Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Outrenoir
de : Téaldi Jean-François
lundi 16 novembre 2009 - 13h10 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 37.3 ko

de Jean-François Téaldi

Un jour comme un autre si ce n’est qu’après une journée de travail on se rend à Beaubourg pour s’enivrer des « outrenoir » de Soulages, peintre du noir et de la lumière, relation du noir à la lumière, brous de noix, goudrons sur verres.

Au sommet de l’escalator qui abouti au 6e et dernier étage impression bizarre. Des armoires à glace style Schwarzenegger, vêtues de noir, cranes rasés, talky-walky, vous scrutent en contre plongée. Regards méfiants sur les arrivants, suivis des yeux, détaillés de la tête aux pieds ; jamais rien vu de pareil au Centre Pompidou. Je sais bien que les œuvres de Soulages atteignent des records dans les ventes, mais quand même…Passage devant l’entrée du restaurant Georges. Même décor, mêmes regards soupçonneux des body-guards filtrant l’accès au restaurant. On jette un œil vers le fond de la salle.

Des oriflammes de la CGT sont scotchées sur les murs. Je reconnais l’affiche : "Ils bossent ici, ils vivent ici, ils restent ici". C’est sûr, des sans papiers occupent le restaurant. Derrière les vitres on devine les ombres, une trentaine de noirs palabrent. On leur apportera notre solidarité "en revenant de l’expo".

Deux heures plus tard, les yeux encore éblouis par les « outrenoir » de Soulages nous repassons devant le body-guard. Surtout pas d’hésitation, d’autant que mon blouson de cuir râpé, mon jean et mes boots, ne cadrent pas tout à fait avec la tenue vestimentaire des habituels dineurs de ce lieu assez mondain. Le vigile ne bronche pas ; un léger mouvement de son corps m’indique toutefois une petite hésitation. Notre allure assurée trompe sa méfiance ; « des clients » pense-t-il sûrement ! Les hôtesses, ravissantes, robes noires et décolletés, sourires ravageurs, dignes de figurer dans un casting de « Belles de nuits », nous accueillent avec empressement, menus à la main. Coup d’œil vers les clients attablés… en d’autres temps, Dutronc les aurait chantés « habillés par Cardin et chaussés par Carvil ».

Malgré les sourires enjôleurs des hôtesses, nous bifurquons ; leurs regards deviennent hostiles, pire indifférents. Au pied de l’enveloppe aluminium du restaurant, regards interrogatifs des africains. « Bonjour on est communistes, on vient soutenir votre combat. » Mouvement autour de nous, on serre des mains, noires, illuminées de regards brillants. On parle de leur lutte, de celles des autres sans-papiers, on signe la pétition de la CGT. « Merci, merci », des dizaines de fois répétés…Chaleur humaine. Après un dernier « Tous ensemble on va gagner, vous serez tous régularisés », une haie se forme, elle nous accompagne jusqu’à la sortie. Nous ne prêtons même pas attention à l’une des plus belles vues panoramique de Paris, plongée dans le noir de la nuit.

Tristes de leur sort, fiers de leur combat, direction Métro Chatelet. Place de la fontaine des Innocents, au nom prédestiné ce soir là, drôle d’ambiance. Une dizaine de cars de police alignés le long du trottoir. Une vingtaine de policiers, en ligne eux aussi. Devant eux, sur un seul rang, face à la fontaine, une vingtaine de jeunes noirs. Un peu rastas pour certains, plutôt bien sapés. Ils ne bronchent pas, encadrés par les forces de l’ordre. Malaise de les voir ainsi, debouts, immobiles, offerts aux regards des noctambules qui passent sans s’arrêter. Une escouade s’éjecte des cars et arrive en courant vers les jeunes blacks. On s’approche, tout près des policiers, dans leur dos, bien décidés à intervenir au cas où. Regard suspicieux du pandore.

Il hésite. La fouille au corps a débuté ; les mains tâtent les jambes écartées, ils ne bronchent pas, comme habitués à ce genre d’humiliation. J’ai envie de vomir. Le policier s’approche, fier de sa position : « Ca vous ennuierait de vous éloigner ? ». « Oui. On reste. Je suis journaliste, vous voulez voir ma carte ? » Changement d’attitude. « Qu’est-ce qu’ils on fait ? » « C’est un problème d’alcool ! » Bizarre, les jeunes ne titubent pas, ne parlent pas, ils n’ont pas l’air éméchés ; droits, dignes, face aux chasseurs de faciès. La fouille se déroule sans incident. On repart.

Bouche du métro Chatelet. File d’attente dans le couloir. Encore des agents de sécurité, en civil, même allure que ceux de Beaubourg. Seuls les blacks sont contrôlés. Malaise, énervement. Je lance : « Ras le bol de la France de Sarkozy, des flics et des vigiles. On se croirait en dictature ». Pas de réaction, ils feignent ne pas avoir entendu. Il est vrai que nous sommes blancs !

Métro, RER, arrivée à Chaville-Vélizy. Un homme se précipite hors de la rame, enjambe le muret de la gare pour rejoindre la rue, sans passer par l’issue habituelle. Il est black. Des aboiements rageurs résonnent dans la gare. Ils émanent d’un chien loup, mais surtout du vigile qui le tient en laisse. « Hé, toi, tu veux que je t’aide ? » s’époumone le supplétif, couvrant les aboiements de la bête. Les deux lui courent aux fesses. Raté ! L’homme est déjà dans un bus qu’il voulait tout simplement ne pas manquer !

Dégoût, envie de gerber.

Arrivé dans ma chambre je dois écrire, témoigner, raconter cette soirée, pour dénoncer cette traque aux africains, à ces français à la peau noire, humains autres, beaux comme des « outrenoir » de Soulages.

Jean-François Téaldi, journaliste, membre du Conseil national du PCF



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Outre noir
16 novembre 2009 - 14h14

Magnifique texte. Texte de journaliste. De poète. De militant.

Merci.

LL



Outre noir
16 novembre 2009 - 19h51 - Posté par virginie

oui, très beau texte et malheureusement très réaliste.


Outre noir
18 novembre 2009 - 10h39 - Posté par

Ah comme ça fait du bien ce genre de billet journalistique, à l’écriture ciselée !Un papier que l’on aurait aimé lire dans l’Humanité dans les pages Tribunes et Idées, en lieu et place parfois, de tribunes qui n’ont d’intérêt que par la soi disante notoriété de celui qui l’envoie.

PC


Outrenoir
16 novembre 2009 - 23h42

Très bien dépeint.






les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
7 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nul n'est plus esclave que celui qui croit à tort être libre. Goethe
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite