Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

FSE 2003 : LICENCIEMENTS, QUELLES REPONSES, QUELLES RIPOSTES

de : Euromarches
mercredi 3 décembre 2003 - 13h56 - Signaler aux modérateurs

Pour aborder la question des licenciements, comme pour toute autre question sociale, il est nécessaire de prendre la mesure de l¹ampleur des bouleversements produits par la mondialisation capitaliste, et qui guident les politiques européennes, depuis les années 80.
Ils appellent des réponses alternatives en terme revendicatif et en terme d¹échelle des luttes, de leurs convergences, qui soient à la hauteur de ce nouvel ordre économique mondial.

Les tendances lourdes de la mondialisation :

Nous sommes face à un changement d¹échelle de l¹échange marchand.
Auparavant les entreprises se développaient sur le marché national pour ensuite s¹implanter au niveau mondial. Avec la mondialisation, elles s¹implantent d¹emblée sur le marché mondial. Les capitaux requis accélèrent la concentration, la financiarisation de l¹économie, et une déréglementation généralisée. Le capital migre vers des secteurs dont les taux de rentabilité espérés sont supérieurs à la moyenne. De nombreux marchés dans les pays industrialisés sont arrivés à saturation et ne connaissent plus que des croissances faibles. On assiste à des mesures radicales de réorganisation des entreprises, par des processus de fusion/absorption, de filialisation, et de sous-traitance. Les licenciements deviennent la principale variable d¹ajustement pour le capital et ne coûtent pas cher au patronat (un plan social est amorti en 12 ou 14 mois. Les caractéristiques dominantes de ce nouvel ordre économiques sont :

- Extension des groupes avec un nombre croissant d¹entreprises contrôlées par ces groupes. En France, 650 sociétés cotées en Bourse contrôlent 7000 filiales.
- Concentration financière d¹un côté et déconcentration productive de l¹autre. Tous les secteurs sont touchés et pas uniquement ceux utilisateurs de travail faiblement qualifié comme le secteur textile. En France, on constate une augmentation des établissements de moins de 500 et de moins de 200 salarié(e)s. En 2001, 58 % des salariés de l¹industrie travaillent dans des établissements de moins de 50 salariés.
- Eclatement du salariat par la multiplication des statuts (cf. Chantiers navals, plate-formes aéroportuaires), des emplois précaires et le chômage.
Le modèle des années 70, de l¹entreprise homogène, avec son patronat de « proximité », des salariés à statut unique n¹est plus le modèle dominant. Cela impose une transformation de la stratégie des organisations syndicales fondée sur ce modèle antérieur.

Inverser la logique libérale, mettre les licenciements hors la loi, reconstruire une mobilisation unifiée du salariat :
Quatre grands principes :
1/ Le travail n¹est pas une marchandise.
2/ Du Nord au Sud, les salarié(e)s n¹ont pas à faire les frais des conséquences sociales de la course internationale aux parts de marchés, au profit, et aux dividendes exponentiels.
3/ Il n¹y a pas d¹égalité sociale sans autonomie garantie pour chacun, pas d¹autonomie sans garanties effectives du droit à l¹emploi pour toutes et tous.
4/ Partage des richesses et des gains de productivité au profit des salariés.

Tous les licenciements sont socialement illégitimes, une alternative est possible :
Tous les licenciements qu¹ils soient collectifs ou individuels (ces derniers, en constante augmentation, sont en réalité des licenciements économiques déguisés), qu¹ils soient de « convenance boursière » ou pour toutes autres raisons (erreur patronale de stratégie, liquidation judiciaire, délocalisation, etc.)doivent être frappés d¹interdiction et le droit à l¹emploi reconnu effectivement comme un droit absolu (cf. Le préambule de la Constitution de 1958. Le chômage ne serait alors que résiduel.

Pour un statut professionnel permanent :
Le principe est de déconnecter le statut de salarié de l¹emploi occupé à un instant T. Le patronat est le débiteur collectif du droit à l¹emploi et doit financer les nouvelles garanties sociales attachées à ce droit absolu.
1/ soit les salariés se voient proposer un nouvel emploi dans l¹entreprise, dans le groupe, ou dans la branche.
2/ En cas d¹attente entre deux postes, les salariés doivent être rémunérés intégralement ou bénéficier d¹une formation payée intégralement.
3/ Un fonds de mutualisation patronal devra financer ses garanties sociales de façon à ce que les salariés des petites comme les grandes entreprises bénéficient des mêmes droits. On peut imaginer des fonds professionnels et interprofessionnels abonder par le patronat collectivement. Ce système existe déjà pour les salariés licenciés d¹entreprises en faillite, également en cas d¹accidents du travail, et maladies professionnelles.

Ces réponses alternatives à la liberté de licencier des entreprises bouleverseraient totalement le système actuel. En effet, au lieu d¹un système d¹indemnisations chômage essentiellement payé par les cotisations des salariés, ce sont les employeurs qui financeraient ce nouveau statut du salarié.

4/ Pour les personnes à la recherche d¹un premier emploi, il faudrait instituer un revenu garanti en attendant la première entrée sur le marché du travail.

5/ L¹exigence dune réduction massive du temps de travail, mais sans flexibilité, avec maintien du salaire et avec embauches correspondantes, reste à l¹ordre du jour, même si les sociaux-libéraux ont en partie discrédité cette revendication.

6/ Les emplois précaires comme ceux à temps partiel contraint, majoritairement imposés aux femmes, doivent être transformés en CDI à la demande des salarié(e)s. De manière générale, le CDI à temps plein devrait redevenir la norme pour tous.

Il faut rompre avec les politiques libérales d¹exonérations et de baisse des charges en faveur du patronat, qui n¹ont ni empêcher les licenciements ni créer massivement des emplois. Quant au bilan des dispositifs de « reclassement », il est édifiant. Un an après un licenciement économique, 60 % des salariés sont encore au chômage, 15 % occupent un emploi précaire, 15 % seulement ont un emploi en CDI, et surtout cinq ans après on dénombre 36 % de personnes encore sans emploi.

Unification des luttes des salariés et des chômeurs

Au-delà des luttes de résistance face aux attaques contre les droits des chômeurs qui sévissent partout en Europe, l¹enjeu est de reconstruire des réponses alternatives communes afin d¹imposer une autre logique que celle de la mondialisation libérale.
Au niveau européen, les droits sociaux doivent être tirés vers le haut. Par exemple, la revendication d¹un SMIC européen à hauteur de 50 % du PIB de chaque pays, limiterait le dumping social.

Le niveau de nos luttes doit être en rapport avec celui où se situent les réelles prises de décisions économiques et politiques. Dans chaque pays, il est nécessaire de construire des fronts de lutte élargis, qui aillent au-delà des murs de l¹entreprise, et au-delà du cadre national.
Le mouvement altermondialiste doit s¹emparer des questions sociales et les mouvements sociaux nationaux doivent se lier au mouvement altermondialiste.

Catherine Lebrun (G10/SOLIDAIRES)

Euromarches
 www.euromarches.org


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
Exemple.
lundi 17 mai
de jy.D
1 commentaire
Après le vote du PCF, un appel des « Communistes insoumises et insoumis »
lundi 17 mai
de Communistes insoumises et insoumis
5 commentaires
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite