Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Lettre ouverte à Michel Onfray

de : Pierre Robes (Castres)
vendredi 16 février 2007 - 23h54 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

La diatribe haineuse que vous signez sur votre blog (Coco, boulot, dodo – visible sur Bellaciao) ne mériterait pas de réponse si vous étiez resté un obscur philosophe (ou universitaire) comme tant d’autres, plongé dans la recherche, dans le travail, les publications … Notre société médiatique raffolant désormais de certains philosophes « médiatiques », faussement contestataires de l’ordre établi et en réalité baudruches médiatiques, pérorant dans les journaux de l’ordre établi, dont vous faites partie, Michel Onfray, ce billet mérite donc une réponse.

 Permettez d’abord que je limite mon propos à deux ou trois exemples seulement, mais une réfutation complète mériterait plusieurs pages tant les approximations et contrevérités émaillent ce papier.

Je laisserai à d’autres le soin de vous répondre (certains l’ont déjà fait …) sur d’autres points de votre petit pamphlet. Néanmoins, je voudrais juste souligner à celui qui donne des leçons de « purisme » au PCF qu’il est aussi l’auteur du fameux : "On peut donc être, ce qui est mon cas, antilibéral et défenseur du capitalisme." Le même trouve incongru que le PCF participe aux luttes et soit, dans le même temps, amené à participer à la gestion des affaires du pays… Comprenne qui pourra.

Revenons à l’histoire, si vous le permettez. Ça commence fort, d’ailleurs.

 Vous écrivez, Michel Onfray : « Les Communistes auraient pu profiter de subventions de la CIA et des Etats-Unis tant leur rôle contre-révolutionnaire est avéré dans le XX° siècle… » Affirmation tellement imbécile qu’on en oublierait presque l’incongru paradoxe : qui d’autres que les communistes, en ce siècle (et les mouvements progressistes du Tiers Monde, voire parfois les mouvements de libération nationale) ont lutté pour la révolution, pour l’abolition du capitalisme, pour le socialisme ? Quiconque a fréquenté un peu les livres d’histoire (sérieux) sait le rôle contre-révolutionnaire des Etats-Unis et celui des subsides de la CIA pour précisément combattre sans répit les organisations révolutionnaires, les syndicats de classe, les Partis communistes (ou jugés proches).
 Sur le pacte germano-soviétique, je ne développerai pas, mais j’invite le lecteur curieux d’histoire à lire les auteurs notamment anglo-saxons qui ont renouvelé l’étude de cette période, notamment Goeffrey Roberts, Scott Newton, Gabriel Gorodetsky ou Michael J. Carley (ces deux derniers traduits en français – voir les références sur google) : pour aller vite, ils nuancent fortement la responsabilité de Staline et des dirigeants soviétiques, archives à l’appui, dans cette affaire, largement contraints à ce (tragique) pacte. Carley écrit notamment : « La source de l’échec de la coopération anglo-franco-soviétique contre le nazisme fut l’anticommunisme. Le dilemme guerre-révolution était la théorie dominante officielle et officieuse des décideurs politiques franco-britanniques à propos de l’URSS pendant l’entre-deux-guerres ». Il ajoute, sans minimiser la responsabilités des soviétiques, que « la crise de Munich et l’échec des négociations anglo-franco-soviétiques en 1939 conduisirent directement au pacte de non-agression germano-soviétique. »

Comme tant d’autres « idiots utiles » de la bourgeoisie, Michel Onfray, vous en rajoutez dans l’abjection pour renforcer votre propos anticommuniste. Ainsi, du rôle des communistes dans la guerre et dans la résistance.

1) à propos de la demande de reparution de « l’Humanité » en juin-juillet 1940.

 Vous écrivez, Michel Onfray : « Le PCF n’a pas trahi les ouvriers, cher Maurice, quand, de conserve [sic !] avec Maurice Thorez et Jacques Duclos, il négocie avec Otto Abetz en 1940 l’autorisation pour « L’humanité » de reparaître sous régime d’occupation nazie et que, pour ce faire, certains de ses émissaires jouent de la corde antisémite commune avec les nationaux-socialistes pour obtenir ce droit à revenir dans les kiosques… »

L’accusation insidieuse d’antisémitisme (puisée dans un article du « Monde » rendant compte d’un ouvrage de deux historiens – Pennetier et Besse – sur la demande de reparution de « l’Huma ») est intellectuellement malhonnête, sauf à considérer les notes de Tréand (en partie scandaleuses et complaisantes à l’égard de l’occupant) comme la ligne du PCF, ce qu’elle n’étaient en aucune manière. Nous abordons ce point un peu plus loin.

Beaucoup omettent complètement le contexte de l’époque pour « exécuter » le PCF et ses dirigeants de l’époque. Faut-il rappeler que le PCF était interdit depuis septembre 1939, que ses militants étaient poursuivis par le gouvernement de Daladier puis par les traîtres de Vichy, ou mobilisés, son appareil désorganisé, éclaté en plusieurs « centres », directions régionales, Paris, Bruxelles et Moscou (ou s’était réfugié Thorez). Ceci dit, il ne faut pas éluder le sujet. Cette démarche résulte de l’idée (totalement illusoire) de l’Internationale communiste et de la direction du PCF qu’un espace de légalité demeurait accessible au début de l’Occupation.

Thorez et Dimitrov adressèrent de Moscou un télégramme, le 22 juin 1940 à Bruxelles, d’où Eugen Fried était supposé assurer la liaison avec les dirigeants communistes clandestins en France (dont Duclos). Il m’apparaît utile pour connaître quelle était la ligne alors du PCF de citer assez longuement des extraits de ce télégramme : « Désastres militaires subis et occupation France provoquent souffrances et indignations illimitées [des] masses. La banqueroute bourgeoise et socialiste est totale. Indispensable expliquer peuple cette banqueroute, démasquer trahison bourgeoisie, ses partis, politiciens, démasquer leurs responsabilités pour guerre, désastres militaires, occupation France, afin détruire chez peuple derniers restes de confiance envers eux. Indispensable expliquer et démontrer par les faits que seulement classe ouvrière dirigée par parti communiste est capable réaliser unité de la nation en puissant front défense [de] ses intérêts vitaux et de lutte contre le joug étranger pour une France indépendante et réellement libre. […] Déjouant les provocations et évitant actions prématurées, néanmoins indispensable soutenir et organiser résistance masses contre mesures violence, spoliations, arbitraire envers peuple de la part de envahisseurs. Soulevez haine des masses contre Chiappe et tous les autres agents des envahisseurs. Indispensable organiser travail correspondant parmi armée [d’]occupation et utiliser tout contact population civile avec soldats allemands pour les inciter renoncer commettre actes violence et leur faire comprendre que assujettissement peuple français est contraire [aux] véritables intérêts peuple allemand. […] Utilisez moindre possibilité favorable pour faire sortir journaux syndicaux, locaux, éventuellement Humanité, en veillant [à ce] que ces journaux restent sur ligne défense intérêts sociaux et nationaux peuple et ne donnent aucune impression solidarité avec envahisseurs ou leur approbation. […] Au cas où membres du Parti, conseillers municipaux ou responsables syndicaux ou des comités d’aide, travailleraient légalement ou semi-légalement, éviter tout ce qui pourrait donner impression solidarité avec envahisseurs » « Dans toutes les conditions, les communistes doivent rester avec peuple et marcher toujours aux premiers rangs dans sa lutte libératrice. » [Télégramme Paul (Dimitrov) et Stern (Thorez), pour Bruxelles et Londres, Moscou, 22 juin 1940, Moscou-Paris-Berlin, p. 240-242, citation, p. 240.]

Ces quelques lignes sont sans équivoque sur les erreurs graves commises par Tréand, lors de la demande de reparution légale de « l’Huma ». En d’autres termes, Tréand (et Duclos ?) se sont fourvoyés dans cette démarche, en s’éloignant assez nettement des consignes de l’Internationale. Cette démarche n’engage donc pas la direction du PCF mais quelques dirigeants isolés, voire manipulés, dans un contexte particulièrement troublé. Ces négociations se sont déroulées de plus sans contact avec l’IC (Bruxelles ou Moscou). L’historienne Annie Lacroix-Riz le confirme de manière catégorique : « Quoiqu’il en soit, dans un télégramme du 7 août à Fried, Dimitrov et Thorez dénoncèrent Robert Foissin, qui avait servi d’« intermédiaire dans les négociations de Catelas et de Tréand avec Abetz en juillet-août 1940 » : « Attitude avocat Foissin révèle être agent occupants. » Ce texte dénonçait aussi nettement les « manœuvres […d’]Abetz et ses agents » et fixait une « règle de conduite » antiallemande en 8 points, dont le premier stipulait de : « Repousser catégoriquement et condamner comme trahison toute manifestation solidarité avec occupants. Éviter articles pourparlers qui auraient signifié solidarité avec occupants, approbation ou justification de leurs actes ».(…) » [ Annie Lacroix-Riz, « Le PCF entre assaut et mea culpa : juin 1940 et la résistance communiste », consultable sur son site internet et sur Bellaciao (vendredi 16 février)].

Une analyse historique rigoureuse de cet épisode vous eut peut être évité, Michel Onfray, de divaguer gravement dans votre article.

 Il est vrai que vous faites pire par ailleurs, en commettant à plusieurs reprises des infamies, la pire étant celle-ci « (…) le Parti Communiste Français, qui a commencé par revendiquer et s’approprier tous les fusillés et la plupart des résistants français alors qu’il collaborait avec le régime nazi. »

2) PCF = collabo ?

 Cette ignominie est, il faut bien le dire, digne de l’extrême droite (et de certains historiens faussaires) – mais elle témoigne hélas de la tragique dérive droitière de certains intellectuels que la haine du communisme aveugle. Tout est faux dans cette affirmation.
 Le PCF n’a jamais revendiqué tous les fusillés (« le parti des fusillés » indiquait simplement qu’il avait payé le plus lourd tribut à l’occupation nazie et à ses supplétifs de la collaboration). Le PCF, au cours de son histoire, a souligné à la fois la diversité des forces de la Résistance, et la place –incontournable- des siens dans ce combat. Aragon a illustré combien la Résistance était l’idéal et le combat communs de « celui qui croyait au ciel et celui qui n’y croyait pas ». Dans tous les départements de notre pays, la liste des milliers de militants communistes tués par l’occupant, soit les armes à la main, soit comme otages, soit comme déportés devrait interdire à toute personne faisant preuve d’un minimum d’honnêteté intellectuelle vos odieuses affirmations, Michel Onfray.
 Danielle Casanova, Manouchian, Politzer, Gabriel Péri, Guy Môquet, Jean-Pierre Timbaud, Jacques Decour et tant d’autres ont payé de leur vie leur engagement de communistes. La lecture des « lettres de fusillés » (édités par Messidor en 1985) en est un des bouleversants témoignages.
 Je pense ici à ces hommes et ces femmes admirables, courageux et anonymes, qui tel Wladsilas Krawczyk, mineur polonais, militant de la MOI, tué par les nazis, le 13 juillet 1944, jour de la grève patriotique des mineurs de Carmaux, après avoir pris la parole devant des centaines de grévistes rassemblés et défiant l’occupant. Pour tous ceux-là, vous n’aviez pas le droit, Michel Onfray d’écrire cela. Il n’y a rien dans l’histoire de notre pays qui puisse étayer l’odieuse calomnie d’une collaboration entre communistes et nazis. Au contraire, entre les nazis (et leurs supplétifs) et les communistes, il y a un abîme, il y a le sang des héros, des martyrs. Malgré ses erreurs, le PCF n’a pas usurpé le nom de « parti des fusillés ».

Michel Onfray, vous êtes rangés désormais dans les rangs des faussaires et des chiffonniers de l’histoire.

 Pour celles et ceux que l’histoire intéresse, je vous conseille la lecture de deux ouvrages d’une historienne française, Annie Lacroix-Riz, qui éclairent à la fois sur le climat idéologique qui domine aujourd’hui dans l’université française et sur le contexte de l’entre-deux-guerres et les choix des élites françaises dans les années 30 (ceux qui ont préféré Hitler au Front Populaire …).
 l’histoire contemporaine sous influence, Le Temps des cerises, 2004.
 Le choix de la défaite, Armand Colin, 2006.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Lettre ouverte à Michel Onfray
17 février 2007 - 01h23

il faut etre francs. nous payons, nous, militants communistes du parti communiste (car il y a au moins autant de communistes à l’exterieur du parti que dans) notre heritage qui, c’est vrai, est entaché de massacres, de trahisons, d’états policiers, de repression. pourquoi le nier ? des dizaines de milliers de communistes ont rendu leur cartes à cause de ça. à chaque massacre soviétique soutenu implicitement par notre parti (prague, budapest), nous subissions une hemoragie plus ou moins compensée à l’époque par de jeunes recrues. ça n’a duré qu’un temps. nous avons travesti jusqu’à l’histoire comme quand nous enjolivions le role des communistes espagnols qui ont en fait trahi la revolution espagnole, aidé en cela par les sicaires envoyés par moscou pour assassiner ou torturer les leaders des autres composantes revolutionnaires qu’étaient les anarchistes et les trotskystes.
nous avons été, c’est vrai, en dessous de tout. et le sang versé par d’honnétes militants de base dans la resistance ne pouvait masquer longtemps tout le reste.
tout une génération de militants nous en veut pour ça. nous etions autoritaires, prompts à exclure ceux d’entre nous qui osaient hier critiquer ce qui se passait à l’est. nous payons encore la note.
et ce n’est pas nos derniéres participations calamiteuses aux derniers gouvernement de gauche plurielle qui vont nous aider à retrouver de la crédibilité.
si nous voulons que ces critiques s’estompent, il nous faut retrouver la confiance d’une part important du mouvement social qui reste plus que mefiante à notre egard. crier à l’anticommunisme ne sert à rien. nier des faits historiques ou les minorer non plus.
nous avons merité cette defiance. il a fallut que le mur de berlin tombe pour que nous précipitions enfin vers un devoir d’inventaire. mais c’était un peu tard.
si demain, avec un score derisoire, nous nous couchons devant le ps pour quelques strapontins, c’en sera finit de nous. bien sur, nous sauverions ainsi quelques postes, un groupe parlementaire.
mais politiquement, nous serions presque morts.
c’est à nous de surmonter cette passe difficile et de faire du pc un parti de combat pour la classe ouvriére, de le rendre credible par notre discours et surtout par nos actes.
j’ai participé en tant que commmuniste à un comité antilibéral. et c’est vrai que l’on a mobilisé un peu les copains pour faire nombre. avec le recul, je le regrette car nous avons perdu la confiance de certains militants de terrain qui s’étaient rapprochés de nous, reveillant ainsi le fantasme d’un pc autoritaire et manoeuvrier.
c’était une erreur. et pas mal de copains partagent ce constat.
marie georges est une des plus brillantes représentantes que nous ayons eut depuis de nombreuses années. au dernier debat télé (si on peut appeler ça un debat), entouré de bové et du vicomte de vendée, elle a montré ses capacités. josé bové a montré lui ses limites.
souhaitons que bové se range derriére nous bientot. nous avons aussi besoin de militant comme lui dans le mouvement social meme si son fond anar le rend mefiant des communistes.
evitons les insultes. rapellons nous que ce qui nous separe est infime par rapport à ce qui nous rapproche. on est était bien content tous au soir du referendum, non ?



Lettre ouverte à Michel Onfray
17 février 2007 - 02h00 - Posté par

 Sur la guerre d’Espagne, je ne serai pas aussi catégorique que toi : l’histoire ce n’est pas "Land and freedom"... Les historiens qui ont publié récemment (je pense à R. Skoutelsky, qui est plus p)roche politiquement de la LCR que du PCF) sur le sujet (thèse sur les Brigades Internationales) remettent en cause un certain nombre de légendes comme celles sur André Marty (injustement calomnié sur son rôle de commissaire politique). Donc je ne noircirais pas le tableau comme tu le fais sur le rôle des communistes dans la guerre d’Espagne qui a été bien plus utile à la République et au Front Populaire que ceux qui brûlaient des curés et des bonnes soeurs dans les églises ...
Quant à la participation gouvernementale (1997-2002), le bilan n’est pas bon, il est même, dans certains domaines (économique, questions européennes ...) catastrophique pour notre peuple. Ce qui explique le score désastreux de Robert Hue en 2002. Ceci dit, il est quand même pour le moins gonflé, M. Onfray (qui s’est un temps rallié à Ségolène) de nous faire la leçon sur la gestion entre 1997 et 2002 : ses amis sociaux-démocrates tenaient quand même les cordons de la bourse à l’époque !

PR


Lettre ouverte à Michel Onfray
17 février 2007 - 02h38 - Posté par

c’est vrai que onfray en rajoute. mias sur le fond, il se base sur des verités. quand à l’espagne, je te rassure, mon avis et mes conclusions ne sont pas le fruit du vsisionnement de land and freedom mais d’une recherche historique.
les anars de la cnt avec un million d’adhérents etait la principale composante revolutionnaire. ils étaient le moteur de la revolution en espagne. reduire leur role à la destruction d’eglise, c’est faire preuve d’une meconnaissance des faits historiques. le parti communiste était groupusculaire. et sa propagande était plutot réac, voulant ainsi capter l’adhesion des petits propriétaires, des commerçants refusant les collectivisations. c’est le parti communiste qui a tout fait pour freiner le mouvement collectiviste. aprés, il y a le chantage à l’armement. il fallait donner plus de pouvoir au parti pour que moscou envoie des armes. peu d’armes viendront de moscou en fait et seront chérement payées, le stock d’or de la banque d’espagne ayant été volé et rapatrié sur moscou.
passons aussi sur les tortures et assassinats commis par les agents de la gpu venus pour liquider, entre autres les trotskystes du poum.
vraiment, on peut dire que le mouvement revolutionnaire espagnol se serait bien passé du parti communiste et de l’aide "desinteressée" de l’urss.
ça n’enleve rien aux courage et l’honneteté des gars de base, comme mon grand pere maternel ayant combattu dans les brigades internationales. mais cela ne suffit pas à faire oublier tout le reste.
marty était bien un commissaire politique et était au courant de ce qui se tramait, connaissait les manoeuvres des "services", leurs assassinats politiques.
les brigaes internationales, ce n’était pas que le brave militant de base qui s’engage pour la revolution espagnole par solidarité. c’était aussi le commissaire politique stalinien, c’était aussi le russe blanc déraciné et exilé à paris s’engageant en espagne pour s’acheter un visa de retour (et qui finit quand meme au goulag).
bref, pas de quoi pavoiser. il faut regarder notre histoire dans les yeux et ne pas se mentir en se gargarisant de faux ou de films de propagande style mourir à madrid de rossif.


Lettre ouverte à Michel Onfray
17 février 2007 - 17h59 - Posté par

Quand à l’histoire Espagne -france + OR,lire encore une fois (plusieurs l’ont recommandé ) "le choix dela défaite" de l’historienne Annie Lacroix Ritz ! Les archives croisées ont révélé bien des contre vérités même stupéfiantes ! Il faut lire pour comprendre le contexte et l’histoire . En découvrant ceci j’ai retrouvé du sens à l’evenement et au veritable deroulement (dissimulé) par rapport à l’histoire de cet OR déposé en France ! par rapport au pacte germano-sovietique . Allez sur le site de cette historienne qui donne d’autres references d’historiens etrangers , des archives ouvertes 60 ans après ! c’est passionnant .
Qu’est ce qu’on peut être roulé dans la farine en restant dans l’ignorance ! en fait l’histoire n’est pas simple ! a plus forte raison celle des communistes qui presentent heureusement une diversité ... comme toute catégorie ... AC


Lettre ouverte à Michel Onfray
17 février 2007 - 11h33

communiste libertaire, j’apprécie certaines critiques de Michel Onfray contre celles et ceux qui partagent mes idées (cf gardiens du temple) et pourtant ne suis pas maso.
libre à nous de ne pas tout prendre comme argent comptant et de construire ensemble dans la diversité une alternative libertaire écologiste socialiste dans la joie et la bonne humeur .







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite