Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Venezuela : Entretien avec Farruco, ministre de la culture


de : EncontrARTE
vendredi 4 février 2005 - 11h15 - Signaler aux modérateurs

Farruco : « Les grandes bases nécessaires au développement culturel devront être constituées »

de EncontrARTE traduction : Numancia Poggi

Farruco : « Je me dois à mes idées, à mes sentiments et à mes engagements profonds »

Francisco Sesto Novás, « Farruco » comme on l’appelle affectueusement, est actuellement Ministre d’Etat à la Culture et Président du Conseil National de la Culture (CONAC).

Vénézuélien né à Vigo, en Espagne, en 1945, cette dernière décennie il a occupé différents postes dans l’administration publique. En avril 2003 il a été désigné Vice-ministre de la Culture au Ministère de l’Education, de la Culture et des Sports, Président du Conseil National de la Culture (CONAC) et membre de la Commission Présidentielle pour l’Alphabétisation (Mission Robinson). En juin 2004, lors du processus de réorganisation et de restructuration du Secteur Culture a été créé par décret présidentiel le poste de Ministre d’Etat à la Culture et Farruco a été maintenu à ce poste par le Président Chávez, donnant ainsi continuité aux projets qu’il avait lancés quand il était Vice-ministre.

Architecte dans l’âme, et par profession, il a reçu plusieurs prix pour ses œuvres, aussi bien au Venezuela qu’à l’étranger ; il a été pendant 25 ans professeur titulaire, maintenant retraité, de la Chaire de Projet de l’Ecole d’Architecture de l’Université Centrale du Venezuela (UCV).

Pendant ses moments de liberté, qui maintenant ne sont plus très fréquents, il aime écrire et peindre. Il a écrit des poèmes et des essais : « Isolda », anthologie poétique ; « Una Pasión », nouvelle courte primée en Espagne en 1990 ; « Libro de la luna interior », anthologie poétique de 1995 ; « Desnudo el tuyo tan hermoso y para nosotros necesario », dessins et poèmes, de 1997 ; « Estudio de la mirada, la presencia, la belleza, la necesidad, el deseo, la desolación et la resurrección », anthologie poétique de 2002 ; « Porque soy chavista », essai ; et « Fatigas y fulgores », anthologie poétique de 2003.

EncontrARTE : Ministre, sur la plan de la culture, qu’est-ce qui a été fait et qu’est-ce qui n’a pas été fait par rapport aux plans que vous aviez pour l’année 2004 ?

Farruco Sesto : Je pense que le principal a été réalisé, c’était de réorienter la gestion publique de la culture. 2004 a été une année clé. Auparavant il semblait que la culture était à l’écart du Processus, aujourd’hui la perception est différente.

La culture occupe une place importante dans le panorama des changements. Elle contribue aux changements de mille façons. Cependant concrètement beaucoup d’objectifs n’ont pas été atteints. Nous sommes encore lents dans l’administration ; nous avons des problèmes dans le suivi des programmes, bien que nous soyons en train de corriger ces défauts.

Si je devais m’auto-évaluer et évaluer l’équipe qui m’accompagne, je dirais que nous avons obtenu 16 sur 20. C’est bien, mais perfectible. C’est ce que je crois.

EncontrARTE : Aussi bien pour le CONAC que pour le Ministère, quelles sont vos lignes stratégiques pour l’année 2005 ?

Farruco Sesto : Les projets spéciaux, qui sont les grands chantiers de la gestion culturelle, nous les avons intégrés dans les dix objectifs généraux de la Nouvelle Etape qui ont été exposés par le président Chávez. De plus, nous souhaitons toujours aller vers la déconcentration, vers la massification et vers la démocratisation de la gestion culturelle dans le Processus. Bien, si je devais synthétiser tout notre effort de l’année 2005 je te donnerais les lignes stratégiques suivantes :

Refondation intégrale des institutions culturelles publiques, pour les harmoniser avec les objectifs de la Révolution Bolivarienne. Révision et actualisation de tout le dispositif législatif et de toutes les normes concernant la culture, afin de disposer des instruments juridiques nécessaires aux grands changements. Création du réseau de 20 000 activateurs culturels au sein du peuple, présents dans toutes les communautés du territoire national : Misión Cultura. Création par l’Etat des plate-formes nécessaires pour le soutien au niveau national des diverses manifestations culturelles, en mettant l’accent sur la production et à la diffusion massive du livre, de la musique, du cinéma et des médias audiovisuels, plus le Registre des Traditions populaires. Universalisation des événements culturels, facilitant le rapprochement de la majorité du peuple vers toutes les expressions et formes de création et de pensée, et favorisant le dialogue interculturel entre les différentes régions du Venezuela et entre celles-ci et le reste du monde. Contribution décisive à l’élévation de la conscience et aiguisement des valeurs fondamentales, nécessaires pour faire avancer le projet de vie collective contenu dans la Constitution de la République Bolivarienne du Venezuela.

EncontrARTE : Nous observons un important travail d’investigation et de diffusion de l’activité créatrice des différentes cultures présentes au Venezuela, mais il y a également un autre processus non institutionnel, il s’agit du souhait des gens de participer à la vie culturelle du pays et de s’exprimer de différentes façons. Comment faire pour contribuer, sans leur donner de limite et sans tracer de voie, à ces manifestations dans le cadre des structures bureaucratiques des institutions existantes ?

Farruco Sesto : Si cela n’est pas obtenu, je veux dire si tout le peuple n’est pas intégré, et pas seulement une partie du peuple, mais tout l’ensemble de la société vénézuélienne, à cette effervescence permanente du travail culturel, rien de tout ce que nous faisons ne serait très utile. Si l’existence d’une bureaucratie culturelle sert à quelque chose, là est son utilité. Si les institutions de la culture sont nécessaires, elles le sont pour que tout le peuple se manifeste et s’exprime. En conséquence, tout ce que nous faisons tend vers cela. Les formules que nous pouvons avoir ce sont celles que nous mettons en pratique.

EncontrARTE : A qui est destiné le Programme de Financement Culturel ?

Farruco Sesto : C’est une longue histoire que je résumerai de la façon suivante. Il y a quelques années, les députés et les sénateurs de l’ancien Congrès s’étaient inquiétés parce que dans les différents Etats du pays, les budgets publics pour la culture étaient très faibles. En conséquence beaucoup d’institutions publiques et privées dans la vie culturelle avaient de grandes difficultés économiques. Mais les congressistes, au lieu de lutter pour que les budgets des Etats et des municipalités soient plus généreux pour la culture, ont trouvé plus facile d’établir à partir du Congrès un budget pour ces institutions de tout le pays.

Tout cela s’est développé ainsi jusqu’à ce que nous parvenions à la situation de l’an passé. Presque 2000 institutions non gouvernementales, la majorité de dimension régionale ou locale, ont reçu un financement du gouvernement national qui s’élevait à 47 milliards de bolivars [20 millions d’euros]. Tout cela représente un héritage. Il est logique de corriger tout ce programme de financement, qui ne fait que répondre à des vides structurels au niveau des Etats [provinciaux] et au niveau local. Savais-tu, par exemple, que les orchestres symphoniques des Etats sont des associations civiles ? Ces associations devraient à mon avis être des entités publiques dépendant du gouvernorat de chaque Etat [provincial]. Comme ce n’est pas le cas, le gouvernement national les inclut dans le plan de financement. Et cela se produit avec beaucoup d’institutions privées comme les Ateneos ou les Ecoles d’art. A mon avis, le gouvernement national ne devrait financer que des programmes et des institutions de dimension nationale. C’est ce qui conviendrait.

EncontrARTE : Quels projets culturels et quelles personnes doivent participer aux Journées de Planification ?

Farruco Sesto : Quoi qu’il en soit, le financement ne doit pas servir à faire vivre tel ou tel groupe, mais il doit servir pour faire arriver la culture aux communautés. De ce point de vue, les groupes devraient mettre leurs projets en harmonie avec l’orientation publique concernant la culture.

EncontrARTE : Comment peut-on comparer le Programme de Financement de cette année avec celui de l’année 2004 ?

Farruco Sesto : Nous avons peu à peu perfectionné le système pour qu’il soit de moins en moins mauvais. En essayant d’éviter les perversions induites par sa nature équivoque. Nous l’avons pas mal démocratisé. Maintenant, par exemple, tout ce qui concerne des projets, ce qui correspond à peu près à la moitié du total du financement, nous en discutons autour des tables de travail dans chacun des Etats du Venezuela.

Le CONAC ne décide pas des assignations. Elles sont décidées autour des tables participatives. Cela, au moins, représente une avancée. Nous avons donné beaucoup de fluidité au fonctionnement. Je dois te dire que cette année nous avons battu un record. Le 22 décembre 2004 nous avions déjà payé 41 des 47 milliards de bolivars de subventions au secteur privé. Et ce qui n’a pas été payé est dû au retard de certains groupes dans la présentation des comptes. Une telle efficacité n’avait jamais existé auparavant. Cette année nous l’améliorerons certainement encore. Mais, dans le fond, comme tu peux voir, ni moi ni l’équipe du CONAC ne sommes très heureux avec le système que nous avons reçu en héritage.

Ce n’est pas que nous souhaitions que les institutions et les groupes privés cessent de recevoir le financement, non, il ne s’agit pas de ça. Il s’agit pour l’institution culturelle, dans les différents niveaux de gouvernement, d’assumer chacune de ses responsabilités, de sorte que, dans notre cas en tant que gouvernement national nous nous occupions des politiques et des programmes nationaux. Mais cela ne s’obtient pas par décret. C’est quelque chose qu’il faut construire par des accords, des discussions et beaucoup de patience. Mais il ne s’agit pas de laisser les groupes sans financement.

EncontrARTE : Nous avons perçu en différents milieux de Caracas et de l’intérieur du pays, la satisfaction de groupes culturels et de médias alternatifs pour le soutien qu’ils reçoivent du CONAC à la différence d’autres organismes de l’Etat. Existe-t-il des différences avec d’autres ministères ou d’autres institutions ?

Farruco Sesto : Nous travaillons sans problème avec les groupes et les institutions privées qui entrent dans le plan. Evidemment nous travaillons également parfaitement bien avec les différents ministères et les organismes de l’Etat. Je ne connais pas ces différences dont tu parles.

EncontrARTE : Ministre, bien que nous sachions que chacun a toujours des objectifs très élevés presque inatteignables, vous sentez vous satisfait de la voie empruntée et par la direction qui est prise ?

Farruco Sesto : Je crois que nous sommes sur un très bon chemin. Les idées se sont clarifiées. Nous savons ce que nous devons faire. Maintenant il s’agit de le réaliser. Notre horizon naturel c’est l’année 2006. A ce moment-là les grandes bases nécessaires au développement culturel devront être constituées. Si nous parvenons à cela je serai satisfait à ce moment-là. Pour le moment, nous ne pouvons nous glorifier de rien.

EncontrARTE : Si le gouvernement et le peuple sont satisfaits de votre travail il serait juste de donner une continuité à votre vision de la culture et de la politique culturelle mise en œuvre. Si ça dépendait de vous, Farruco serait à la culture pour plusieurs années ?

Farruco Sesto : La vérité c’est que je suis avec le peuple et avec la révolution où on a besoin de moi, où on pense que je peux faire le meilleur travail. Le dernier mot reviendra toujours au président Chávez, le grand stratège de tout cela. Le président a son jeu d’échec et il mène la partie. Je me tiens simplement à disposition. Parfois, bien entendu, je regrette quelques activités personnelles qui ont été laissées de côté. Mais on n’est pas maître de soi si on s’immerge vraiment dans ces processus de libération. Je me dois à mes idées et, pourquoi ne pas le dire, à mes sentiments et à mes engagements profonds.

EncontrARTE : Vous êtes architecte, et on observe que le CONAC ou le ministère dont vous avez la charge ne prévoient ni événements ni activités pour diffuser la production de l’architecture nationale, et ne prévoient pas non plus de faire la promotion de la bonne architecture. Pour quelles raisons ?

Farruco Sesto : C’est une carence à laquelle nous avons réfléchi. Il est très difficile de donner une présence à l’architecture dans l’institution culturelle que nous avons aujourd’hui. Les changements auxquels nous aspirons, je suis convaincu qu’ils donneront toute sa place à l’architecture.

EncontrARTE : Architecte, nous connaissons votre passion pour l’architecture et nous supposons que les exigences de vos activités comme fonctionnaire vous empêchent l’exercice de la profession. Cela vous donne de la nostalgie ?

Farruco Sesto : Qui n’est pas habité par la nostalgie dans son âme, par les chemins qui sont restés dans le passé et même pour les chemins qui n’ont pas été empruntés ? Bien sûr que j’ai des sentiments de nostalgie. Nous ne serions pas humains sans notre bonne dose de regrets. Tu n’as jamais entendu le président parler de se retirer sur le bord d’un fleuve là-bas dans le Llano ? Mais ce ne sont pas des nostalgies qui nous paralysent. Elles donnent plutôt la vie. J’aime dessiner, projeter. Maintenant je fais d’autres types de projets, peut-être plus importants.

De toute façon, il est presque impossible de se détacher de ce que nous sommes, et même si on ne travaille pas comme architecte, on garde certainement des idéaux et une vision du fait architectonique et du fait urbain.

EncontrARTE : Considérez-vous que le Processus révolutionnaire soit sur la bonne voie en ce qui concerne la promotion d’une ville nouvelle et d’une architecture de grande qualité ?

Farruco Sesto : On a un peu avancé. Je crois qu’il y a davantage de compréhension du phénomène urbain, beaucoup plus que durant la 4 ème République. Je crois qu’on comprend mieux que la ville est un projet de vie collective. Mais, en vérité, les faits ne sont pas encore probants. Nous sommes en retard sur ce point. Il faut accélérer certains processus.

Adresse de l’article en espagnol :

http://encontrarte.aporrea.org/habl...



Imprimer cet article





Rencontre Macron/Gilets Jaunes ? Jérôme, éborgné, se confie !
vendredi 28 - 18h30
Un député de LREM mise à fond pour la réforme des retraites, et pour cause !
vendredi 28 - 18h15
Reportage : Quel cadre juridique pour la chirurgie esthétique dans les pays gouvernés par la gauche ou la droite
vendredi 28 - 10h55
de : Stella2
Du pain contaminé et des jeux, Boycott des JO radioactifs TOKYO 2020
vendredi 28 - 10h22
de : JY Peillard
La Bourse de Paris dévisse de 3,36% et ça continue ... !
vendredi 28 - 10h11
de : gutknecht
1 commentaire
Le Dow Jones perd près de 1.200 points, panique persistante autour du coronavirus
jeudi 27 - 23h20
de : nazairien
AVOCATS EN GRÈVE : LA RÉSISTANCE CONTINUE
jeudi 27 - 16h36
de : JO
LE VENIN DANS LA PLUME - Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République
jeudi 27 - 14h13
de : Ernest London
1 commentaire
Contre l’interdiction du parti communiste polonais
jeudi 27 - 09h23
de : jodez
2 commentaires
Suppression de tournées : La Poste invente le facteur qui traverse les murs
jeudi 27 - 07h58
Désencerclement : C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 27 - 07h28
de : Hdm
Mme. Belloubet pressentie pour le Cour des Comptes ?
mercredi 26 - 11h22
de : joclaude
3 commentaires
Anti-racisme à gauche et signes religieux. (Fr - Deutsch)
mercredi 26 - 00h26
de : Christian DELARUE - Monique DEMARE
UN ESPACE INDÉFENDABLE - L’Aménagement urbain à l’heure sécuritaire
mardi 25 - 07h03
de : Ernest London
Élections, piège à cons ?
lundi 24 - 13h28
de : jean1
1 commentaire
A paris . 24 février 2020 : Les rendez-vous de Publico. ATTENTION (R)évolution permanente
lundi 24 - 12h18
de : jean1
2 commentaires
La Bourse de Paris s’affole face au coronavirus
lundi 24 - 10h55
de : nazairien
6 commentaires
Retraites : « avec le 31 mars, nous voulons refaire une très, très grosse journée »
lundi 24 - 09h12
2 commentaires
AGRIBASHING : COMMUNAUTARISME & AMALGAME
dimanche 23 - 21h44
de : Christian DELARUE
1 commentaire
No soy un hombre libre .
dimanche 23 - 16h07
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Éric Drouet évacué du Salon de l’Agriculture
samedi 22 - 11h49
2 commentaires
Ça branle dans le manche ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 20 - 06h14
de : Hdm
(video) Quand Castaner étale l’intimité d’Olivier Faure... pour défendre celle de Benjamin Griveaux
mercredi 19 - 17h48
de : Arnaud Benedetti
2 commentaires
DÉMOCRATIE - Histoire politique d’un mot aux États-Unis et en France
mardi 18 - 20h32
de : Ernest London
MICHEL DEBRONDE VIT EN NOUS
mardi 18 - 12h40
de : Nemo3637
Emission : Radio Manif – L’Hôpital saigne !
mardi 18 - 10h29
de : Emission Polémix et La Voix Off
Graeme Allwright est mort (video)
lundi 17 - 21h03
de : jean1
1 commentaire
La délation au service de la pédagogie !!! ???
lundi 17 - 20h55
de : Le moustique socratique
Tita Nzebi, chanteuse humaniste en concert le 28 mars
lundi 17 - 14h39
LE CAUCHEMAR DE DON QUICHOTTE - Sur l’impuissance de la jeunesse d’aujourd’hui
lundi 17 - 12h40
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge 22 février 2020
lundi 17 - 12h04
de : Frank
Boom de l’IA en France : 260 000 microtravailleurs à 21 € par mois en moyenne
lundi 17 - 08h08
Ce que signifie le retour de Lyssenko et pourquoi il faut le combattre !!!
dimanche 16 - 21h39
de : Lepotier
3 commentaires
BOLIVIE - L’enjeu des services privés de santé derrière l’expulsion des médecins cubains.
dimanche 16 - 12h22
de : allain graux
VENEZUELA : LES ETATS-UNIS ACCUSES DE CRIMES CONTRE L’HUMANITE DEVANT LA COUR PENALE INTERNATIONALE
dimanche 16 - 10h17
de : JO
Plaidoyer pour le Rojava - Réflexions d’un internationaliste sur les aléas d’une révolution - ed. Acratie
samedi 15 - 11h58
de : acrate
RETRAITES : le bracage à 72 milliards qu’aucun média n’a vu !
samedi 15 - 10h28
de : JO
3 commentaires
Le Service national universel que le gouvernement veut rendre obligatoire pour les jeunes de 16 ans
vendredi 14 - 18h41
de : Mars
2 commentaires
Deal électoral entre Partis bourgeois traditionnels et l’Alternative für Deutschland/AfD fascisant : La crise politique à
vendredi 14 - 18h34
de : Ollaf
TOULOUSE : Actions Syndicales , la lutte continue ! Et même si Macron ne le veut pas !
vendredi 14 - 16h20
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires. Pierre Dac
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite