Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
de : Nico Maury
mercredi 25 février 2015 - 13h55 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires

Plusieurs dirigeants de Podemos ont pris position, ces derniers jours, contre le gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela. Ils reprochent à Nicolas Maduro d’avoir fait arrêter le Maire de Caracas, Antonio Ledezma, suite à la tentative de coup d’Etat déjoué ces dernier jours - article et traduction Nico Maury.

JPEG - 48.9 ko
Tania González, députée européenne de Podemos, lors d’une conférence de presse (que l’on peut retrouver ici)a condamné l’arrestation du Maire de Caracas Antonio Ledezma. Ce dernier a été arrêté et transféré devant la justice pour avoir participé à une tentative de coup d’Etat contre le gouvernement légitime et démocratique du Venezuela.

Pablo Iglesias, Secrétaire général de Podemos, dans une émission sur Telecinco, a déclaré : "Je vais être très clair sur ce point, je ne aime pas un maire soit arrêté. Savoir si il a commis un crime c’est secondaire. Mais je n’aime pas cela arrêter un maire ". De plus, en encore plus grave, le leader de Podemos c’est dit favorable à la présence des multinationales espagnoles au Venezuela et a demandé au gouvernement vénézuélien et au gouvernement espagnol "d’abaisser la tension", légitimant ainsi l’ingérence espagnole dans la politique interne du Venezuela. (source ici)

Pablo Iglesias un "Judas" pour le Venezuela

Orlando Romero, journaliste sur la station publique "Radio Nacional Venezolana" (RNV) a accusé Pablo Iglesias de renier la "révolution bolivarienne" et "Hugo Chavez".

"Il suffit de regarder une vidéo où ce gars, ce Judas nie toute relation avec le régime bolivarien. Les journalistes l’on interrogé sur sa relation avec Chavez, sa relation avec le régime bolivarien et sa relation avec le Président Maduro . Il la nie, se lave les mains comme Pilate et déclare qu’il n’a rien en commun avec le Venezuela bolivarien".

Le journaliste vénézuélien accuse Iglésias d’utiliser malgré tout l’image de Chavez pour obtenir les suffrages des personnes qui cherchent un changement réel en Espagne. Il accuse Podemos de plonger l’Espagne dans la confusion.

http://www.editoweb.eu/nicolas_maur...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
25 février 2015 - 14h28

Podemos prend la voie du compromis avec le système et le capitalisme espagnol avant les élections.C’est encore un gestionnaire du système, il ne faudra pas attendre grand chose de cet auberge espagnol ! Autre chose que Syriza qu’ a essayé d’imposer ses reformes avant de souffrir la dictature de la troîka.Tout n’est pas rose, en Venezuela,et dans d’autres pays américains.
Comme quoi, l’Europe n’est pas l’Amérique,et les reformes en Europe, ne se feront pas sans leurs peuples .Je parle d’Amérique,comme tous les latino-américains, contrairement aux plupart des européens qui parlent des "américains" que pour leur maitre,les étasuniens.
Combien de citoyens dans les rues en France, avant les premiers morts,pour un autre monde,une autre vie ? 5,10,15 ou 20 millions ?



Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
25 février 2015 - 16h07 - Posté par richard PALAO

PODEMOS , en anglais ( en " américain" ) ça se traduit par :

YES WE CAN !!!

ça ne vous rapelle rien ?

Moi ça me sufffit comme référence ...


Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
28 février 2015 - 08h53 - Posté par pierre b

Au contraire, c’est Obama le copieur : "Yes we can" est inspiré par le slogan "si, se puede" des paysans sans terre hispaniques émigrés aux Etats-Unis, quand ils se sont soulevés dans les années 1970. "Si, se puede" a été ensuite repris par divers mouvements sociaux d’Amérique latine.
Podemos s’inscrit dans cette lignée.
Mais nous sommes tellement noyés dans le culte des Etats-Unis que nous croyons que ceux-ci ont tout inventé.


Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
25 février 2015 - 18h10 - Posté par Roberto Ferrario

Pablo Iglesias, Secrétaire général de Podemos, dans une émission sur Telecinco, a déclaré : "Je vais être très clair sur ce point, je ne aime pas un maire soit arrêté. Savoir si il a commis un crime c’est secondaire. Mais je n’aime pas cela arrêter un maire ".

Cet déclaration de "Pablo Iglesias" faut la bien l’enregistrer...

Pour lui donc un tentative de coup d’état est secondaire

Et être maire est prioritaire donc plus important que la loi....

Un personnage politique qui fait cet type de déclaration fait peur etr ressemble a la même posture des certaines déclarations de Benito Mussolini et dans son cas a lui de Francisco Franco....



Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
25 février 2015 - 20h42 - Posté par nOCTURNE

Entre Podemos , Syrisa et FDG, nous sommes pas a la noce en Europe.

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’outil du capital (UE FMI ETX ETX ) est au point et fait des émules.
La social démocratie brouille évidement les pistes

Encore que la majorité des Français en s’abstenant nous démontrent a nous communistes, notre incapacité a se faire entendre .


Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
26 février 2015 - 11h41 - Posté par

Pour lui donc un tentative de coup d’état est secondaire

Il faudrait peut-être vérifier la traduction et le sens de la phrase.

Je doute qu’il ait voulu dire ça.

Si c’est ça, c’est effectivement vraiment débile et choquant, mais je pense qu’il faut se méfier des "manipulations" des traducteurs internet. Il faudrait la version originale et un traducteur humain et neutre.


Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
26 février 2015 - 13h49 - Posté par Roberto Ferrario

La phrase exacte en espagnole a cet adresse comme déjà indique dans l’article...

El Secterario General de PODEMOS, Pablo Iglesias, en una entrevista en el telediario de la noche de Telecinco, ha sido todavía más duro al respecto : “Seré muy claro en esto, no me gusta que se detenga un alcalde. Otra cosa será si luego se demuestra que ha cometido algún delito. Pero no me gusta que se detenga así a un alcalde”.

je comprend l’espagnol, mais si je le traduit c’est encore plus grave, en réalité le problème du crime est posè en "deuxième" importance. Je rappelle que le crime "secondaire" pour lequel le maire est accusè c’est rient d’autre que un "insignifiant".... tentative de coup d’état...

"Je vais être très clair sur ça, je n’aime pas que une maire soit arrêtè. Une autre chose est de savoir si ensuite il est démontré qui à commis un crime. Mais je ne aime pas qu’il soit arrêtè un maire"

Références et reprises de cet interview de suite :

 http://canarias-semanal.org/not/155...

 http://www.larepublica.es/2015/02/p...

 http://kaosenlared.net/pablo-iglesi...

 http://dehocsatis.blogspot.fr/2015/...

 http://eljanoandaluz.blogspot.fr/20...

 http://labastilla.foroactivo.com/t6...

 http://laotraandalucia.org/node/2405

 http://kaosenlared.net/pablo-iglesi...

 http://www.lavanguardia.com/politic...

 http://politica.elpais.com/politica...

 http://nuevosrepublicanos1905.blogs...

 http://nuevosrepublicanos1905.blogs...

 http://www.economiahoy.mx/politica-...

 http://www.heraldo.es/noticias/naci...

 http://ecodiario.eleconomista.es/es...

 http://www.huffingtonpost.es/2015/0...

 http://suracapulco.mx/archivos/255005


Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
26 février 2015 - 15h39 - Posté par richard PALAO

ROBERTO , ta traduction est correcte et respecte ce qui a été déclaré par IGLESIAS qui a en premier critiqué vivement l’ arrestation du maire de CARACAS pour en second lieu dire que sa position pourrait changer en fonction des preuves ...

CURIEUSE SOLIDARITE AVEC LA REVOLUTION BOLIVARIENNE qui consiste à suspecter d’ emblée le pouvoir et à croire l’opposition de droite fascisante qui n en est pas à sa première tentative de coup d’état avec l’aide des états unis ...

PODEMOS , UN PARTI RADICAL DE GAUCHE ?


Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
26 février 2015 - 17h31 - Posté par Alain Chancogne

OUI ROBERTO..
La fin de l’article n’a pas besoin de traduction

Terrible decepción para muchos que hasta ahora habían creído en la dignidad política de este partido y sus dirigentes

.Attitude d’opportunisme "droitier" pour ratisser large !

Je n’ai pas pu vérifier si ce papier était en ligne ici :

Article AC pour
http://www.solidarite-international...

’Ils disent Venezuela, on dit Suède’. Le virage social-démocrate de Podemos : copier le PS de 1982 pour être le PS de demain ?

Combien faut-il à Podemos pour Podemos abjurer ? En moins d’une année, la formation qui peut mais ne sait ce qu’elle veut a affirmé sa volonté : être le PSOE de demain. C’est ce qu’affirme son leader Pablo Iglesias, ce que confirme le nouveau programme du parti.

27,7 %. C’est le sondage de novembre pour Podemos. Vertige du pouvoir. De quoi revenir en quelques semaines sur certaines prétentions au changement radical. Mais qu’y a-t-il à renier ?

L’idéologie du possibilisme (Podemos, yes we can !), ce programme du « Vous verrez quand on gagnera ! » (Veremos quando venceremos !), représente un vide idéologique fait mouvement politique.

Un mélange composite de jeunisme, de rejet de la politique traditionnelle, de mouvement d’intellectuels universitaires parlant aux intellectuels déclassés, de spontanéisme dévoyé, d’alter-européisme plein de bons sentiments doit grandir, vite. Il doit devenir un parti de pouvoir, déjà.

Le programme des élections européennes ne proposait rien de révolutionnaire. Ambigu en parole, opposé de fait aux nationalisations (parlant de « contrôle public »), prônant le maintien dans l’euro, silencieux sur la réappropriation des terres ou des logements, Podemos n’a pas promis le Pérou.

Renoncements sur la nationalisation des banques, la retraite à 60 ans, la dette ...

Pourtant, le programme publié cette semaine, défendu par les économistes réformistes Juan Torres et Vicenç Navarro, intitulé un « Projet économique pour les gens » marque un tournant social-démocrate assumé. Quatre points marquent un recul par rapport aux élections européennes.

1 – Abandon de toute nationalisation du secteur bancaire. Pas réaliste. Podemos propose de réformer l’Institut de Crédit Officiel (ICO) pour recevoir des « prêts du BCE dans les mêmes conditions que la banques privées, pour assurer des crédits aux familles qui en ont besoin ».

2 – Abandon de la « retraite à 60 ans ». C’était le marqueur identitaire de la gauche espagnole. Adieu. Podemos trouve plus réaliste de demander l’abaissement à 65 ans de l’âge de départ à la retraite. 65 ans, c’est la retraite pour les morts comme disait Guesde, en 1910 comme en 2014.

3 – Abandon du « revenu minimal universel ». Cette revendication importée de la social-démocratie nordique, même Podemos n’y croit plus. Elle l’a abandonnée dans son nouveau programme préférant parler de programmes d’ « aides » à toute personne sans revenu. On n’est pas loin du RMI ou RSA qu’on connaît en France.

4 – Abandon du refus de payer la dette. Il était déjà bien partiel dans le programme initial, ambigu avec le refus de payer la dette dite illégitime. Désormais, le programme parle de restructuration négociée de la dette, ce qui nécessite de « restaurer la stabilité politique ».

Et sur le reste ? Toujours aucune nationalisation, le maintien dans l’euro et on promet un « droit à l’alimentation », des « garanties pour le logement », une « réforme fiscale » progressiste, les 35 heures mais aussi la ré-orientation de la BCE, des plans d’investissement européens.

Des vœux pieux, des droits vides, des réformes ambigues mais une certitude : il faut toujours plus d’intégration européenne !

Iglesias, le Suédois : « on est Européens, on regarde vers le nord de l’Europe »

Pablo Iglesias, le leader de Podemos, assume tout à fait. Il le répète ses derniers jours : son inspiration est social-démocrate, son programme doit pouvoir être adopté par n’importe quel social-démocrate. « On s’adresse à la majorité sociale », répète le leader de Podemos.

Interrogé pour savoir s’il voulait importer le modèle du Vénézuela, ou des processus de transformation d’Amérique latine, Iglesias a répondu : « Vous me dites Venezuela, moi, je vous dis Suède ».


Il ajoute : « Nous sommes européens, notre modèle se trouve dans le nord de l’Europe
 », il se justifie : « en Europe du nord, 1 personne sur 4 travaille dans l’économie sociale, contre 1 sur 10 en Espagne. Voilà notre modèle ».

Étonnant quand on sait que l’Etat-providence suédois a été largement démantelé depuis les années 1990, que le Danemark est le paradis de la « flexsécurité ». Passons.

Le secrétaire des Relations avec la Société civile (sic), Rafael Mayoral explique : « Le problème c’est que notre programme fait peur aux gens ».Mais de quels gens parle-t-on : les damnés de la terre sans pain ou les grands (patrons) d’Espagne ?

Pour le PSOE, « ils copient notre programme » ! De 1982 ou de 2014 ?

Les analystes politiques perçoivent dans la stratégique politique de Podemos, une tactique électorale bien rodée visant au dépassement (sorpasso) du PSOE.

Ironie de l’histoire, la ligne électoraliste tentée, ratée par le communiste Julio Anguita à la tête d’Izquierda Unida dans les années 1990 – qui a peut-être achevé ce qu’il restait dans la société du Parti communiste – est en passe d’être réussie par la force qui pourrait être le fossoyeur d’IU.

Iglesias ne le cache pas. La direction du PSOE peste contre Podemos qu’elle accuse, non sans raisons, d’ « opportunisme idéologique ».

Le secrétaire du PSOE, Pedro Sanchez, ironise sur Podemos qui a commencé en lien avec la « gauche anti-capitaliste », puis s’est positionné « ni droite, ni gauche », enfin se plaçant dans la « tradition social-démocrate des pays nordiques ».

Pedro Sanchez « se réjouit que Podemos reconnaisse la social-démocratie comme la formule pour sortir de la crise  » mais il demande : « quelle est vraiment leur position idéologique ? ».

Sanchez note que Podemos pousse certains réformes un cran plus loin – sur les 35 heures, la retraite à 65 ans – mais que sur le fond, il n’a fait que copier les propositions du PSOE : sur le droit à l’alimentation, ou une banque publique capable de recevoir les fonds de la BCE.

Une copie du programme de 2014 du PSOE, sur sa gauche, oui, sans doute. Mais encore plus une copie, sur sa droite, du programme du PSOE du 1982 intitulé « Pour le changement ».

Le PSOE de Felipe Gonzalez y proposait alors la nationalisation des banques, un plan de relance par l’investissement public, l’abaissement de la retraite à 64 ans, la semaine de travail de 40 puis 35 h, la hausse des salaires, l’auto-gestion dans les entreprises.

On voit combien le Podemos de 2014, c’est un pas en avant face au programme du PSOE de 2014, mais bien deux pas en arrière face à celui de Felipe Gonzalez en 1982.

Podemos vs IU ? « On ne veut pas être marqué à gauche, on veut être au centre »

Et les alliances avec la formation de gauche Izquierda Unida – sous hégémonie relative du Parti communiste –, c’est une fin de non-recevoir pour Pablo Iglesias. Ce qui s’envisageait quand IU était à 10 % et Podemos à 8 %, est balayé quand Podemos est donné à 27 % et IU à 3 %.

L’exécutif du Parti a refusé toute coalition avec IU aux prochaines élections municipales sous l’étiquette « Ganemos » (Gagnons). Sa motivation principale : éviter d’être étiquetée comme une force de gauche.

Le Conseil citoyen précise : « on ne cherche pas à se positionner à la gauche de l’échiquier politique, mais bien au centre » et conclut : « Il nous faut être très prudents, mais aussi conscients de notre position centrale ».

Cela a le mérite de clarifier le discours « ni droite ni gauche ». Dans ce galimatias, une phrase de Rafael Mayoral fait mouche et fait mal : « Notre objectif à nous, ce n’est pas de devenir une soupe de sigles ».

La pique vise Izquierda Unida, dont la résurgence électorale fut brève, presque un feu de paille, embourbée depuis deux décennies dans les combinaisons électorales à géométrie variable, les constructions organisationnelles alambiquées.

Le peuple espagnol attend des alternatives à la politique du désastre social imposée par sa classe dirigeante corrompue, par l’Union européenne du capital. Cette alternative n’est clairement pas Podemos, machine à forger les désillusions futures

Plus que jamais et sans les mettre dans le même sac, SYRISA, PODEMOS, LE FN "marinisé".., le FDG nous démontrent hélas que GRAMSCI, que je ne cesse de citer , avait vu juste..

Le CAPIRALISME prédateur est en convulsions qui le conduit à multiplier ses "CRIMES contre l’Humanité"

Sans VISEE COMMUNISTE et sans PARTI REVOLUTIONNAIRE
nous n’aurons que l’accouchement des"monstres"

La crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés "

Mal traduite, la fin de cette prophétie est connue des marxistes par

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres »

Cordialement....

..NB

Comme quoi, et 47 ans après, les types de ma génération ont intérêt, à bien mesurer ce que fut d’anticommuniste, notre engagement au sein du PCF, lorsque "nous" tentions de couvrir la voix de ceux qui, (pas tous sans arrières pensées politiciennes anticoco...) , scandaient
"Une seule solution, la REVOLUTION’

Reste une question : est ce possible ?

PODEMOS ? _ :)

En un mot comme en cent, et pour retourner le slogan d’IGLESIAS"

...OUI e

A condition de donner une SENS au slogan "Si, SI SE PUEDE" !!

JODER !

 :)

Iglesias n’a pas lu CELAYA..

¡A la calle, que ya es hora !

https://www.youtube.com/watch?v=-W3...


Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
27 février 2015 - 11h36 - Posté par

Comme quoi, et 47 ans après, les types de ma génération ont intérêt, à bien mesurer ce que fut d’anticommuniste, notre engagement au sein du PCF, lorsque "nous" tentions de couvrir la voix de ceux qui, (pas tous sans arrières pensées politiciennes anticoco...) , scandaient
"Une seule solution, la REVOLUTION’

Je suis un peu hors-sujet par rapport au fil, désolé...

Autocritique pour autocritique (ou tout simplement la démonstration qu’on est capable d’avancer et de progresser) :

Je faisais partie de ceux qui criaient et que d’autres essayaient de couvrir. Un gauchissssss, comme tu dis parfois.

Je n’aimais pas les positions et pratiques de Marchais (mon père l’adorait). J’étais écoeuré par le mensonge "URSS paradis des travailleurs", qui a longtemps leurré mon père et tant d’autres, communistes sincères.

Face à cette arnaque, je (et beaucoup d’autres) sont tombés dans le piège inverse, et on voyait l’URSS comme l’enfer, symétriquement à l’adoration insensée du camp "stalinien".

Et j’ai donc été très choqué et violemment critique quand Marchais a parlé de "bilan globalement positif".
Si on se place d’un point de vue communiste, le système en place n’avait pas grand chose de socialiste (le pouvoir aux travailleurs), et le bilan était plutôt négatif.
Mais si on parle d’un régime comme un autre, d’un pays comme un autre, sans "exigences" marxistes, vu du peuple dans son ensemble, c’est différent.

Aujourd’hui*** je suis mariée à une Russe (et ai donc une vision "de l’intérieur", mieux informé), qui a vécu en URSS jusqu’à 25 ans, et pour elle comme pour l’essentiel du peuple russe (pour ceux qui voulaient simplement vivre tranquillement, sans faire de politique ou des choses un peu hors-norme, dans le domaine de l’art), le bilan était effectivement "globalement positif".
Les gens étaient heureux, ni plus ni moins que chez nous, avec des difficultés matérielles et des connards parfois, comme chez nous, avec des dirigeants qui jouent leur carte personnelle, comme chez nous...

Je tire de ça des leçons pour aujourd’hui, et je m’insurge quand je vois (très souvent) des positions manichéennes, tout noir/tout blanc, que ce soit sur la Syrie, Syriza, l’Ukraine et autres...

Le communisme ne peut se construire que sur une recherche la plus poussée possible de la vérité, on doit être l’inverse des fanatiques, des dogmatiques, on doit essayer d’appréhender la réalité sans préjugés et construire notre jugement après une observation la plus objective possible, pas avant, comme trop souvent.


Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
27 février 2015 - 18h11 - Posté par Alain Chancogne

Nous sommes assez d’accord -
Sauf que, ce sentiment en RUSSIE(j’ai un couple voisin de chez moi dans la même situation que toi) comme quoi, "avant c’était mieux" -que j’ai entendu de la bouche d’un Allemand de l’ex RDA loin des idées communistes" , affirmer aussi,
...............moi, je peux l’entendre" mais je ne partage pas.

Pour le dire encore plus clairement : si j’estimais un seul instant que le COMMUNISME ne pourra se construire qu’avec le besoin de goulags et autres négations du droit inaliénable à la LIBERTE, je ne serais partant d’aucune forme de militantisme qui irait dans ce sens.
Parce que, selon moi, c’est cette perversion du marxisme des "jolis mots tels "Communisme," d"Camardaes" qui est au cœur de l’implosion du "camp socialiste" et un drame qui "plombe" tous nos efforts pour(re) construire l’espoir , sur fond de CLASSE que nous partageons totalement..

Ce n’est pas, selon moi, hors sujet, cet échange..

Je ne veux pas sembler un seul instant donner à croire que ce que je dis là me ferait un tant soit peu "excuser" le coup sous le ceinture de IGLESIAS contre MADURO
(d’ailleurs j’ai livré plus haut le contenu de l’article que je partage)

Mais, très franchement :

Tout ce qui est de mon soutien aux expériences de CUBA, du VENEZUELA, et d’autres(je pense à la BOLIVIE insuffisamment étudiée et analysée selon moi qui considère EVO MORALES comme un sacré mec..) , tout ce que je crois être mon anti-impérialisme sincère ne me font pas "tout" approuver de certaines mesures prises ici ou là...

Inutile de dire que j’en suis pas à scander, comme certains faux jetons "Cuba SI, Fidel NO", ou à trouver légitime les menées subversives des "contras" vénézuéliens-qui disposent de plus de liberté dans les médias bolivariennes que les militants de la CGT sur Antenne 2

Mais, ceci dit pour enfoncer le clou de ta conclusion que je fais mienne :

Le communisme ne peut se construire que sur une recherche la plus poussée possible de la vérité, on doit être l’inverse des fanatiques, des dogmatiques, on doit essayer d’appréhender la réalité sans préjugés et construire notre jugement après une observation la plus objective possible, pas avant, comme trop souvent.

Cordialement


Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
26 février 2015 - 15h08 - Posté par JO

Ce la nous rappelle que le capitalisme a plus d’une corde à son arc ! Toutes les ficelles sont bonnes pour lui et toujours "en avant pour la corruption des cerveaux " ! Ce n’est pas nouveau leurs essais de manipulation de l’intérieur pour la trahison ! Entre autres, le FMLN au SALVADOR en fut victime de suite après la Révolution , un président fut élu sous ce drapeau mais n’avait rien à voir avec les conquêtes programmées de la Révolution et à part le tyran renversé le capitalisme persista inviolable ! Un nouveau Président est élu l’an dernier , mais la Chambre ne lui donne pas encore la majorité ,il faudra attendre pour voir ! Pour dire que bien sûr le noyautage de ou par infiltrations intérieures sont une arme d’une autre espèce de violence de la bourgeoisie ! Les monstres rôdent et surgissent partout où apparaît la corruption possible ! A la mort de LENINE déjà se jeta sur le pouvoir une conspiration d’aventuriers ! La leçon semble avoir été retenue notamment au VENEZUELA pour ne pas se laisser aller dans trop de faiblesse et rester vigilant, rendre coup pour coup ! :



Podemos contre la Révolution bolivarienne au Venezuela ?
26 février 2015 - 17h48 - Posté par nOCTURNE

Un pays quelqu’il soit n’aura pas commencé sa révolution que déjà le K faira sa
CONTRAS
Ça s’appelle la LDC en temps des guerre et en matière de LDC le capital a toujours
pour l’instant ,une longueur d’avance sur nous

Concernant Podemos la traduction d’Iglesias est bien la bonne Beurk !





Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
3 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
8 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La culture... ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers. André Malraux
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite