Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Italie : Une progression de la gauche de la gauche

de : Gaël De Santis
vendredi 14 avril 2006 - 11h28 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 12.6 ko

de Gaël De Santis

Refondation communiste est la liste qui a le plus gagné en sièges au Parlement. La "sinistra radicale" doit maintenant trouver sa place au sein d’une coalition où elle est minoritaire.

Les élections italiennes n’ont pas seulement vu la victoire de la coalition de centre gauche de Romano Prodi. Les formations de la « sinistra radicale » (la gauche radicale) ont progressé. Le parti de la Refondation communiste (PRC) de Fausto Bertinotti "est la liste qui a le plus gagné en sièges au Parlement", notait hier le journal du PRC, Liberazione. Refondation, deuxième liste de gauche à la chambre et troisième parti au Sénat, a obtenu 41 députés et 27 sénateurs (contre 12 et 4 lors de la précédente législature). À la Chambre il passe de 5 % à 5,84 %, au Sénat de 5,1 % à 7,32 %. Le Parti des communistes italiens gagne 200 000 voix à la Chambre. Il double son nombre de députés (de 8 à 16) et gagne 0,5 point, à 2,32 %. La Fédération des Verts continue d’osciller autour de 2 %. Des résultats en progression qui font dire au responsable des affaires internationales et de la Gauche européenne de Refondation, Gennaro Migliore, que c’est "une victoire de la gauche alternative".

Après cinq ans de régime berlusconien, ces partis qui avaient fait de la défaite de la droite une priorité se félicitent de cette victoire, pour laquelle l’unité a été nécessaire puisque l’Union ne doit de gagner à la Chambre que de 25 000 voix. Pour le responsable international du Parti des communistes italiens (PDCI), Iacopo Venier, « l’Italie a repoussé les attaques de Berlusconi contre le système démocratique », c’est pour lui la confirmation de la « ligne politique juste » qu’a suivi son parti depuis sa naissance en 1998 « contre Berlusconi ». Le PDCI a été créé en 1998 par des militants de Refondation quand le PRC a fait tomber le gouvernement de Romano Prodi en quittant la coalition de gauche.

Reste à définir une stratégie

La gauche radicale fait pour l’instant l’analyse qu’elle a été déterminante dans cette victoire, d’autant plus que les modérés n’ont que très peu rogné sur l’électorat de Berlusconi. Pourtant toute la stratégie des deux poids lourds de la coalition, les Démocrates de gauche (DS, socialistes, ex-PCI) et la Marguerite (centristes) a consisté en une course au centre et à la modération. Après les mouvements sociaux d’ampleur qui ont secoué le pays, contre la participation italienne à la guerre en Irak en mars 2003, ou contre la modification de l’article 18 qui facilitait le licenciement en mars 2002, la victoire « n’aurait pu avoir lieu sans la dynamique des mouvements », explique Gennaro Migliore (PRC).

Reste maintenant à la gauche radicale à définir une stratégie pour les années à venir. Communistes italiens et Refondation ont négocié d’arrache-pied un programme qui prévoit le retrait des troupes en Irak, ou des mesures contre la précarité. Ils ne comptent pour autant que pour que pour un cinquième de la coalition, ce qui pourrait freiner le développement des mouvements sociaux. De plus, l’Unione n’ayant que deux sièges d’avance au Sénat, le risque est de voir les franges les plus modérées de la coalition en appeler à la discipline de coalition. L’ancien président du Conseil Massimo D’Alema (DS) réclamait hier dans une interview donnée à la Repubblica ses alliés à « un grand sens de la responsabilité ». Le leader centriste Francesco Rutelli appelait lui à la création d’un Parti démocrate regroupant toutes les forces modérées, pour marginaliser la gauche de la gauche.

Reconfigurer la gauche radicale.

Pour Gennaro Migliore la solution viendra des mouvements sociaux. Il reprend donc le mot d’ordre de la plus grosse fédération syndicale italienne, celle de la métallurgie, la FIOM, selon laquelle « il n’y a pas de gouvernement ami des mouvements » sociaux. Et de rappeler l’expérience de Naples où Refondation, tout en étant dans l’administration municipale de gauche, a mené bataille et obtenu, grâce à la mobilisation citoyenne, la remunicipalisation de l’eau, privatisée par le centre-gauche. Dans tous les cas, cette victoire de l’Unione appelle à une reconfiguration de la gauche radicale. Refondation communiste est engagé dans la création d’un « nouveau sujet politique » qui prendrait la forme d’une section italienne du Parti de la gauche européenne (PGE), qui tiendrait son premier congrès en juin. Certains candidats sur les listes de Refondation, comme Vladimir Luxuria, ou des syndicalistes de la FIOM se sont d’ores et déjà montrés intéressés. Le PDCI voudrait mettre fin à cette dispersion, par la création d’une confédération des forces de gauche.

http://www.humanite.presse.fr/journ...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Italie : Une progression de la gauche de la gauche
14 avril 2006 - 16h52

une bonne nouvelle pour les partis progressistes !

cependant une question pourquoi le PdCI a quitté le PRC en 1998 ?
n’est il pas un frein pour la constitution d’un nouveau PCI fort ?

nicoals



> Italie : Une progression de la gauche de la gauche
14 avril 2006 - 18h27 - Posté par

Parce que le "PdCI" in refondazione avant la scission était la taupe du PDS à l’intérieur de rifondazione. Et qu’après 1998, (et l’attitude "sectaire" - en fait "digne"=, le PDS croyait pouvoir liquider rifondazione par ectte scission. (et il y encore beaucoup de "taupes" du PDS dans rifondazione...


> Italie : Une progression de la gauche de la gauche
14 avril 2006 - 18h58

Et bien , c’est celà, construire un pôle de gauche, inflexible socialement, un pôle qui agglomere les révoltuionnaires, les alternatifs, les communistes, les verts de gauche, avec comme conditions des attitudes concrêtes d’opposition aux logiques ultra-liberales (pas de pactisation, pas de gouvernement avec des liberaux, refus du TCE et du traîté de Nice, solidarité européenne, etc), en faveur de l’extension de la démocratie et donc contre les grandes entreprises capitalistes despotiques, etc.

Et vous n’auriez pas été plombés par l"alliance imposée avec le prodisme que je suis sûr que votre progerssion aurait été plus considérable encore...

Car ce sont les travailleurs qui poussent en Europe et recherchent les voies de la contre-offensive, leur résistance crée un espace renforçant, du moins électoralement, les forces de gauche radicales, partout en Europe depuis plusieurs années.

Bravo Refondation, il faut encore s’ouvrir, pousser les feux de la démocratisation des fonctionnements internes, mener le fer pour la démocratisation la plus large possible des organisations , syndicats, associations, coopératives, municipalités, où vos militants et sympatisants sont....

La presence à vos côtés de gens comme Vladimir Luxuria prouvent que vous êtes dans ce bon chemin.

Puissent LO, la LCR et le PCF, ainsi que des boutiques plus étroites entendre celà...
Pour la gauche du NON , large, sociale, ça fait longtemps que l’affaire est prête.

Copas



> Italie : Une progression de la gauche de la gauche
15 avril 2006 - 04h53 - Posté par

En tant que humble militant de base de Aubervilliers, hélas non, en France au niveau des organisations communistes (quelles soient du PCF ou du trotskysme, ou de l’"anarcho-syndicalisme" de la CGT (pour eux il n’y en a qu’une : celle de 1905 ! et de la clause de "l’abolition du salariat" dans sa Charte dite "charte d’amiens" (eN hommage, certes au maigre congrès de délégués de l’assemblée amiénoise de 1905 - quand se déclenchait la première révolution des Soviets, à "Pétrograd"" - les amiénois l’apprirent qu’en ...1906. mais surtout en l’honneur du mouvement communaliste du XIIème siècle, en Europe de l’Ouest, et dont Amiens, fût alors une des plus grandes cités.), nous en sommes très loin de la maturité d’une organisation de masse comme "Rifondazione". Nous sommes plus favorisés en France, par le fait que "spontanément" - les masses sont plus révoluitionnaires !!!
C’est le hasard du "climat" d’ici - au sens plus lattitudinal du terme _ qui a sans doute produit cette aberration d’arriération locale du "French people"" quant à la rationalité économique la plus élémentaire "We shall never surrender"


> Italie : Une progression de la gauche de la gauche
15 avril 2006 - 15h18 - Posté par

Refondation est certes une belle organisation mais en parler comme d’une organisation de masse à la difference du PC français , de LO et de la LCR , est peut-être un peu (énormement ...) exagéré....

Entre 5 et 7% des voix aux élections n’est pas l’indice, même indirect, d’une organisation de masse. Il faut être raisonnable là dessus....

Par contre, effectivement il y a plus d’ouverture chez Refondation qu’en France.

En France il y a trois organisations qui, pour des tas de raisons, peuvent encore penser se la jouer solo. Au delà des divergences politiques réelles existantes encore (qui souvent parcourent l’interieur de chacune des organisations d’ailleurs)...

Je demeure persuadé qu’existe, partout en Europe, la place pour un courant puissant organisé, tirant les leçons des dictatures nomenklaturistes et menant la bataille pour l’extension de la démocratie, donc pour la supression du capitalisme, pour la défense des majorités sociales.

Copas






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite