Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Vénézuéla : la terre à ceux qui la travaillent
de : ollivier
mercredi 10 septembre 2003 - 19h15 - Signaler aux modérateurs

 Un article sur la progression des coopératives paysannes au Venezuela.

 A la suite, un extrait de l’ interview de Maurice Lemoine à propos de la réforme agraire, tiré d’ une interview qui a pour but de cerner la jeune révolution vénézuélienne en la comparant avec la longue marche des Centramericains, et tenter de comprendre les causes de l’actuelle misère du journalisme sur le Venezuela.


« LAS MUCHACHAS » DE BELÉN

par Yayo Herrero ,Rebelion

Juana et Enérea sont deux femmes de Belén, un minuscule village de la commune Carlos Arvelo de l’Etat de Carabobo au Venezuela. Elles font partie d’une coopérative de paysans qui a reçu des parcelles de terres grâce à la nouvelle Loi des Terres et de Développement Agraire impulsée au Venezuela par le gouvernement bolivarien et adoptée en novembre 2001. Cette Loi des Terres trace un cadre juridique plus juste, adapté au contenu d’une constition bolivarienne ratifiée au cours d’un référendum par l’immense majorité des Vénézuéliens et qui a déclenché une opposition brutale de la part des secteurs réactionnaires liés aux multinationales.

Juana et Enérea sont nées dans le village. Pendant leur jeunesse, elle devaient marcher chaque jour trois heures durant pour arriver aux terres du propriétaire terrien pour lequel elles travaillaient. Elle accomplissaient leurs tâches agricoles et le retour à leur village prenait quatre autres heures « parce qu’au retour, nous revenions chargées avec des outils et quelques fruits ».

La nouvelle loi a pour but de régulariser la répartition des terres entre les paysans au travers de l’Institut national des terres (INTI). Ses principaux objectifs sont le développement agraire et l’élevage soutenables et harmonieux, la réduction et l’élimination de la dépendance alimentaire et la stimulation de l’établissement de zones rurales dotées de services, avec accès à la santé, à l’éducation et à un habitat décent.

Ce processus de changement a fortement influencé la vie de Juana et Enérea, appelées « las muchachas » (les jeunes filles) par leurs compagnons de la coopérative. Avec leurs 65 ans, elles ont décidé de prendre leur vie en main elles-mêmes et de travailler avec dignité pour vivre autrement et collaborer à la sécurité alimentaire du pays.

Chaque vendredi au soir, elle participent à l’assemblée de la coopérative où elles reçoivent les informations de ce qui se passe à Caracas et dans les autres Etats du pays, débattent des problèmes de la coopérative et partagent avec leurs compagnons les conquêtes, les doutes, les illusions et les peurs de ce processus. Les hommes et les femmes de la coopérative de paysans de Belén sont en train de construire leur petit morceau d’histoire, la Révolution bolivarienne augmentant leur estime de soi et leur dignité. Ils ont réinventé les luttes pour l’égalité et la justice d’Ezequiel Zamora dont le mot d’ordre fut le « respect envers les paysans et un système de terres et d’hommes libres ».

En ce moment, à Belén, on attend de manière imminente l’arrivée des cartes agraires qui consignent que la parcelle de terre dans laquelle les membres de la coopérative sèment, suent et récoltent, est enfin la leur. Ils pensent organiser une grande fête dans laquelle « nous danserons le joropo comme on le faisait avant ».

Les paysans de Belén sont conscients de ce que, avec la remise des premières cartes agraires au Venezuela, ont commencé les premiers attentats et menaces de mort contre les leaders et les représentants du mouvement paysan dans les Etats de Zulia, Cojedes, Carabobo... Malgré tout, ils continuent fermement et se reconnaissent eux-mêmes comme des interlocuteurs capables de prise de décision dans les politiques de développement agraire et d’élevage tout comme dans les stratégies d’indépendance alimentaire de l’Etat vénézuélien. Juana et Enérea, tout comme leurs compagnons, sont prêtes à défendre par tous les moyens nécessaires ce processus qui en finit avec l’invisibilité d’une grande partie de la société vénézuélienne, une partie de la société dont on n’a jamais tenu compte pendant des décennies.

Elles savent qu’il est pour cela nécessaire de dénoncer ceux qui sabotent les progrès réalisés à la campagne et qui, bien tristement, se trouvent souvent au sein même des institutions bolivariennes. Elles savent également qu’il faut exercer une pression constante pour arriver à arrêter les grands éleveurs de bétail qui tentent d’organiser des groupes paramilitaires afin de terroriser le mouvement paysan et de maintenir leurs privilèges.

En regardant les visages de ces paysannes, le message répété par les télévisions privées du Venezuela en devient encore plus ridicule et pathétique. Ces femmes feraient partie, selon eux, des « hordes chavistes violentes et dangereuses » qui terrorisent les gens bien comme il faut des collines de Caracas et qui sont un prétexte pour une multitude d’entreprises de sécurité pour accumuler des bénéfices plantureux en blindant les privilèges d’une minorité qui se nie à accepter que des temps nouveaux sont arrivés au Venezuela.

Ce sont de femmes telles que Juana et Enérea dont se gaussent et sur lesquelles ironisent les forces vives de l’opposition putschiste au Venezuela. Mais, elles, elles s’en moquent et regardent avec enthousiasme vers l’avenir. Elles ont la force de l’illusion pour le changement, le soutien et la confiance mutuelles de leurs compagnons et l’admiration et la reconnaissance de nombreuses personnes à travers le monde et cela parce que’elles et leur lutte sont la démonstration palpable de ce qu’un autre monde est possible.

Traduction de l’espagnol : Ataulfo Riera, pour RISAL.

Article original en espagnol :"Las cooperativas campesinas avanzan en Venezuela", Rebelion, 03-09-03.

© COPYLEFT Rebelion 2003.

Source : RISAl

* * * * * * * * * *

Interview de Maurice Lemoine, reporter & rédacteur en chef adjoint du Monde Diplomatique

Extrait

Thierry Deronne * A côté des réformes agraires en tout genre que tu as connues au Salvador, au Nicaragua ou au Guatemala, comment t’apparaît celle du Venezuela ?

Maurice Lemoine. - On sait qu’une des étincelles qui a provoqué le coup d’État de 2002, ce furent les 49 décrets-lois, et parmi elles la Loi des Terres. Je voulais donc juger sur pièces cette loi, en passant deux semaines dans les États agricoles de Cojedes, Barinas, Yaracuy, Alto Apure, et Portuguesa.

Première évidence : la nécessité de cette réforme, au-delà de toute idéologie. Des dizaines de milliers d’hectares entourés de barbelés, où broutent deux cent têtes de bétail, c’est absurde dans un pays qui importe 70 % de son alimentation ! Économiquement absurde ! Même du point de vue capitaliste ! Et tu vois des dizaines de milliers de paysans, 17 % de la population, qui ne disposent pas de la moindre parcelle, pas même pour en vivre..

Deuxième évidence, que j’ai pu observer : les paysans appuient cette réforme de tout leur coeur, de toute leur force. Les vieux te disent : "c’est la première fois dans notre vie", du haut de leur soixante-dix ans les vieilles paysannes aussi qui ont vécu toute leur vie dans les difficultés, te le disent : "pour la première fois nous allons avoir quelque chose, un lopin de terre, nous allons pouvoir travailler la terre". Et ils ne te le disent pas seulement de leur point de vue égoïste, ils te disent : "nous allons produire pour tout le pays, pour la ville, les quartiers pauvres, les cantines des hôpitaux" ! Ce qui te montre qu’ils ont déjà en tête un projet général de développement. M’a impressionné le haut degré de conscience de beaucoup de paysans. M’a impressionné la rapidité du processus, au point de me préoccuper un peu.

Distribuer deux millions d’hectares en si peu de temps, c’est clair que cela produira quelques erreurs. Sentir tant de volonté collective t’éloigne de l’idée que "tout ça, c’est Chávez". Bien sûr qu’ils te parlent, toutes les cinq minutes, de "notre commandant Hugo Rafael Chávez Frías" mais en même temps ils te rappellent "nous étions prêts pour cela". Que ça fait des années qu’ils bataillent pour la terre, affrontent la répression de la Garde Nationale, des polices. Et bien sûr tout n’est pas couleur de rose, il faut encore des crédits pour ces paysans, approfondir la culture de la coopérative, sachant que comme tous les paysans du monde, le Vénézuélien est individualiste.

Ce n’est pas si simple d’entrer dans une histoire neuve, celle du travail en commun, mais indéniablement le processus est lancé. Il peut connaître des échecs, mais il peut aussi conduire à de grands succès. Et aujourd’hui les paysans te parlent d’un "succès global".

Lire la suite DES NAUFRAGÉS D’ESQUIPULAS À LA RÉVOLUTION BOLIVARIENNE 9 septembre 2003

* Thierry Deronne est fondateur de l’École populaire de cinéma de Maracay et cofondateur de la télévision communautaire Teletambores, Maracay, Venezuela

Photos : Rassemblement chaviste Caracas 23 août 2003, Frédéric Lévêque.



Imprimer cet article





Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
9 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
1 commentaire
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07
Le Président du Mexique Andrés Manuel Lopez Obrador reçoit des menaces !
jeudi 4 - 15h12
de : JO
L’Eau, c’est la vie : la "guerre de l’eaué a telle commencé, NESTLÉ : l’escroquerie du commerce de l’eau (vidéo)
mercredi 3 - 23h10
de : nazairien
2 commentaires
"Américan Dream" Peste bubonique à Los Angeles : la Californie sur le point de devenir un État du tiers-monde
mercredi 3 - 12h32
de : nazairien
2 commentaires
Amazon : plusieurs sites bloqués par des Gilets Jaunes et des écolos
mardi 2 - 11h06
de : nazairien
1 commentaire
Vilain Villani la suite à Grenoble chez Mandrin
lundi 1er - 23h19
de : PMO viaJYP
Collège République de Bobigny : Sud-éducation dénonce un article à charge de Libération
lundi 1er - 16h17
Accidents du travail : silence des ouvriers meurent :
lundi 1er - 08h43
de : jean 1
« NOUS, LE PEUPLE DES ÉTATS-UNIS… »
lundi 1er - 06h54
de : Ernest London
Le "Tube de l’été" : "CON à voter Macron" Chanson Inédite (vidéo)
lundi 1er - 00h01
de : nazairien
2 commentaires
Acte 33, A Paris, le mouvement, qui s’essouffle, a émoussé, la "vista" de la flicaille (vidéo)
dimanche 30 - 19h09
de : nazairien
l’Acte 33 des Gilets jaunes - toujours beaucoup de monde mobilisés à Paris - (29/06/2019) (vidéos)
dimanche 30 - 17h36
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La musique exprime ce qui ne peut être dit et sur quoi il est impossible de rester silencieux. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite