Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

La fabrication du consensus – Les médias marocains et le Sahara Occidental

de : Diaspora Saharaui
mercredi 12 août 2009 - 20h15 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

Par Denis Vericel

La fabrication du consensus

JPEG - 76 ko

Après avoir examiné la presse écrite marocaine, l’on peut constater que les journaux francophones sont "Le Matin", "Aujourd’ui le Maroc", "Au fait". Ceux-là de langue arabe sont "Al Alam", "Al Maghribia". Les nouvelles internationales sont comme ailleurs, alors que les locales parlent de politique, sport, télévision et beaucoup d’événements banales. Jusqu’ici rien n’est différent. Rien excepté une chose : chaque jour, depuis plus de 30 ans, tous les journaux marocains s’occupent d’une question : le Sáhara Occidental. Aucune mise en question n’existe, uniquement une certitude : le Sáhara Occidental est une partie du Maroc et le Maroc se bat pour l’Union Nationale et pour l’Intégrité de son Territoire.

Histoire du Sahara Occidental

Le Sáhara Occidental a été colonisé d’abord par l’Espagne, qui voulait ce territoire désertique comme protection pour ses Îles Canaries situées à peu de kilomètres de la côte. Dès les années 60, ont commencé les manifestations contre cette occupation et ont été violemment réprimées par l’armée espagnole. La situation a changé dans les années 70 lorsqu’un autre protagoniste a décidé de déclarer sienle territoire et se battre pour le retour de ces terres au "Grand Maroc".

Quand le roi Hassán II a organisé la "Marche Verte" dans laquelle 350.000 Marocains sont entrés dans ce qui étatit, à l’époque, le Sáhara Español, "armés uniquement du Sacré Coran", avait dit le roi, sa stratégie allait beaucoup trop au-delà d’un désir pacifique pour libérer le Sáhara. Après deux coups d’État et beaucoup de manifestations contre le régime monarchique, Hassán II avait besoin non seulement d’unir le peuple marocain pour une cause commune mais aussi de se protéger des meneurs militaires qui avaient déjà essayé de lui tuer deux fois. La situation du Sáhara est apparue comme la solution parfaite pour les deux problèmes.

Cependant, la pacifique Marche Verte était plustôt une annexion devant les yeux de la Communauté Internationale, puisque le général Dlimi et l’armée marocaine ont pénétré dans le territoire saharaui juste quand les membres de la marche ont croisé la frontière symbolique. Dans le plan de Hassán II, il y avait un facteur unique inconnu : la résistance saharaui. Organisée dès 1973 comme un front par la liberté saharaui dénommé POLISARIO, l’insurrection saharaouie contre la nouvelle colonisation s’est transformée en guerre qui a duré 16 ans. Exilée dans le désert de Tindouf (Algérie), la République Arabe Saharaui Democrática (RASD) attend la célébration du référendum pour l’indépendance promis par les Nations Unies. Actuellement, le Sáhara Occidental continue d’être le dernier territoire africain, dans l’agenda de l’ONU, qui espère être décolonisé.

Depuis le cessez-le-fe de 1991, le Maroc a renforcé sa politique d’occupation et de colonisation et en plus des avantages évidents politiques de cette colonisation, le Maroc bénéficie aussi de beaucoup de cadeaux de cette terre, comme les phosphates et la pêche. Plus que l’armée, la Police marocaine est omniprésente dans le Sáhara Occidental, en essayant de contrôler chaque haleine de la population saharaouie. Les manifestations sont interdites, les journalistes contrôlés et les activistes surveillés. De nos jours, 34 ans après que le Maroc contrôle le Sáhara Occidental, le royaume continue de violer encore les lois internationales après avoir repoussé la célébration du référendum, de spolier les ressources naturelles du territoire ( voir Western Sahara Resource Watch) et d’ignorer les droits de l’homme en opprimantà la population saharaouie.

Mais il y a quelque chose de plus : le Maroc ment quotidiennement à sa propre population. L’un des objectifs principaux du Royaume a été, et continue d’être, de persuader les Marocains que sa politique est correcte, légale et reconnue par la Communauté Internationale. Pendant des années, les journaux marocains, la télévision et la radio racontaient la même vieille histoire : que le Maroc est victime des attaques du POLISARIO ; que l’intention unique du Maroc est de libérer cette terre au nom de la liberté ; que le Maroc veut uniquement libérer les Marocains des provinces sahariennes d’une séparation injuste. Ainsi, jour après jour et année après année, le même discours dans les journaux a réussi à créer un consensus national sur le Sáhara Occidental.

Que disent les journaux sur le Sahara Occidental ?

Si nous lisons quotidiennement les journaux marocains, nous pouvons constater en premier lieu q’il y a , presque tous les jours, un article sur le Sáhara. La plupart des fois, ces articles appartiennent au même journaliste (comme Latifa Cherkaoui pour "Le Matin") ou ne sont pas signés, émis par Maghreb Arab Press, l’agence de presse de l’Etat. Les articles ont l’habitude de parler de la crise saharaouie et, surtout, de comment le Maroc travaille pour résoudre le problème ; de comment le POLISARIO fait pour déstabiliser les négociations ; de comment les conditions humaines dans les camps de Tindouf sont terribles ; de comment les Nations Unies et d’autres nations soutiennen le plan d’autonomie proposé par le Maroc.

Dans ce sens, les journalistes ont créé leur propre vocabulaire pour le Sáhara Occidental (le terme qu’ils n’utilisent jamais en préférant "Sáhara Marrocain" ou les "Provinces Sahariennes"). Si nous jettons un coup d’oeil aux termes utilisés dans les articles, nous pouvons voir, à l’instant, que le sujet ne permet qu’une vision unique. Chaque fois qu’un journaliste écrit sur le "Sahara Marrocain", la dite expression vient associée aux mots suivants : "Nos provinces, union sacrée, souveraineté nationale, unanimité, intégrité territoriale, légalité internationale, peuple marocain, patrie, orgueil national, unité, sacrifice".

Lorsque les articles se rapportent au plan d’autonomie, le vocabulaire non seulement est dûment orienté, mais en plus il ne laisse pas d’opportunité pour un autre point de vue. La position du Maroc est toujours qualifiée de : "juste, sérieuse, croyable, réaliste, raisonnable, sans aucune ambiguïté". Beaucoup d’expressions sont utilisées : "Une solution politique et définitive. Bien reçu par le Conseil de Sécurité et par la Communauté Internationale. Une alternative sérieuse et crédible. Paix négociée. L’unique et définitive solution démocratique valable et sûre". Ces expressions s’emploient à la lettre dans tous les médias.

La même stratégie est suivie lorsque les journalistes parlent du mouvement indépendiste. Quand sont mentionnés les mots POLISARIO et Camps de Tindouf, sont toujours liés liés à : "Mercenaires du POLISARIO, endoctrinement polisarien à Cuba, action terroriste, pseudo-RASD, connexion avec le mouvement terroriste, violation des Droits de l’homme, prison sécrète, population séquestrée, traite des êtres humains, isolement stalinien, torture, absence de liberté, camps de la honte".

Mais le vocabulaire arrive à être encore plus violent et agressif ainsi que les sujets traités. Actuellement, les journalistes construisent une nouvelle image du POLISARIO plus "moderne". Les derniers articles expliquent comment le POLISARIO vend des armes aux groupes terroristes, comment celui-ci est lié à Al Qaida, comment le Front est composé en réalité par des trafiquants de drogue qui arrivent au Maroc depuis l’Algérie pour vendre des drogues et des cigarettes, etc...

Quand nous voyons l’agressivité qui caractérise les journaux envers le Sáhara Occidental, moyennant l’utilisation quotidienne du même vocabulaire unilatéral et en le liant avec les pires démons de notre société, comme les drogues et le terrorisme, il ne nous reste plus que rappeler la définition suivante :

"Le secret de la propagande moderne : simplifier tellement les choses complexes que même le moins intelligent peut entendre ce que je dis. Simplifie et répète chaque jour. Simplifier et répétir, voici le secret de la propagande moderne".

Cette définition de la propagande est de Fritz Hippler, metteur en scène du Troisième Reich.

Aucune opinion alternative n’est possible

Mais pourquoi n’y a-t-il pas d’alternative à cette opinion quotidiennement imposée ? L’une des réponses se trouve dans de la Loi marocaine. Si vous jettez un coup d’oeil à la Constitution marocaine et au Code de Presse, vous verrez qu’aucune offense n’est permise au roi ou à la "intégrité territoriale". Parler du Sáhara Occidental ou de n’importe quelle alternative à la position marocaine est quelque chose qui est immédiatement réprimé. Et cette loi non seulement existe pour protéger le roi et le point de vue marocain mais c’est, en plus, la méthode légale de poursuivre n’importe quel activiste, journaliste ou citoyen qui n’accepte pas la vision marocaine. Grâce à cette loi, les tribunaux marocains ont condamné nombreux saharaouis à des peines de beaucoup d’années de prison. De cette façon, participer à une manifestation est suffisant pour aller en prison, alors que la brutalité policière est légitimée par la dite loi.

Les journalistes marocains sont victimes de cette loi. Ali Lemrabet, un éditeur de "Demain Magazine" attend la sentence judiciaire et une peine de 3 à 5 ans de prison par "injures à l’encontre de la personne du Roi" (voir l’article de Reporters Sans Frontières : ""Warning for the independent press""). Le droit à la liberté d’expression est reconnu comme un derecho humano dans l’Article 19 de la Declaración Universal de Derechos Humanos, cependant, la Constitution marocaine a trouvé la solution pour protéger son peuple de cette liberté. Le Maroc, et le nouveau roi Mohamed VI, voulaient que sa nouvelle constitution soit "moderne", "démocratique" et "respectueuse", mais, finalement, la presse et les journalistes continuent de manquer de la liberté pour écrire ; les citoyens peuvent être condamnés pour parler du roi ou de "l’intégrité territoriale" et, même, l’homosexualité est encore considérée comme une offense (voir le Informe de Amnistía Internacional 2009).

Il faut souligner que plusieurs journaux marocains sont étroitement liés au régime. Ses chefs, ses propriétaires et ses actionnaires, les compagnies qui paient la publicité, tous font partie du système contrôlé depuis là-haut, par le propre roi Mohamed VI. Par exemple, Moulay Ahmed Alaoui, cousin de Hassán II et ex-ministre, est le président de "Maroc Soir", le groupe que publie "Le Matin", dont il est aussi un "directeur politique". Un autre journal, "Al-Anbaa", est tout simplement géré par le Ministre de l’Information.

La fabrication du consensus sur le Sáhara Occidental est une tâche quotidienne pour les journaux et les autorités marocaines. Le rôle des médias est confondre la population marocaine moyennant le point de vue officiel. Les autorités peuvent interdire n’importe quelle autre opinion en condamnant les individus "insoumis". Ils peuvent aussi utiliser d’autres méthodes comme fermer l’accès du Maroc à ARSO qui est la page Web la plus importante sue le Sáhara Occidental.

La manipulation de l’opinion publique et les pressions très agressives utilisées par le Royaume du Maroc pour imposer son plan aux autres pays constituent ses armes les plus importantes dans ce conflit. Mais c’est, aussi, la raison de la situation interminable actuelle, l’obstacle devant toute solution au Sáhara Occidental.


Les mensonges ne font pas partie de la liberté d’expression.

Commentaire par Casazone

Tel Quel n’avait-t-il pas reçu, les largesses d’une institution étatique sous couvert de la réalisation d’un numéro spécial sur le tourisme au Maroc ? TelQuel n’avait-t-il pas reçu une centaine de millions de centimes de l’état au moment même de sa condamnation par la justice pour diffamation à l’encontre d’une personne ?

Normalement les autorités marocaines ne devraient pas donner aucun privilège ni assistance, ni cadeau à Telquel. Il doit être laissé tel qu’elle est lors de son condamnation par la justice. Comme ils ne devraient plus céder à la pression des journaux étrangers qui cherchent de l’argent facile.

Il ne faut pas que certains journaux français et certains journalistes disent ce que Lambrabet ne disait pas. Lamrabet est un ex-diplomate transformé en journaliste intègre et non opportuniste. Benchemsi de TelQuel ainsi que beaucoup d’autres journalistes marocains et français sont très loin d’avoir ni le courage de Lambrabet ni un peu de sa personnalité. Pour info c’est bien le directeur de publication de telquel Ahmed Reda BenChemssi qui a refusé catégoriquement de soutenir (moralement) Monsieur Lambrabet lorsqu’il était en prison. Et c’est le seul et unique directeur de journal qui a refusé parmi tous les directeurs de journaux. Et il n’avait rien à perdre si il disait que “mettre lambrabet en prison était injuste”. En plus BenChemssi publiait des commentaires insultantes envers lambrabet sans cesse dans son journal.

Et aujourd’hui, certains journaux et journalistes cherchent à justifier les bêtises et le non professionnalisme de TelQuel en évoquant Monsieur Ali Lamrabet qui était victime des “GRANDS MILITANTS” de la liberté d’expression qui avaient saboté le décollage du maroc de l’après indépendance et qui gouvernait lorsque le simple citoyen ALI LAMBRABET a bouleversé le champ de la presse marocaine dominé par les journaux partisanes avec ses magazines satiriques “DEMAIN” et “DOUMAN” interdites par ces grands défenseurs de la liberté d’expression et des droits de l’homme.

Au Maroc, il y a une nouvelle catégorie de journalistes qui se distinguent par (l’une ou) les caractéristiques suivantes :

  Le papa était un membre du bureau politique d’un parti, journaliste aussi, bénéficie de différentes rentes et privilèges de son parti et de sa fonction dans l’administration ou dans une entreprise publique ou semi-publique.

  Le fils de papa ne fait pas son service militaire, vit comme un prince par les différentes ressources de son papa.

 Le papa étant un grand voleur des deniers publics via son poste, envoi son fils étudier à la Sorbonne par l’argent du contribuable.

Une fois le fils obtient son diplôme non technique, il commence sa carrière en achetant un poste par l’argent ou le coup de pouce de son papa qui, en public, au parlement ou dans le journal de son parti, mente hypocritement et politiquement en parlant de l’honnêteté. Le fils ne réussissant pas dans son poste ou n‘arrivant pas à voler comme son papa pense au chemin le plus court : créer un journal en le finançant par des amis qui sont aussi issus d’un papa ex-ministre ou mauvais gestionnaire ou voleur des deniers public.

Une fois le journal crée, le fils de papa cherche à concurrencer les vrais journalistes indépendants (ET ILS EXISTENT). Il administre ses collègues journalistes comme un dictateur, ils ne les déclarent pas à la CNSS, il les payent avec un salaire de misère et ils ne bénéficient pas de leurs droits de travail. C’est-à-dire, il reproduit les même méthodes de papa qui est un politique militant des droits de l’homme, de la liberté d’expression, et faisant partie des partis de l’opposition. Le fils journaliste ne s’arrête pas là, il brûle les étapes et attaque d’autres fils de papa en utilisant le conditionnel et en disant aux lecteurs qu’ils sont issus des gens du Makhzen. Ce journaliste dont le papa était un grand voleur et un faux opposant et opportuniste écrit un éditorial qui s’adresse à “ce qui le concerne”.

Je dirais à cette catégories de journalistes et la catégorie qui affiche une photo d’un “général d’armée”, d’un “prince”, etc… de façon répétitive durant ces dix dernières années pour vendre leurs journaux : “BARAKA RAH 3ako bikom. Ou tout simplement vous êtes nuls” Et à ces défenseurs de la liberté d’expression qui sont au gouvernement aujourd’hui et qui sont issus des partis dits progressistes ou populaires : Autoriser le journaliste Lamrabet à lancer un nouveau magazine “DEMAIN libéré”

Source : Diaspora Sahraouie


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
La fabrication du consensus – Les médias marocains et le Sahara Occidental
13 août 2009 - 10h34 - Posté par anasoz

vous parlez de resistance dans les annees 60 contre l occupation espagnole, la seule resistance etait venue de marocains sahraouis, le plus connu de ces resistants est le brave Bassir connu sous Mohamed Bassir, héros du soulèvement historique de Zemla (Laâyoune-17 juin 1970).

merci de verifier vos ressources la prochaine.



La fabrication du consensus – Les médias marocains et le Sahara Occidental
13 août 2009 - 15h37 - Posté par greenwite

Je crois que cet article contient certaines vérités, mais est plus une propagande antimarocaine. La presse marocaine ne parle que rarement du probléme sahraoui et non tous les jours et on peut vérifier ça sur le Web, secondo à aucun moment il n’a parlé de la presse algériennes et surtout sa TV qui n’arrétte pas de parler et de verser sa propagande antimarocaine, et tersio la presse marcocaine est évidement contrôlé et en terme de libérté elle est "plus libre" que la presse algérienne et ça aussi est vérifiable sur le web (classement libérté d’expression)



La fabrication du consensus – Les médias marocains et le Sahara Occidental
13 août 2009 - 17h55

a-t’on déjà vu un "canard" français parler de la Corse autrement que d’un département ? Réveillez vous donc et ne soyez pas berné par la propagande algérienne qui a créé de toutes pièces cette république fantoche et qui n’a que pour seul intérêt l’accès à l’atlantique et aux ressources minières de nos provinces sahariennes.



La fabrication du consensus – Les médias marocains et le Sahara Occidental
13 août 2009 - 18h25

en tant que "journaliste", assurez vous tout d’abord des infos que vous publiez.
1- M. Moulay Ahmed Alaoui n’est plus de ce monde
2- il n’existe pas de ministre de l’information au Maroc.
3- ...



et le Sahara Occidental
14 août 2009 - 00h38 - Posté par No one

Mon attention était attirée par l’expression-tribus qui ne sont pas encore constituées en etat- Ces tribus ont toujours existé sous l’autorité chérifienne. D’ailleurs ,dans les années 1960 il ne subsistait aucune entité tribale vivant en marge de la société internationale.La marocanité du sahara est authentique.J’ai un livre que je n’ai pu publier qui certifie cette thése basée sur des faits concrets impossible de contester.Je m’en limiterais à quatre exemples.
1-L’Espagne n’avait pas occupé un no man’s land comme elle le pretendait ;mais elle avait bien annexé un territoire d’un etat souverain.
2-Acun état concerné n’a dénoncé cette agression sauf le Maroc.
3-Aucun état tampon n’existait entre le Maroc et le Sénégal.
4-On prétend toujours qu’il n’existe aucune affinité entre la population sahraouie et la population marocaine. C’est faux.Plusieurs tribus sont originaires du nord du Maroc : Rhamnas et Laarousiines à titre d’exemple. D’aileurs feu Joumani grand notable sahraoui se rendait souvent pour se recueillir sur la tombe de son Aieul Moulay Abdessalam Ben M’chich personnage charismatique de tous les Jeblis.
Enfin, je ne suis pas un dogmatique ni un démagogue comme tant d’autres .Mais j’essaie dans tous mes écrits de relater la vérité loin de toute influence quelle qu’elle soit.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite