Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Que se passe-t-il au Venezuela ? Les notes de voyage de « Radio Mochila » (Argentine) (video)


de : Thierry Deronne
dimanche 7 octobre 2012 - 10h50 - Signaler aux modérateurs

Après un séjour sur les terres de Bolívar, que nous estimions à deux mois et qui finalement en a pris cinq, nous nous permettons respectueusement, et sincèrement, de livrer quelques notes parmi tout ce que cette belle expérience nous a donné à penser.

Depuis quelques années dans l’inconscient collectif, dans les conversations de café et, surtout, dans les médias, le mot « Venezuela » circule comme un paradigme nouveau. Beaucoup parlent du Venezuela, pour le meilleur comme pour le pire, surtout pour le pire dans les médias internationaux. Tous racontent, tous savent. Ou disent savoir. Nous posons la question : combien d’entre eux connaissent-ils, ne serait-ce qu’un peu, le Venezuela ?

Communication populaire et radios communautaires

 Dans l’effervescence politique qu’on vit chaque jour dans la République Bolivarienne, et surtout avec les passions et les haines que génère un président comme Hugo Chávez Frías, il était logique de voir surgir ces dernières années de nombreuses radios communautaires, populaires, alternatives. Sauf qu’ici, à la différence d’autres pays d’Amérique Latine, le gouvernement appuie fortement ces processus populaires. Non seulement en leur transférant des équipements de la plus récente technologie (nous en sommes les témoins) mais aussi en organisant des formations et en contribuant, par exemple, à la rémunération des opérateurs techniques.
Un incrédule dira que dans ce cas l’État et le gouvernement en profitent sûrement pour « faire descendre leur ligne politique » ou pour décider de ce qui se diffuse ou non. Existe-t-il une machine d’État capable de contrôler tout ce que transmettent tant de médias populaires légalisés au Venezuela ? Certains peuvent penser que oui. Pour nous, et sur la base de ce que nous avons vécu, ce n’est pas le cas. Et même si c’était le cas, où donc les groupes éternellement oubliés par les grands médias, auraient-ils le plus de possibilités de s’exprimer ?
 Il est illogique de penser que l’État qui a octroyé le plus de permis et d’appuis aux médias alternatifs et communautaires, le fasse par pur intérêt gouvernemental. Il est plus illogique encore de penser, ou de répéter comme des perroquets, qu’il y a censure.
Dans plusieurs des radios que nous avons visitées, il est vrai que la majorité appuie le processus de changement en cours dans le pays, par conviction. Cela n’en fait pas des médias « dépendants » du gouvernement ou liés à des partis. Dans ces radios, la dimension culturelle, communautaire, sociale de la communication est ce qui domine.
 La majorité de ces radios sont nées à partir de 2002. Après le coup d’État d’avril. Ce n’est pas un détail, sachant que ce fut essentiellement un coup d’État médiatique, comme l’ont avoué les grands médias télévisés eux-mêmes. Vous ne nous croyez pas ? Alors ne manquez pas de regarder le documentaire : “La révolution ne sera pas transmise :
Il est bon de dire également qu’il reste beaucoup de choses à faire, et il en restera toujours, dans la construction de médias populaires.Mais nous croyons que le Venezuela offre plus de champs et de possibilités pour ce faire que d’autres pays du Cône Sud.

Censure et liberté d’expression

 Ça fait mal d’entendre qu’au Venezuela il n’y a pas de liberté d’expression ou qu’il y a censure. Non seulement pour ce que nous avons dit des radios communautaires. Ça fait mal d’entendre ce type de discours dans un pays comme le Venezuela où une députée est capable de se lever en plein Congrès pour crier au président de la nation : « voleur ». Et ce n’est pas qu’elle l’accuse d’être corrompu ou d’avoir empoché un pourboire, non. Elle lui dit « voleur » parce que, pour elle, réquisitionner des logements vides, « c’est voler ». Existe-t-il dans l’Histoire de l’Amérique Latine le cas de quelqu’un qui ait crié « voleur » à un dictateur et qui soit resté en vie ou ne soit pas allé en prison ? Hé bien, cette députée vénézuélienne jouit pleinement de sa liberté, continue à dire ce qui lui plaît, prépare sa candidate comme future présidente du Venezuela. Étrange dictature… comme dirait le maître Galeano.
 Pendant tous ces mois nous avons zappé de chaîne en chaîne. Nous avons vu par exemple une des grandes chaînes du Venezuela accuser le président de mentir sur sa maladie. Le jour suivant, la télé annonçait qu’il était en train de mourir, qu’il ne lui restait que quelques heures à vivre. Le jour d’après, ce fut autre chose. Diffamation, insultes, jamais la moindre preuve, tout est fait pour travailler l’inconscient d’une société.
 Et quelle rage de voir l’utilisation, surtout à l’extérieur du Venezuela, du cas de RCTV, comme exemple du manque de liberté d’expression (1) ! Une chaîne de télévision qui fut une pièce centrale de coup d’État médiatique et qui en pleine résistance populaire pour exiger le retour de Chávez et de la démocratie, diffusait des dessins animés. Cette chaîne n’a pas été fermée par Chávez. Sa concession de vingt ans sur une fréquence du spectre radio-électrique arrivant à expiration, l’État a estimé avoir assez de raisons pour ne pas la renouveler.
Si une personne se fait passer pour un médecin, opère des personnes et les tue, et qu’on décide qu’il ne travaillera plus dans cet hôpital, qui s’opposera à ce qu’on ne lui renouvelle pas son contrat ? Plus d’un demandera sans doute qu’on l’emprisonne.
 Maintenant, si à un groupe privé qui se dit « moyen de communication », l’État décide de ne pas renouveler la concession parce qu’en réalité il a empêché les gens de s’informer, leur a menti, a participé à la destruction de la démocratie en organisant un coup d’État après avoir monté un climat de violence qui a fini par produire des morts… là oui, certains s’horrifient et crient à la censure. Ils parlent de manque de liberté d’expression et pleurent pour RCTV, mais n’ont pas un mot pour les radios communautaires, qui ne sont pas nécessairement « chavistes » comme c’est le cas de la radio Fé y Alegría (jésuites progressistes, NdT) et qui durant les 48 heures qu’a duré le gouvernement de facto de Carmona, a été menacée. Ses travailleurs ont exposé leur vies pour informer les vénézuéliens sur ce qui se passait et que les grands médias occultaient. Lisez « Coup de radio » de José Ignacio López Vigil.
 Même s’il est vrai qu’il y a beaucoup de choses que nous ne partageons pas comme par exsemple la façon de gérer les médias publics, il est également vrai qu’au Venezuela on peut se plaindre de beaucoup de choses mais pas de ne pas avoir la liberté de se plaindre.

Démocratie participative
 Depuis quelques années est mis en oeuvre dans la République Bolivarienne le modèle des “conseils communaux”. A la base, ce sont des groupes de voisins et de voisines qui s’organisent, décident de ce qui manque dans leurs communautés ou leurs quartiers et présentent leurs projets au gouvernement national. Ceux-ci une fois approuvés, l’État transfère directement les ressources aux habitants. Ce sont eux qui, à travers le conseil communal, réalisent, construisent alors le projet original, à travers une coopérative locale par exemple. On évite ainsi les éternels renards qui dans les gouvernements régionaux ou dans les mairies, sont à l’affût de commissions, ou le fait que les travaux ne soient jamais exécutés sauf au moment des élections.
Il y a des conseils communaux qui ont réussi beaucoup de choses. Nous en avons observé deux, très loin de Caracas, l’un à la frontière de la Colombie, l’autre au somment d’une montagne. Tous deux, par le biais de l’organisation populaire ont réussi notamment à installer des « infocentros » (centres de connexion à internet, publics et gratuits), dotés de la technologie la plus récente, avec software libre et internet par satellite (ce qui est extrêmement coûteux).

« Polarisation totale de la société »

On dit qu’au Venezuela il existe une polarisation totale, et c’est bien le moins. De tous les pays du cône Sud c’est le seul où sont réellement abordées des questions de fond, où nous avons senti que sont vraiment touchés les intérêts du capital national et transnational. Si elle ne générait pas de polarisation, cette avancée ne serait sans doute pas très authentique. Par ailleurs, lorsqu’on vivait la situation inverse, quand c’étaient les ressources de l’État et des vénézuéliens ordinaires qui étaient affectés, dans quels médias entendait-on dire que l’on attentait à l’État de Droit ?

La plupart des médias mènent une campagne systématique et continue. Chávez est le grand coupable de tout, même de la pluie. Comme si dans les 200 années antérieures, la pauvreté, l’exclusion, la corruption et tout ce dont on accuse aujourd’hui le gouvernement, n’avaient jamais existé. Bien sûr qu’il faut continuer à exiger les solutions aux nombreux problèmes qui subsistent, mais sans mensonges.

Et puis, quel est le problème, si la « polarisation » apporte la discussion de modèles, le débat d’idées ? La pluralité des regards, la confrontation de projets ne sont-elles pas au coeur de la démocratie ? De quoi a-t-on peur ? De la confrontation ? Et quand ce fut l’inverse ? Quand tout était « calme », « tranquille » parce qu’il ne restait à beaucoup de vénézuéliens que le droit de se résigner en silence ?

Solidarité

Il semble que le Venezuela soit un des seuls pays qui s’intéresse vraiment à l’intégrité et à l’intégration du continent latino-américain. On peut le mesurer dans la création de la chaîne Telesur mais aussi dans de très nombreux projets que ce pays non seulement défend mais finance.

Nous ne disons pas que les peuples ne portent pas ces liens de fraternité et de solidarité – nous avons pu vérifier que si, ils existent vraiment – mais on peut observer aujourd’hui la même attitude de la part de plusieurs gouvernements. Le Venezuela ne représente pas seulement une autre manière de comprendre le monde d’aujourd’hui : il a aussi la force et l’envie nécessaires pour assumer ce que cela signifie. C’est vrai que c’est le pays le plus riche de la région. Et dans cette phase du capitalisme, la logique voudrait qu’il se ferme et cherche son avantage à tout prix, comme le fait l’Allemagne dans l’Union Européene, écrasant au maximum les autres pays pour éviter de plonger dans la crise qui frappe l’Europe. Mais c’est en partant d’une vision sociale que le Venezuela fait primer la solidarité avec les pays frères. Cela va plus loin qu’un gouvernement. Ce sentiment solidaire envers les autres pays nous l’avons ressenti de la part de nombreux citoyens vénézuéliens.

Les yeux du monde

Ne nous étonnons pas si, pour toutes ces raisons et parce que ce pays abrite la plus grande réserve de pétrole du monde jadis sous contrôle états-unien, le monde tourne les yeux ce dimanche vers le Venezuela. Le pays où dans les dix dernières années du gouvernement de Chávez on a voté plus que dans les vingt années antérieures. Où tout est supendu à un fil pour que le continent continue d’avancer sans autre miroir que le plus proche, libéré du besoin de traverser l’océan pour chercher des remèdes à nos problèmes.

Peut-être qu’on parle autant du Venezuela parce que comme nous l’a dit un jour un ami vénézuélien, ses citoyens ont appris « qu’ils avaient beaucoup de droits mais qu’ils n’avaient jamais été respectés », et parce que quoi qu’il arrive “la majorité des vénézuéliens ne seront plus jamais idiots”.

 

Notes :

(1) Sur cette campagne de désinformation à propos de RCTV (entre autres), voir le dossier très complet d’ACRIMED : http://www.acrimed.org/rubrique179.html

_____________________

Traduction de l’espagnol : Thierry Deronne


Imprimer cet article





rois d’égout - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 28 - 18h38
de : Hdm
PANORAMA SUR MADAGASCAR Pays d’avenir ou d’infortune
mercredi 28 - 18h21
de : allain graux
BOLIVIE Les élections du 18 octobre 2020
mercredi 28 - 18h17
Evo Morales, "l’homme intègre" , défenseur du peuple, retrouve son honneur
mercredi 28 - 13h03
de : nazairien
3 commentaires
C’est tellement vrai que ça finira peut-être par être entendu.
mercredi 28 - 09h32
de : jean1
2 commentaires
NI RACISME, NI INTEGRISME, NI ISLAMISME : Pour une meilleure critique
mercredi 28 - 08h36
de : Christian Delarue
3 commentaires
silence des ouvriers meurent
mardi 27 - 16h32
de : jean1
CHILI:Le peuple démolit la Constitution de Pinochet
mardi 27 - 10h37
de : joclaude
André Compte-Sponville et les valeurs abrahamiques.
lundi 26 - 20h49
de : Christian Delarue
1 commentaire
La réforme de l’assurance chômage reportée mais pas annulée
lundi 26 - 17h41
LA MARTINIQUE : Un des déserts médicaux Français a reçu l’aide de médecins Cubains !
lundi 26 - 16h21
de : joclaude
4 commentaires
La fortune de Bernard Arnault a augmenté de 8 milliards de dollars en une semaine
lundi 26 - 15h17
de : joclaude
Référendum constitutionnel au Chili : écrasante victoire du « OUI »
lundi 26 - 11h46
de : jean1
Stop stigmatisation des gauches
lundi 26 - 10h23
de : Christian Delarue
5 commentaires
Coexistence : Promotion des valeurs abrahamiques
dimanche 25 - 23h23
4 commentaires
L’épidémie sans fin : la stratégie de Macron afin d’éviter la destitution et un procès pour haute trahison
dimanche 25 - 19h19
de : jean1
1 commentaire
BOLIVIE : Le Mouvement vers le Socialisme obtient la majorité aux 2 Chambres !
dimanche 25 - 10h22
de : joclaude
Critique des PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES
samedi 24 - 23h54
1 commentaire
CCIF : deux faces
samedi 24 - 23h36
de : Christian Delarue
Pourquoi sommes-nous silencieux ?
samedi 24 - 21h26
de : Fath Allah Meziane
2 commentaires
Claude Posternak
vendredi 23 - 16h06
de : jean1
2 commentaires
Côte d’Ivoire : le néo-colonialisme dans ses oeuvres moribondes !
vendredi 23 - 16h01
de : joclaude
La Russie et la Tchétchénie en gros répondent “Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…
jeudi 22 - 16h07
de : joclaude
Notre éviction de Facebook pourrait signer la fin prochaine de Rapports de force
jeudi 22 - 15h11
5 commentaires
Ne trahissons pas la mémoire de Samuel Paty
jeudi 22 - 11h26
de : Hervé Fuyet
2 commentaires
BOLIVIE : Analyse de l’élection de Luis ARCE nouveau Président.
jeudi 22 - 11h17
de : joclaude
2 commentaires
Deux heures moins le quart avant le couvre-feu - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 21 - 21h49
de : Hdm
Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
1 commentaire
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
8 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Pour se souvenir:Ernesto « Che » Guevara (1928-1967), combattant internationaliste
lundi 19 - 17h26
de : joclaude
Sortir de toute barbarie par le haut suppose de promouvoir la civilisation
lundi 19 - 00h21
de : Christian Delarue
3 commentaires
Remember (pour se souvenir)Thomas Sankara...
dimanche 18 - 15h56
de : joclaude
Plusieurs milliers de sans-papiers défilent à Paris pour la dernière étape de la Marche des solidarités
dimanche 18 - 13h09
2 commentaires
Monogamie souple ou la fin de l’exclusivisme sexuel conjugal
dimanche 18 - 09h17
de : Christian Delarue
1 commentaire
Village du peuple : d’un lieu de vie et d’expérimentation à un tas de gravats
dimanche 18 - 08h39
UFAL : Les « hussards noirs de la République » sont désormais les cibles de l’islamisme radical
samedi 17 - 23h16
de : Christian Delarue
2 commentaires
Attentat de Conflans St Honorine : ATTAC et FSU plus MRAP
samedi 17 - 21h57
de : Christian Delarue
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite