Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

OGM : consultation du public et programmes de recherche 2006

de : France
jeudi 13 avril 2006 - 05h14 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Les ministres chargés de l’agriculture, de l’écologie et de la recherche mettent en place une procédure d’information et de consultation du public en ligne sur les nouveaux programmes de recherche concernant les OGM pour 2006.

17 nouveaux dossiers de demande d’autorisation ont été reçus à ce jour. Ils sont mis en consultation du 14 au 28 avril 2006. Ils concernent des expérimentations de recherche ou de développement des entreprises Biogemma, Librophyt, Meristem, Monsanto, Pioneer et Syngenta sur des maïs et un tabac génétiquement modifiés.

A l’issue de cette consultation, Dominique Bussereau, Ministre de l’Agriculture et de la Pêche, après accord de Nelly Olin, Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable, annoncera les décisions relatives aux nouveaux programmes de recherche 2006. Elles figureront sur le site interministériel : www.ogm.gouv.fr

La législation permettant d’encadrer les essais d’OGM en plein champ à des fins de recherche et de développement est fondée sur une autorisation préalable reposant sur une évaluation des risques pour la santé publique et l’environnement.

La procédure d’autorisation se fonde, en plus de la consultation du public, d’une part, sur les conclusions scientifiques de la Commission du Génie Biomoléculaire (CGB) et, d’autre part, sur l’étude de faisabilité technique des projets, réalisée sur le terrain par les agents du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche. L’action de ces agents s’accompagne d’une information préalable des maires des communes proposées comme sites d’implantation.

Toutes les décisions d’autorisation font l’objet de contrôles systématiques par le ministère chargé de l’agriculture à différents stades de développement des cultures. Les expérimentations au champ d’OGM permettent à la recherche de progresser dans les domaines agronomiques, de l’écologie et aussi du traitement de certaines maladies humaines (mucoviscidose).

Le Gouvernement veillera très attentivement au bon déroulement des essais autorisés au terme d’une procédure réglementaire exigeante et d’une consultation du public. Les mesures appropriées en matière de sécurisation des cultures seront mises en place. Ces expérimentations sont la condition du maintien de la recherche française sur les biotechnologies végétales, à laquelle le Gouvernement est particulièrement attaché.

Ministère de l’agriculture


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> OGM : consultation du public et programmes de recherche 2006
13 avril 2006 - 11h12

Il n’y aura pas de Baroud d’honneur ne ce qui concerne les OGM.

Cultiver quelques ares de plants transgéniques en laboratoire, en milieu clos pour produire des molécules permettant de lutter contre des maladies rares est une chose, répandre dans la nature des monstruosités végétales en est une autre.

Il faudra accepter de retourner à des modes de production traditionnels en ce qui concerne l’agriculture . Celle-ci peut être extrêment performante si l’on utilise des méthodes biodynamiques respectueuses de l’homme et de du milieu environnant.

Qu’il s’agisse d’arbres fruitiers, de plantes potagères ou de céréales, la recherche de nouvelles variétés a toujours existé.
Les tris accomplis avec patience durant des siècles ont permis de garder certaines particularités sans toucher au matériel génétique.
Ainsi certains blés ont été sélectionnées pour leur propriété de résistance au vent car ils possèdaient des tiges plus courtes. On a aussi recherché les plants dont les épis produisaient plus de grains, qui permettaient un meilleur rendement pour une même surface de culture donnée.
Les pommes et les poires d’aujourd’hui sont plus grosses, plus présentables, moins difformes, plus goûteuses.
Ces progrès sont parfois utiles mais pas toujours. Quand on choisit une des « qualités » telles que la taille ou la quantité de matière organique on en abandonne peut-être d’autres qui pourraient être précieuses : quantité de vitamines et de sels minéraux, résistance naturelle aux « nuisibles » sans avoir besoin d’utiliser des pesticides du fait d’une certaine « rusticité » de la plante.

Depuis le début du siècle dernier, la course au rendement s’est accélérée. Elle a obligé les agriculteurs à augmenter considérablement la surface des parcelles cultivées. Les insectes, champignons et autres "nuisibles" qui existent dans la nature et qui n’occasionnent que de petits dégâts du fait de la biodiversité, en produisent de grands sur des cultures de plants tous identiques et ce d’autant plus que ces espaces de monoculture sont étendus.
Pour garder les plants en « bonne santé sanitaire », il faut donc utiliser des pesticides. Les produits répandus se retrouvent pour une part sur les feuilles et les tiges et pour une autre part dans le sol où ils sont lessivés par les eaux de pluie. Celles-ci rejoignent soit les rivières soit les nappes phréatiques.
Surtout en ce qui concerne les insectes, il se trouve toujours une part non négligeable de la population d’une espèce donnée qui possède des caractéristiques qui lui permettent de résister aux produits dispersés par l’homme. Comme pour les antibiotiques, des « résistances » se développent. Ce que l’on appelle « résistance » n’est en fait que la survie d’individus biologiquement adaptés aux nouvelles conditions de l’environnement. Au bout d’un certain temps, le produit utilisé devient complètement inefficace contre un bon pourcentage de la population. Il est alors nécessaire d’augmenter les doses ou de changer de molécule active.

La production de plants génétiquement modifiés capables de résister aux maladies pouvait être considérée comme une solution d’urgence.
Mais cela ne résout en rien le problème de la résistance aux produits. Qu’ils soient dispersés sur la plante ou qu’ils soient fabriqués par la plante elle-même, les mécanismes de sélection sur une population donnée d’une même espèce restent les mêmes. Les individus résistants sont de plus en plus nombreux et au bout d’un certain temps, il devient nécessaire de modifier génétiquement à nouveau les plants pour pouvoir obtenir de nouveaux effets qui ne seront de toutes manières pas durables. C’est ainsi qu’en Inde les paysans cultivateurs de coton qui ont du utiliser les produits OGM se sont aperçus assez rapidement que les nuisibles était toujours aussi présent. Ils se sont donc ruinés pour acheter des semences qui s’avèrent être peu efficaces.
Si nous continuons à vouloir nous obstiner dans cette même logique, à savoir l’ utilisation de produits chimiques répandus en grande quantité ou l’utilisation d’OGM, à la longue il risque bien de plus y avoir une seule solution pour préserver les parcelles des attaques de nuisibles. Et les dégâts pourraient fort bien ressembler à ceux provoqués par les sauterelles en Afrique lorsque celles-ci décident de se poser dans un champ ou sur un arbre : il ne reste plus rien après leur passage.
D’autre part, il existe des rapports qui démontrent la nocivité de certains OGM sur la santé de rats qui sont des mammifères comme nous.
Quoi qu’il en soit, des réactions en chaînes, en cascades dont nous ne connaissons ni les tenants ni les aboutissants sont toujours possibles. Ce qui peut paraître inoffensif sur le court terme peut s’avérer extrêmement dangereux pour la suite.
Les OGM ont la faculté de se répandre dans la nature et de s’hybrider avec des variétés « sauvages ». le phénomène est difficilement contrôlable.
Utiliser des produits chimiques ou « créer » des plants OGM pour lutter conte les « nuisibles » revient à poser des rustines sur une chambre à air. Agir dans l’urgence n’a jamais provoqué que des dégâts.

Une agriculture biologique et raisonnée est souhaitable. Pendant longtemps, les producteurs locaux qui utilisaient des variétés de plantes et d’arbres fruitiers dits rustiques et traditionnels n’utilisaient que peu de produits voire pas du tout. Les fruits étaient parfois « occupés » et n’avait pas un aspect aussi « commercial » qu’avec ceux que l’on trouve sur le marché maintenant. Produire ne doit pas être synonyme de destruction de l’environnement, des plantes, des sols et hommes. Des méthodes de culture réfléchies permettront de donner des produits de qualité, en grande quantité sans abîmer l’environnement : diversité des cultures, maintien de parcelles non cultivées de type sauvage. Entretien et création de haies-habitats pour oiseaux gros consommateurs d’insectes, développement des cultures maraîchères de types bio, culture du sol avec des méthodes bio dynamiques. Les solutions existent

http://www.amisdelaterre.org/IMG/pd...

http://www.crii-gen.org/m_fs_ax.htm

http://www.autresbresils.net/ancien...

http://www.grain.org/seedling/?id=256

http://www.infogm.org/article.php3?...

http://216.239.59.104/search?q=cach...

http://www.indsp.org/nobtresistance...

http://216.239.59.104/search?q=cach...

http://pmo.erreur404.org/ogmmort.htm

http://www.medito.com/article.php?s...

http://www.activart.com/universale/...

mncds



> OGM : consultation du public et programmes de recherche 2006
13 avril 2006 - 13h03 - Posté par

Bonjour,

"Les solutions existent", et je suis tout à fait d’accord sur ce fait, mais qu’en est-il de la volonté politique et de la capacité de resistance au lobby puissants des "politiques" ?

Je souhaite que les générations futures n’aient pas un gout amère d’OGM à chaque repas...

Merci pour ces informations que je en vais pas manquer de diffuser.

PéKa






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite