Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Luciana Castellini "On a assisté à une berlusconisation des esprits"

de : Paul Falzon
lundi 10 avril 2006 - 00h22 - Signaler aux modérateurs

Forte personnalité de la gauche italienne, la fondatrice du journal communiste Il Manifesto constate la « régression culturelle » de son pays.

Entretien réalisé par Paul Falzon

L’Italie qui s’apprête à voter en 2006 est-elle différente de celle de 2001 ?

Luciana Castellini. Quelque chose de très grave s’est passé dans ce pays. Berlusconi est arrivé à en changer les valeurs et la culture, il a promu des mythes comme celui de l’entrepreneur triomphant et, ainsi, a rabaissé le niveau des débats. Le pays est revenu des années en arrière - on reparle par exemple de savoir s’il faut limiter le droit à l’avortement. Et du coup Berlusconi a aussi réussi à changer la gauche. Quand il se livre à des charges anticommunistes primaires (1), on voit les communistes se sentir obligés de répondre. On a assisté à une vraie « berlusconisation » des esprits. Et ce qui m’agace le plus, c’est de penser que 47 ou 48 % des Italiens vont encore voter pour lui !

Berlusconi représente-t-il pour vous une menace pour la démocratie ?

Luciana Castellini. Partons du film que Nanni Moretti vient de consacrer à Silvio Berlusconi, le Caïman. Moretti a su, à mon avis, très bien interpréter le phénomène politique Berlusconi en montrant que cet homme n’est pas drôle, qu’il n’est pas un clown mais au contraire un homme dangereux. À la fin du film, Morretti montre son personnage adoptant une attitude fascisante ; c’est exactement ce qui est en train de se passer avec Berlusconi. Il a beaucoup changé ces temps derniers, ses réactions sont révélatrices. Par exemple, lorsqu’il est intervenu à la tribune de la Confindustria, le syndicat patronal, en méprisant les règles qui avaient été fixées à tous les intervenants, dont Prodi, et en s’emparant du micro pour en appeler directement aux PME et jouer sur leurs sentiments populistes.

Des patrons qui ont pris position pour Romano Prodi aux artistes qui ont critiqué les attaques contre la liberté d’expression comme Sabina Guzzanti (2), on sent pourtant que Berlusconi est fragilisé.

Luciana Castellini. Oui, après des années de régression culturelle, il y a enfin une réaction du monde intellectuel, économique ou encore des médias - le fait que le journal conservateur Il Corriere della Sera soutienne l’Unione est révélateur. Le mythe Berlusconi s’est dégradé. Et l’Italie n’a jamais cessé d’être ce pays complexe avec ses grands syndicats, ses mobilisations de rue, son bouillonnement associatif et culturel. Mais le mal est fait. Je pense que l’Unione va gagner ces élections mais que sa tâche ne sera pas facile. La gauche ne pourra pas se contenter de tourner la page et de dire « on repart de zéro », elle devra réfléchir aux moyens de reconstruire la société sur des bases démocratiques.

Pensez-vous que l’Unione de Romano Prodi est à la hauteur des défis que vous décrivez ?

Luciana Castellini. Cette gauche-là ne me plaît pas tellement. Elle me semble avoir très peu d’idées, et perd trop de temps et d’énergie à reculer et à se défendre. Ses dirigeants se sentent toujours obligés d’être modérés - par exemple en se disant croyants alors que l’Église mène ces dernières années une grave offensive sur les questions politiques et de société. Ce qui est positif tout de même, c’est d’avoir su recréer l’unité - quand on voit l’état de la gauche en France, on se rend compte que c’est un atout. L’Unione a su réunir des gens très différents, des communistes au centre droit, mener de nombreux débats entre toutes ces composantes et en sortir un programme, même si je le trouve tout de même très vague... Ce qui m’inquiète, c’est que les engagements programmatiques et le choix des candidats ont été décidés pour la plupart au plus haut niveau des partis. L’implication de la société civile et de la base militante a été faible.

(1) La dernière consiste à clamer haut et fort que les communistes chinois faisaient bouillir les petits enfants.

(2) Auteur du film documentaire Viva Zapatero.

http://www.humanite.fr/journal/2006...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite