Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Ces bêtes qu’on abat (videos)
de : Michèle Scharapan
dimanche 14 juin 2009 - 13h37 - Signaler aux modérateurs
23 commentaires
GIF - 18.4 ko

de Michèle Scharapan

Dante a décrit l’enfer. Celui ci existe... Il a été crée par l’homme.

Il faut absolument lire ce livre qui dit le quotidien des abattoirs dans toute son horreur .Cela me semble impossible qu’après l’avoir lu, les gens puissent continuer à" manger l’agonie", comme l’écrivait Marguerite Yourcenar .

Bien sur cet homme Jean-Luc Daub est végétarien, et je crois même végétalien. il est la preuve, contrairement à beaucoup d’idées reçues, que de se battre contre TOUT ce qui est perpétré contre les animaux, n’ est pas antimonique avec le combat pour protéger nos semblables , bien au contraire.

Merci à lui d’avoir eu le courage d’écrire ce livre , pour témoigner de ce qu’il a vu .


Ces bêtes qu’on abat - Journal d’un enquêteur dans les abattoirs français (1993-2008) de Jean-Luc Daub, préface d’Elisabeth de Fontenay, Edition de l’Harmattan. Il est aussi en vente sur le site de L214
http://www.l214.com/

La viande coûte cher aux animaux. Engraissés dans des bâtiments obscurs dont ils ne sortent que pour être abattus, privés de toute relation avec leurs congénères, entravés, parfois sanglés au point de ne pouvoir bouger, ces animaux sont tués à la chaîne dans l’indifférence la plus absolue. Les enquêtes effectuées par Jean-Luc Daub dans les abattoirs français durant une quinzaine d’années lèvent le voile sur le malheur de milliards d’animaux. La force de ce témoignage tient dans la description, d’une précision extrême, des opérations d’abattage qui font inexorablement passer les bêtes de vie à trépas, dans ces lieux dont la législation dit qu’ « aucun animal ne doit ressortir vivant ». Les instances qui ont compétence pour faire appliquer la réglementation en matière de protection des animaux font preuve d’une passivité qui confine à la complicité. Plus largement, c’est à une réflexion de fond sur la condition des animaux élevés pour être mangés que ce livre nous invite. Pourquoi les avons-nous à ce point bannis de tout ?

Parallèlement à son activité d’enquêteur dans les abattoirs pour des associations de protection animale, Jean-Luc Daub travaille en Alsace dans le secteur médico-social ; il est éducateur technique spécialisé auprès de personnes atteintes de troubles psychotiques.





Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Ces bêtes qu’on abat
14 juin 2009 - 13h48 - Posté par yamina

Je suis de tout coeur avec vous !
Les élevages et abattoirs c’est l’enfer pour les animaux



Ces bêtes qu’on abat
14 juin 2009 - 14h08 - Posté par Estiva

En août 2008, avant la parution de son livre, Jean-Luc Daub avait fait une intervention aux Estivales de la question animale dans laquelle il témoigne de son expérience de visiteur d’abattoirs. On peut lire ce témoignage à cette adresse :
http://question-animale.org/fr/his/...

On peut se procurer son livre "Ces bêtes qu’on abat" en librairie ou l’acheter en ligne sur la boutique de L214 :

http://boutique.L214.com/index.php?cat=8



Ces bêtes qu’on abat
14 juin 2009 - 14h42 - Posté par v

C’est de voir que tout se déshumanise qui me donne envie de me battre, mais que fait la majorité pour lutter contre ce fléau qu’est la rentabillité voulut par le capitalisme.
Jean Cocteau nous avait prévenu qu’ils leurs falaient jouer coeur ou tricher le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ont déjaalain 04 beaucoup tricher


Ces bêtes qu’on abat
14 juin 2009 - 15h09 - Posté par Gérard Micheau

Merci à tous les militants qui dénoncent l’horreur de ces élevages et abattages massifs au plus grand mépris de la souffrance et du respect que nous devons aux animaux. Quand les humains vont-ils en prendre conscience, d’autant plus qu’une alimentation végétarienne est fortement recommandée pour la santé et celle de la planète ! Halte aux lobbies agro-alimentaires qui détruisent la nature et les animaux pour le seul profit de l’argent !



Ces bêtes qu’on abat, ça m’abat !
14 juin 2009 - 15h41 - Posté par jo benchetrit

Merci à l’auteur de ce livre...en espérant qu’il en vendra bcp.
Mais rien que de le lire l’article de Mme Scharapan, j’en frémis d’horreur.

Comment faire changer les hommes ? Comment les faire sortir de l’obscurantisme qui leur donne tous les droits ?
De cet enfer, il n’y a pas de sortie...il n’est que de parler avec les braves gens pour se decourager.
Ceux qui parfois, veulent bien nous prêter une oreille pour conclure : c’est trop dur. J’aime tellement tout ça, je ne pourrai pas m’en passer...
voilà pourquoi je suis pessimiste. On ne peut pas faire grand chose pour changer les hommes et les sauver de leur aveuglement.
Cependant, là où la pitié et la morale échouent, dévoilant notre espèce comme la pire, l’instinct de survie de l’humanité va peut être aider à abandonner en partie, je dis bien peut être, la consommation animale excessive. Nous n’en sommes pas à l’abandon pur et simple. Hélas, l’horreur, l’effroi ne sont pas près de s’éteindre. La "bravitude" des braves gens n’est guère brave au sens de courage.



Ces bêtes qu’on abat
14 juin 2009 - 17h50

JE VAIS ACHETER LE LIVRE EN PLUSIEURS EXEMPLAIRES

MAIS JE NE SAIS PAS SI JE PARVIENDRAIS A LE LIRE JUSQU’AU BOUT

J’AI ADHERE A LA PMAF ET SOUVENT JE N’ARRIVE PAS A TERMINER DE LIRE LES

DOSSIERS QU’ILS M’ENVOIENT TELLEMENT IL EST FAIT ETAT DE CRUAUTE

Michèle



Ces bêtes qu’on abat
14 juin 2009 - 21h48
Ces bêtes qu’on abat
15 juin 2009 - 06h39 - Posté par Jean-Luc Daub

Mes chers compatriotes pendant que nous divergions, que nous parlions, des animaux meurent chaque seconde dans l’indifférence et l’anonymat. Seuls les numéros attribués rappellent leur triste existence, leur fin misérable. Ces animaux sont comme des artistes qui effectuent leur dernier numéro, mais personne n’est là pour les applaudir, juste un con pour les comptabiliser. Vous êtes leur plus beau publique en tant que végétarien, ce dernier numéro de cirque en abattoir sera pour vous, pour que vous preniez leur défense, pour eux , pour les suivants, pour les autres innocents. Vous êtes leur meilleur publique, les animaux vous aiment, avant de mourir, et pour toujours. Et si dans un dernier tour de piste, les portes des abattoirs s’ouvriraient vers la lumière, l’amour, la liberté…. Grâce à quelques héros qui ne vous mangent pas votre chair, vous reprenez alors le couloir de la vie, nous danserons tous ensemble à grand pas sur la piste, pour un numéro de vie ensemble…



Ces bêtes qu’on abat
15 juin 2009 - 09h43 - Posté par baudin

Bravo pour avoir oser dire la réalité. Mais qui sommes nous pour generer autant de souffrance ? L’homme ne s’interroge plus sur rien il est comme une machine à détruire jusqu’à luimême. C’est de la connerie , de l’irrespect total pour la vie de la non conscience de ce que nous sommes sencés être, du sucide . Au lieu de semer l’amour on séme la mort est-ce vraiment ce que nous souhaitons ? Ou allons nous une telle souffrance à manger ne peut entrainer que notre propre souffrance. tu es ce que tu manges ? Quel monde !



Ces bêtes qu’on abat
21 juin 2009 - 11h34 - Posté par Félix

A défaut d’imagination de l’autre, peut être que ceux qui pensent que les animaux sont sur terre pour "leur" plaisir gustatif, pour être utilisés, industrialisés, pourraient au moins avoir de l’empathie pour leurs "semblables" . En effet en cessant de manger les animaux, ils permettraient au milliard d’affamés d’avoir de quoi ne pas mourir de faim. Les tonnes de céréales utilisées pour "élever" les animaux seraient alorssuffisantes pour nourir la moitié de la planète..
http://www.univers-nature.com/inf/i...


Ces bêtes qu’on abat
21 juin 2009 - 19h53 - Posté par anna

Tout à fait d’accord !!! Une alimentation végétalienne équilibrée, constituée de fruits, de légumes, de légumineuses et de céréales, permet non seulement de vivre soi même en bonne santé, mais aussi un plus juste partage des ressources céréalières de la planète. Dans un monde végétalien, il n’y aurait pas de famine. Il y a un facteur 10 entre la production de céréales nécessaires à l’alimentation des animaux d’élevage et celle des humains ; il est aussi égoîste de ne pas en tenir compte que de déforester l’Amazonie pour faire pousser du soja à des fins d’élevage. Alors effectivement, si les humains sont incapables d’avoir un coeur pour les animaux, ils pourraient au moins faire un petit effort pour leurs semblables, même si le manque de compassion d’une grosse partie de l’humanité face à la souffrance animale reste problématique et inquiétante.


Ces bêtes qu’on abat
15 juin 2009 - 10h15 - Posté par nazairien

Avez vous regarder le documentaire "Notre pain quotidien" plus bas sur bellaciao , c’est un reportage au coeur des grands groupes de l’agroalimentaire européen, on y voit ce qu’est la maltraitance animale . Des hommes et des femmes, pour gagner de quoi vivre sont devenus des robots, et traitent les animaux comme de vulgaires légumes . Sommes nous encore humain ?

http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...



Ces bêtes qu’on abat
15 juin 2009 - 14h55 - Posté par Michèle Scharapan

Vous pouvez aussi regarder Earthlings. Film très dur mais qu’il faut avoir le courage de regarder, comme celui de lire le livre de Jean-Luc Daub, et celui de Patterson .


Ces bêtes qu’on abat
15 juin 2009 - 17h56

Je suis tout à fait d’accord sur la nécessité de repenser l’élevage et l’abattage des bêtes à viande destinée à la consommation humaine, de lutter, ne serait ce que pour notre propre santé , contre l’exploitation industrielle, mais force est de constater que 80 % des commentaires que générèrent ce type d’articles sont complètement débiles et font abstraction de quelques vérités justement fondamentales.

Admettons qu’elles ne soient pas débiles mais révèlent tout simplement une certaine idéologie charlatanesque , limite sectaire, qui a pour fonds de commerce la haine de sa propre espèce ( ce que personnellement je n’arrive pas à comprendre - je conseille aux thuriféraires de ces délires totalitaires de se supprimer eux mêmes s’ils ne supportent pas leur propre espèce.)

L’homme est un mammifère omnivore.

Pourquoi serait il le seul mammifère omnivore à ne plus avoir le droit de manger de la viande ?

A quand la même interdiction pour les tigres, les panthères, les loups, les ours, et j’en passe ?

C’est vraiment dommage de "massacrer" un juste combat en écrivant tant d’âneries.

Qui n’a jamais réfléchi ici au fait que des tas d’animaux que tous ces généreux défenseurs semblent vénérer et à qui ils prêtent si facilement des traits de caractère humains sont eux mêmes des monstres si on jauge de leur monde à l’échelle de NOS VALEURS ?

Le petit cha-chat tout mignon si sensible et adorraaablle et gnagnagna , vous l’avez déjà vu choper une souris ? Même pas pour forcément la manger mais rien que pour JOUER ? Ah c’est tellement mignon...

La lionne magnifique qui explose sans pitié un bébé antilope pour filer à bouffer à ses rejetons.. Ahhh c’est beau...

Le chien qui se tape sa "fille", sa "mère" , vive l’inceste institutionnalisé...

Non mais franchement, vous vous rendez-compte de jusqu’où on peut aller comme ça ?

Je suis absolument sidérée. Mais c’est encore la preuve qu’un combat juste peut être dramatiquement perverti (et donc, aller droit dans le mur) selon qui le mène et comment...

Alors, oui, tout à fait d’accord pour la lutte contre l’exploitation industrielle des bêtes à viande, mais dans le sérieux, que diable - et j’ajoute que personnellement, j’avoue humblement ne pas avoir envie du tout qu’on me "condamne" à passer le reste de mes jours à ne bouffer que du tofu, du riz complet, et des algues. Mince alors.

Présenter le monde des animaux comme strictement pur, beau, sensible, intelligent etc c’est vraiment du grand délire. Je me demande si ces gens là ont déjà vu des animaux sauvages dans leur milieu naturel ?

Oui l’être humain était un animal ou quasi,mais c’était il y a longtemps. Nous avons des liens de parenté mais nous avons des spécificités, des qualités propres que n’ont pas eues les autres animaux, qui nous différencient, justement, des autres espèces.

LL

Ps : question pour un champion, que pensent tous ces beaux parleurs de la violence légitime qu’appelle la lutte des classes entre membres d’une même espèce ?



Ces bêtes qu’on abat
15 juin 2009 - 21h56 - Posté par Maël

Et même en faisant abstraction du fait que nous ne soyons plus vraiment des animaux, il est dans l’ordre de la nature que les animaux se mange entre eux. L’homme le fait depuis la nuit des temps. Ne brisons pas l’ordre naturel, mangeons de la viande dans le respect de ces bêtes.


Ces bêtes qu’on abat
15 juin 2009 - 22h42 - Posté par

Tout à fait d’accord avec toi.


Ces bêtes qu’on abat (videos)
16 juin 2009 - 20h27

Enfin, vers la fin, quelques commentaires « sains » ! Attention de ne pas sombrer comme Brigitte Bardot dans ce que je résume souvent en un adage détourné : « qui aime trop les bêtes n’aime pas les gens ».

Comme le dit LL, nous sommes omnivores, la nature nous a faits ainsi, et le mieux, c’est de l’assumer.

Connerie que d’affirmer qu’un régime végétarien est bon pour la santé : même pour un vieux plein de cholestérol et perclus de goutte, il ne faut pas descendre en dessous de 150g de viande rouge par semaine.

Mais surtout, c’est con limite criminel d’élever un gosse sans produits animaux. Tous ceux à qui on l’a infligé sont chétifs et toujours plus ou moins malades.

Ce qui me fait le plus rigoler (tendance humour noir), c’est l’idée que si on est végétarien, on est intellectuellement supérieur. Je sais : sur Bellaciao, on rencontre plutôt mécréant et compagnie. Mais combien voit-on ailleurs de gens qui s’imaginent faire preuve de « spiritualité » en se privant de viande.

J’ai envie de leur dire de se procurer le DVD du film « L’Odyssée de l’Espèce », ou n’importe quel bouquin de paléontologie. Ils y apprendront que s’ils ont un « esprit », c’est grâce au fait que leurs très lointains ancêtres, il y a quelques centaines de milliers d’années, étaient carnivores, voire charognards, ne sachant encore ni chasser ni faire du feu. Mais sans cet apport de protéines qui a déjà envoyé certains de mes lecteurs dégueuler aux chiottes, notre cerveau n’aurait pas pu se développer et l’être le plus évolué sur terre serait le gorille, puisque chimpanzés et bonobos, nos plus proches cousins, ne sont pas purement végétariens.

Alors je sais bien, tout cela ne justifie pas certains modes inutilement cruels d’élevage et d’abattage. Mais de grâce, pas d’anthropomorphisme ! (Ouaiaiais !!!! J’ai réussi à l’écrire sans faute du premier coup !) Un animal à l’abattoir n’a aucune conscience de la mort. Un humain beurré comme un petit Lu et qui prend des risques inconsidérés sur le route a des millions de fois plus conscience de ce qu’il lui arrive qu’un animal de boucherie.

L’immense majorité de citadins qui surfent sur Bellaciao ont-ils déjà vu des canards et des oies faire la queue pour se faire gaver ? C’est ainsi ! Le gavage consiste à profiter d’une tendance naturelle de ces animaux. Je pense que mes éventuels lecteurs ne sont pas tous des antialcooliques ni des antitabagiques acharnés. Si je leur offre une cartouche de clopes et une bonne bouteille, leur toubib pourra me traiter d’assassin, mais eux, ça m’étonnerait qu’ils me traitent de sadique. Et pourtant, contrairement aux oiseaux, il savent que leur addiction réduit leur espérance de vie. La cruauté n’est pas toujours là où on veut la voir.

Re-humour noir : je vois déjà les végétariens de service rechercher mon nom et mon adresse pour venir me foutre un coup de fusil au nom de la bienveillance due aux êtres vivants. Tant il est vrai que, dans toutes les religions, même celles qui se croient laïques, le refus de l’animalité de l’être humain conduit tout droit à la bestialité.

Ce qui est beaucoup plus inquiétant dans ces histoires d’élevage et d’abattage, c’est le gaspillage et la surproduction de viande. Combien d’entre vous, les non végétariens, j’entends bien, savent cuisiner les « bas-morceaux » ? Qui sait encore se régaler d’un ragoût, d’un pot au feu, d’un cœur de bœuf braisé,....... ? Pourtant les moyens de cuisson modernes (cocotte minute, micro-ondes) permettent de les préparer sans y passer des heures. Qui sait apprécier un « as de pique » de poulet, avec les si bien nommés « sot l’y laisse » ? Mais non. Ces morceaux partent à la poubelle ou dans des pâtées pour chiens et chats, et on produit deux à trois fois trop de bêtes de boucherie, avec tout ce que cela comporte de pollution (lisiers, méthane, CO2), pour ne manger que des cuisses et des blanc de poulet, que des steaks et des rôtis.

Il n’y a pas si longtemps, on a même fait bouffer ces « bas-morceaux » à des herbivores sous forme de farine, déclenchant l’épidémie de vache folle.

Il serait temps qu’on devienne raisonnable, mais c’est comme pour tout : ce n’est pas faisable dans le cadre de la sacro-sainte économie de marché.

A part ça, dommage que les intégristes végétariens ne réussissent pas à me dégoûter des bonnes choses. Je pèse quand même 15 kg de plus qu’à l’époque où je tenais le 30 km/h de moyenne à vélo (et quel vélo !).



Tue l’animal toi-même !
17 juin 2009 - 10h28 - Posté par

" En Angleterre, un "végétarien" coûte au service national de santé anglais 12 340 livres (soit environ 19 818 €) en traitement hospitalier, sa vie durant : son temps d’hospitalisation représente 22 % seulement de celui d’un "ominivore", lequel coûte en moyenne 58 062 livres (92 994€)

La mortalité par cancer est réduite de 40€ chez les sujets végétariens. Cela est vrai surtout pour les cancers du sein, du côlon et du rectum, mais aussi de la prostate. "

Changez d’alimentation Prévention des cancers Professeur H. Joyeux Collection Ecologie Humaine François-Xavier de Guibert.

L’excès de protéines animales n’est peut-être pas étranger à l’abaissement continuel de l’âge des règles chez les filles. 18 ans au début du 19 ème siècle, 16 ans à la fin du 19ème siècle, 14 ans au début du 20ème siècle et 12 ans à la fin du 20 ème siècle. D’autres éléments ont été mis en évidence. Sujet à approfondir donc.

L’Homme n’est pas omnivore par nature. Il l’est essentiellement devenu par la force des choses pour survivre dans un environnement hostile. L’excès de protéines animales n’est peut-être pas étranger au développement de son troisième cerveau (cortex), il s’est fait aussi au détriment de son deuxième cerveau le système limbique celui des émotions...

" Si tu manges de la viande, tue l’animal toi-même !"

"Manger de la viande est mauvais pour la santé des animaux !"


Aime l’animal que tu tues
17 juin 2009 - 13h11 - Posté par

L’Homme n’est pas omnivore par nature. Il l’est essentiellement devenu par la force des choses pour survivre dans un environnement hostile.

Waow, alors c’est GÉNIAL on a une nouvelle thèse scientifique qui remet en cause tout ce que les plus grands savants ont découvert depuis des siècles, en direct live sur Bellaciao !!!

Nan... c’te blague... Avant, Homo Sapiens Sapiens, on était herbivores, cousins des vaches, c’est ça ? Et c’est comme ça, grâce à cette nourriture de fffoliiieee, qu’on s’est développés sans doute ?

De nbses recherches montrent que les autres espèces "d’homos" se sont éteintes en partie peut être aussi à cause d’un pb d’alimentation qui a freiné le développement du cerveau, des muscles etc.

Et puis moi j’adore l’argument qui consiste à mélanger les effets des excès d’une consommation de protéines animales (et je fais partie des "omnivores" qui pensent qu’on bouffe à la fois trop et de trop de mauvaise barbaque alors...), et la consommation de protéines animales tout court !

C’est pas sérieux ce genre de débats. Vraiment pas sérieux. Ça fait pas envie.


Tue l’animal toi-même !
17 juin 2009 - 22h23 - Posté par cookie

Que chacun reste ancré dans ses certitudes ! Omnivore ou pas,carences ou pas,
la seule chose que me dicte ma conscience à moi,c’est d’éviter de donner ou de faire donner la mort,accompagnées de ces terribles souffrances qu’entraînent les élevages,les transports et les abattoirs.


Tue l’animal toi-même !
18 juin 2009 - 16h38 - Posté par

La conscience c’est vraiment une affaire très personnelle.

Personnellement jem e battrais toujours pour que l’exploitation et l’"abattage soient revus et corrigés, et bien, mais certainement pas pour des ayatollahs du poireau-tofu qui voudraient m’empêcher de manger un steak de temps en temps et d’en donner à mes enfants.

Comme dit "Virginie" moi, le plaisir, ça me parle aussi beaucoup.

RIKA ZARAÏ, SORS DE CE COOORRRPPPSSS !!!


Tue l’animal toi-même !
19 juin 2009 - 09h27 - Posté par cookie

oui,le plaisir aussi,c’est vraiment personnel,le mien c’est de ne pas cautionner
les massacres et le sang versé


Tue l’animal toi-même !
17 juin 2009 - 18h56 - Posté par virginie

Eh, ça va pas bien non, on va pas nous dire maintenant ce qu’on doit manger quand même.
Parce que là, excusez moi mais m......... on mange ce qu’on veut, ce qu’on peut et/ou ce qui nous fait plaisir.
La notion du plaisir, moi ça me parle.
Maintenant que les abattoirs soient revus et corrigés, certainement.






les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce n'est pas la crainte de la folie qui nous forcera à laisser en berne le drapeau de l'imagination. André Breton
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite