Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 mars
de Info’Com-CGT
Le syndicat Info’Com-CGT (prolongement de l’historique syndicat des typographes, la Chambre Syndicale Typographique Parisienne) est heureux de vous convier à fêter ses 180 ans. Une telle continuité syndicale unique est due, à son animation, des décennies durant, par des militantes et militants CGT qui ont à cœur de lutter pour l’émancipation sociale des travailleurs et travailleuses. Un tel anniversaire tombe à pic pour réaffirmer notre attachement à un syndicalisme (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Un piège à cons
de : Uri Avnery
vendredi 27 juillet 2007 - 22h20 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 2.7 ko

de Uri Avnery

DANS UN WESTERN américain classique, le manichéisme est aussi éblouissant que le soleil de midi au Colorado : il y a les bons et les méchants. Les bons sont les colons, qui font fleurir la plaine. Les méchants sont les Indiens, qui sont des sauvages assoiffés de sang. Le héros de la fin est le cowboy, rude, humain, qui a un gros revolver, ou deux, prêt à se défendre à tout instant.

George Bush, qui a grandi avec ce mythe, colle à lui encore aujourd’hui, alors qu’il dirige la seule superpuissance mondiale. Cette semaine, il a présenté au monde un western dernier cri.

Dans ce western - ou plutôt middle-eastern - il y a aussi des bons et des méchants. Les bons sont les "modérés", qui sont les alliés des Etats-Unis au Moyen-Orient - Israël, Mahmoud Abbas et les régimes arabes pro-américains. Les méchants sont le Hamas, le Hezbollah, l’Iran, la Syrie et al-Qaïda.

C’est un scénario simple. Tellement simple que même un enfant de huit ans peut le comprendre. Les conclusions aussi sont simples : les bons doivent être soutenus, les méchants doivent mordre la poussière. A la fin, sous le soleil couchant, le héros, - George lui-même - chevauchera son noble coursier, pendant que la musique jouera crescendo.

LE WESTERN CLASSIQUE, bien sûr, ne nous montre pas les héroïques pionniers volant la terre des Indiens. Ou la cavalerie des Etats-Unis attaquant les camps indiens, brûlant les tentes et tuant leurs habitants, hommes, femmes et enfants. Comment le gouvernement américain, après avoir signé des traités formels avec les nations indiennes, les a violés l’un après l’autre. Et comment il a conduit les survivants dans des régions désolées, longtemps avant que le terme "nettoyage ethnique" soit utilisé pour la première fois.

Le déni traverse le western classique comme un fil rouge, comme il traverse ce discours de Bush. Il trouve sa principale expression dans un fait très simple : l’occupation est à peine mentionnée.

Dans la communauté palestinienne, par exemple, il y a une lutte entre les "modérés" et les "extrémistes". Les extrémistes sont des tueurs. Pourquoi sont-ils des tueurs ? Il n’y a pas de pourquoi. Ils sont des tueurs parce qu’ils sont des tueurs. C’est dans leur nature. Ils sont nés ainsi. Les modérés sont modérés parce qu’ils sont modérés. Certaines personnes naissent tout simplement bonnes.

Ainsi tout le problème est un problème palestinien. Et les Palestiniens doivent décider. Ils doivent choisir entre les modérés et les extrémistes. S’ils choisissent les modérés, ils obtiendront tout ce qu’ils veulent : des colliers de perles colorées et des bouteilles de whisky. S’ils choisissent les extrémistes, leur fin sera amère.

Les Israéliens juifs n’ont pas à choisir entre les bons et les méchants. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il n’y a pas de méchants parmi eux. Ils sont simplement bons. Ils doivent aider les bons Palestiniens. "Libérer" les taxes palestiniennes et les donner au "Premier ministre (Salem) Fayad". Pas au gouvernement palestinien, mais à une personne nommément désignée, le chouchou de Bush.

Qu’est-il demandé d’autre aux Israéliens ? Ils doivent comprendre que leur "avenir se situe dans des zones en développement comme le Negev et la Galilée - et non dans une occupation continue de la Cisjordanie". (c’est la seule et unique fois que l’occupation est mentionnée). Ils devraient démanteler les avant-postes non autorisés et mettre fin à l’extension des colonies. Ils pourraient aussi "trouver d’autres moyens pour réduire leur présence (en Cisjordanie) sans réduire leur sécurité". Ce qui signifie : l’occupation peut continuer, mais ce serait bien si nous prenions des mesures pour la rendre moins visible.

Il y a longtemps, les Etats-Unis considéraient toutes les colonies illégales. Quand le gouvernement israélien a continué de les étendre, James Baker, Secrétaire d’Etat de Bush père, imposa des sanctions financières à Israël. Bush fils au début exigea que toutes les colonies établies après janvier 2001 soient démantelées. Plus tard, il retira toute opposition aux blocs de colonies ("centres de population"). Dans la "feuille de route" il décréta qu’Israël devait immédiatement geler l’extension des colonies. Aujourd’hui il se contente d’une demande moralisatrice de "détruire des avant-postes non autorisés" (sans l’article défini) - c’est-à-dire quelques-uns seulement de ceux qui se sont installés sans autorisation officielle du gouvernement israélien lui-même. Tout ceci sans la moindre mention de sanctions.

Ces dernières années, un seul avant-poste de ce genre, Amona, a été démantelé, et cette semaine Ehoud Olmert a décidé d’absoudre tous les fanatiques accusés d’avoir attaqués la police pendant ce démantèlement. Le gouvernement israélien sait que Bush n’a fait cette demande que pour la forme et ne le prend pas au sérieux.

DANS BEAUCOUP de westerns classiques, un escroc vend un remède pour guérir toutes les affections : maux de tête, hémorroïdes, tuberculoses et syphilis. George Bush a son propre médicament, qui revient sans cesse dans le discours. Il guérira toutes les maladies et assurera la victoire finale aux Fils de la Lumière sur les Fils des Ténèbres.

L’étiquette sur la bouteille indique "Construction des institutions palestiniennes".

Comment n’y avions-nous pas encore pensé jusqu’à présent ? Pourquoi avions nous cherché toutes sortes de solutions sans trouver celle-ci, si simple, qui était sous nos yeux ?

C’est l’œuf de Colomb, avec une touche d’épée d’Alexandre le Grand tranchant le nœud gordien. Les Palestiniens n’ont pas d’institutions. Les deux personnes de bien, le "Président Abbas et le Premier ministre Fayad... se démènent pour construire les institutions d’une démocratie moderne". C’est-à-dire : "services de sécurité... ministères qui fournissent des services sans corruption... mesures qui libèrent l’initiative des Palestiniens... l’état de droit..."

Tout ceci sous occupation, derrière des barrages routiers, murs et barrières, alors que les routes principales sont interdites aux Palestiniens, que la Cisjordanie est coupée en morceaux et isolée du reste du monde. Incidemment, pour cette question, Bush a un autre remède : toutes les exportations palestiniennes se feront à l’avenir par la Jordanie et l’Egypte et pas par Israël.

Pour réaliser la vision de la "construction des institutions palestiniennes", Bush envoie son caniche. Selon Bush, la seule tâche de Tony Blair est en réalité celle-ci : "coordonner les efforts internationaux pour aider les Palestiniens à mettre en place durablement les institutions d’une société libre et forte. » (A l’instar de quels pays par exemple ? l’Egypte ? L’Arabie Saoudite ? La Jordanie ? Le Pakistan ? Le Maroc ? Ou peut-être même l’Irak ?)

Espérons que personne n’est assez malappris pour mentionner le fait que les Palestiniens ont tenu des élections législatives démocratiques, il n’y a pas si longtemps, sous l’étroite supervision de l’ex-président Jimmy Carter. Pour ce qui est de Bush, cela n’a tout simplement pas existé, puisque la majorité du peuple a voté pour le Hamas. En conséquence, Bush ne mentionne que les élections qui ont eu lieu auparavant, celles qui portèrent Mahmoud Abbas à la présidence, pratiquement sans opposition. Tout autre chose a été effacé de l’histoire.

Voici la toute dernière "vision" : des "institutions palestiniennes démocratiques » seront en place, sans corruption (comme aux Etats-Unis et en Israël), et "des forces de sécurité compétentes" fonctionneront, et le Hamas sera éliminé, et les groupes seront démantelés, et tous les attentats contre Israël seront stoppés, et la sécurité d’Israël assurée, et les appels à la violence contre Israël prendront fin, et tout le monde reconnaîtra le droit d’Israël d’exister en tant qu’"Etat juif et patrie du peuple juif", et tous les accords signés par le passé seront acceptés - alors "nous pourrons bientôt commencer des négociations sérieuses pour la création d’un Etat palestinien." Super !

Quelle phrase merveilleuse ! "Bientôt" - sans calendrier. "Des négociations sérieuses" - sans fixer de date pour leur conclusion. "Un Etat palestinien (là encore, sans l’article défini, que Bush semble détester) - sans frontières déterminées. Mais un indice est donné : "des frontières acceptées mutuellement tenant compte des lignes précédentes et des réalités actuelles, et des ajustements acceptés des deux côtés." C’est-à-dire : les blocs de colonies, et plus encore, seront annexés par Israël.

C’EST COMME si les auteurs du discours, après avoir fini leur texte, s’étaient aperçu que celui-ci était lamentablement dénué de contenu. Rien de nouveau, rien qui puisse inciter un journal qui se respecte d’en faire un gros titre.

J’imagine le conseiller en communication disant : "Monsieur le Président, nous devons ajouter quelque chose qui fasse nouveau". C’est ainsi qu’est née la "conférence internationale".

"Ainsi j’appellerai à une conférence internationale cet automne avec des représentants de nations qui soutiennent la solution des deux Etats, rejettent la violence, reconnaissent le droit d’Israël d’exister, et s’engagent sur tous les accords précédents entre les parties. Les principaux participants à cette conférence seront les Israéliens, les Palestiniens, et leurs voisins dans la région. La Secrétaire d’Etat Rice présidera la rencontre."

Merveilleux. Une conférence qui n’a pas encore de date, mais aura lieu une saison de l’année. Et pour laquelle aucun lieu n’a encore été fixé. Et aucune liste de participants. Et pas de conclusions prévues, si ce n’est une déclaration générale : "Elle (Condoleezza) et ses homologues examineront les progrès qui ont été faits en ce qui concerne la construction des institutions palestiniennes. Ils rechercheront les voies innovantes et efficaces pour soutenir la future réforme. Et ils apporteront leur soutien diplomatique aux parties dans leurs discussions et négociations bilatérales, de façon que nous nous engagions avec succès sur la voie d’un Etat palestinien." La conférence n’examinera pas les progrès faits en matière de démantèlement des avants-postes, par exemple.

Ce n’est pas un hasard si Bush a omis de citer les gouvernements qu’il a l’intention d’inviter. Il est clair qu’il essayera de remplir un des rêves les plus chers d’Olmert : rencontrer publiquement un haut représentant de l’Arabie Saoudite. Pour Olmert, ce serait un immense succès : une rencontre officielle avec le plus important pays arabe qui n’a pas d’accord de paix avec Israël. Une rencontre pour laquelle il n’aura aucun prix à payer. Un repas gratuit.

Il y a peu de chances que ce désir soit satisfait. Les Saoudiens sont très prudents. Ils ne veulent se disputer avec personne dans la région - pas avec la Syrie (qui ne sera pas invitée quoique "voisine" des Israéliens et des Palestiniens) et pas avec le Hamas. Contrairement à l’Egypte, à la Jordanie et à l’Autorité palestinienne, l’Arabie saoudite ne peut pas être soudoyée. Elle a assez d’argent par elle-même.

L’OBJECTIF final est un "Etat palestinien", la "solution des deux Etats". C’est un objectif très lointain. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle "horizon politique", puisque l’horizon, comme on le sait, recule quand on essaie de s’en approcher.

Dans son poème "Si", Rudyard Kipling décrit tous les tests qu’un jeune anglais doit satisfaire pour être considéré comme un "homme". L’un d’eux est : "Si tu peux supporter d’entendre tes paroles / travesties par les gueux pour mieux piéger les sots..." (traduction essentiellement empruntée à André Maurois - ndt)

Nous, petit groupe d’Israéliens qui avons porté le drapeau de la "solution des deux Etats" depuis plus de cinquante ans, devons aujourd’hui supporter de le voir transformé en chiffon par George Bush pour couvrir sa nudité. Dans sa bouche, c’est un slogan vide, trompeur et mensonger. Seul un idiot peut tomber dans ce piège.

Comme l’a dit un jour Chaim Weizmann, important dirigeant sioniste et premier Président d’Israël : "Aucun Etat n’est donné à un peuple sur un plateau d’argent." Les Palestiniens non plus n’obtiendront pas leur Etat sans lutte, ni comme bakchich de Bush ni comme un "geste" d’Olmert. Les nations parviennent à la liberté par la lutte politique ou militaire. Toute lutte, violente ou non-violente, est une question de pouvoir.

Et le pouvoir signifie avant tout : Unité.

Uri Avnery*

21 juillet 2007

[Traduit de l’anglais "A Trap for Fools" : SW]

*Uri Avnery est cofondateur de Gush Shalom, (Bloc de la Paix), mouvement israélien qui milite pour la paix et la création d’un État palestinien.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Un piège à cons
27 juillet 2007 - 22h46

bravo pour cette traduction !
j’avais lu l’article en anglais sur le site de gush-shalom...que je recommande vivement aux amis de Bellaciao...et aux autres anicolonialistes et militants pour la fin de l’occupation de la Palestine...
Cidrolin.






Bonne nuit les petits
samedi 23 - 11h09
Dans une démocratie on parle d’élection pas de répression !!!
vendredi 22 - 20h41
de : JO
Café d’histoire critique et d’études marxistes, 23 mars 2019 : mouvement syndical et moyens d’action …
vendredi 22 - 17h19
de : Jo.dez
Podemos, Podemos, qui t’a vu et ne te reconnaît plus ...
vendredi 22 - 17h07
de : Antoine (Montpellier)
L’ARMÉE MANIPULÉE PAR UN POUVOIR À LA DÉRIVE !
vendredi 22 - 16h43
de : Info’Com-CGT
Et bientôt grâce à l’Europe qui protége la précarité énergétique
vendredi 22 - 13h17
de : Irae
Sentinelle pour l’acte 19 : pas d’accord, « mon fils militaire se mettra en maladie » (video)
vendredi 22 - 10h56
de : JO
Omnes vulnerant , ultima necat.
vendredi 22 - 10h55
de : L’iena rabbioso
François RUFFIN : Je ne viendrai pas à l’Elysée !
vendredi 22 - 10h40
de : JO
Gilets jaunes : a Montpellier, les policiers détestent être surveillés
vendredi 22 - 07h48
La bande des faux monnayeurs de la République
jeudi 21 - 21h19
de : Alina Reyes
1 commentaire
Intervention militaire : C’est en un mois de mars 1871 que la Commune de Paris y vit se rallier la Garde Nationale
jeudi 21 - 17h18
de : JO
La monarchie absolue, les sondages semblent bien dire : ça suffit !
jeudi 21 - 16h52
de : JO
Casino : quand des syndicats font le jeu du capitalisme sauvage
jeudi 21 - 15h29
de : François
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 - 12h10
de : Info’Com-CGT
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
jeudi 21 - 12h01
GILETS JAUNES : ACTE 19 SAMEDI 23 MARS
jeudi 21 - 11h44
de : JO
7 commentaires
La presse porte parole du pouvoir - instauration de la loi martiale ? (video)
jeudi 21 - 08h17
de : Irae
1 commentaire
Chiens de garde aux basques d’une gilets jaune (video)
jeudi 21 - 00h08
de : Irae
Le "Sanglier Jaune" , qui va à la rencontre de la France en jaune, était à Paris pour sa 12 ème étape, acte 18 (video)
mercredi 20 - 23h20
de : nazairien
1 commentaire
Les Faucheurs OGM de Colmar Acte 2
mercredi 20 - 22h42
de : Jean-Yves Peillard
Pensée émue pour la famille des vitrines... / C’est l’heure de l’mettre
mercredi 20 - 22h32
de : Hdm
0%.
mercredi 20 - 18h39
de : L’iena rabbioso
Verdi, lance, un nouveau "coup de gueule" salutaire, Violence d’Etat, merdias infâmes : la révolte jaune s’enracine (video)
mercredi 20 - 16h23
de : nazairien
2 commentaires
Amandine : « Passée à tabac par les flics, j’ai une commotion cérébrale mais ils ne me feront pas taire ! »
mercredi 20 - 13h48
de : nazairien
3 commentaires
APPEL PROPOSE PAR LES ELU-E-S FRONT DE GAUCHE ET ADOPTE A L’UNANIMITÉ DU CONSEIL MUNICIPAL
mercredi 20 - 12h00
de : BERNARD DUPIN
2 commentaires
19 mars : une grève interprofessionnelle très forte dans les écoles
mardi 19 - 20h29
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Acte 18, Le "Média" donne la parole à ceux à qui on l’a confisquée : Paroles de "gilets jaunes" (video)
mardi 19 - 20h21
de : nazairien
1 commentaire
Les enseignants sont-ils des frelons asiatiques ? Honte à la police ! (video)
mardi 19 - 19h42
de : jean 1
l’Algérie est libre.
mardi 19 - 19h06
de : L’iena rabbioso
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
mardi 19 - 15h59
de : BERNARD DUPIN
Lettre aux gentils de la République
mardi 19 - 13h20
de : jean 1
Le 18 mars 1871 : Le peuple et la Garde nationale fraternisent contre la République bourgeoise
mardi 19 - 11h55
de : jean 1
Acte XVIII mis en musique (video)
mardi 19 - 07h58
Maxime Nicolle, une figure des "gilets jaunes" , répond au KéKé de Marselle
mardi 19 - 00h19
de : nazairien
Dans les medias on se rassure comme on peut
mardi 19 - 00h07
de : Irae
« oeil pour oeil » : Admettre et valider la guerre des barbaries racistes est irresponsable !
lundi 18 - 23h48
de : Christian DELARUE
Nouvelle-Zélande : les fantasmes et la haine tuent - MRAP
lundi 18 - 23h16
de : Christian DELARUE
Les "marcheurs en folie" Agnès Buzyn souhaite rehausser l’âge de la retraite, les syndicats appellent à une grève généra (video)
lundi 18 - 19h48
de : nazairien
3 commentaires
Un 16 mars et ça repart ! (video)
lundi 18 - 16h02
de : Le Cercle 49

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nier la religion, ce bonheur illusoire du peuple, c'est exiger son bonheur réel. Exiger qu'il abandonne toute illusion sur son état, c'est exiger qu'il renonce à un état qui a besoin d'illusions. La critique de la religion contient en germe la critique de la vallée de larmes dont la religion est l'auréole. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite