Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le Figaro ou la compassion pour les bourreaux (videos)
de : Stefano Palombari
lundi 22 décembre 2008 - 14h09 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 30.8 ko

Tragique Figaro

de Stefano Palombari

Dans un article titré Tragique Italie, consacré au livre Sortir de la nuit. Une histoire des années de plomb de Mario Calabresi, paru dans le Figaro du 18 décembre 2008, Jacques de Saint-Victor nous livre une interprétation assez osée de l’histoire de l’Italie des années 60/70. Une vision où les victimes deviennent des bourreaux et vice-versa. L’auteur du livre, Mario Calabresi, qui est correspondant à New York pour le quotidien la Repubblica, est le fils de Luigi Calabresi, un commissaire de police tué en 1972. Au terme d’un procès très contesté, la justice italienne a désigné des membres de Lotta Continua, un groupe d’extrême gauche actif dans les années 70, comme les coupables de cet homicide.

Qu’un fils veuille réhabiliter la mémoire de son père, je trouve cela assez compréhensible mais qu’un journaliste français en profite pour donner sa version berlusconienne de ses années là, c’est inacceptable.

Mais venons aux faits. Au lendemain du massacre de la Piazza Fontana, le 12 décembre 1969, la police décide de s’attaquer aux anarchistes. Pourquoi ? Le journaliste du Figaro ne se pose même pas la question, peut-être que pour lui c’est une évidence. L’histoire, la vraie, nous dévoilera qu’en réalité c’était un massacre des services secrets, avec la complicité des fasciste. Bref, le commissaire Calabresi, chargé de l’enquête, arrête plusieurs anarchistes, dont Pietro Valpreda, un danseur, et Giuseppe Pinelli, un cheminot. Le premier sera désigné comme « le monstre », le coupable par la plupart des journaux italiens, en l’absence totale de preuves et en dépit d’un alibi en béton. Il restera en prison pendant trois ans. Pour l’accuser, on a même eu recours à un sosie, le néo-fasciste sicilien Antonino Sottosanti, qui se serait montré dans les environs de la Piazza Fontana. Le témoignage de plusieurs membres de la droite extrémiste ont montré qu’il s’agissait d’une énorme manipulation, un complot pour faire retomber la faute de l’attentat sur le milieu anarchiste. Entre-temps, le 15 décembre 1969, au bout de trois jours d’interrogatoire, alors que les termes de la garde-à-vue étaient expirés depuis longtemps, Giuseppe Pinelli tombe par la fenêtre du bureau du commissaire Calabresi et meurt.

Sur la mort de Pinelli il y a eu plusieurs versions et l’enquête officielle parle d’un malaise. C’est quand même étrange, car, en général, lorsqu’on se sent mal, on tombe par terre et pas par la fenêtre. Et puis pourquoi il se serait senti mal ? Peut-être à cause des trois jours d’interrogatoire (ce qui, je le rappelle, était tout à fait illégal) dans le froid, sans manger grand-chose. Mais bon, tout ça semble n’intéresser guère notre journaliste.

Mais revenons aux faits. La première version donnée par le commissaire Calabresi est le suicide. D’après l’officier de police, Giuseppe Pinelli se serait jeté par la fenêtre suite un raptus suicide. Cette version se révèle tout de suite fausse. Pourquoi donc fournir une fausse version si on n’a rien à cacher ?

L’opinion publique se mobilise pour dénoncer ce crime qui, comme beaucoup d’autres dont celui de la Piazza Fontana, restera impuni. Un innocent balancé par la fenêtre lors d’un interrogatoire ce n’est pas normal dans un état qui se veut de droit. Dans l’hebdomadaire L’Espresso du 13 juin 1971, des intellectuels, réalisateurs, écrivains célèbres signent un papier qui désigne clairement le commissaire Calabresi comme le responsable de la mort de Pinelli. Dario Fo, prix Nobel de littérature, consacrera à Pinelli une pièce, Mort accidentelle d’un anarchiste. Mais rien n’y fait, le commissaire continue de faire son boulot tranquillement.

Sur la mort du Commissaire Calabresi, tué le 17 mai 1972, l’issue officielle est aussi très controversée. Les membres de Lotta Continua, Adriano Sofri, Ovidio Bompressi et Giorgio Pietrostefani, sont condamnés en 1995, 23 ans après l’assassinat, sur la base du seul témoignage du repenti Leonardo Marino. Un coup d’œil rapide aux actes du procès permet de remarquer pas mal d’éléments très intéressants. Deux attirent plus particulièrement notre attention : la version de Marino change très souvent, à l’instar de sa situation financière. Avant le procès, il était fauché et plein de dettes tandis qu’après sa « repentance », survenue soudainement 16 ans après les faits, il se retrouve avec un pécule et toutes ses dettes effacées. D’où vient cet argent ? Apparemment, ce n’est pas le genre de questions qui intéressent le Figaro.

Un autre élément troublant : lorsque le commissaire Calabresi a été tué, il n’enquêtait plus du tout sur l’extrême gauche mais sur un trafic d’armes qui voyait des hommes d’état impliqués. Le dossier de cette enquête n’a jamais été retrouvé. Un mystère de plus.

Mais la cerise sur le gâteau de cet article du Figaro est la chute « Lecture à conseiller à tous les défenseurs de Mme Petrella et de M. Battisti. » .

Qu’est-ce qu’ils viennent faire là Marina Petrella et Cesare Battisti ?

On a l’impression que notre journaliste mélange un peu tout.


Intervista | Pietro Valpreda - Parte 1


Intervista | Pietro Valpreda - Parte 2


Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le Figaro ou la compassion pour les bourreaux
22 décembre 2008 - 16h05

Je cite :

« en réalité c’était un massacre fasciste, avec la complicité des services secrets »

Je réponds : c’est exactement l’inverse !

En réalité, c’est les Services Secrets italiens qui ont commis cet attentat en se servant de fascistes comme hommes de mains.

C’est pas pareil et ça prend un tout autre sens qu’il FAUT bien comprendre à défaut de passer à côté de la vérité.

Le but de l’État italien, en utilisant à la Piazza Fontana la technique classique de la manipulation du terrorisme, était de stopper net le mai 68 italien qui avait lieu en 1969. Cela réussit pleinement.

Mais on ne peut pas avoir la pleine compréhension de ce fait si on dit que c’est seulement un attentat fasciste commis avec la complicité des Services Secrets italiens : les services secrets n’étaient pas de simples complices, ils étaient les commanditaires, les maîtres d’oeuvre ! C’est pas du tout pareil et dans la compréhension historique de cet événement, ça prend un tout autre sens.

Les services secrets italiens ont utilisé des hommes de mains n’appartenant en rien au milieu des Services Secrets afin que la vérité ait du mal à se faire jour, afin que les hommes de mains servent de boucs-émissaires. À Piazza Fontana, ils ont utilisé des fascistes, mais ils auraient très bien pu utiliser des hommes de mains provenant d’un autre milieu, par exemple, ils ont utilisé les Brigades Rouges pour l’enlèvement d’Aldo-Moro.

L’utilisation par les Services Secrets d’hommes de mains provenant d’un milieu autre que celui des Services Secrets pour accomplir de basses oeuvres afin que ces hommes de main servent ensuite de filtres pour retarder l’apparition de la vérité est très classique. Par exemple pour l’assassinat de Ben Barka à Paris, les Services Secrets français avaient utilisé des hommes de mains provenant du milieu (de la mafia).



Le Figaro ou la compassion pour les bourreaux
22 décembre 2008 - 17h05 - Posté par

Ok avec tout sauf peut être avec ça (avec la formulation).

L’utilisation par les Services Secrets d’hommes de mains provenant d’un milieu autre que celui des Services Secrets pour accomplir de basses oeuvres afin que ces hommes de main servent ensuite de filtres pour retarder l’apparition de la vérité est très classique. Par exemple pour l’assassinat de Ben Barka à Paris, les Services Secrets français avaient utilisé des hommes de mains provenant du milieu (de la mafia).

SF si j’ai mal compris....(ça peut arriver).

Ils utilisent de VRAIS évènements prévus par certains groupuscules ; y infiltrent préalablement des hommes à eux, oui, souvent, mais la manière dont tu expliques les choses à la fin laisse penser que en gros ils "paient" une faction et qu’elle fait le boulot. Évidemment ce n’est pas ainsi que ça se passe.

Un ou deux éléments subversifs bien placés font dégénérer une idée de manifestation en idée d’enlèvement par exemple, en apportant schéma, moyens etc... le groupe s’y accoutume, adopte l’idée, monte le coup avec un bon coup de main des services secrets du dedans et du dehors, ("waaoowww comment on est trop forts ils nous ont même pas vus et même pas arrêtés"...ben ouai tu parles....)

Le cas échéant on a l’intervention d’un 3è larron" ie le crime organisé, pour peu que l’une ou l’autre de ces participants aient des dettes de jeu, de drogue ect bref, soit finalement redevable d’un "service au milieu" --- voilà plein de "leviers".

c à d en gros les services secrets se servent du manque d’analyse, du manque de recul et des esprits un peu échauffés, emportés, "romantiques", illusionnés... oui ça oui... total "c’est pas nous , c’est eux"...





les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Aucune carte du monde n'est digne d'un regard si le pays de l'utopie n'y figure pas. Oscar Wilde
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite