Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Stop Bolkestein : dix bonnes raisons de se battre
de : Stop Bolkestein
mardi 17 janvier 2006 - 19h07 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 25.9 ko

Députés européens de gauche, responsables syndicaux...Ils témoignent.

"C’est un poison" Sahra Wagenknecht, députée européenne GUE-GVN (Allemagne), rapporteure pour avis à la commission Marché intérieur sur la directive Bolkestein.

"Cette directive est un poison, il faut obtenir son retrait, et nous le disons depuis le début. Dans les débats en commission au Parlement européen, nous avons déjà tenté d’en retirer les molécules les plus agressives.

Pour le moment, il faut bien le voir, les éléments constitutifs de la directive Bolkestein ont tous survécu... Le champ couvert reste immense et conduira à la libéralisation à tous crins des services publics universels.

Certes la santé a été exclue, mais l’éducation demeure, elle, dans la ligne de mire. Sur le fameux "principe du pays d’origine" (PPO), les solutions de compromis proposées par la sociale-démocrate allemande Évelyne Gebhardt ont fait de grands pas vers les conservateurs, en proposant de dissocier l’"accès" au marché soumis au PPO et la "prestation" de services soumise aux règles du pays d’accueil. Cette nuance n’est pas sans danger à notre avis, car elle permet de faire revenir le PPO par la fenêtre.

En matière de contrôle, la reformulation apporte une amélioration minuscule et aberrante : on va désormais demander à la France de contrôler qu’une entreprise portugaise applique bien le droit portugais !"


"Cette directive n’est pas amendable"

de Françoise Castex, députée européenne PSE (France).

« Avec plusieurs de mes collègues socialistes au Parlement européen, nous défendons le principe du rejet de cette directive et nous espérons réussir à réunir les signatures nécessaires pour déposer un amendement socialiste demandant le retrait du projet Bolkestein. Il y a dans le groupe PSE des divergences d’appréciation quant à la possibilité, ou non, d’amender ce texte. Pour nous, cette proposition n’est tout simplement pas amendable : elle risque d’être structurante pour le marché du travail et pour la protection sociale, et il ne suffira pas d’exclure tel ou tel secteur pour qu’elle devienne acceptable. En fait, la directive Bolkestein exclut pour toujours toute harmonisation du droit du travail en Europe. L’adopter reviendrait à abandonner toute ambition dans ce domaine. Il n’y a qu’à voir la mobilisation de la droite pour comprendre combien ce projet est primordial pour elle. »


"Il n’existe pas de Bolkestein light"

de Marco Bersani, dirigeant d’ATTAC Italie.

« À travers la directive Bolkestein, chacun doit bien percevoir l’état de la construction européenne. Avec ce texte, l’Union prend acte de son déclin industriel, considère que 70 % des richesses émanent des services et tente d’échapper par une accélération néolibérale à l’échec patent de la stratégie de Lisbonne : on a voulu faire de l’Europe la zone la plus compétitive au monde en maintenant l’État social, mais aujourd’hui on ne retient plus que l’ambition de la compétitivité pour mieux tuer la protection sociale et les droits. Paradoxalement on peut penser que la directive Bolkestein est un instrument d’harmonisation, non plus pour étendre les droits des salariés et des citoyens mais pour les détricoter partout, au plus grand bénéfice des multinationales. Toutes les stratégies d’amendement sont vouées à l’échec car, même si le champ initial de la directive était réduit, le principe du pays d’origine (PPO) pourrait toujours s’élargir progressivement par la suite : il n’existe pas de Bolkestein light. »


"Le projet de directive est très dangereux"

de Jozef Niemiec (Pologne), secrétaire confédéral de la Confédération européenne des syndicats (CES).

« Le projet de directive est très dangereux. Cette position est quasi unanime à la CES. Pour nous, il y a dès lors deux lignes d’actions possibles : ou bien celle d’un rejet pur et simple de la directive, ou bien celle de changements considérables dans son contenu. Compte tenu du rapport de forces, la seconde option est une approche plus fructueuse. Ainsi le Conseil européen est passé d’une appréciation très positive en 2004 à une attitude beaucoup plus prudente, tandis que des politiques de plus en plus nombreux se prononcent contre la directive. Le danger d’une adoption en l’état a été démontré. En commission du Parlement européen, il y a eu des améliorations au projet qui vont dans notre sens sur le droit du travail. Vont-elles subsister en séance plénière ? Les socialistes européens et les chrétiens-démocrates devraient garder ces modifications. Mais le résultat n’est pas satisfaisant si l’on n’obtient pas l’exclusion du droit du travail du champ d’application de la directive, et une clause qui protège les droits fondamentaux. »


"Interpeller le Parlement français"

de Nicole Borvo Cohen-Seat, présidente du groupe communiste républicain et citoyen (CRC) au Sénat (France).

« Cette directive est "déstructurante" d’une conception de l’Europe fondée sur l’harmonisation des droits sociaux, des services publics et du droit du travail. Cela a été au coeur du rejet du traité constitutionnel européen qui s’est exprimé lors du référendum en France. Nous comptons interpeller le Parlement français pour qu’il prenne position par rapport au vote qui se profile au Parlement européen. Il est en effet du ressort de la représentation nationale de faire respecter le vote majoritaire du 29 mai dernier. C’est en particulier la responsabilité de la gauche vis-à-vis de ses propres électeurs. Il est possible de redynamiser le mouvement social français sur la directive, qui est resté vivant après la campagne sur le traité constitutionnel. Pour réussir la mobilisation européenne, nous devons mobiliser dans nos pays respectifs, et notamment en France, avant la mi-février.


"Tentons le meilleur compromis possible"

de Pierre Jonckheer, député européen (Belgique), vice-président du groupe Verts-ALE, membre de la commission Marché intérieur.

« Les Verts ont une position très similaire à celle de la Gauche unitaire européenne. Nous avons aussi déposé un amendement de rejet de la directive en commission. Nous avons désormais le choix entre deux scénarios : ou bien nous décidons que la directive n’est pas amendable, mais alors nous savons qu’il n’existe pas de majorité dans le Parlement pour un refus pur et simple. Ou bien, c’est le choix des rapporteuses socialistes en commission, nous estimons qu’il est possible de tenter d’amender sérieusement la proposition de directive. Cette deuxième option n’a échoué que de peu en commission : cela signifie que le combat n’est pas perdu d’avance en séance plénière. Il y a moyen de transformer fortement le principe du "pays d’origine". Il n’existe pas de concurrence entre nos deux groupes. Pour ne pas perdre, tentons d’obtenir le meilleur compromis possible d’ici la séance plénière, et chacun pourra alors se déterminer sur son vote. »


"L’exemple désastreux du rail britannique"

de Brian Denny (Grande-Bretagne), responsable de l’Union des travailleurs du rail, de la mer et des transports (RMT).

« Les travailleurs britanniques entendent résister à la directive de libéralisation accrue du rail. L’exemple de la privatisation du chemin de fer britannique a été désastreux, avec des conséquences qui ont été les accidents dramatiques que l’on sait, se soldant par la mort de passagers. C’est le fruit d’un choix politique dont l’objectif était de détruire le monopole national des chemins de fer, remplacé par un autre monopole privé et financé par les contribuables. La directive Bolkestein s’inscrit dans cette logique de libéralisation, appliquée à l’éducation, à la santé, etc. La question ne se réglera pas définitivement le 16 février prochain. Il nous faut créer une volonté politique de résistance à ces projets dans les différents États de l’Union européenne, comme les Français l’ont fait à propos du rail. »


"Le risque de saper nos protections"

de Piotr Ostrowski (Pologne), responsable international pour l’Alliance des syndicats polonais (OPZZ).

« Le projet de directive a suscité un vif débat en Pologne, car il demandera aussi aux travailleurs polonais d’adapter leurs droits. Nous pensons que cette directive doit compléter la stratégie de Lisbonne qui vise à faire de l’Europe l’économie la plus compétitive du monde, mais cela ne peut se faire sans avoir le souci des hommes. La libre circulation des services peut augmenter les chances pour les Polonais, qui connaissent un chômage élevé, de trouver du travail, mais cela peut aussi à long terme être nocif à leurs intérêts, avec le risque de saper les conventions collectives et ce qui subsiste de protections. Le principe du pays d’origine nous préoccupe car cela signifierait un alignement vers le bas des droits des travailleurs, avec la disparition du modèle social européen, qui doit au contraire être la clé de voûte de nos économies. La liberté oui, mais les chances doivent être les mêmes pour les travailleurs de l’Union, la directive doit donc être revue pour éliminer ses dispositions négatives. »


"La fin des moyens de la lutte ouvrière"

de Horst Schmitthenner, dirigeant du syndicat IG-Metall (Allemagne).

« L’adoption de la directive Bolkestein n’aurait pas seulement pour conséquence un dumping social accru, elle affecterait aussi profondément les relations capital-travail, en influant sur le rapport de forces. Qu’adviendrait-il du droit de grève, par exemple ? La directive permettrait au capital d’éviter l’affrontement en se référant au droit européen pour chercher une autre entreprise pour fournir le service. Ainsi, même inscrit formellement dans les textes européens, le droit de grève serait réduit à n’être qu’une "guêpe sans dard" incapable de voler. La directive Bolkestein, c’est la fin des moyens de la lutte ouvrière. Après le double "non" français et néerlandais au traité constitutionnel, le projet de directive nous permet d’illustrer concrètement ce que représente l’application du néolibéralisme dans la vie des individus. Cela nous incite à réfléchir pour lancer une campagne qui fasse rebondir l’opposition aux projets néolibéraux vers le projet d’une autre Europe. »


"Construire une directive-cadre sur les services publics"

de Franco Russo (Italie), animateur du Forum pour la démocratie constitutionnelle en Europe.

« Dans la directive sur les services, il est question de libéraliser les services, mais nulle part n’est donnée une définition du service public ou d’un service universel. Parallèlement au combat pour s’opposer à la directive Bolkestein, nous pourrions avancer sur la construction d’une proposition de directive-cadre, en lien avec la mobilisation et le soutien de la société civile, qui donne corps à la notion de service public et de service d’intérêt général. Car ce n’est pas une question de définition scientifique mais bien une question politique. L’objectif pourrait être de parvenir à dégager une notion de bien public, valable aussi bien pour l’énergie et d’autres domaines, qui relèveraient des droits sociaux universels de l’homme. Cette directive-cadre permettrait ainsi d’affirmer des principes constitutionnels européens non libéraux. »

http://www.humanite.presse.fr/journ...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La directive Bolkestein est morte et...
17 janvier 2006 - 21h52

enterrée !

C’est ce qu’affirmait notre marchand de paroles de président pendant tout le mois de mai 2005, et même après, en nous regardant droit dans les yeux.
Les socialistes du OUI, aujourd’hui "synthétisés" avec certains du NON, ont fait la même chose. Ils se sont même fondus dans l’UMP pendant cette période. On ne les entend plus sur ce sujet, aujourd’hui.

Il nous reste un an pour faire ce qu’il convient pour virer toute cette bande de ploucs insignifiants.

Durdo REIL






Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Aucune carte du monde n'est digne d'un regard si le pays de l'utopie n'y figure pas. Oscar Wilde
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite