tardera et que l’adaptation est urgente et vitale.

Vous dénoncez souvent la perte d’attractivité de la France, ce que semblent démentir de récentes études... Les chiffres que l’on brandit pour se rassurer sont trompeurs : on ne distingue jamais la vente de notre patrimoine d’entreprise à des étrangers et la création d’entreprises nouvelles par les capitaux étrangers. La France a d’énormes atouts : ses infrastructures, la formation des salariés, le dynamisme naturel des Français, le capital accumulé par plusieurs siècles d’innovation et de performances industrielles, la situation géographique, les modes de vie... Mais les 35 heures, les difficultés pour restructurer les entreprises en difficulté, la tendance au blocage des services publics, notre position de champion du monde des impôts, des taxes et des charges menacent notre attractivité. Dire que "la France est attractive" et ne rien corriger, c’est commettre une erreur pour notre avenir économique.

Propos recueillis par Rémi Barroux et Jean-Michel Bezat

Le texte de cet entretien a été relu et amendé par M. Seillière.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite