Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le MEDEF "enterre" le projet Sarkozy sur les bénéfices, mais obtient le "prêt de salariés"

de : Slovar mercredi 10 juin 2009 - 12h51 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

L’agitation politico électorale des dernières semaines ayant pris fin, il va être temps pour le Président et le gouvernement de reprendre contact avec la réalité sociale.

En effet, même si quelques "oracles" prédisent une reprise en 2010, aucun ne souhaite se prononcer sur la durée du chômage de masse et le temps qui sera nécessaire aux français pour retrouver une stabilité dans l’emploi.

Une certitude : Echaudés par la crise ou ayant profité de celle-ci pour alléger les effectifs, les entreprises vont, au gré de l’amélioration de la situation économique utiliser, au mieux, le volet "heures supplémentaires" de la loi TEPA. Au pire simplement maintenir les effectifs dans le cadre des 35H00 légales, mais certainement pas embaucher.

Christine Lagarde, pourtant n’en démord pas : "Les entreprises, confrontées à un choc économique, peuvent en effet ajuster leur masse salariale en modifiant le temps de travail moyen, les salaires et/ou les effectifs. Les exonérations sur les heures supplémentaires (...) introduisent un élément de flexibilité sur le temps de travail qui permet en conséquence de limiter l’ajustement sur l’emploi en période de crise" AFP/Google

Faux et surtout dramatique pour les millions de chômeurs qui vont être en concurrence avec des salariés à qui on demandera d’assumer la charge de travail supplémentaire. De plus, compte tenu de la baisse des recettes des comptes sociaux, notamment de l’assurance chômage, 2010 a toutes les chances d’être une année à risque pour tous ceux qui sont éloignés de l’emploi.

Car, rappelons-le, l’UNEDIC par la voix de son Président, a fixé des limites à la "générosité" actuelle de son organisme (Voir Slovar les Nouvelles : "Le gouvernement et l’UNEDIC "confiants" ... )

Interrogé sur la capacité de l’Unedic à pouvoir assurer le versement des allocations en 2009 et en 2010, M. Roux de Bézieux se montre rassurant, précisant que l’organisme recourera à l’emprunt comme par le passé. "Il faut savoir que le déficit de l’Unedic il y a trois ans et demi maintenant était à -15 milliards, nous sommes à -5 milliards aujourd’hui et prévoyons d’être à 11 en 2010. On a une capacité d’emprunt, on est bien notés par les banques". Toutefois, "si les choses s’aggravent après 2010, il faudra renégocier la convention d’assurance-chômage", poursuit-il, même si "nous n’en sommes pas là".

Un autre problème va également se poser avec énormément d’acuité : Le niveau des salaires. Car, privé (provisoirement ?) de la formule "magique" du "travailler plus pour gagner plus", la majorité présidentielle va devoir trouver rapidement des solutions pour relancer LA promesse du Président.

On pensait à l’Elysée avoir trouvé la solution miracle en faisant appel au "serpent de mer" gaulliste de la participation. C’est pourquoi, le gouvernement essaye de trouver avec les partenaires sociaux une règle sur la répartition des bénéfices, du capital et de l’argent des entreprises privées ?

JPEG - 53.7 ko

Seulement, au delà de l’effet d’annonce coutumier de notre Président, un certain nombre de questions se posent, et pas des moindres !

Ces questions viennent en partie des entrepreneurs de TPE et PME. Car, le Président qui est un habitué des entreprises du CAC40 a tout simplement oublié l’implication de cette mesure dans les 97% d’entreprises françaises dont les effectifs sont inférieurs à moins de 20 salariés.

- Pourquoi les actionnaires qui prennent des risques en investissant dans une entreprise devrait il partager une part de leur bénéfice avec des salariés qui ne prennent pas de risque et payés selon le contrat de travail signé ?

 Faut il un partage des risques comme un partage des bénéfices ?

 Comment peut on répartir un bénéfice dans une entreprise de deux salariés (le salarié prend autant de bénéfice que l’entrepreneur qui a investi et hypothéqué ses biens personnels ) comme dans une entreprise de 10 000 salariés ? - Source Rachat Crédit

Très clairement, pourquoi ne pas demander aux salariés d’être responsables sur leurs deniers sans bénéficier, bien entendu, des avantages des actionnaires ou propriétaires de l’entreprise ?

Après le salariés/contribuable payeur de la crise financière, voila le salarié qui joue avec son propre argent ! Un petit effort dans ce sens, et nous trouverons bien quelqu’un qui proposera que le salarié paye pour l’utilisation des locaux de l’entreprise ...

C’est dans ce contexte que les partenaires sociaux se retrouvent autour de la table de négociations ce mercredi pour un lancement de "l’agenda social" 2009.

Après six mois de tensions sociales sur fond de crise économique, patronat et syndicats ont eu toutes les peines du monde à s’entendre sur un programme de discussions lors d’une réunion le 27 mai et le partage des richesses cher au président Nicolas Sarkozy pourrait en faire les frais.

Le chef de l’Etat, partisan d’un partage en trois tiers des profits (pour l’investissement, les salariés et les actionnaires), a demandé aux partenaires sociaux de lui soumettre des propositions avant le 15 juillet.

L’idée a plu aux syndicats qui, forts de leurs quatre journées d’action unitaires organisées depuis janvier, ont aussi réclamé des négociations sur les salaires ou sur les rapports entre donneurs d’ordre et fournisseurs.

Mais les organisations patronales ne l’ont pas entendu de cette oreille et ont accepté tout au plus la tenue de négociations sur la "gestion sociale des effets de la crise sur l’emploi", qui s’ouvrent donc mercredi avec une deuxième séance prévue le 24 juin ... / ...

La première de ces délibérations sociales débutera le 22 juin et les syndicats espèrent bien élargir le sujet du dialogue social au partage des richesses. Des avancées sur cette question paraissent toutefois peu réalistes dans les délais imposés par le gouvernement, qui se réserve le droit de légiférer ensuite.

"Nous n’avons jamais caché que ça n’était pas pour nous l’urgence du moment, ni pour les entreprises ni pour les salariés," a expliqué Benoît Roger-Vasselin, le représentant du Medef, à l’issue de la réunion du 27 mai.

L’urgence, selon lui, est "tout ce qui a trait à la crise économique et à ses conséquences sur l’emploi." ... / ...

C’est insuffisant pour les syndicats qui, à l’image de la CGT et de sa négociatrice Maryse Dumas, veulent des discussions non sur la gestion sociale de la crise mais "sur les moyens d’en sortir et d’obtenir davantage de justice sociale".

Pour se faire entendre, les syndicats comptent sur leur unité - affichée avec un bel élan à la réunion du 27 mai - et sur leur prochaine journée de mobilisation interprofessionnelle programmée pour le samedi 13 juin ... / ...

Au Medef, Benoît Roger-Vasselin parle de "hiatus" et assure que les contacts avec les syndicats n’ont jamais cessé. "Nous espérons que ces réunions qui nous permettront de nous retrouver de façon régulière permettront de redensifier le dialogue social entre les organisations d’employeurs et les organisations syndicales," a-t-il dit en promettant des négociations "sans exclusive".

Roger-Vasselin, DRH de Publicis Groupe et président de la commission Emploi du Medef, sera le chef de file de la délégation patronale à la délibération sociale sur la modernisation du paritarisme. - Source Yahoo/Reuters

Et pourtant dans le domaine social, " lorsque l’UMP veut, elle peut ". En effet : Les groupes UMP et du Nouveau centre (NC) ont voté pour ce texte présenté par Jean-Frédéric Poisson (UMP). Les groupes socialiste, radical et citoyen (SRC) et de la gauche démocrate et républicaine (GDR, PC et Verts) ont voté contre.

Et elle peut même aller jusqu’au ridicule le plus total, comme l’indique l’amendement suivant :

... / .. un amendement UMP a été adopté, avec le soutien du gouvernement mais contre l’avis de la commission des Affaires sociales, qui dispose qu’"en cas de circonstances exceptionnelles, notamment de menace d’épidémie, la mise en oeuvre du télétravail sera considérée comme un aménagement du poste du travail rendu nécessaire pour permettre la continuité de l’activité de l’entreprise " ... / ...

Quant au prêt de main d’oeuvre, le texte adopté est aussi flou que dangereux pour les salariés qui seraient soumis à ce "prêt"

La proposition de loi autorise le prêt de main-d’oeuvre dans tous les cas où l’entreprise prêteuse "ne tire pas de bénéfices", le but de cette mesure étant de permettre aux employeurs traversant une période difficile de prêter temporairement un salarié plutôt que de le licencier.

JPEG - 49.1 ko

L’opposition mais aussi la CGT et la CFDT sont vivement opposées à cette mesure. Ces dernières la considèrent comme "une dérive dangereuse et inacceptable". Ce texte "aura un impact totalement dérisoire sur l’emploi" a affirmé Michel Liebgott (PS). "Sur le long terme il est de nature à fragiliser le salarié et à renforcer le pouvoir discrétionnaire de l’entreprise", a-t-il ajouté.

"Ces mesures ont pour objet s’assouplir et de sécuriser des dispositifs déjà existants, déjà pratiqués par les entreprises mais dans des conditions souvent risquées sur le plan juridique", a affirmé Jean-Frédéric Poisson. La proposition de loi pour "faciliter le maintien et la création d’emplois" comporte d’autres mesures dont une visant à assouplir la législation relative aux groupements d’employeurs ... / ... Yahoo/Reuters

Le prêt de main-d’œuvre, c’est quoi ?

- Dans l’entreprise A, le carnet de commande se dégarnit. Le chômage menace.

 Dans l’entreprise B, qui travaille dans le même secteur, trop de boulot.

 L’entreprise A va, temporairement, prêter à l’entreprise B un ou des salariés.

Les avantages ?

Le salarié, qui conserve son contrat de travail de départ, échappe, au pire, à un licenciement ; au mieux, à une indemnisation pour chômage technique. Il conserve son salaire. Mais il doit s’adapter à un nouveau travail et parfois aller travailler loin de chez lui. « Isolé dans une entreprise qui n’est pas la sienne, le salarié est moins protégé socialement », met en garde Christian Janin, responsable « emploi » à la CFDT.

Côté employeur, l’entreprise A conserve son salarié, et donc son savoir-faire qui lui sera nécessaire au moment de la reprise d’activité, une fois passée la pénurie de travail. Elle allège aussi ses charges fixes. Concrètement, l’entreprise « prêteuse » A doit refacturer, à l’euro près, les salaires et charges à l’entreprise B. C’est ce que veut préciser la proposition de loi initiée par le député UMP Jean-Frédéric Poisson ... / ...

Une précision « insuffisante » et encore trop floue, pour la CFDT : « Car l’entreprise qui prête son salarié se soulage bien d’une charge. N’est-ce pas un bénéfice ? », s’interroge Christian Janin. « Nous, le prêt de main-d’œuvre, notamment en période de crise, on dit : pourquoi pas ?, poursuit le représentant de la CFDT. Cela peut avoir son intérêt ». Mais, « comme pour le chômage partiel », le syndicat veut des garde-fous. ... / ...

"Flou artistique". Dans un rapport remis, en février, au ministre du Travail, Thomas Chaduron, PDG de Mécanalu et ex-président du Centre des jeunes dirigeants (CJD) fait aussi état du « flou artistique » qui entoure la pratique du prêt de main-d’oeuvre aujourd’hui, favorisant « l’émergence de structures aux pratiques douteuses ».

Il préconise notamment d’améliorer la transparence vis-à-vis des salariés concernés sur leur mission, grâce à la conclusion d’une convention tripartite entre employeur, salarié et entreprise utilisatrice. - Source Ouest France

Conclusion : Il est infiniment plus facile de contraindre, en légiférant, des salariés sans aucune coordination que de contraindre les entreprises dont le lobbying dans les assemblées a une fois de plus fait mouche.

Il va s’en dire que nous espérons que le front commun maintenu par les syndicats de salariés sera assez efficace pour limiter les futurs dégâts et effets pervers d’une promesse politique sans avenir et d’un nouveau coup de canif au (bien mal en point) code du travail.

Voila, (entre autre) deux bons sujet de débats que nous transmettons au Parti Socialiste dans le cadre de sa construction d’une " maison commune de la gauche " ...

Slovar les Nouvelles

http://slovar.blogspot.com

Crédit et copyright images

Ouest France emploi

AFP



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le MEDEF "enterre" le projet Sarkozy sur les bénéfices, mais obtient le "prêt de salariés"
10 juin 2009 - 13h34 - Posté par momo11

Ben,si on compte sur l’intersyndicale.......Alors que tous les acquis sociaux sont battus en brèche,que le taux de chomage explose,que la protection sociale va etre privatisée,j’en passe et des meilleurs.Une manif tous les 2 mois,un sommet sociale pour agréer le nabot,bref tois petits tours et les revendications s’en vont.Bon,mais n’oublions pas que la france est dans le peleton de tete des pays les plus riches et que quand les capitalistes réclament (nos impots)du fric ils en ont a foison.C’est quand la révolution ?momo11



Le MEDEF "enterre" le projet Sarkozy sur les bénéfices, mais obtient le "prêt de salariés"
10 juin 2009 - 14h13

prêts de salarié...

le pire ça sera pour l ’entreprise a qui on me prêtera ,si ça doit arriver.

Makhno






1.2.3 JUIN à BAR-LE-DUC contre Cigéo, le nucléaire et la criminalisation de nos luttes !
mercredi 21 - 22h54
de : BureBureinfo
L’œil du tigre.
mercredi 21 - 18h56
Avoir 20 ans en 2021 - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 21 - 16h25
de : Hdm
Déconfinement : Emmanuel Macron nous prépare un été gâché par le Covid-19
mercredi 21 - 15h33
FORGES SBFM⚡FDB
mercredi 21 - 12h11
de : de Pierre Le Ménahes
Le Ménilmontant FC 1871 et la Commune de Paris
mercredi 21 - 11h46
de : Par le FC Sankt Pauli
Saccage des Jardins de l’Engrenage : des CRS et des bulldozers contre des arbres fruitiers et des plants de tomates
mercredi 21 - 11h34
de : jean1
Est-ce que la drogue tue ou bien le trafic de drogue ?
lundi 19 - 21h51
de : jy.D
Le secteur de l’animation se met (à son tour) en lutte
lundi 19 - 08h16
J.L.Mélenchon en Amérique-Latine ? Insupportable .
dimanche 18 - 17h52
de : joclaude
6 commentaires
Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs
dimanche 18 - 17h01
de : jean1
« Ils m’ont pris ma main ! »
dimanche 18 - 16h35
de : jean1
L’Histoire à ne pas oublier ! Quand le gouvernement américain protégeait les criminels de guerre nazis
dimanche 18 - 16h34
de : joclaude
Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
3 commentaires
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite