Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Italie : « Combattre la Camorra par une politique d’avant-garde »

de : Gaël De Santis
vendredi 11 avril 2008 - 13h49 - Signaler aux modérateurs

Législatives J-3 . à Naples, la polémique sur la gestion des déchets enfle. Entretien avec Fabio Tirelli (PRC), maire de l’arrondissement Pianura.

Entretien réalisé par Gaël De Santis

Naples (Italie) Depuis l’été dernier, les montagnes d’immondices dans les rues des villes et villages de Campanie, autour de Naples, ont fait le tour du monde. En réalité, le phénomène revient régulièrement depuis la moitié des années quatre-vingt-dix. Un drame pour les habitants exaspérés par une telle situation. Et une atteinte à l’image de l’Italie, que le leader du centre droit Silvio Berlusconi ne cesse d’instrumentaliser contre le gouvernement de Romano Prodi. Et ce d’autant plus facilement que la région est dirigée par Antonio Bassolino (Parti démocrate, ex-DS). Celui-ci vient d’annoncer sa démission dans un an.

Aujourd’hui, des solutions provisoires ont été trouvées, si bien qu’on ne trouve plus de déchets dans les rues que dans certains villages de l’arrière-pays de Naples. Mais aucune solution définitive n’est pour l’instant mise en oeuvre.

Au mois de janvier, la tentative d’ouverture de nouvelles décharges a provoqué la colère de riverains. Des affrontements violents ont notamment eu lieu devant la décharge de Pisani, dans la municipalité de Pianura (Naples). Fabio Tirelli (PRC), maire de Pianura Soccavo, avait à l’époque fait partie des manifestants.

Quelles sont les causes de cette crise des déchets en Campanie ?

Fabio Tirelli. Cette crise a éclaté ici en Campanie. Mais ce pourrait être la même chose d’ici peu dans toutes les régions d’Italie. La question est de mettre en place des systèmes d’incinération ou de gazéification des déchets.

Entre la Campanie et les autres régions italiennes, la différence réside en une mauvaise gestion des décharges. D’où le manque de place et les dégâts sur l’environnement. Dans cette région, le pourcentage de collecte différenciée des déchets est très faible.

Ensuite, il y a également l’élément « Camorra » (la Mafia napolitaine - NDLR). Dans les décharges légales, et dans celles gérées par la Camorra, on retrouve des déchets toxiques, sans aucune mesure de précautions. Ces déchets ne proviennent pas seulement de Naples, mais de toute l’Italie.

La gestion de la région de Campanie, à laquelle participe Refondation communiste, est mise en cause. Que pensez-vous des accusations portées contre le président de région Antonio Bassolino ?

Fabio Tirelli. La droite instrumentalise la question des déchets. Antonio Bassolino n’est pas le responsable unique. Il est plutôt un bouc émissaire. La responsabilité est celle de l’ensemble du monde politique. Y compris de Refondation communiste qui a participé à la gestion de la Campanie. Ces dernières années, nous aussi avons été silencieux sur la question.

En janvier, les habitants de la municipalité de Pianura et vous-même avez manifesté contre la réouverture d’une décharge. Pourquoi ?

Fabio Tirelli. Dans la zone de la décharge de Pisani il y a eu une rébellion des citoyens honnêtes de notre municipalité. Les manifestations ont compté jusqu’à 5 000 personnes qui refusaient la réouverture de la décharge. Nous avions de bonnes raisons, documentées. Aujourd’hui, les conditions nécessaires à l’accueil de nouveaux déchets ne sont pas réunies.

La demande des citoyens, à savoir la bonification du site, a été acceptée. Juste après les révoltes du mois de janvier, le site a été mis sous séquestre. Et la mobilisation a porté à une décision qui a eu le soutien de la région, du Commissariat général pour « l’urgence déchets » en Campanie et du ministère de l’Environnement.

Le site ne sera plus jamais une décharge et sa gestion est désormais confiée au ministère de l’Environnement. Ce qui constitue pour nous une garantie. Il sera mis aux normes de sécurité, et les produits polluants seront traités. Les résidus liquides ont en effet atteint les nappes phréatiques.

Quelles peuvent être les solutions au problème des déchets en Campanie ?

Fabio Tirelli. Pour l’instant, une grande partie des déchets a été transférée en Allemagne. Et une petite décharge a été mise en place à Marigliano, dans la province de Naples.

Mais le problème n’est pas réglé. Il faut une solution définitive. Nous sommes en train de pousser sur le tri sélectif. Car l’ouverture de nouvelles décharges n’est pas la solution et rencontrerait l’hostilité des riverains.

En tant que municipalité, nous sollicitons l’ASIA (l’entreprise qui gère la collecte des déchets - NDLR) pour qu’elle implante des lieux de collecte différenciée. Ce sont les citoyens qui nous poussent à cela.

La région de Naples est très touchée par la Camorra. Face à ce phénomène que peut la gauche ?

Fabio Tirelli. C’est par une politique d’alternatives, par une politique d’avant-garde que la gauche doit combattre la Camorra. Pour que celle-ci ne récupère par les jeunes, il nous faut leur donner des réponses en termes de travail et d’aides sociales.

L’alternative que nous proposons en termess de société doit être concrète. Nous n’avons pas réussi jusqu’alors à la faire réellement émerger. La requalification urbaine peut être un moyen de donner un signal, celui de la présence de l’État. Car, souvent, la Camorra vient se substituer à l’État.

http://www.humanite.fr/2008-04-10_I...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite