Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

L’escroquerie sociale du gouvernement

de : Bruno Lamothe
jeudi 15 novembre 2007 - 16h05 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 36.7 ko

Le Sénat achève, cette semaine, l’examen en première lecture de la loi de financement social. Et s’apprête à examiner la loi de finances. Malgré les nombreuses mises en garde, malgré la protestation de sénateurs du groupe UMP, le gouvernement fera passer son budget, sans modification majeure.

"Vous avez inventé la loi de finances à durée limitée. Votre goût général pour la précarité doit déteindre sur le budget… Car dans trois mois, nous savons tous que le gouvernement sera confronté à une crise financière sans précédent, sans compter, peut-être pour la première fois, une crise sanitaire" déclarait Jean-Marie Le Guen, vice-Président de l’Assemblée nationale.

Rappelons que le gouvernement n’a jamais répondu aux ’interrogations, pourtant simples, et précises, de Laurent Fabius :

 Concernant la gestion de la vieillesse et des maisons de retraite : si l’on exige des salariés de travailler toujours plus longtemps pour toucher ensuite des retraites insuffisantes, quel recours y aura-t-il, sinon les assurances privées ? Faut-il s’attendre à un mouvement de privatisations de grande ampleur ?

 Aux amputations et aux privatisations s’ajouteront des super-taxations. Inutile de revenir sur la « TVA sociale », tellement appréciée de ceux qui auraient bien souhaité siéger sur ces bancs et qui ont été battus pour cette raison... : le gouvernement, qui a reconnu qu’il modiefierait son budget, dès le mois de mars, une hausse de la TVA après les élections ? Ou alors une hausse de la CSG ? Ou de la CRDS ?

Les gens s’aperçoivent, expliquait Laurent Fabius le 17 octobre dernier, "que la formule de Nicolas Sarkozy, « travaillez plus pour gagner plus », qui n’a pas été pour peu dans son succès électoral, devient : travailler plus pour gagner moins, notamment du fait des amputations" évoquées.

Pourquoi une si grande timidité de la majorité, elle qui n’est pourtant pas avare d’annonces péremptoires ? Tout simplement parce que chacun sait que c’est par la hausse, très importante, des cotisations sociales, la multiplication des franchises, le bradage du patrimoine de l’Etat (comme avec Areva) que le gouvernement veut financer les déficits par lui créés.

La "rupture", en effet, est flagrante, lorsque l’on sait que durant la période 1997-2002, les comptes de la sécurité sociale étaient en équilibre. La gauche plurielle a laissé derrière elle un système de santé stable et pérenne, et ce sans augmenter les cotisations à la charge des assurés ou créer de nouvelles taxes (le transfert d’une partie des cotisations maladies sur la CSG en 1998 a même diminué la charge des contribuables).

Aujourd’hui, que peut-on constater ? Non content de faire travailler encore plus les salariés, on exonère, toujours plus les entreprises de cotisations sociales (baptisées "charges", par la droite et le MEDEF). Au détriment des budgets des institutions sociales. Décidément, tout est bon pour pressurer les salariés en utilisant, au passage l’aspiration des travailleurs, réelle, à une rémunération accrue. Le pire, c’est que l’on fait fi, totalement, de l’avis de la Cour des comptes, qui dénonce "un dispositif incontrôlé", au "coût très élevé" et à "l’efficacité quantitative incertaine voire nulle".

On instrumentalise encore et toujours le trou de sécurité sociale pour faire payer toujours plus les assurés sociaux et les hôpitaux, et taxer plus encore la consommation et les revenus du travail. Mais, en même temps, on multiplie les exonérations de cotisations patronales, et on se refuse à contraindre les médecins libéraux à plus de modération. Sans parler du scandale du prix des médicaments par des laboratoires pharmaceutiques qui ne sont jamais, au grand jamais, concernés par quelque sanction que ce soit.

On préfère montrer du doigt des boucs-émissaires qui ne sont pas responsables : les régimes spéciaux et leurs ayant-droits, par exemple. Les 35 heures, bien entendu...

Il faut toujours "travailler plus", d’ailleurs : en octobre, une étude consacrée aux conditions de travail dans les entreprises a montré qu’elles influençaient la santé d’un tiers des Français, dont 20 % évoquent la fatigue, 22 % les troubles musculo-squelettiques, 53 % les positions douloureuses, 61 % des mouvements répétitifs et 18 % le stress. Tous ces risques professionnels coûtent cher à la sécurité sociale et démontrent tout simplement qu’à force de "travailler plus", on risque "la rupture"...

L’escroquerie sociale, c’est le fait de faire payer des franchises aux malades, ce qui revient à leur faire payer, à eux-même, leurs propres soins ! Avec, toujours, en toile de fond, la stigmatisation des régimes spéciaux de retraite, des réductions, aussi massives qu’aveugles, d’effectifs dans la fonction publique, les reculs du pouvoir d’achat, et des services publics.

Il est donc clair que gouvernement inscrit clairement son action dans le cadre d’une politique antisociale en réussissant la prouesse d’augmenter la ’dette sociale’, tout en faisant peser celle-ci sur les malades, les salariés et leurs familles qui vont débourser encore plus, alors même que les allégements des charges des entreprises se poursuivent.

http://ensemble-a-gauche.over-blog....


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
L’escroquerie sociale du gouvernement
15 novembre 2007 - 16h33

Pour connaître la fin de l’histoire, si nous ne luttons pas ensemble aujourd’hui déterminés et solidaires, il suffit de voir ou revoir le film magnifique de Fernando Solanas : "Mémoire d’un saccage". On y voit le prédident populiste argentin Carlos Menem achever de dépecer le pays pour son plus grand profit et celui de ses amis financiers. Toute ressemblance avec ce qui est en train de se passer en France est tout sauf une coincidence.



L’escroquerie sociale du gouvernement
15 novembre 2007 - 17h02 - Posté par

Les gens qui veulent se la jouer solo, qui n’en n’ont rien à faire des autres, je parle des salariés pro-sarkozystes, sont-ils prêts à lâcher la sécu, c’est-à-dire peuvent-ils se permettre de prendre à leur charge personnelle des soins, une opération qui s’élève par exemple à 15 000 euros/20 000 ou 30 000 euros, sans compter les médicaments qui vont avec ? Non, très peu de gens peuvent se le permettrent, sauf peut-être les 400 000 heureuses familles les plus riches de France qui sont bénéficiaires du paquet fiscal de 15 milliards octroyés cet été par Sarko (Tiens, c’est pas illégal ça ?).

J’espère que les syndicats ouvriers feront un petit rappel aux salariés convaincus, mais surtout à ceux qui sont contre les grèves. Si c’est pas un argument de poids, ça, pour protéger notre Sécu !!!

Voilà comment je vois les répliques cinglantes et sans appel qu’il faut balancer, comme un soufflet, à la figure de ces nantis et de ce pouvoir arrogant et stupide qui prétend nous dicter notre ligne de conduite et diriger notre vie, avec notre argent en plus !

N’ayez pas peur, gens anticapitalistes bien informés, de nous ressasser sans arrêt pourquoi, il faut privilégier le système solidaire, d’entraide, plutôt que le système individualiste qui lui ne sert que pour les riches. Il faut ringardiser sans complexe les riches, parce que leur argent n’est pas gagné légitimement. Et l’Etat s’il n’est pas un proxénète, comment faut-il l’appeler ??? Nous, "faut travailler plus" mais pourquoi, s’il n’y a rien au bout, qu’une escroquerie ?

Reste plus que la rue pour toute réponse, et une grève de la consommation de Noël, par exemple, comme suggérée habilement ce matin dans un autre fil.


L’escroquerie sociale du gouvernement
16 novembre 2007 - 10h38 - Posté par

Bravo, pour l’idée de boycotte des fêtes de Noel, alors que des gens meurent de faim, de guerre ou de froid.
En fait peu de gens sont contre cette grève, sauf les merdias.
Tenons bon c’est la lutte finale, oû le peuple l’emporte ou c ’est la fin de la France.

SL Bruxelles






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite