Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 avril
de Info’Com-CGT
1 commentaire
Info’Com-CGT propose « Les Rencontres Info’Com ». Tout au long de l’année, notre syndicat et divers partenaires organiseront des débats, des échanges en présence d’auteurs, des militant-e-s autour de la sortie d’un livre, d’un documentaire etc. Le premier débat sera autour du dernier livre de Michèle Audin : « Eugène Varlin, ouvrier relieur 1839-1871 » (aux éditions Libertalia). L’écrivaine nous présentera cette grande figure de la Commune de (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Redécouvrir Proudhon le libertaire, malgré Proudhon le conservateur
de : Philippe Corcuff
mercredi 22 février 2006 - 11h43 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 12.6 ko

de Philippe Corcuff

* Á propos du livre de Jacques Langlois, Agir avec Proudhon (Lyon, Éditions Chronique Sociale, 2005) *

Le socialiste libertaire Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865) est peu lu aujourd’hui dans la gauche radicale, alors que sa pensée eut un grand retentissement dans le mouvement ouvrier français, au XIXe siècle comme au début du XXe siècle.

Il faut dire que cette lecture pâtit des stéréotypes machistes et antisémites qu’on trouve ici et là dans ses écrits. Sans nier cette face conservatrice du personnage, il nous faut redécouvrir ses aspects libertaires, de loin les plus développés et encore aujourd’hui fort stimulants. L’ouvrage de Jacques Langlois nous y incite.

Si le nom de Proudhon est connu à gauche, son œuvre apparaît donc plutôt méconnue en ce début de XXIe siècle. Seuls les milieux anarchistes ont entretenu la flamme, en préservant notamment une accessibilité éditoriale à ses textes. Récemment, le sociologue et militant libertaire Daniel Colson en a ainsi proposé une approche originale, dans une relecture de la tradition anarchiste s’inspirant de Gilles Deleuze (1). Dans ce contexte, le double projet du livre de Jacques Langlois est utile : 1e) offrir une présentation à visée pédagogique des dimensions principales d’une œuvre foisonnante, et 2e) en montrer l’actualité pour les questions politiques qui occupent notre présent. Pour accompagner Langlois dans ce parcours, il faut toutefois écarter les jugements hâtifs émis par le bourgeois Marx sur le prolo Proudhon (2), et qui ont été ânonnés par des générations de marxistes : « un petit-bourgeois, ballotté entre le capital et le travail »...Á l’inverse, Langlois aurait facilité la tâche du lecteur marxiste ou marxien s’il n’avait pas donné une image simplificatrice de Marx, celle justement portée par les marxismes les plus sommaires et les plus économistes.

« L’équilibration des contraires » contre « les fanatiques de l’unité »

Il y a un fil particulièrement heuristique qui parcourt les réflexions de Proudhon, et dont rend bien compte Langlois : le triple pluralisme philosophique, sociologique et politique. Du point de vue des méthodes de pensée, Proudhon va être amené à critiquer certains traits de la dialectique hégélienne. Cela est peu su, et quand ça l’est la critique proudhonienne est souvent dotée d’une faible légitimité intellectuelle. Cet ostracisme a fréquemment de mauvaises raisons sociales, et en particulier une prétention des intellectuels académiques à détenir le monopole de l’intellectualité légitime. « Comment un prolo aurait-il pu sérieusement écorner la hauteur de vue d’un des maîtres de la philosophie universitaire ? », entend-on dans l’implicite de certains jugements de classe déguisés en jugements de compétences.

Ces préjugés sociaux mis de côté, examinons de plus près les critiques que Proudhon a adressées à Hegel. Elles visent moins la complexité de l’œuvre de Hegel qu’une vision schématique de sa dialectique, autour de la triade thèse-antithèse-synthèse. C’est ce que Maurice Merleau-Ponty a appelé « le Hegel des manuels », axé sur « l’annonce et la garantie d’une synthèse finale » (3). D’autres lectures de Hegel ont pu être proposées, comme celle récente de Jean-Luc Nancy (4), mettant l’accent sur le travail du négatif dans l’histoire plutôt que sur la perspective de l’avènement positif d’une synthèse finale (« la fin de l’histoire »). Notons toutefois que la triade thése-antithèse-synthèse, comme l’idée corrélative d’un « dépassement » des contractions dans une synthèse englobant ces contradictions, a largement participé, encore jusqu’à nos jours, à l’outillage mental de nombre de militants progressistes. Or, la méthode dialectique de Proudhon, explique Langlois, s’efforce d’équilibrer « thèse et antithèse, sans présumer d’une synthèse » (p.14). La dynamique des antinomies serait infinie, sans nécessairement pouvoir être dépassée dans une synthèse supérieure, englobant les termes de la contradiction, mais produirait des déplacements, des équilibres et des déséquilibres continuels. Les mouvements de l’histoire auraient même des pertes : tout ne serait pas récupéré dans une succession d’« étapes » à chaque fois supérieures, jusqu’à l’illusoire synthèse totale.

Cette philosophie de « l’équilibration des contraires » a des conséquences sur la sociologie proudhonienne. Il voit dans la société une diversité de sentiments, d’intérêts, de logiques d’action, de formes de domination, de pouvoirs, d’équilibres partiels et instables. Et cela dans une dynamique perpétuelle, qui ne se cale sur aucun axe unique (comme une « dernière instance ») qui en assurerait la cohérence. Le pluralisme de valeurs et des forces sociales serait ainsi constitutif des sociétés humaines, tout en prenant des formes variées et changeantes. « Pluralisme effervescent et complexité sont les deux fondements de la sociologie proudhonienne », résume Langlois (p.70).

Le pluralisme social devrait être préservé et même enrichi dans une société émancipée : « Qu’est-ce que la justice, en effet, sinon l’équilibre entre les forces ? », questionne Proudhon dans Théorie de la propriété (éd. posthume en 1866). D’où le recours au fédéralisme comme outil politique privilégié. Fédéralisme proudhonien dont s’inspirera la Commune de Paris et que louera Marx dans La guerre civile en France (1871). « Les fanatiques de l’unité » sont alors dans le collimateur de Proudhon, car ils porteraient en germe un écrasement du Multiple au profit de l’Un. « Absolutisme » et « gouvernementalisme » sont deux des noms de ce danger, qui se voit particulièrement incarné dans le monde moderne par l’État, en tant que « puissance de concentration ». Vision lucide, au vu des totalitarismes du XXe siècle, ou simplement des tendances bureaucratiques et uniformisatrices des institutions étatiques contemporaines. Mais à partir de Proudhon, on pourrait sans doute aller plus loin ici que Proudhon, en pensant l’équilibre instable de forces, d’intérêts, de pouvoirs et de valeurs qu’on appelle de manière trop unifiante « l’État ».

Vers une lecture plus libertaire de Proudhon

Malgré ses aspects éclairants pour le débutant en pensée proudhonienne, l’ouvrage de Langlois n’est pas à l’abri des critiques. Il donne, par exemple, une vision trop systématique, trop cohérente, trop uniformément positive des écrits disparates de notre Franc-comtois. Pourquoi ne pas également explorer, à la manière d’un Michel Foucault (5), les failles, les impensés, les contradictions, les fils hétérogènes dont l’œuvre est tissée ? Ce faisant, Langlois adopte une lecture trop révérencieuse, comme nombre de marxistes l’ont longtemps fait avec Marx, insuffisamment libertaire, trop peu proudhonienne même, finalement, dans la méthode. Comme si l’objet du livre (le pluralisme proudhonien) et sa méthode (la tentation d’unifier l’œuvre de Proudhon) étaient disjoints. On sent particulièrement bien cette disjonction lorsque Langlois s’efforce de relativiser les textes sexistes et les traces d’antisémitisme chez Proudhon. Il a certes raison de replacer dans leur contexte des stéréotypes que Proudhon héritait de son époque. Mais pourquoi ne pas faire plus franchement de telles inepties la marque des faiblesses de tout esprit humain, même le plus lucide et le plus moral ? A-t-on encore besoin de piédestaux (même libertaires !) ou simplement de pensées humaines, dans leurs fragilités et leurs défaillances mêmes ? C’est peut-être une certaine fidélité à l’anti-dogmatisme de Proudhon (par exemple, dans l’avertissement lancé à Marx dans sa lettre du 17 mai 1846 : « après avoir démoli tous les dogmatismes a priori, ne songeons point à notre tour à endoctriner le peuple (...) Accueillons, encourageons toutes les protestations, flétrissons toutes les exclusions, tous les mysticismes ; ne regardons jamais une question comme épuisée ») qui nous le recommande.

C’est d’ailleurs tant dans ses apports que dans ses faiblesses que le livre de Jacques Langlois constitue une invitation à la réflexion et à l’action.

Ph.C.

Notes :

(1) Dans Petit lexique philosophique de l’anarchisme - De Proudhon à Deleuze, Le Livre de Poche, 2001.

(2) Pour une analyse fine des implicites sociaux à l’œuvre dans la rivalité entre Marx et Proudhon, voir Jean-Louis Lacascade, « Bévue de Proudhon et/ou traquenard de Marx - Lecture symptomale de leur unique correspondance », revue Genèses (éditions Belin), n°46, mars 2002.

(3) Dans Sens et non sens (1e éd. : 1948), Gallimard, 1996, p.100.

(4) Dans Hegel - L’inquiétude du négatif, Hachette, 1997.

(5) Voir, par exemple, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » (conférence de 1969), repris dans Dits et Écrits I, 1954-1975, Gallimard, coll. « Quarto », 2001.

* Texte paru dans Critique communiste (revue de la Ligue communiste révolutionnaire), n°178, décembre 2005, pp.154-156.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Redécouvrir Proudhon le libertaire, malgré Proudhon le conservateur
23 février 2006 - 11h01

En complément je conseillerais une conférence de Daniel Colson à l’université populaire de Lyon,
on peut la trouver au format mp3 sur le site de Recherches sur l’Anarchisme (R.A. Forum) à l’adresse suivante :

http://raforum.apinc.org/article.ph...

et sur

http://uplyon.free.fr/mp3/colson%20...






« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
2 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
4 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires
Sauvons la cathédrale du cœur. Pour un autre usage de Notre-Dame-de-Paris
mercredi 17 - 07h54
de : Un curé de campagne en visite à Paris
Divine surprise.
mardi 16 - 17h15
de : L’iena rabbioso
8 commentaires
Espagne : 44 ans après la mort de Franco, l’extrême droite s’apprête à entrer au parlement
mardi 16 - 16h37
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Justice : la cour administrative d’appel annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac
mardi 16 - 14h13
de : Juliette Meurin
LES BLACK BLOCS - La liberté et l’égalité se manifestent
mardi 16 - 12h24
de : Ernest London
Olivier est tombé, son arche restera debout !
mardi 16 - 11h34
de : Le Cercle 49
Christelle Déchronique Les péages urbains (audio)
mardi 16 - 09h48
de : Ciné Christelle
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 - 09h28
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
LE 26 MAI, METTONS LA RACLÉE À MACRON ! - Meeting Mélenchon, Aubry, Ruffin, Becker à Amiens (video)
mardi 16 - 08h40
Juan Branco, avant le "grand déballage" macron, dénonce une nouvelle fois nos "pseudos élites" (video)
lundi 15 - 17h41
de : nazairien
8 commentaires
Acte 22 Place de la République, police nationale et bagueux de Paris, complètement hors sol (vidéo)
lundi 15 - 14h19
de : nazairien
4 commentaires
Toulouse #Acte22 : La police tabasse 2 Journalistes et casse leurs caméras (video)
lundi 15 - 11h01
Jean-Luc Mélenchon. Privatisations : « VOTRE MODÈLE EST FINI » (video)
lundi 15 - 10h33
Le "meilleur des mondes" A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.
dimanche 14 - 13h30
de : nazairien
6 commentaires
Anti-impérialisme : cycle de conférences
dimanche 14 - 13h29
Marlène Schiappa, piégée par ses mensonges, quitte l’interview (vidéo)
samedi 13 - 15h29
de : nazairien
1 commentaire
Rassemblement pour la libération de Georges Abdallah mercredi 17 avril 2019, 18h00, métro Château-rouge (Paris 18ème)
samedi 13 - 13h22
GAFA de tous les pays, taxez-vous en Irlande !
samedi 13 - 08h52
de : Karine Darmanche
Saurel chante sa révolution à la Comédie Dalayrac
samedi 13 - 00h04
Mobilisation samedi 13 avril contre la loi « anticasseurs »
vendredi 12 - 16h30
de : jean 1
2 commentaires
Le calme avant la tempête
vendredi 12 - 13h56
de : jean 1
Dans la république des gredins...
vendredi 12 - 13h05
Privatisation d’ADP : Macron et les copains de la finance
vendredi 12 - 11h20
de : Hélène Grumal

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il vient une heure où protester ne suffit plus : après la philosophie, il faut l'action. Victor Hugo
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite